Dogmom actually Le "Comment" pour mon chien ...

Comment rendre son chien heureux ?

Ecouter ce contenu en version AUDIO

Lorsque l’on décide de partager sa vie avec un chien, il faut le faire en pleine conscience de l’engagement que cela implique. De fait, il est parfaitement naturel de se poser cette question essentiel ! Comment rendre son chien heureux ?

Aujourd’hui, j’ai souhaité mener cette introspection personnellement. De fait, je ne prétends pas vous apporter de formules magiques pour rendre votre chien heureux. Cependant, j’ai à cœur de vous fournir des pistes que vous pourrez vous réapproprier et adapter à votre guise. Pour rédiger cet article, j’ai donc utilisé mon vécu et mes observations, enrichis par plusieurs années de lecture autour du chien.

Certes, s’agissant de concepts philosophiques et relatifs, on peut y voir une certaine forme d’anthropomorphisme. Cependant, l’évolution récente de la place du chien dans notre société m’incite à reconsidérer l’intégration du chien au centre de concepts habituellement plus ciblés “humain”. Aussi, la prise en considération de sa sensibilité nous invite à accepter que la frontière est désormais à proscrire dans de nombreux domaines, par de nombreux concepts. Enfin, il est temps de reconnaitre que le chien peut être heureux, malheureux, triste, endeuillé, déprimé, angoissé, émerveillé, etc… Il ne s’agit plus là d’anthropomorphisme mais d’acceptation d’un état de fait, sa sensibilité le pousse à ressentir des émotions, communes à celles des humains.

C’est quoi “être heureux pour un chien? “

Première question introspective que je me suis posée. Finalement, côté humain, nous avons tous notre conception “d’être heureux” et donc des moyens d’y parvenir. Ainsi, l’un sera heureux d’avoir fondé une famille aimante. En revanche, l’autre sera heureux de mener une belle carrière. Enfin, un troisième peut avoir besoin de cumuler les deux :”famille et travail” pour se sentir pleinement heureux. Les humains peuvent donc être heureux selon plusieurs configurations.

Revenons sur la définition, être heureux : Qui est très satisfait, très content de ce qui lui advient ou de ce qui se produit en général.

Pour être satisfait, il faut donc cumuler les bonheurs, non ? Cependant, gardons à l’esprit que le bonheur, non palpable, est un concept philosophique.

Le bonheur (étymologiquement la bonne chance) est un état durable de plénitude et de satisfaction, état agréable et équilibré de l’esprit et du corps, d’où la souffrance, l’inquiétude et le trouble sont absents.

En mobilisant ces concepts : On peut donc établir qu’un chien heureux est un chien en état de satisfaction globale par le cumul de bonheurs contribuant à un équilibre entre le corps et l’esprit. Un chien heureux, est donc un chien, notamment, comblé dans ses besoins au quotidien.

à quoi ressemble un chien heureux ? Ou comment savoir si votre chien est heureux ?

Un chien heureux est un chien bien dans ses pattes. Il remue la queue, a le regard pétillant, il est bien dans son corps et dans sa tête, épanoui. Au contraire d’un chien malheureux qui adoptera la posture basse, à raser les murs ou à reculer à l’approche d’un humain ou ne montrera pas de motivation pour les choses de la vie canine, comme jouer.

Cependant, soyez attentifs, les signes évoqués peuvent également correspondre à des problèmes de santé. Un mauvais état de santé peut rendre notre chien malheureux car il n’est pas en capacité de vivre pleinement, cumule les douleurs et frustrations. Aussi, les chiens souffrant de problèmes liés au comportement ou à l’anxiété de séparation peuvent être malheureux. Dans ces cas, il faudra vous faire aider et accompagner, par un comportementaliste ou un éducateur spécialisé afin de rendre votre heureux.

Notons que nos chiens, comme nous, peuvent traverser des passages à vide. Ils se sentent globalement heureux mais vivent une problématique passagère. Cela ne fait pas d’eux des chiens malheureux. Ce sont des chiens globalement heureux mais qui ont un problème passager.

Exemple: Vous vous prenez la COVID et ne pouvez pas sortir, personne ne peut sortir votre chien. Il doit vivre le confinement avec vous, le temps de votre guérison. Du fait, il est heureux d’être avec vous H24. Cependant, il ressent le manque des promenades. Sans pour autant être malheureux, il n’est pas pleinement comblé dans son quotidien. Cela étant, cette situation n’est que temporaire.

Généralement, nos chiens comprennent très bien ce type de situation. Je suis toujours impressionnée par la résilience de Queeny lorsque je suis malade. Elle ne me demande jamais de sortir, elle attend en restant couchée près de moi. C’est là que la culpabilité humaine entre en action. Je me traine dehors, emmitouflée avec mes mouchoirs. Là encore, elle reste réceptive à mon état et ne traine jamais pour rentrer. Je suis heureuse de lui faire plaisir en sortant, elle est heureuse de sortir. Finalement, le bonheur tient à peu de choses, non ?

Nos chiens ont une réelle capacité d’adaptation et sont plein de ressources.

du malheur au bonheur, un cheminement

Un autre cas doit être évoqué. Le chien ayant vécu un début de vie malheureux. Parce qu’il n’a pas eu la chance de connaitre un bon foyer., il a subi la maltraitance, la négligence, il n’a jamais connu les bonheurs de la vie avec des humains aimants, etc… Alors que certains chiens grandissent dans le bonheur, d’autres le rencontrent tardivement.

Ce qu’on ne connait pas, ne nous manque pas ? Je doute. Enfant, j’ai longtemps vu un chien à l’attache dans la cour d’un ferme, proche de chez mes grands parents. Il nous regardait passer devant son portail avec un air triste, lorsque nous promenions les chiens de mes grands-parents. On caressait, on jouait, sans réaliser la situation dans un champs juste en face.

Je ne valide pas la théorie selon laquelle, ce chien n’ayant jamais rien connu d’autre, cela ne peut pas lui manquer ou lui faire envie. Il voyait, une autre manière de vivre quant on est un chien. Ainsi, le chien qui n’a jamais rien connu doit s’habituer au bonheur. Je pense notamment aux chiens adoptés en refuge. Ils doivent passer par la découverte tardive. Un cheminement vers l’apprentissage du bonheur, chargé de craintes et appréhensions de la nouveauté. D’un chien à l’autre le temps peut être court ou long. Cependant, ce sont incontestablement les chiens les plus reconnaissants du bonheur !

Ainsi, on peut déjà établir que le fait d’être heureux, pour un chien dépend grandement de la vie qu’on lui offrira. Aussi, que notre conception du bonheur doit être reconsidérée à l’échelle du chien pour qu’il soit vraiment comblé et heureux.

#Introspection

A ce stade du raisonnement, il me semble déjà nécessaire d’insister sur la distinction entre bonheur humain et canin. Je m’explique par un exemple.

Lorsque j’offre un nouveau collier à Queeny, je suis joie. Cependant, est-ce que ce nouveau collier rend vraiment Queeny heureuse ? Très sincèrement, je ne pense pas. Je crois que ce qui l’a rend heureuse, c’est de me voir heureuse. Aussi, c’est toute l’attention centrée sur elle, les compliments, les caresses, les regards dirigés uniquement vers elle.

Ce qui signifie que nos chiens ne sont pas comme nous, le bonheur ne découle pas du matériel pour eux. Certes, ils apprécient d’avoir des jouets et des effets personnels mais ça ne constitue pas la source majeur de leur bonheur. Ce constat est d’autant plus observable par les chiens qui partagent la vie de SDF. Ils se contentent de très peu et semblent cependant heureux, au regard des critères de reconnaissance du bonheur chez le chien.

Du coup, nous pouvons nous demander, si le bonheur du chien, ne découle pas du matériel …

Le laisser faire des conneries parfois ?! La vie est courte, pourquoi pas ?! Queeny aimait creuser lorsqu’elle était petite, évidemment, il s’agit d’un comportement à décourager. Cependant, il m’arrivait de tarder à le faire, sur le coup, en voyant le bonheur procuré par le trou qu’elle faisait …

Comment rendre son chien heureux ?

#1 PAR L’individualité

Pour rendre son chien heureux, à mon sens, la première clé de voute réside dans la notion même d’individualité.

L’individualité : Caractères par lesquels une personne ou une chose diffère des autres.

Nous pouvons donc déterminer que pour rendre son chien heureux il faut … D’une part, le considérer comme un individu à part entière mais aussi, s’adapter d’un individu à l’autre lorsque l’on partage la vie de plusieurs chiens. D’où, dans cet article nous ratisserons largement la thématique afin que tous puissent s’y retrouver. Cependant, l’une ou l’autre pistes données peuvent ne pas correspondre à votre chien.

Attention, gardons à l’esprit le concept suivant : C’est l’humain qui est en capacité de rendre son chien heureux. De fait, c’est l’humain qui doit multiplier les stratégies, les introspections, les ajustements et développer son adaptabilité. Cela en acceptant de se faire aider en cas de nécessité.

L’individualité ou l’acceptation de la différence :

Ainsi, considérer son chien comme un individu à part entière équivaut à accepter ses différences. Aussi, ses particularités, ses travers, ses préférences, ses limites et ses craintes. Bref, l’ensemble des composants qui façonnent l’individualité.

L’individualité implique aussi d’accepter qu’il n’existe pas d’approche unilatérale avec les chiens. Les approches sont multiples, tout comme les individualités. Ainsi, ce qui rend l’un heureux n’aura peut être pas de prise sur l’autre. Il en va de même pour ce qui fonctionne avec l’un et qui restera utopiste avec l’autre…

Accepter la différence est donc un travail nécessaire car pour rendre son chien heureux, il faut l’aimer en sa qualité d’individu. Entendons, tel qu’il est !

Certes, les problématiques comportementales peuvent être travaillées, mais l’acceptation doit être réfléchie. Pour rendre son chien heureux, il ne faut pas l’emprisonner dans les contraintes interminables. Ce qui constitue souvent un piège pour l’humain. Plus spécifiquement lors des deux scénarios suivants…

L’idéalisation d’une relation naissante :

Cette problématique est souvent rencontrée lors de l’intronisation d’un premier chien. Voire, lors de l’intronisation d’un second chien lorsque l’humain est resté sur un sentiment d’échec avec le chien précédent qui partageait sa vie.

Faire le deuil du chien parfait est une nécessité. Trop souvent, sans le vouloir, nous écrasons nos chiens sous le poids de nos propres ambitions. Un chien qui obéit au doigt et à l’œil, qui ne fait jamais de bêtises, sociable, sortable, propre rapidement, qui marche au pied plaçant la notion de rappel à l’acquis inutilisé, sachant rester seul, acceptant les changements, conjuguant avec vos humeurs et votre rythme de vie, etc…

STOP ! Ce chien n’existe pas ! Peut-être pas encore, peut-être jamais, peut-être par alternance ! ACCEPTEZ CE CONCEPT d’emblée ! LE CHIEN PARFAIT N’EXISTE PAS !

Conjuguer avec les imperfections c’est limiter la charge mentale que vous ferez peser sur votre chien. Aussi, c’est amoindrir la pression que vous vous mettrez. Accepter les différences et les imperfections c’est respecter l’individualité, la votre et la sienne.

Enfin, accepter de donner du temps au temps. Entendons, qu’une relation de confiance se construit progressivement, dans le temps. Aussi, votre chiot ou chien doit d’abord créé du lien avant de pouvoir évoluer dans une relation de confiance avec vous.

Pour un bonheur fluide et simple. Proscrivez l’idéalisation. Appréhendez la relation comme une construction éternellement inachevée et non comme un acquis in fine.

D’autant que ce qui compte vraiment dans la vie c’est le voyage pas la destination. Je pense que l’on apprend beaucoup en construisant de manière progressive car la construction est stable, solide et pérenne. De fait, j’ai très vite accepté le concept avec Queeny. Nous ne sommes pas parfaites, mais notre relation l’est devenue avec le temps, et ce, malgré nos imperfections.

La passation d’une relation idéale :

La dualité du deuil inachevé ou vous ayant marqué et de la joie d’une arrivée peuvent se rencontrer. Lorsque vous avez perdu un chien avec lequel la relation était harmonieuse, proche de la perfection et qu’un nouveau chien arrive dans votre vie.

Il ne faut pas occulter le risque de comparaison. D’autant, que la barre haute que peut placer un chien qui nous a comblé pour son successeur est une réalité. D’où, l’importance de considérer l’individualité du nouveau chien qui rejoint votre foyer. Il est différent, la relation bien que semblable parfois, ne sera jamais similaire. Car chaque livre doit pouvoir raconter sa propre histoire.

Combien se souviennent d’avoir entendu ces phrases : “mais mon autre chien, lui, il faisait ça… On avait l’habitude de ça.. Lui il est différent, … Plus indépendant, … Moins ceci, … Plus cela, …”

Ce qui est considéré comme de l’imperfection inconsciemment découle d’une comparaison implicite. De fait, la distance évoquée n’est parfois qu’un élément de construction encore inachevé. On ne peut comparer 10-15 années de vie ensemble à un délai plus bref pour le chien fraichement arrivé dans nos vies.

Pour moi, le respect de l’individualité est donc une clé pour rendre son chien heureux.

La mise en application du concept simplifié:

Respecter les différences / Eviter les comparaisons à un autre chien ou un autre duo / S’accorder du temps pour construire et progresser / Accepter de renoncer à vos idéaux de perfection / Conjuguer avec les limites et s’y adapter / Envisager la différence comme une qualité / Proscrire la contrainte ou la standardisation.

Il est timide, il n’aime pas l’eau, ou au contraire, il l’aime trop. Il est peureux, il est râleur, c’est un gourmand, … ET ALORS ? C’est votre chien, n’est-ce pas le plus important !

Comment rendre son chien heureux ?

#2 PAR la considération

La considération ou dirons nous, la prise en considération est à prendre au sens large. Ainsi, la considération permettant de rendre votre chien heureux est liée à plusieurs concepts.

Respecter sa nature

Votre chien est un chien. Respecter sa nature est le premier pas vers une réelle prise en considération. Il a besoin de renifler, gambader, découvrir, interagir, … Votre chien veut se rouler dans la boue, sauter d’un tas de sable à l’autre, pister les odeurs …

Bref, il est important de respecter sa nature. On est vraiment heureux que lorsque l’on peut être soi même. Il en va de même pour nos chiens ! Pour respecter sa nature, il est primordial de la comprendre. C’est pourquoi de nombreux livres de référence sont présentés sur le blog.

Ainsi, un chien est à considérer comme un être sensible et social. De fait, il a besoin d’interactions. D’où l’importance de le laisser avoir des amis et côtoyer d’autres individus que vous. Souvent ce n’est pas notre chien mais notre surprotection qui entrave les interactions de nos chiens. Parfois nous les surprotégeons au point de les empêcher de vivre “des trucs de chiens”.

Plus grave, on développe un hyper attachement affectif à nos chiens. Prendre nos chiens en considération c’est également considérer leurs libertés. Liberté de choisir : d’interagir ou non, de prolonger ou d’écourter, de refuser ou d’encourager.

Parfois considérer son chien, respecter sa nature, c’est aussi être en capacité de braver ses propres convictions ou certitudes. Accepter de se remettre en question pour lui afin de ne pas sombrer dans l’anthropomorphisme exacerbé !

Répondre à ses besoins

La question des besoins a été antérieurement abordée sur le blog. Dans un article complet à retrouver ICI

Vous constaterez que ces besoins ne peuvent être comblés que par votre prise en considération. Ainsi, il est essentiel de s’y atteler dans le quotidien. Aussi, pour rendre son chien heureux, en comblant ses besoins, un exemple concret. Prenons la stimulation mentale, largement évoquée sur le blog. Elle n’a pas vocation qu’à l’occupation saine de votre chien. Sachez qu’elle contribue largement à combler son besoin d’estime. Un article aborde le sujet, de la stimulation mentale, plus en détails juste ICI.

Elle permet contribue donc à rendre votre chien heureux selon cette mécanique :

Ainsi pour rendre son chien heureux : Il faut considérer ses besoins et les combler tout en respectant sa nature. Avec une mention spéciale pour les chiens de travail !

Les simplifications du concept :

Nous devons donc nous assurer que notre chien mange à sa faim. Une alimentation de qualité, saine et équilibrée, adaptée à ses besoins nutritionnels. Cela dans un environnement propre et adapté, au calme. Il faut donc fournir à notre chien des espaces personnels confortables, pour ses repas mais aussi pour ses temps de repos.

Notre chien doit également se sentir estimé et intégré à la famille. Il nous incombe aussi de nous assurer de sa bonne santé et de lui fournir les soins nécessaires et un suivi médical adéquat. Enfin, nous sommes garant de sa vie extérieur.

De fait, il faut lui fournir des opportunités d’interagir avec ses congénères et d’être stimulé mentalement, par l’environnement, le jeu ou la pratique d’une activité régulière.

Qui plus est, nous devons nous assurer qu’il se sente en sécurité physiquement et psychologiquement afin de s’épanouir. Surtout, le besoin d’utilité de notre chien, le pourquoi il est ici bas, ne sera véritablement comblé que si nous le prenons véritablement en considération.

Se mettre à sa place

Aussi simple que cela puisse paraitre, il est importante de se mettre à la place de nos chiens pour mieux les comprendre.

Exemple, lorsque nous rentrons du boulot crevée, il faut se mettre à la place de nos chiens. Ils nous attendent toute la journée … N’est-il pas normal qu’ils souhaitent aller faire une promenade, obtenir des câlins, nous solliciter ? Cette application est valable pour tous les aspects du quotidien. Pour rendre son chien heureux, il faut se mettre à sa place !

Pour se faire comprendre, il faut parvenir à se mettre dans la tête de nos chiens. Comprendre la perception qu’ils peuvent avoir de nos pratiques, de leur environnement de vie ou de sortie, Il est important de donner de son temps pour les connaitre vraiment et leur permettre d’évoluer. Un chien heureux est un chien qui se sent compris ! Je pense que l’incompréhension mène à la frustration qui mènera au mal-être. D’où l’importance de comprendre et de se faire comprendre pour une meilleure acceptation des décisions que vous prendrez.

S’adapter à son évolution

Comme nous, nos chiens évoluent. Les goûts changent, les centres d’intérêt également. D’où, l’importance de s’adapter. Plus spécifiquement encore, lorsque notre chien devient SENIOR. S’adapter au temps qui passe mais aussi au vécu. Ainsi, il n’est pas rare qu’une remobilisation des acquis éducatif soit nécessaire. Aussi, la rééducation d’un chien est un aléas avec lequel il nous faut parfois conjuguer. Notamment, après une agression.

De fait, pour rendre notre chien heureux, il est parfois nécessaire de déconstruire nos habitudes pour mieux reconstruire son bien-être. Avec le temps ou les circonstances de la vie, il peut être nécessaire de s’adapter au handicap. Soutenir et chérir notre chien en toutes circonstances est un facteur de son bonheur !

S’adapter, c’est aussi prendre ses peurs en considération. Notamment, celle de l’abandon. De fait, il faut s’adapter pour les vacances, les temps forts comme Noël ou nouvel an.

Comment rendre son chien heureux ?

#3 PAR l’attention

LES FONDAMENTAUX

Passer du temps ensemble, selon la configuration du duo : Faire de belles promenades, prendre le temps de jouer ensemble, lui dire que vous l’aimez et le lui montrez au quotidien. Prendre le temps de l’éduquer de le câliner, de l’emmener avec vous, lui permettre de découvrir le monde.

Le surprendre, pourquoi pas en lui cuisinant des biscuits ou en réalisant un DIY ! Lui faire découvrir la haute gastronomie de la gamelle pour des occasions spéciales, etc…

Parfois le bonheur réside dans ces petites choses simples du quotidien. Se poser et faire un câlin, prendre le temps de s’interrompre pour une caresse ou un bisou. Arrêter son travail et sortir s’aérer en tête à truffe. Partager un biscuit devant un film en tête à truffe. Faire la surprise d’une randonnée dans un nouveau coin ou d’un week-end improvisé ! S’atteler à de nouvelles activités.

Les fondamentaux résident dans votre capacité à profiter de chaque instant passé avec votre chien. Considérant ce temps comme une chance ! On dit qu’un chien est accompagné de contraintes, soyons honnêtes, c’est vrai! Cependant, les contraintes aussi peuvent contribuer à être heureux car lorsque l’on considère le ratio, il n’y a pas photo !

N’oublions pas que leur vie est plus courte que la notre. Ainsi, tous les matin et tous les soirs, je prends vraiment le temps de dire bonjour et bonsoir à ma boule de poils. Plus les années passent et plus je redoute le jour où il ne me sera plus possible de le faire, le jour où, elle ne sera plus à mes côtés. Les fondamentaux, c’est donc, de faire en sorte que le quotidien soit beau pour eux !

pour Lui et non la société …

Dans la série de mise en application des fondamentaux, il faut pouvoir lâcher prise. Entendons, se moquer du qu’en dira t’on !

Vous voulez vous rouler dans le sable pour jouer avec votre chien ? Qu’est-ce qui vous en empêche concrètement ? Les autres ou votre peur du jugement des autres ?

Nos chiens évoluent dans la spontanéité, sans calculs, sans freins au jugement. Je considère que c’est une véritable chance pour nous. Il nous permettent d’entretenir notre âme d’enfant. C’est pourquoi, faites lui plaisir, pour le rendre heureux, lâchez vous ! Parfois, ou carrément souvent ! Laissez votre chien vous guider dans l’art de s’amuser simplement avec peu ! Pour le bonheur de votre chien, ne vous privez pas de vivre ce que voulez vivre.

Perso, j’ai arrêté de redouter le jugement, désormais lorsque je suis invitée mais pas mon chien, je décline sans fausses excuses ! Je ne demande pas à mes amis de comprendre, juste de respecter mes choix. Ce qui rend mon chien heureux, c’est avant toute chose d’être avec moi ! Elle se fout du menu, de la distance, du froid qu’il fait dehors… NOS chiens nous aiment et nous suivraient n’importe où par amour ! D’où, je l’emmène partout où elle peut me suivre (exception : supermarché, médecin, etc..)

LES COMPROMIS

Rendre son chien heureux, c’est aussi accepter de faire des compromis. Je me souviens de ma détermination quant au fait que Queeny ne monterait pas sur le lit. Bref, elle y dort ! En toute franchise, désormais c’est moi qui peine à m’endormir lorsqu’elle n’est pas là !

Revenir sur une décision n’est pas un aveu de faiblesse, lorsque l’on vit avec un chien il faut malmener son égo.

Chez nous : Je ne mange pas de viande mais j’en cuisine pour elle … Rendre son chien heureux, c’est peut être l’aimer tout simplement ! Le reste coule de source, non ? Accepter que la maison ne sera jamais parfaitement rangée ou propre car Queeny laissera toujours trainer un jouet. Elle fera toujours une boule avec le plaid pour faire sa sieste. Du coup, les plaids seront toujours chiffonnés. Lâcher prise, c’est un concept qu’on apprend avec un chien. Ce qui compte pour moi, c’est d’être en famille, sur le canapé, à passer un beau moment. Que le plaid soit net ou chiffonné, ce n’est plus ma priorité ! Lâcher prise, c’est un concept qui contribue à être heureux ! Petits compromis pour grands bonheurs !

Un ROCK, un havre

Un dernier point mais essentiel. Nos chiens sont sensibles et réceptifs à notre état émotionnel. De fait, il est important qu’ils ne subissent pas ni notre mauvaise humeur ni les aléas de nos quotidiens d’humains. Nos chiens doivent évoluer dans un environnement où ils se sentent en sécurité et en confiance.

Lorsque la vie nous éprouve par des bas et des complications, il nous reste nos chiens. Nous leur devons d’être à la hauteur ! Ils nous soutiennent en toutes circonstances.

Votre chien vous a-t-il déjà reproché d’avoir pris du poids ? D’avoir oublier de faire des courses ? Vous a-t-il déjà houspillé car vous avez oublié la PJ d’un rapport pro dans votre e-mail ? Voilà, voilà, nos chiens ne nous jugent pas. Les jours où nous sommes exécrables pour eux, nous sommes toujours des rockstars, dans leur regard, nous sommes des sommités !

De fait, pour rendre son chien heureux, il faut se montrer à la fois cohérent et constant.

La compréhension par opposition

Vous l’aurez compris; pour rendre son chien heureux, il y a plusieurs pistes évoquées dans cet article. Cependant, pour rendre son chien heureux, il est aussi nécessaire de se demander ce qui rend un chien malheureux ! Je me suis posée cette question, et voici ce qui m’est arrivé à l’esprit, spontanément.

La solitude, le mépris, la violence, l’indifférence, le manque d’attention, le manque d’affection, l’incompréhension, l’abandon, la peur, le froid, la faim, la douleur, …

Ce dont nos chiens ont besoin pour être heureux, ce n’est pas … D’une corbeille à jouets remplie, si personne ne veut jouer avec lui. D’une panière confortable dans une belle maison où personne ne reste lui tenir compagnie. D’une gamelle pleine, mangée dans une cuisine vide de vie, tous les soirs au signal envoyé depuis votre smartphone. De vacances en colonie parce que vous avez préférez l’Indonésie à l’Europe et qu’il ne pouvait pas venir. De promenade de quartier avec une laisse de 30 cm pour ne frôler aucun congénères. D’un beau collier à la mode, s’il n’a personne à qui le montrer car il ne sort jamais du jardin.

En bref, la clé du bonheur de votre chien, c’est vous ! Votre amour, votre temps, votre attention, votre affection, votre présence, votre empathie, votre écoute, votre motivation, vos efforts, vos compromis, votre compréhension. Enfin, votre investissement émotionnel dans la relation unique que vous vivez en duo avec votre chien est importante !

L’accompagner dans les bons et mauvais moments, avec patience et bienveillance ! Restant ainsi, à ses côtés jusqu’à ce que la mort vous sépare en faisant de votre mieux pour le rendre heureux ! Affronter les difficultés main dans la patte, savourer les victoires et surtout, ne jamais abandonner ! Vous êtes une équipe. De fait, on termine comme on a commencé, ensemble ! Croyez en lui, croyez en vous et en ce duo, peu importe les mauvais moments, ensemble on est toujours plus fort !

Si vous doutez encore de votre capacité à combler le besoin d’utilité de votre chien ou que vous chercher des exemples concrets d’actions pouvant le rendre heureux. Je vous recommande cet article, disponible sur le blog. Que faire avec un chien, un chien ça sert à quoi ?

Si vous avez une question, n’hésitez pas à nous la poser soit en commentaire de cet article, soit en nous contactant sur l’adresse e-mail du blog : mydogisaqueen@gmail.com ou notre compte Instagram @mydogisaqueen.

Queeny & L'humaine
Queeny & L’humaine

𝘘𝘶𝘦𝘦𝘯𝘺, 𝘤𝘳𝘰𝘪𝘴𝘦́𝘦 𝘈𝘒𝘈 𝘱𝘢𝘶𝘱𝘪𝘦𝘵𝘵𝘦 e𝘵 𝘴𝘰𝘯 𝘩𝘶𝘮𝘢𝘪𝘯𝘦 💬𝙵𝚘𝚗𝚍𝚊𝚝𝚛𝚒𝚌𝚎 𝚍𝚎 𝙼𝙳𝙸𝙰𝚀 𝚎𝚗 𝟸0𝟷𝟼 𝗥𝗲́𝗱𝗮𝗰𝘁𝗿𝗶𝗰𝗲𝘀 𝗕𝗹𝗼𝗴 & 𝗠𝗮𝗴 𝟭𝟬𝟬% 𝗗𝗼𝗴𝗺𝗼𝗺𝘀 ◽Dღɢℓɨƒєsтγℓє / Иєωs◽ 𝑅𝑢𝑏𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠 𝑝ℎ𝑎𝑟𝑒𝑠 : 𝑊𝑖𝑠ℎ𝑙𝑖𝑠𝑡, 𝑏𝑜𝑢𝑞𝑢𝑖𝑛𝑒, 𝐷𝑜𝑔𝑠𝑚𝑜𝑚𝐿𝑖𝑓𝑒,..

,

You Might Also Like...

No Comments

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :