Browsing Tag

Film

CinéDog My Queen et les associations Pour doglovers Only

Nous les chiens

18 septembre 2020

#CINEDOG

Sensibiliser c’est éduquer !

Qui de plus objectif dans sa vision du monde que l’enfant, il regarde les choses sans détours et s’en interroge, bien souvent, il partage ses observations avec ses parents humains, ce qui peut donner libre cours à des échanges constructifs, éducatifs, instructifs qui permettent de faire passer un contenu par la construction collective aux détours de d’hypothèses, déductions, vérification lorsque la thématique prête à une enquête ludique pour en apprendre davantage sur un sujet ciblé ; une acquisition complexe, par un mode d’assimilation intuitif et réflexif ; qui peut aisément se mener au sein de la famille.

Ce film d’animation est la porte d’entrée idéale vers la sensibilisation à toutes les problématiques touchant le chien ; de sa conception à sa fin de vie.

Nous les chiens, de son titre origina « The Underdog », est un film d’animation Sud-Coréen, de Oh Sung-yoon et Lee Choon-Baekde sorti le 22 juin 2020, d’une durée 1h 42min ; Récompensé festival Voir Ensemble 2020 – Grand Prix du jury enfant.

« La définition du mot « underdog » (titre original du film) qualifie les plus faibles dans une compétition. Nous trouvions intéressante l’idée de faire un film sur des animaux en apparence plus faibles que les humains, mais qui finissent par trouver, à long terme, ce qui fait leur force : l’union, la solidarité. Nous voulions montrer que la vie n’est pas un don, mais plutôt un objectif que nous devons atteindre par nous-mêmes. Vivre notre vie telle que nous l’avons rêvée permet d’en éprouver la quintessence. NOUS, LES CHIENS est un film qui narrela quête de ce bonheur universel. Nous aimerions que les spectateurs adhèrent à ce message. »

Source : Communiqué presse, OH SUNG-YOON & LEE CHOON-BAEK

Synopsis : « Le chien est le meilleur ami de l’homme. Affectueux, fidèle… mais lorsqu’il vieillit ou se comporte mal, il est parfois abandonné comme un mouchoir souillé. Et lorsqu’il se retrouve seul face à la nature, l’instinct animal et l’esprit de meute reprennent le dessus. Solidaire, déterminée, notre petite bande de chiens errants va peu à peu réapprendre à se débrouiller seule. Et découvrir la liberté, au cours d’un extraordinaire voyage ».

Particularité, le film d’animation propose une alternance, 3D des personnages et 2D des décors, à laquelle petit d’homme n’est très certainement pas accoutumé s’il est adepte de Disney ou Pixar,… Perso, j’ai apprécié, ça m’a rappelé certains dessins animés de mon enfance.

Une réelle volonté de sensibiliser à l’origine de ce projet ; pour cause, les créateurs Sung-yoon Oh et Lee Choonbaek ont initié cette réalisation collective, après avoir visionné un documentaire sur les abandons massifs de chien ; donc, dans le but de sensibiliser un vaste public ; on ne le dira jamais suffisamment, les enfants d’aujourd’hui sont les adultes de demain ; il est donc primordial de les éduquer à la pensée « humaniste » dans toute sa bienveillance.

Il s’agit d’un animé d’aventures, sur fond de drame ; cependant, rassurez-vous il y a un Happy end, ça reste un contenu destiné au jeune public, mentionné à partir de 6 ans ; Perso, je penche davantage vers le 7-8 ans, ou selon, prise en considération de la maturité « émotionnelle » de l’enfant ; qui aura peut-être besoin de mettre des mots sur des thématiques difficiles, telles que la mort, la maltraitance,…

La maturité émotionnelle c’est la capacité à ressentir, assumer, et exprimer ses émotions, cela implique de parvenir à les identifier, les décrire, voire les nommer. Nous ressentons une multitude d’émotions parfois simultanément, parfois consécutivement ; les identifier permet de les gérer, de communiquer… si petit d’homme se sent en colère, dans l’incompréhension, dans la frustration parce qu’il ne comprend pas les aléas vécus par les protagonistes du film, il est important de l’accompagner dans la démarche d’interprétation de comportements humains qui peuvent sembler déconcertants voire incompréhensibles ; par exemple « l’abandon », s’il partage quotidien d’un chien, petit d’homme, par essence, abstrait de toutes déconsidérations « adultes » pour le vivant, peut s’avérer perturbé par la première confrontation avec la cruauté de ces réalités du quotidien, appréhendées au travers de ce que l’on qualifie communément de « divertissement », à savoir, un dessin animé. Cela reste, certes, moins choquant que tombé nez à nez avec un chien abandonné sur une aire d’autoroute ; mais cela n’en demeure pas moins, une thématique, qui nécessite une intellectualisation, et donc, un dialogue au sein de la famille ; de fait, la maturité émotionnelle constitue un gros plus pour l’aborder efficacement.

Nous les chiens, un outil éducatif ?

On vous explique pourquoi…

La meute, c’est la solidarité ; mais aussi, le partage de connaissances et ressources ; le dépassement des différences lorsque celle-ci s’élargit par l’assimilation des chiens errants dits « sauvages ».Vivre avec les autres, parmi LES autres, entendons, les humains, avec toutes les complications que cela peut générer, l’union fait donc la force dans ce cortège de démonstration fraternelle, propre à l’espèce, que nous affectionnons tant, le chien.

Le périple, cette quête qu’ils mènent en équipe, qui permet le voyage par des décors extrêmement bien réalisés et des tableaux du quotidien très détaillés ; qui initie à la diversité culturelle, par la gastronomie, le vestimentaire, les traditions qui parsèment le périple de la meute. Pour le personnage principal, Moong-chi, la quête relève vraiment du récit initiatique dans le monde libre ; ses premiers pas, maladroits y sont d’ailleurs attendrissants, notamment, sa rencontre avec l’amour, incarné par Ba-mi.

L’injustice des problématiques récurrentes ; telles que les usines à chiots, l’abandon, la maladie, le vieillissement, la mort, les accidents de la route, la traque des chiens errants, les difficultés qu’ils rencontrent pour survivre ; tant de thématiques pouvant être abordées avec petit d’homme, c’est vraiment un support idéal pour l’initié à la cause animale.

La rédemption ; l’humain peut aussi être bon, sans rien attendre en retour, ou il peut aussi décider de changer, finalement, c’est sur une note d’espoir que se clôt cette belle aventure ;

Idées d’activité : Réaliser une carte mentale avec les thématiques abordées (par les péripéties des héros canins), effectuer des recherches sur ses sujets en post-positionnement à son pays de résidence (ex : les chiffres de l’abandon dans notre pays, quelles en sont les causes, on va rechercher…) ; La ligne chronologique du périple, avec les embûches et les bons moments à replacer en deux couleurs différentes ; ça favorise le travail de la mémoire, mais aussi, la vérification de la bonne compréhension des évènements, donc, leur interprétation, notamment, par le classement ; duquel découlera peut-être une hiérarchisation propre à petit d’homme ; enfin, cela permet de lancer, ensuite, la réflexion sur les problématiques rencontrées, dégager les ressentis, mettre des mots sur les choses, transformer les choses en idées (clarifier la notion), et approfondir.

Ex : « il le laisse seul dans la forêt » / Le verbe- mot : c’est abandonner, de l’abandon / L’idée (clarification), alors c’est quoi l’abandon ? Est-ce que c’est seulement laisser dans une forêt ? Enfin, explorer la problématique en menant une recherche ou une réflexion.

En bonus le Communiqué presse de Bookmakers pour accompagner petit d’homme dans l’exploration du film.

Bon, déjà,… Comme à mon habitude, j’ai pleuré, évidemment, j’ai pleuré 3 fois… Je ne vous en dis pas plus, sur les moments, vous tenterez de deviner en le visionnant… (challenge). Tout est-il, que j’ai vraiment adoré ce film parce qu’il est juste, subtil, cependant, il aborde toute la complexité de la cause animale en seulement l’espace d’1h42. Il permet d’avoir une vue d’ensemble sur les problématiques et dérives humaines relatives à l’univers canin ; sur la déconsidération ; le côté « objet » ou « bien marchand », la possession qui occulte la sensibilité ; mais paradoxalement, il permet aussi de faire ressortir le meilleur, l’espoir.

Il est chargé d’humour, d’actions, de belles amitiés ; il reflète bien les us et coutumes de nos boules de poils sans sombrer dans les clichés ; bref, c’est vraiment un rendez-vous que vous devez planifier en famille avec ou sans petit d’homme ; enrichissant humainement, instructif pour les uns, piqûre de rappel pour d’autre, un florilège de réalisme relativement atypique pour un dessin animé, et pourtant… C’est adapté à cet aujourd’hui décevant que l’on rêve en demain bien meilleur, pour « eux les chiens » !

CinéDog

L’appel de la forêt

9 août 2020

#CINEDOG

Bah moi j’aime bien…

L’appel de la forêt est un film américain de Chris Sanders sorti 19 février 2020 dans nos salles françaises, avec au casting ; Harrison Ford, Omar Sy, Dan Stevens, d’une durée d’1h 40min ; il est à placer dans la catégorie famille, aventure, drame…

L’opinion publique fut relativement critique à l’encontre de cette cinquième adaptation cinématographique du roman de Jack London, publié en 1903 sous son titre originel « The Call of the Wild » ; Trois ans plus tard, l’auteur à succès publiait l’incontournable Croc-blanc, lui-même adapté cinématographiquement en 1991, devenant un incontournable plébiscité par les adeptes des films de chien ; L’appel de la forêt, quant à lui, ne semble pas rencontrer le même accueil, les spectateurs paraissent peu convaincus par le recours massif aux procédés numériques, notamment pour donner vie au personnage principal canin, Buck. Cependant, les plus critiques restent ceux qui ne l’ont pas encore vu, anticipant la déception, ils préfèrent s’abstenir…

L’appel de la forêt, résumé : « La paisible vie domestique de Buck, un chien au grand cœur, bascule lorsqu’il est brusquement arraché à sa maison en Californie et se retrouve enrôlé comme chien de traîneau dans les étendues sauvages du Yukon canadien pendant la ruée vers l’or des années 1890. Buck va devoir s’adapter et lutter pour survivre, jusqu’à finalement trouver sa véritable place dans le monde en devenant son propre maître… »

Source 

Pourquoi j’ai aimé cette adaptation ? Tout d’abord, il faut replacer le contenu dans son contexte ; initialement, l’appel de la forêt, est un roman à placer dans la catégorie littérature, d’aventure, jeunesse ; en ce sens, l’adaptation répond à toutes ses promesses, c’est un film qui plait aux enfants et qui permet aux familles de se retrouver ensemble devant le grand écran ; L’aventure reste omniprésente, mais elle intègre une nouvelle dimension, par rapport au roman, une perspective plus psychologique, bien qu’à certains moments édulcorés, sans doute liée au recul de notre siècle sur son prédécesseur, en matière de psychologie humaine ; ainsi, l’on peut apprécier la performance de l’incontournable Harrison Ford, qui incarne magistralement, John Thornton, un homme brisé, très attachant, qui se reconstruit par cette rencontre canine. Notons, que l’interprétation d’Omar Sy est une valeur ajoutée à l’ensemble, on y retrouve son dynamisme et sa jovialité, un acteur qui vous donne le sourire même lorsqu’il joue dans un drame…

Enfin, le recours au numérique, contrairement aux critiques que j’ai pu lire sur la toile, ne me pose pas le moindre problème, que du contraire, implicitement ce choix des studios Disney reflète une réelle préoccupation quant aux conditions de sécurité et de bien-être des animaux sur les plateaux ; à juste titre, un vrai chien aurait permis une production plus rapide et moins coûteuse, cependant, ils ont choisi de recourir à la technologie et c’est tout à leur honneur ; considérant certaines scènes d’action périlleuses, c’est un choix qui cadre parfaitement avec le respect de l’animal et la bienveillance quant à sa sécurité.

L’ensemble reste convaincant, par l’association de prises de vues réelles et d’effets numériques bien réalisés, et ce, malgré l’absence d’un vrai Buck, pour moi, la magie opère, émotions et émerveillements sont au rendez-vous ; On ne peut rester insensible à ce périple amical, ces chemins de vie qui s’entrecroisent pour le meilleur et le pire ; Un film pour jeune public qui séduira très certainement les parents, en matière de contenu cinématographique, objectivement et très sincèrement, on a connu bien pire, à se farcir durant presque deux heures pour satisfaire la passion incommensurable de petit d’homme pour le septième art… Je le recommande aux familles, qui comme moi, apprécient la symbiose entre technologie, éthique animale, et belle histoire d’amitié inter-espèce…évidemment, l’humaine a versé sa larme, preuve que le “faux chien” reste efficace, dans cet ensemble émouvant !

CinéDog

TOGO

28 février 2020

#CINEDOG

Ou le moment où Disney rend hommage à un héros à quatre pattes…

Le cinédog, c’est plus qu’une distraction, c’est le moment idéal pour se détendre; Parfois aussi pour apprendre, contrairement à ce que l’on pense, parfois, le cinéma peut être un excellent vecteur culturel… Ou du moins, une invitation à creuser, à approfondir, à réfléchir. Pour les cinédogs, on s’attend généralement à de l’humour, de la complicité, de l’introspection, et bien évidemment… beaucoup, mais beaucoup, de mouchoirs… Les amoureux de chiens le savent que trop bien, les films avec chiens, on a super envie de les regarder mais paradoxalement, on les redoute; La crainte que le chien ne trépasse, le transfert de la douleur de l’humain du héros à quatre pattes, sur nos propres compagnons, lorsqu’une mésaventure fatale survient; Bref, pour nous, les amoureux de poilus, les cinédogs c’est toujours fort en émotions…

Le film que je vous propose de découvrir est un énorme coup de cœur récent; J’avais certaines appréhensions, en me disant “film chien, film Disney”, ça sent le cocktail édulcoré à plein nez… Finalement, il n’en est rien, j’y suis allée à petit pas, j’en suis sortie éblouie !

Présentation générale : Togo est un film des studios Disney, d’Ericson Core, avec au casting, entre autres; Willem Dafoe, Julianne Nicholson, Christopher Heyerdahl, classé dans la catégorie drame, d’une durée 1h53 minutes, sorti en décembre 2019. Pour découvrir l’intégralité du casting CLIC.

Synopsis du film : “En 1925, un homme et ses chiens de traîneau ont dû parcourir en urgence 700 kilomètres jusqu’à la ville de Nome en Alaska, avec à bord un sérum pouvant guérir une épidémie.”

Bande-annonce

Mon avis ? J’ai adoré ce film, il s’articule autour d’une double perspective, d’un côté la relation de Togo avec son humain, d’où les fréquents retours en arrière, qui reviennent sur les moments forts de la construction relationnelle les unissant; et d’un autre côté, le périple qu’ils vivent, au présent, pour accomplir la mission qu’ils ont décidé d’endosser malgré les risques qu’elle comporte. Outre le fait que Togo soit absolument magnifique, qu’il illustre admirablement la fidélité et le courage, des grands chiens qui parsèment l’histoire humaine; les caractéristiques morales des personnages sont significatives d’une époque, une plongée réaliste dans l’avant “tout à portée de main”; dans la rudesse des grandes étendues de l’Alaska, avec des paysages magnifiques. Un film qui vous transporte et vous emporte dans les tumultes du suspense, de l’attachement, de l’aventure.

C’est de loin le film Disney qui m’a le plus marqué ces dernières années, évidemment, une fois n’est pas coutume, j’ai encore pleuré, un peu, beaucoup, souvent, … Cependant, je ne peux pas dire de ce film, qu’il soit triste, il est tout simplement merveilleux; C’est l’histoire d’un petit gars, que rien, même pas son humain, ne prédestinait au moment de sa naissance, à devenir, un chien dont le parcours de vie fut à son image, exceptionnel ! Un film que je recommande aux familles, aux doglovers, aux amoureux de beaux paysages, … Avec un chocolat chaud, votre boule de poils, et quelques mouchoirs… par sécurité, une belle leçon de vaillance, d’humanité, et de témérité.

Un film engagé et engageant de vérité … Le but des studios, au-delà de produire un beau film d’aventures, était de rétablir une vérité, rendre hommage à Togo, un héros oublié, tout comme les autres chiens qui ont participé à ce relais épique vers la guérison, d’ailleurs. L’histoire se souvient de Balto, dont la statue trône à New-York, mais ne (re)connaît pas l’héroïsme de TOGO… lumière est faite, désormais, sur le rôle majeur qu’il joua, lui aussi, dans cet épisode historique véridique d’une petite ville d’Alaska, Nome.

Evidemment, après le film, j’ai voulu en apprendre davantage sur l’histoire de Togo et son humain Leonhard Seppala. Durant mes recherches, je suis tombée sur un article super et illustré par des photographies, sur le blog histoire de compagnie, qui fait état de cette méprise “Togo/Balto” et revient sur le parcours de TOGO, pour le consulter CLIC.

Liens utiles : Fiche de présentation DisneyNext / Instagram/ Lien de visionnage Disney disponible à partir du 24 mars.

CinéDog On bouquine ?

L’art de courir sous la pluie

15 novembre 2019

#Cinédog 

Titre original : The Art of Racing in the Rain;

 

Un cinédog en tête à truffe, un film qui met en lumière tant les relations humaines, des humains entre-eux, que les relations entre humains et quatre pattes; Un feu d’artifice d’émotions… mais surtout une fenêtre ouverte sur certaines réflexions.

Informations utiles : Production américaine, sortie le 9 août 2019, distribué par 20th Century Fox, placé dans la catégorie mélodrame, durée 1h49 minutes, réalisé par Simon Curtis; scénarisé par Mark Bomback et Garth Stein; au casting : Milo Ventimiglia (Denny Swift), Amanda Seyfried (Eve), Martin Donovan, Gary Cole, Kathy Baker; voix anglaise d’Enzo Kevin Costner.

CinéDog Dog's Mom Life

Year of the Dog

7 septembre 2019

#Cinédog

On ne comprend pas tout… mais ça fait réfléchir ! 

Le week-end pointe le bout de la truffe ; Pourquoi adorons-nous le week-end ? Car il signe le top départ, de deux jours entiers loisibles, idéal pour se consacrer pleinement à sa boule de poils ; C’est d’ailleurs, le moment que nous attendons impatiemment toute la semaine ; Chaque week-end porte son lot de virées, d’explorations ; il s’accompagne souvent, de session shopping ou de la découverte de nouveaux lieux, on a deux fois plus de temps pour faire des câlins et des grasses matinées lovées. Et enfin, un rituel que nous affectionnons particulièrement Queeny et moi….  La soirée cinédog, avec un film spécial poilu que nous regardons en tête à truffe, confortablement installées dans le canapé, avec de quoi grignoter.

CinéDog

It’s Bruno la mini série de Netflix

27 mai 2019

#Cinédog- Série

Un DogDad et … son poilu; 

 

Comme vous le savez, nous sommes toujours au taquet des nouveautés, de fait, une nouveauté mettant en scène les poilus sur grands ou petits écrans … On adore !!

Le 17 mai 2019, Netflix a lancé une nouvelle mini-série intitulée “It’s Bruno“, et effectivement, c’est Bruno, la star !

CinéDog Dogfriendly Vacances

Le Festival International de films de chiens

24 mai 2019

#Agenda

Le 13 juillet … Vous avez une virée de WOOF à y inscrire !

 Un festival… 100% centré sur les films de chiens ! 

La nouvelle est tombée en février mais il est grand temps de s’y préparer; alors à vos agendas …

Retour sur les faits; Ovidie, annonçait sur Twitter, le 5 février dernier: “J’ai l’immense joie de vous annoncer la concrétisation d’un grand projet que je mijotais depuis un bail : le 13 juillet prochain aura lieu la première édition du Festival International de Films de Chiens. Ce festival en plein air se tiendra à Cellefrouin, en Charente.

CinéDog

A Dog’s Way Home / L’incroyable aventure de Bella

3 avril 2019

#Cinedog

Tête à truffe

ALERTE, voici un film que vous allez adorer, il aborde plusieurs problématiques actuelles, et expose les dilemmes de vie auxquels un poilu est susceptible d’être confronté…

Caractéristiques : Il s’agit d’un film américain, adapté du roman de W. Bruce Cameron, sortie avril 2019, durée 1h36 min, réalisé par Charles Martin Smith, classé dans les genres drame, aventure, famille, avec au casting, des acteurs tels qu’Ashley Judd, Jonah Hauer-King, Edward James Olmos ; etc.

Si le nom de l’auteur ne vous est pas indifférent, c’est car nous lui devons notamment le best-seller « mes vies de chien », ce nouvel opus animalier, devrait ravir les fans du genre !

CinéDog

Patrick

16 mars 2019

Ce petit fléau qui…

Bouscule la vie de Sarah

#Cinédog

Comme vous la savez, avec Queeny, nous affectionnons particulièrement les soirées en tête à truffe, devant un bon film… mettant en scène ses congénères !

Voici un film que vous et poilu devriez apprécier ;

CinéDog

Dog Days

1 janvier 2019

#CINEDOG

En tête à truffe…

On a rit, on a pleuré

Le cinédog en tête à truffe est un incontournable de nos activités, Queeny est toujours très réceptive aux films mettant en scène ses congénères, bien évidemment, elle ne suit pas le film assidûment, mais apprécie d’entre les acteurs canins s’y exprimer !

Voici donc un film, que j’ai apprécié … pour Doglovers, et adeptes des comédies sentimentales et/ou familiales…

CinéDog

Un homme et son chien

14 septembre 2018

#Cinédog

Informations générales : Date de sortie 14 janvier 2009, d’une durée d’1h34 min, un film français, du genre dramatique, réalisé par Francis Huster, avec pour acteur principal Jean-Paul Belmondo, et « le chien »…

CinéDog

WHO GETS THE DOG ? / En français ; « Qui garde le chien ? »

16 février 2018

#Cinédog

Une soirée tête à truffe en duo ou en trio…

8601_thumb_4934.jpgWHO GETS THE DOG ? / En français ; « Qui garde le chien ? »

Caractéristiques :

Il s’agit d’une comédie américaine, sortie en 2016 sur les écrans, réalisée par Huck Botko

Au casting : Alicia Silverstone, Ryan Kwanten, Randall Batinkoff plus

CinéDog

Megan Leavey

18 novembre 2017

#Les soirées CinéDOG

cinédog.jpg

Lorsque poilu est un coéquipier ! Et s’il était plus que ça ?

Ils sont nombreux ces poilus à risquer leur vie en exerçant une fonction professionnelle. Ils ne sont plus des bébés, ils sont entraînés, et prêt à sacrifier leur propre vie pour sauver leur humain et mener à bien leur mission.

C’est l’amour qui les guide et non le patriotisme, c’est le courage et l’attachement qui le pousse à se dépasser, à vaincre la peur et à souffrir le danger.

Geek Paradise Lifestyle/ Inspiration

Starwars…DOG

9 août 2017

#Un jour dans une galaxie…

…AU POIL ! 

Alors que nous sommes nombreux à attendre le premier volet de la célébre saga “Starwars”, intitulé “le dernier Jedi” et annoncé pour le mois de décembre 2017;

Poilu, selon son jeune âge… ne sait, très certainement, pas de quoi vous lui parlez…, il aura d’ailleurs beaucoup de mal à comprendre votre engouement, lorsqu’il verra courir jusqu’à votre dressing afin d’en sortir votre T-shirt, sweatshirt  ou mug culte “Starwars”, arborant, ainsi la tenue du parfait “addict” pour le visionnage de ce nouvel “opus” tant attendu !!

Pourtant, ce grand moment, c’est avec Poilu, en famille, que vous souhaitez le partager !

Avis aux fans … c’est le moment d’équiper poilu en mode “STARWARS addict

Notre traditionnel, vu sur la toile… 

CinéDog

White God

1 juillet 2017

#Les soirées cinéDOG

Le rendez-vous des têtes à truffes ! 

 

Dans la série, weekend pluvieux mais weekend heureux, on favorise les cocoonings DVD, soirée tête à truffe à volonté…

Nous vous avons déniché, un nouveau bon plan, qui devrait satisfaire les deux et quatre pattes de la famille, pour un agréable moment à la maison!

Un film, autour de l’univers des Poilus? Un film qui permet de faire découvrir à Poilu, le cinéma engagé !

Attention: Ce film est interdit aux enfants de moins de 12 ans / En âge poilu, interdit aux poilus de moins de 12 mois ! 

CinéDog

The dog lover, un film pour les addicts?

25 juin 2017

#Cinéma… tu sors / Soirée DVD… ça vient à toi ! 

 

Comme beaucoup d’entre vous, je suis toujours à l’affût des nouveautés cinéma ou dvd qui touchent, de près ou de loin, l’univers de nos boules poils…

Cependant, avec une préférence pour le visionnage en DVD, à la maison, en compagnie de ma poilue !

“L’humaine, je veux voir le film moi aussi… !”

Si vous êtes comme moi, et que Poilu est comme Queeny, bonne nouvelle, je suis tombée par hasard, sur un film qui devrait vous permettre d’organiser votre prochaine séance de “cinéma” party avec lui !

%d blogueurs aiment cette page :