Browsing Tag

Nature

Dog's Mom Life Lifestyle/ Inspiration NatureLovers Soins et quotidien Pour doglovers Only

Un poilu engagé dans l’écologie…

1 novembre 2020

#ECOFRIENDLY

L’éco-responsabilité, un concept plus vaste qu’il n’y paraît…

Au cœur de cette thématique, la nécessité de consommer moins, sans abstraire la notion de consommer mieux.

Consommer moins, afin de limiter la surproduction, nous sommes pleinement conscients, que la surconsommation a un impact dramatique sur l’écologie et que la surproduction est un véritable fléau pour notre environnement ;

De même, favoriser le développement durable est l’enjeu majeur de ces dernières décennies, et manifestement, il le restera encore longtemps, du moins, tant que nous, consommateurs ne prendront pas notre « destinée en main ».

Consommer en pensant à demain, répondre aux besoins d’aujourd’hui sans amoindrir la capacité d’exploitation des ressources demain. Placer l’écologique au centre de notre réflexion sans l’opposer à l’humain, c’est là, le cœur même du concept de développement durable ; nous sommes un tout, qui se doit de tendre vers la cohérence en matière de coexistence ; de fait, la réduction des inégalités est également l’une des clés de voûte de cet édifice qu’est l’humanité ; c’est pourquoi, l’acte d’achat se complexifie pour celui qui souhaite concilier consommation et éthique …

Consommer sans souffrance qu’elle soit humaine ou animale, consommer durable pour ne pas racheter en permanence ; consommer solidaire pour contribuer à un vivre mieux pour tous, consommer rationnel pour éviter les achats impulsifs, consommer équitable pour que tous soient valorisés dans la sphère de production, consommer en pleine conscience car on est en droit d’attendre la transparence, l’information et la sollicitation de notre libre arbitre !

Cette série d’articles, sur cette thématique spécifique, me tenait a cœur, il est en quelque sorte la matérialisation de ma rédemption, j’ai longtemps été une grande consommatrice, je suis souvent restée attachée à mes ornières ; cependant, depuis quelques années, les constats, que beaucoup dénient encore à tort d’alarmistes, ont trouvé écho en moi, car personnellement, je les considère comme réalistes !   

Nous sommes de plus en plus nombreux à placer l’écologie et l’éco-responsabilité au cœur de nos préoccupations ; soucieux de préserver notre planète avec éthique, nous modifions nos us et coutumes afin d’y intégrer une dimension de consommation « durable ».

Si vous souhaitez changer de cap en y intégrant votre boule de poils, c’est possible, cette série d’article est conçue pour vous y aider… Il est fruit de ma réflexion personnelle, et des adaptations mises en place dans notre vie depuis quelques années.

Changement de cap….

Stylé avec éthique… Les deux sont conciliables

Les colliers en cuir n’ont pas le monopole du « style », il existe plusieurs alternatives qui permettent de mettre votre boule de poils en valeur sans recourir à ce matériau, qui de plus en plus, se trouve au cœur de polémiques relatives aux conditions d’élevage et d’abattage des animaux dont la peau sera prélevée afin de réaliser cet accessoire ! Aussi, nous pouvons soulever le questionnement suivant ; « une bête sur une bête », est-ce bien éthique ? Ici encore, tout n’est que question de convictions ; d’aspiration et d’engagement ; mais il est important de savoir, qu’il existe des accessoires superbes, conçus et réalisés sans la moindre cruauté animale, car la mode change, progressivement, suivant l’éveil des mentalités, et qu’il n’est jamais trop tard pour emboîter le mouvement du cruetly free… Une sélection de 4 styles, pour adopter ce nouveau mode de consommation, alternatif au cuir ;

J’ai personnellement décidé de renouveler le dressing de Queeny en ce sens, voici ma sélection à découvrir sur le blog : Hoadin / Koko collective / Pawness / Herzog / Cloud7 la collection Vegan / See Scout Sleep.

D’autres viendront ultérieurement étoffer cette liste, par des articles “vu sur la toile”

L’hygiène écofriendly à portée de pattes…

Ici aussi, des gestes simples sont à privilégier lorsque l’on souhaite intégrer pleinement poilu dans l’univers de l’éco-responsabilité ; à commencer par se montrer regardant quant à la composition de ses produits de soin, en favorisant un maximum les produits naturels et en limitant au maximum les produits chimiques, qui sont, notamment, responsables de pollution.

Plusieurs marques éco-responsables sont présentées sur le blog, dans les rubriques bulles de savon et naturelovers.

D’autres attitudes à adopter pour contribuer à préserver notre environnement… Limiter les bains qui génèrent une forte consommation d’eau, grâce à la mousse lavante et privilégier un savon solide, afin de minier l’empreinte Carbonne des contenants; il en va de même pour la prévention, en favorisant des antiparasitaires naturels afin de limiter l’impact écologique; On a un crush sur le savon Aston & Astrée; une collaboration au poil.

Ces gestes favorisent non seulement, la limitation de surconsommation d’eau, qui, pour rappel, reste un Graal dans certaines régions du monde ; et la réduction des déchets, les savons solides ne sont pas conditionnés dans des bouteilles plastiques, c’est donc un moyen concret de militer contre la pollution.

Food, pour manger sain et responsable…

L’écoresponsabilité alimentaire passe inévitablement par la composition, mais aussi par la traçabilité, la provenance des ingrédients ; plus globalement, lorsqu’il est question de viande, il s’agit de producteurs et de méthodes d’abattage prenant en considération la notion d’éthique. L’Union européenne ne garantit pas l’équitabilité de ces deux mesures… C’est pourquoi un produit MADE In France avec provenance UE, n’est pas forcément un produit éthique ou écoresponsable, soyez donc vigilants !

Conseils : Privilégiez les produits naturels ; circuits courts, production locale, labels attestant d’un engagement écologique ou éthique ; par exemple pêche durable, élevage en plein air ; sélectionnez également vos produits en fonction du packaging : recyclable, recyclé, papier kraft, tetra et bocaux plutôt que plastique ou conserve; Plusieurs marques d’alimentation ou de friandises sont proposées sur le blog, ainsi que des bonnes adresses pour les “shopper”. Idéalement, il faut privilégier les compléments naturels, issus d’une agriculture éthique.

Playtime, des jouets aux matériaux engageants et engagés ;

Sur le marché, on trouve de plus en plus de marques qui propose des jouets durables et éco-responsables, très souvent réalisés à partir de matériaux recyclés. Ainsi, plusieurs d’entre elles sont à retrouver dans la rubrique salle de jeux; notamment la marque “Planète Dog” pionnière en la matière;

Les astuces récup & Antigaspi, simples à appliquer

L’eau : Source de vie ; elle est indispensable, vue du ciel, elle semble, à juste titre être abondante. Effectivement, l’eau des océans et des mers recouvre 71 % de la surface de la Terre, contre 29 % pour les terres émergées. Vue de l’espace, la Terre apparaît bien comme la « planète bleue » ! Toute l’eau présente sur la Terre représente un volume de 1,4 milliard de km3. Cependant, l’eau salée des mers et des océans représente plus de 97 % du volume d’eau total, l’eau douce, quant à elle représente donc un peu moins de 3 % de ce volume. La problématique réside dans l’inégale répartition de cette ressource. C’est pourquoi, il est important de ne pas la gaspiller.

Quotidien, que faire ? Recycler l’eau des écuelles… Nous changeons régulièrement l’eau des écuelles de nos compagnons, jusqu’à plusieurs fois par jour en été, pour y remettre de l’eau fraîche ; Il est indispensable de ne plus jeter cette eau à peine souillée dans nos éviers ; elle peut être utilisée pour les plantes, les oiseaux du jardin ou du balcon, nettoyer les jouets de poilu, le nettoyage de la gamelle etc.

Bonus : Pour petit d’homme, voici un dossier de l’UNICEF qu’il peut être intéressant d’aborder en famille.

Les poils : Les poils perdus au moment des mues peuvent, eux aussi, être réutilisés, vous pouvez soit les offrir en présent aux oiseaux de votre jardin pour qu’ils les utilisent dans la constitution de leur nid ; soit les conserver afin de les transformer en laine pour vous tricoter un Snood ou une écharpe avec les poils de votre compagnon.Si vous ne savez pas tricoter et que vous n’avez pas de jardin, pensez aux associations qui recueillent des « volatiles » blessés, et proposez votre don…

Pour les nids / Pour la laine un article existe déjà sur le blog, on vous y présentant Dogwool.

Une seconde vie à vos objets : Adopter de nouveau réflexes de consommation et de « disgrâce » pour les effets personnels de poilu ;

Nous avons tous des ratés dans nos choix de jouets, mais ce qui ne plaît à l’un peut contribuer à faire le bonheur de l’autre ; ainsi, lorsque poilu délaisse des jouets neufs ou en bon état, pensez à les offrir, à un ami ou à une association ; il en va de même pour les couchages, accessoires, plaids, couvertures ;…

Un site dédié pour les objets humains et canins :Longue vie aux vieux objets

Lire les étiquettes : Qu’il s’agisse d’alimentation, de jouets, d’accessoires, il est intéressant de prendre le temps de lire la composition ou les matériaux, mais aussi, de prendre connaissance de la provenance ; à défaut d’informations suffisantes, une recherche sur la marque, menée en amont de l’acte d’achat, peut s’avérer utile.

Pour limiter l’empreinte carbone, on peut privilégier les circuits courts, acheter local, voire national ; en achetant international, on se montrera regardant quant aux conditions de conception, respect des normes écologiques et/ou éthique que l’on affectionne, labellisation et certification du produit par les matériaux utilisés et les procédés de fabrication, mais aussi des conditions de travail et de la législation sociale en vigueur dans le pays de fabrication.

Un site qui vous informe sur les labels; 

Plus globalement, sur l’éthique, l’incontournable PETA et sa liste indétrônable qui est une véritable bible pour moi ; La Vegan / La cruetlyfree 

Pour info, sachez qu’une application est disponible en libre téléchargement.

Privilégier le HOME MADE : Qu’il soit question des friandises, réalisées à l’aide d’un déshydrateur, des accessoires ou jouets en DIY, confectionner soi-même, avec des matériaux de récupération peut largement contribuer à limiter la pratique de la surconsommation. Le Web et Pinterest regorgent de bon plan en la matière ; aussi, sur le blog, plusieurs D.I.Y sont proposés, notamment pour réaliser des accessoires Vegan, des friandises, des utilitaires du quotidien… Ainsi vous pouvez recycler vos objets en réalisant des accessoires ou des jouets à votre boule de poils.

Promenades utiles : Individuellement ou collectivement, contribuez en pratiquant la promenade responsable, cela implique, de ramasser les déjections de votre compagnon et de les placer à la poubelle, mais aussi, de participer à nettoyer les espaces collectifs en ramassant des déchets lors de vos promenades. Plusieurs collectifs existent, il s’agit d’une initiative que vous pouvez prendre ou rejoindre.

Pour information : Le 19 septembre, c’est la journée mondiale du ramassage des déchets, à cette occasion se déroulera la worldcleanupday sur le site officiel français, vous pouvez rejoindre ou organiser un cleanup à proximité de chez vous s’il n’y en a pas encore !

Des associations qui organisent : MountainRiders / SurfRider / Plastic Pickup / j’agis pour la planète /WWF / Geres / Difuzz : Une plateforme qui propose des initiatives citoyennes, toutes causes confondues / Pour les parisiens ZeroWasteParis / Un article de Consoglobe qui vous explique comment organiser une récolte ; monter votre projet

Another pets in wonderland My Queen et les associations On bouquine ?

Les métamorphoses de Camille Brunel

16 août 2020

#Bouquine

Un incontournable de la remise en question ;

Les métamorphoses, second roman de Camille Brunel, paru le 27 août 2020, chez Alma Editeur, 208 pages ;

Au sujet de l’auteur ; né en 1986, Camille Brunel a publié en 2018, également chez Alma Editeur, la guérilla des animaux (grand prix SGDL du premier roman 2019). Il est également l’auteur de deux essais : Vie imaginaire de Lautréamont (Gallimard, 2011) et Le cinéma des animaux (UV Editions, 2018). Il sortira à la rentrée un roman young adult animaliste chez Casterman, Après nous les animaux, collection « roman grand format ».

Crédit photographique © Coline Sentenac

Présentation de l’éditeur;

“Dans le jardin d’Isis (jeune femme végane, ultra connectée, animaliste) apparaît une grue Antigone, bel oiseau étranger à l’Europe. Très vite se multiplient d’autres apparitions insolites, allant de pair avec d’inexplicables disparitions d’hommes et de femmes. Le monde se dérègle et se peuple d’un bestiaire stupéfiant : c’est le début d’une étrange pandémie qui transforme les humains en animaux et confronte nos sociétés à un retour définitif à l’état de nature. Témoin de la métamorphose des membres de sa famille et de ses proches, Isis parviendra-t-elle à faire face à cette épreuve qui met à mal ses propres convictions”.

Camille Brunel revient avec un deuxième roman détonnant. En hommage à Lautréamont, il pense de manière originale le monde contemporain, tirant les ficelles jusqu’au-boutistes des travers de notre société. 

Source: Alma editeur

Je suis rarement si réservée, positivement parlant, quant à mon appréciation d’une œuvre littéraire, une part de moi est déconcertée, et je pense que c’est l’effet escompté, par la conceptualisation d’un tel phénomène, pour être honnête, j’ai toujours nourri une aversion craintive certaine pour la science-fiction, cependant, l’ouvrage ne peut pas vraiment y être apparenté, car le propre du genre est d’esquisser une explication plausible scientifique à un phénomène, ce qui lui confère en quelque sorte une certaine crédibilité ou du moins légitimité relative au récit . La science-fiction d’hier peut s’avérer le quotidien de demain, comme nous l’a allègrement démontré l’histoire ;

En ce sens, où placer ce roman ? c’est justement ce qui peut sembler déconcertant, il y a énormément de réalisme dans la causalité des événements, car ce ne sont ni plus ni moins que les travers sociétaux que nous nous efforçons, bien loin du bon sens, d’appliquer dans notre quotidien. Cependant, le roman est empli d’un imaginaire exponentiel au fil des pages, et ce, jusqu’à la chute.

C’est donc un « OLNI » Objet littéraire non identifié, à mi-chemin entre le pire et le meilleur des avenirs auquel on puisse aspirer ; Cela étant, j’ai apprécié, car nous avons besoin d’être bousculés ; le roman sort des sentiers battus et ouvre une multitude de fenêtres menant sur nous-même.

Là vous vous demandez, à juste titre, pourquoi je parle de fenêtres et non de portes; c’est vrai, souvent on évoque les portes; mais on regarde par la fenêtre, c’est l’exploration possible de ce qu’il y dehors mais aussi, cela implique que l’on puisse également regarder ce qu’il y a à l’intérieur, et plus objectivement, se visualiser tant à l’intérieur qu’à l’extérieur; en revanche, la porte quand on la prend, c’est généralement pour sortir … Ce roman est trop intéressant pour se contenter d’une entrée VS sortie dans notre quotidien !

Evidemment, au fil des pages, je me suis questionnée ; serais-je devenue bestiole ? Quel animal aurais-je pu incarner, dieu me garde d’être un chat, je suis une fille à chiens … tout au mieux un loup, tout au pire, un basset artésien… Tout est-il que la thématique centrale que j’ai sciemment pu extraire de mon esprit embrouillé post-lecture, c’est le traitement infligé aux animaux, cette supériorité propre à la race humaine, en ce sens, le roman peut alimenter de nombreuses réflexions personnelles. Je sens d’ici mes neurones malmenés durant plusieurs jours… mais, c’est un mal pour un bien …

Sous couvert apocalyptique, malgré l’effusion d’espoir jusqu’à la dernière seconde, on en vient à se demander, si finalement, cette surréalité, ne serait pas la clé d’un salut globalisé ; c’est l’apocalypse du genre humain, la fin d’un chapitre mais pas celle du livre ; ainsi naquit l’ère animale… Serait-ce pire ? Il faudrait le vivre pour le savoir ; il y a beaucoup de choses que j’envie à Queeny, la désinvolture d’une existence où tu peux « pisser » n’importe où, bon gré de ton envie, sans te soucier d’un quelconque passant qui pourrait entrevoir tes fesses… les animaux ne serait-il pas plus heureux sans nous ? Très certainement que si… Ne serions-nous pas plus heureux à vivre comme eux ? Assurément.

En gros, dans ce monde nouveau, ce n’est pas forcément le chaos qui prédomine, c’est peut-être tout simplement une nouvelle approche d’un monde plus équitable ; redistribuer les cartes pour mieux reconstruire ; et ainsi, mieux vivre.

On perçoit les préoccupations de l’auteur, la déconnexion de l’individu au monde, depuis que les réseaux ont gagné le monopole de notre attention, qui semble parfois bien limitée ; l’usurpation du leadership humain, on ne mangerait pas les animaux en sachant qu’il s’agit d’humain « métamorphosés », alors pourquoi le faire aujourd’hui ? Cette prise de conscience vegan, qui a déjà fait son chemin dans mon quotidien, il y a quelques années est consolidée par ce contenu ; enfin, la perception d’instinct, écraserais-je ma mère si animalisée, je me sentais menacée par sa présence ; on en vient à se demander si finalement, notre perception même de la menace animale n’est pas exagérée ; Combien d’entre nous n’écrase pas une araignée innocente au lieu de la laisser tout simplement passer ; sans tenir compte de l’incontestable « les petites bêtes ne mangent pas les grosses ».

C’est donc un roman qui bouscule, dans le bon sens, il sera très certainement plus efficace que les discours trop théoriques pour les récalcitrants car il permettra aux lecteurs de s’identifier, de se projeter, en tentant d’anticiper sa place dans cet univers « romanesque », tout en reconsidérant celle qu’il occupe dans le monde réel, au moment où, il tient cet écrit entre les mains… Après libre à lui de le percevoir comme une histoire, ou de l’entrevoir comme une possible introspection offerte par l’auteur, il y a un cheminement propre à chacun qui doit être mené.

Je le recommande donc à ceux qui veulent vivre mieux ; en sachant qu’il faudra vivre autrement ; toujours sur vos pieds rassurez-vous, même si les pattes peuvent présenter certains avantages ! Je suis réservée sur mon appréciation, parce que je trouve ce monde plus idyllique qu’alarmant, le concept d’uniformisation me plaît ; finalement, l’égalité de tous serait la clé pour obtenir la fin des souffrances animales par l’homme, qui soit dit en passant, en prend tellement pour son « grade » que j’ai pensé l’ombre d’un instant que l’auteur était une femme ; d’où le roman ne m’en a plus que davantage car un homme capable de prendre du recul sur sa « gent » » est un homme d’esprit ;  

Bref, je vous souhaite la même « réserve », les mêmes questionnements ; une plume aisée, fluide, très agréable à lire ; un roman d’action, très dynamique et qui, malgré la complexité des thématiques abordées permet vraiment au lecteur d’alimenter sa réflexion voire sa construction individuelle d’être vivant parmi les autres, aussi différents semblent-ils de prime abord, mais similaires en de nombreux points. Un livre donc, que je vous recommande assurément ;

Où acheter ? Le livre vendu 17 euros en version papier et 11.99 euros en E-book ; il est disponible par ICI

Le site officiel d’Alma Editeur / l’Instagram / Le Facebook / L’Instagram de l’auteur Camille Brunel.

Another pets in wonderland Dog's Mom Life My Queen et les associations NatureLovers Soins et quotidien Pour doglovers Only

Happy, journal de bord d’un bébé hérisson…

7 juin 2020

#LIFEMOMENT

Que savais-je des hérissons, finalement, pas grand chose, qu’ils étaient nocturnes, de fait, on ne les croise pas souvent, que les pauvres sont victimes de nombreux accidents de la route, seuil élevé des causes de décès, qu’ils piquent et se mettent en boule… Voilà plus ou moins ce que je savais… Autant dire, rien…

Jusqu’au jour, où, nous avons trouvé un bébé hérisson, jeune, fragile, qui semblait mal en point; pas de frères et sœurs aux alentours, juste lui dans la haie, et sa maman écrasée sur la route derrière la maison, selon mon voisin qui avait évacué sa pauvre dépouille un peu plus tôt dans la matinée , …

Je ne suis pas spécialiste des hérissons, comme vous l’aurez vite compris, mais j’étais certaine qu’il n’était pas normal de le trouver là, de jour, seul, si petit… C’est apparemment, l’une des règles d’or, un hérisson, seul, de jour qui semble désorienté, trop faible pour marcher, ou encore assoiffé voire affamé, est un hérisson qui a besoin d’aide. J’ai décidé de rédiger cet article, afin de relater mon expérience, partager les “astuces” qui fonctionnèrent pour moi, je n’ai pas toutes les réponses, je ne suis pas devenue une spécialiste des hérissons, j’ai fait au mieux, en tâtonnant; si cela peut servir à quelqu’un j’en suis ravie, si ça peut contribuer à sauver une vie c’est important de partager.

Souvent, lorsque les gens voient ce type de photo sur internet, ils commentent en disant “trop cute, un hérisson, j’adore, j’en veux un…” mais cette photo n’a rien de “cute”, il était trop faible pour tenir debout, sur ses pattes, il n’avait rien à faire en plein jour dehors, ce n’est pas craquant, ce petit, tel que vous le voyez là, était en danger, très mal en point, je ne suis pas véto, mais ça relève du pronostic vital, pou à peine palpable, température basse; Si vous trouvez un hérisson dans cet état, il faut agir, ne vous contentez pas de le prendre en photo, le hérisson est notre ami invisible, notre nuit est son monde, cette situation, et plus globalement, cette photo, est représentative d’un hérisson en danger !

Si vous trouvez un hérisson de jour; vérifiez s’il n’y a pas une famille à proximité, planquez-vous et observez un peu avant d’agir, cherchez aux alentours; Si rien ne bouge, s’il semble vraiment en détresse alors foncez ! Mais surtout, assurez-vous qu’il soit bien seul, abandonné, car si vous le touchez à tort, il sera rejeté par sa mère. C’est une question de survie pour lui. Le petit ne tenant pas sur ses pattes, j’ai cherché si d’autres petits étaient aux alentours, sans rien trouver. Parfois une gamelle d’eau et de nourriture est une aide suffisante; en d’autres cas, s’il est chargé de tiques, il faudra l’aider en les retirant, pour cela portez toujours des gants; en revanche, si c’est un bébé, et qu’après votre observation, il est toujours seul, et peu vaillant, cela nécessite une prise en charge. Première étape, la mise à l’abris, un carton, du foin, paille, etc, une couverture polaire, il faut le réchauffer, sans attendre, c’est vital !

Un hérisson qui chasse ou qui rôde en plein jour risque fort d’être un individu malade ou bien un jeune abandonné que la faim a chassé hors du nid” Source

Idéalement, lorsque l’on trouve un bébé hérisson, il faut contacter un centre de soins spécialisé pour la faune sauvage, un sanctuaire, ou toutes autres associations habilités à gérer la prise en charge, sauf que pour Happy… Nous étions en plein confinement … Il ne m’étais pas possible de me déplacer, entre les centres injoignables et ceux à plus de 200km… c’était vraiment la galère !

Problème suivant, comment l’aider ? J’ai consulté une multitude de sites, j’ai également contacté le sanctuaire des hérissons sur Facebook, j’ai consulté sur le site, c’est le référent qui m’a donné les premiers conseils; Mon gros souci, dans les premières heures, voire, les deux premiers jours, étant donné que j’ai passé beaucoup de temps à faire des recherches, à me documenter sur internet, on trouve effectivement beaucoup d’informations, le souci, c’est qu’elles sont parfois contradictoires, ou très différentes; allant du simple au double, d’une méthode à l’autre, les indicateurs, quantités, etc… ne sont jamais les mêmes, on s’y perd rapidement…

Je recommande une association bretonne: J’ai contacté ce centre de soins, en Bretagne, Mi Pic sur Facebook (Jacky Cadet), 06 79 22 64 79, les personnes ont été adorables, d’une gentillesse, rassurantes, à l’écoute, elles m’ont donné beaucoup de conseils très précieux, et ça a largement contribué à me rassurer;

Si vous cherchez un centre à proximité de chez vous CLIC

Voici donc le journal de bord d’Happy

Sa convalescence, son quotidien, notre bataille vers les 450-600 grammes (cela varie d’une source à l’autre) mais on résumera en disant que c’est une bataille pour la prise de poids; ce que j’ai mis en place. Pour info, je rédige cet article au jour, le jour, en tentant d’y mettre toutes les informations, sur le moment, afin de ne pas en oublier;

Tout d’abord, mise à l’abri, dans un grand carton avec du feuillage, litière pour lapin, j’ai pris ce que j’avais sous la main, et déniché au supermarché; Ensuite, gestion du poids et de la chaleur; Le hérisson doit prendre entre 4 et 20 grammes par jour, il ne peut pas perdre de poids et doit toujours être maintenant au chaud, quelque soit la saison; Une autre source, m’a indiqué une autre fourchette pour la prise de poids; 5 à 10 grammes par jour; Effectivement, ça tournait davantage entre 8-9 grammes pour nous. Mais la règle commune, c’est, JAMAIS de perte de poids !

Deuxième étape : Pesez le hérisson, pour avoir une idée de son âge, et commencez à réaliser sa courbe de poids, le poids doit être surveillé très rigoureusement.

Nous l’avons trouvé durant le confinement, ce qui compliquait pas mal les choses, la majorité des commerces étant fermés; j’ai d’abord pensé à mon véto, mais les vétérinaires ne peuvent pas soigner les “animaux de faune sauvage”, de fait, ils m’ont prodigué des conseils et donné le numéro d’un centre à Nantes, soit à 150 km, le plus proche, sauf qu’avec le confinement, centre injoignable, messagerie remplie, impossibilité de m’y rendre. Donc, il fallait gérer seule, mais solliciter l’aide et les conseils de personnes expérimentées pour ne pas commettre d’erreurs pouvant s’avérer fatales;

Lundi : Le premier jour, il n’était pas bien du tout, il ne tenait pas sur ses pattes, ne mangeait pas, j’ai donc procédé avec une seringue sans aiguille, c’est délicat, parce qu’on a peur de lui faire mal, ça s’apparentait davantage à du gavage, vu qu’il était léthargique. J’ai d’abord tenté de réaliser une bouillotte version DIY, avec du riz dans une chaussette, c’est bien, mais pas du tout suffisant, ça ne dure que 15 minutes, donc, je me suis rendue en pharmacie et j’ai acheté des bouillottes musculaires, Thera Pearl, le modèle chaud ou froid, multi-zones pour 7.90 euros, que l’on peut placer au micro-ondes.

Très important : Il faut impérativement le maintenir constamment au chaud, il ne s’agit pas d’une chaleur ambiante; chauffage, feu de bois, sont insuffisants, il faut une chaleur de contact; Il dort dans son bonnet, placé sur la boulotte, avec en plus sa polaire dessus.

J’ai installé le hérisson dans un bonnet de laine, sur la bouillotte, il fallait juste la réchauffer toutes les deux heures. Le bonnet dans la caisse, avec le fourrage, il semblait faible et ne pesait que 135 grammes. Donc il a fallu nourrir toutes les 3-4 heures, en soirée j’ai constaté qu’il commençait à aller mieux; il était passé à 137 grammes. Le fait de nourrir à cette cadence, à l’aide d’une seringue, c’est uniquement nécessaire en cas de fort affaiblissement et pour les bébés (plus petits que lui), initialement, il aurait pu se nourrir seul, mais il était trop faible et mal en point, pour le faire, il a fallu l’aider.

Selon ce tableau, il doit avoir entre 3 et 4 semaines; Source

Troisième étape : Pour vivre faut grossir, pour grossir faut manger…

Nocturne et omnivore; c’est-à-dire, qu’il se nourrit indifféremment d’aliments d’origine animale ou végétale, mais exclusivement de nuit, d’où le nocturne, voire crépusculaire (c’est-à-dire : Du crépuscule,lueur atmosphérique, due à la diffusion de la lumière solaire, lorsque le Soleil vient de se coucher (crépuscule du soir) ou va se lever (crépuscule du matin)

Pour la nourriture, j’ai fait une pâtée bien liquide, à partir de bouillie pour bébé de la marque Blédina (poulet courgette) et de pâtées pour chat, parce qu’il avait déjà des petites dents; plus jeune, il faut donner du lait pour chaton. Il appréciait également le miel dilué dans l’eau, et pour le requinquer, un demi-jaune d’œuf; c’est efficace, mais attention, il ne peut en consommer qu’un par mois, c’est dangereux pour son foie, aussi, il ne faut jamais donner de lait de vache, c’est mortel pour un hérisson, indigeste pour lui; En gros c’était vraiment la débrouille, et beaucoup de tests pour trouver ce qui pourrait lui donner envie de manger… La nourriture pour chat semble l’attirer, question d’odeur peut-être;

Les recettes, à table …

Mélanger de la pâtée pour chat, avec du lait pour chat Wiskas / Un mélange de pâtée pour chat avec de l’eau au miel / Un mélange de pâtée pour chat avec une cuillère d’un petit pot bébé; Idéalement, choisissez des saveurs volailles, les hérissons ne mangent pas de poissons dans la nature. Lorsque les dents sont présentes, lorsqu’il est plus grand, il peut apprécier : Les fruits comme morceau de pommes, compote de pomme sans sucre ajouté, framboises, fraises, mures, (en gros, ceux qu’il pourrait trouver dans la nature) mais aussi, flocons d’avoine, banane, croquettes pour chats, petits morceaux de blancs de poulet ou dinde, fruits secs, raisins secs, noix en éclats, amandes en éclats, œuf de caille, steak haché, fromage de chèvre frais, insectes du jardin, escargots, limaces, etc… Il préfère manger tiède; les dents ne sont pas encore suffisamment sorties pour les morceaux, c’est donc mixer et bien liquide pour qu’il puisse laper à sa convenance.

Ces ingrédients peuvent être achetés facilement au supermarché !

Adulte sa ration nocturne semble être de 70 grammes (variable d’un site à l’autre, dirons-nous qu’il s’agit d’une moyenne) notre petit protégé mange plus ou moins 20-40 grammes par jour, vu qu’il en reste toujours dans son écuelle; c’est donc progressif.

Essentiel : Il faut s’assurer qu’il dispose d’eau en permanence, à sa disposition, s’il ne sait pas boire seul, il faut l’aider à se réhydrater, surtout en été.

Les interdits – vigilance : Jamais de lait de vache, celui-ci peut causer une dysenterie mortelle, de pain, de restes de table, de choses sucrées comme les biscuits industriels ou les desserts humains, on évitera les produits de la mer, qu’il ne rencontre pas dans la nature, et les agrumes, pas de nourriture sucrée ou épicée; seul le miel dilué est autorisé en petite quantité ! Soyez attentifs à ce que vous donnez, il ne faut pas que les produits aient été en contact avec des pesticides ce qui pourrait lui être mortel.

Pour son confort, lorsqu’il sait manger seul, placez sa nourriture dans un récipient suffisamment large mais pas trop haut, comme un mini-plat à tarte, coupelle à pot de fleurs, une assiette creuse, une coupelle à thé; il adore se placer dans son écuelle pour manger; Toujours un coin pour dormir au chaud et en sécurité;

Mardi: Le petit hérisson, désormais baptisé Happy, trottine, on continue le système bouillottes mais en lui laissant léché par lui-même pour l’amener progressivement à une certaine autonomie, il mange seul, désormais, il a de toutes petites dents qui commencent à arriver, elles sortent, d’ailleurs vu qu’il tente de ronger mon bracelet, je suppose qu’il est à un stade important de changement. Il est passé à 142 grammes.

Il faisait ses besoins par lui-même aussi, mais j’ai lu que pour les plus jeunes, il faut les aider en massant le ventre, ou en utilisant un petit coton-tige pour masser entre les organes génitaux et l’anus. Happy adore le bonnet laine, c’est vraiment son cocon, dès qu’elle veut dormir, elle s’y rend, lorsqu’elle ne parvient pas à y rentrer seule, elle me sollicite (par des petits cris) pour que je soulève le bord; Il garde très bien la chaleur, et permet qu’elle se réchauffe sans être en contact direct avec la bouillotte du dessous;

Mercredi : Il semble que Happy soit une fille, et qu’elle a décidé de manger seule dès matin (5h avant sa nuit), je garde la seringue sous le coude, en revanche, j’ai constaté qu’elle préfère manger tiède. j’ai ajouté un peu d’huile végétale, pour renforcer ses apports. On poursuit les bouillottes, encore et toujours, c’est apparemment la règle d’or numéro 1 de son bien-être, la chaleur …

La seconde, son poids, que je surveille 2 fois par jour (mon matin / son matin, donc en soirée), elle ne peut pas maigrir, si ça stagne une journée, manifestement, ce n’est pas très grave, en revanche, si ça diminue, c’est qu’il y a un problème.

Là, vous vous demandez .. Queeny ? Justement, Queeny a très bien réagi, elle l’a sans doute protégé d’un chat qui tournait dehors, au moment où elle était encore au jardin, à moins que ça ne soit juste son jardin qu’elle protégeait, tout est-il qu’elle lui accorde de l’attention, mais pas avec une arrière-pensée “comestible ou jouet”, elle semble se soucier de son état; je pense que d’instinct, elle a senti qu’elle était fragile. J’ai pris la peine de lui présenter, de lui dire, qu’elle est malade… Depuis, elle dort à proximité de sa caisse et m’informe des mouvements.

La difficulté à ce stade, c’est que l’on se sent responsable de ce que l’on apprivoise, à partir du moment où cette petite chose a placé sa confiance en moi, j’avais peur pour elle, un gros stress, de ne pas y arriver, qu’il lui arrive quelque chose, qu’elle perde du poids; le réveil la nuit, pour faire manger et réchauffer la bouillotte, disons que c’est un tout, qui place en stress, une situation qu’on ne maîtrise pas, on fait au mieux, mais en amateur, et c’est le plus frustrant car une vie étant en jeu, on se met la pression.

Vers 21h c’est la fête dans la caisse, Miss se réveille, je lui installe son dîner, dans la chambre d’amis, privatisée à son intention, avec des couvertures polaires, des vieux chaussons pour s’y cacher, elle mange seule dans sa petite écuelle, “ELLE” j’en suis certaine, parce que oui, manifestement, c’est bien une fille.

Pour les chaussons, je n’y avais pas songé, mais j’avais une paire de chaussons type “hiver” avec du doudou à l’intérieur, qui traînait dans la chambre d’amis, (ça faisait deux mois que je les cherchais) elle les a retrouvé sous le lit, et autant dire, squatté directement en les trouvant; donc je lui laisse les deux, pour son confort, d’autant que ça semble lui tenir chaud.

De mercredi soir à jeudi matin : Vers 2h du matin, vérification que tout va bien, qu’il ne fait pas trop froid, ça semble bien se passer pour elle; vers 5h du matin, je lui propose une nouvelle gamelle, tiède, on fait la pesée, miss est passée à 147 grammes. Installation de sa bouillotte dans sa caisse pour sa nuit (qui est notre journée); j’ai lu qu’il est important de respecter ce cycle, vos nuits sont ses jours, et inversement. Happy commence à reprendre des forces, elle est vive, elle joue avec des jouets, petits formats, de Queeny qui traînent, au sol, dans la chambre d’amis, fait de jolis petits cacas (entendons, solide, bonne forme, pas de diarrhée, ce qui semble indiquer que l’alimentation proposée lui convient). Nous n’avons plus besoin des seringues, Happy mange bien, je constate à son écuelle qu’elle a fait bonne ripaille durant la nuit; c’est bon signe, et c’est rassurant; sans crier victoire, à ce stade, je me sens moins en stress ! On ne lâche rien, il ne faut pas manquer de vigilance, à 147 grammes, malgré sa prise de poids, ça reste un petit être fragile, qui a encore besoin d’attention; On en revient toujours au poids, à mi-chemin entre un baromètre et une épée Damoclès; c’est vraiment un bon indicateur mais j’ai des sueurs froides à chaque fois que je la dépose sur la balance. Je ne dois plus la nourrir régulièrement (toutes les 3-4 heures), elle gère, l’alimentation est à disposition, mais c’est le soir qu’elle se nourrit; ce n’est plus comme les deux premiers jours lorsqu’elle était en “pronostic vital”, elle récupère un cycle de hérisson et dort la journée. Je me sens donc un peu plus rassurée … On croise les doigts pour que cette courbe positive perdure !

Pour info- soins et hygiène: étant donné qu’il y a du fourrage dans sa caisse, pour éviter les poussières etc, je lui ai nettoyé les yeux, délicatement, avec un peu de la lotion 100% naturelle de Queeny, sur un coton, j’avais peur, avec sa fragilité qu’elle ne prenne quelque chose à l’œil, il clignait pas mal mardi, ça n’est plus le cas; idem pour les grattouillis, elle se grattait, j’ai eu peur des puces, ça pourrait lui être fatal, donc j’ai utilisé le spray naturel Biovetol, pas directement sur elle, deux vaporisations à bonne distance, le lendemain, fini les grattouillis, changement de litière par sécurité. C’est l’avantage d’avoir, sous la main, des produits naturels utilisés au quotidien pour Queeny, ça dépanne en toutes circonstances; En revanche, je n’ai donné aucun médicament à Happy, je suis partie prenante du naturel, pour moi, pour Queeny, et ce, depuis des années; son état général est bon, elle a passé un cap que je considère comme ayant été critique, on continue donc comme ça; si son état venait à se dégrader ou si son état général avait été autrement, peut-être que cela aurait été différent.

Jeudi : Happy pèse 156 grammes lors de la pesée du soir; mes recherches et son observation me mènent à l’élément suivant, le hérisson dort beaucoup, il chasse de nuit 3-4 heures pour trouver de quoi manger, peut être un peu plus, selon les spécimens, mais en règles générales, il semble qu’elle apprécie de dormir, farnienter… et économiser son énergie, réguler sa température corporelle est une nécessité qui lui demande de l’énergie, ceci expliquant peut-être cela. elle a retrouvé un cycle de hérisson “normal”, elle dort la journée, si elle se réveille, c’est qu’elle a froid ou faim, en ce cas, il sait se faire comprendre, elle m’appelle, oui, oui, … un hérisson pousse des petits cris pour attirer l’attention. Ainsi, il peut lui arriver de se réveiller vers 14h ou pas du tout…, je lui propose à manger, ça ne dure pas longtemps et elle retourne dormir, j’en profite pour réchauffer sa bouillotte; En généralement, elle se réveille vraiment entre 20h30 et 21h00. elle s’occupe dans la chambre d’amis, mange, se promène; et retourne se coucher lorsqu’elle considère que la récréation à suffisamment duré; J’ai disposé des plaids, anciens chaussons, vieux jouets de Queeny, … de quoi se cacher, se promener en se sentant en sécurité; Nous sommes le 30 avril, cependant, les températures sont fraîches, surtout de nuit, et le seuil d’humidité est élevé à cause des fortes pluies de ces derniers jours; Donc, je continue les bouillottes; et la vigilance de nuit; elle est encore un peu fragile, il ne faut pas crier victoire trop tôt.

Vendredi : Petite déception matinale, Happy semble stagner à 156 grammes; on continue les bouillottes, elle s’est réveillée vers 14h, semblant avoir faim, la bouillotte était encore chaude, alors petit lunch obscur dans la chambre d’amis; Je sens mon stress remonter, mais peut-être à tort, attendons ce soir… pour souffler, car Happy est passée à 163 grammes… Il faut dire, que la courbe suit sa progression, mais il peut arriver qu’entre le matin( vers 5h avant son dodo) et le soir (vers 21h au début de sa journée), il y ait eu une perte, d’un gramme ou une stagnation, qui aboutit finalement à une hausse…

Quatrième étape : On s’organise, comme on peut …

La logistique au quotidien : Happy dort dans sa caisse, avec Bouillotte, doudou et plaid polaire durant la journée; si elle se réveille, je lui donne à manger, c’est bref, et au fil des jours, de plus en plus rare, Happy fait bien ses jours de sommeil; Vers 21h lorsqu’elle se réveille, je fais la pesée, je l’installe dans la chambre d’amis, là où j’ai disposé des plaids, jeux, caches, etc.. avec une bonne écuelle de nourriture; elle fait sa récréation durant 3 heures… Ce qui correspond plus ou moins à son temps de chasse dans la nature; Je jette un coup d’œil de temps à autre, pour vérifier que ça va bien, elle bénéficie du noir complet, pour respecter les modalités de la vie qu’elle aura par la suite dans la nature. Ce n’est pas parfait, mais je fais au mieux, en établissant une logistique qui permet de lui proposer un rythme le plus proche possible de celui qu’elle doit retrouver adulte en liberté, dans son environnement naturel. Cela étant, elle est encore petite, ça progresse, mais elle reste frêle, alors après les 3 heures, je lui propose de revenir au chaud, elle sait se faire comprendre, en général quand je la retrouve dans le chausson ou sous la couverture, c’est signe qu’elle veut rentrer au chaud (dans sa caisse); si elle mange ou elle joue… parce que, oui, je l’ai vue jouer avec ce qui traîne par terre, c’est du jeu exploratoire; je la laisse et reviens voir plus tardivement, mais la moyenne reste 3 heures ça augmentera très certainement en grandissant… Pour la nuit, retour dans sa caisse, c’est une question logistique, la pièce est grande, et actuellement le temps est vraiment “moche” en ce début mai, froid, humidité, c’est plus facile de l’aider à réguler sa température dans la caisse, qu’en la laissant seule, toute la nuit dans cette grande pièce. Pour la caisse, elle est suffisamment grande pour accueillir son bonnet, sa bouillotte, son écuelle de nourriture et d’eau; je laisse toujours de la nourriture et de l’eau à sa disposition pour la nuit; elle se réveille pour manger et retourne dans son bonnet par la suite;

Introspection: Je suis en réflexion pour trouver une solution qui lui permettrait de gagner encore en autonomie; avec un système plus fonctionnel que la caisse, où elle pourrait rentrer et sortir à sa guise de nuit; pour se remettre au chaud; je ne peux pas perforer la caisse, car il m’arrive de la déplacer pour nettoyer la pièce, il faut que son environnement reste propre, elle adore toujours manger dans son écuelle, et laisse ses petites pattounes partout, à voir si je trouve l’équivalent d’un clapier lapin mais occulté, ou une autre caisse plus solide, avec une ouverture, pour qu’elle soit complètement libre de nuit … On dira que le confinement n’aide pas pour dénicher quelque chose de fonctionnel, je vais tenter de me rendre en jardinerie lundi, certaines sont ouvertes, pour lui dénicher quelque chose;

Samedi : Happy a fait sa première boule, très contente de constater qu’elle sait désormais le faire, qu’elle sera capable de repousser les prédateurs; J’ai accidentellement fait tomber mon maxi-mug à café, le matin, loin d’elle rassurez-vous, pièce à côté, mais ça a fait un sacré bruit en saisissant Queeny qui a aboyé, c’est là que notre petite protégée est passée en mode défense, une belle boule bien ronde, idéale pour repousser ceux qui pourraient lui vouloir du mal !! Bravo Happy, encore une petite victoire pour toi !

Dimanche : Happy a stagné niveau poids sur la journée, du coup, je me suis levée à 2h et 5h du matin, pour l’encourager à manger et réchauffer sa bouillotte, elle ne semble pas encore suffisamment autonome; Elle ne mange pas beaucoup durant sa “récréation” dans la chambre d’amis, elle préfère déplacer les jouets de Queeny qui traîne au sol; lundi à 5h du matin, pesée et bonne nouvelle, 186 grammes

Voici donc la première courbe d’Happy, établie sur une semaine, à raison de deux pesées par jour… Happy a gagné 51 grammes depuis sa prise en charge lundi, étant donné qu’elle vient de loin, je pense sans certitude, que c’est déjà pas mal, une moyenne de 7.28 grammes par jour.

Un pas en avant, deux pas en arrière…

Sur la deuxième semaine, j’ai connu des moments de stress, car Happy n’était pas stable au niveau de la prise de poids; finalement il y avait une explication logique, elle grandit. Effectivement, elle a gagné en longueur et en largeur; Le cycle nuit est bien établi pour elle, toujours un réveil naturel vers les 21 heures; La caisse devant trop sale à force de renverser de la nourriture ou de l’eau, j’ai déniché, en super promo, un clapier XXL en jardinerie, qui lui confère sécurité et confort. Le soir, j’ouvre pour qu’elle puisse entrer et sortir à sa guise et se promener dans la chambre d’amis; Elle doit encore grandir et grossir avant de pouvoir sortir, mais petit à petit, les choses évoluent.

Au début de la semaine 3; Happy pèse 269 grammes; elle ne se contente plus de laper la nourriture, désormais, du solide humidifié est intégrer à son repas !

Mercredi : Happy est bien installée dans sa nouvelle “demeure” provisoire; elle pèse actuellement 304 grammes. Toujours alimentée en majorité sur du liquide, je lui place du solide humidifié mais elle n’y touche pas; j’ai lu quelque part, qu’ils s’alimentent au solide à partir de deux mois, si cette donnée est exacte, il faudra donc encore attendre une à deux semaines pour Happy. Cependant, j’en place systématiquement, pour lui laisser le choix alimentaire, cela lui permettra aussi, de me signifier le moment où elle est prête à manger autre chose. Nous sommes en période de Saintes Glaces, de fait, je poursuis les bouillottes de nuit pour éviter qu’elle ne mobilise trop d’énergie à maintenir sa chaleur corporelle; Toujours les “temps récréatifs” le soir, pour qu’elle puisse courir et se mouvoir dans la chambre d’amis; Elle descend et remonte seule par la rampe que j’ai installée (il s’agit de la mangeoire du clapier, réinventé en petite rampe d’accès).

Info: S’occuper d’un hérisson nécessite une logistique et du temps, je fais le nettoyage de la “maison” tous les deux jours; tout simplement car happy y fait ses besoins, ça sent l’urine et il y a les déjections, et le manque d’hygiène peut lui occasionner des désagréments, attirer des parasites, mouches etc.. donc, nettoyage avec des produits naturels, changement du foin qui sert de litière, et nettoyage de l’écuelle d’eau et de nourriture tous les jours.

Au début de la quatrième semaine, Happy approche des 400 grammes; C’est un véritable soulagement de constater qu’elle grandit et grossit bien; Elle fait ses nuits en autonomie dans la chambre d’amis, lorsqu’elle souhaite retourner dormir dans son bonnet, elle accède à son espace “dodo” dans le clapier, à l’aide de la rampe installée; je la retrouve installée à mon réveil, et constate aux jeux qui ont bougé, qu’elle a profité de sa nuit pour se dégourdir les pattes… Nouveauté, intégration de la compote de pommes, sans sucre ajouté, qu’elle semble bien apprécier. J’ajoute une mini-écuelle, ça fait office de dessert.

Départ : L’introduction progressive de nourriture plus consistante voire solide… avant d’en arriver aux fruits secs, ma première tentative, en suivant ce que j’ai pu lire sur internet, croquettes pour chat humidifiées et flocons d’avoine;

Happy a encore grandi durant la semaine 4; elle est presque prête pour retrouver la vie extérieure, les associations et sources convergent sur le poids idéal de “600 grammes” avant d’être relâchée, et sur la nécessité de faire une transition en enclos pour se réhabituer à la vie extérieure; J’ai introduit une nouveauté alimentaire, plus solide, des insectes déshydratés et des croquettes pour hérisson et j’ai commandé un enclos pour que sa transition s’opère en toute sécurité; Les associations les construisent, mais perso, avec le télétravail et soyons clairs, le manque de compétences en matière de bricolage, j’ai préféré en acheter un, en kit, sur internet;

Acheté chez Zoobio, JR Farm Snack pour hérisson, sachet de 100 grammes, vendu 3.10 euros. J’avais lu, sur plusieurs sites, que les hérissons n’aimaient pas l’alimentation industrielle conçue pour eux, mais Happy apprécie beaucoup ces friandises et ces croquettes, c’est un moyen d’introduire les insectes dans son alimentation, étant donné qu’ils en seront prochainement la base. On continue la pâtée pour chat et le lait Wiskas, parce que franchement, ce lait, elle en est dingue !!

JR Farm Grainless Nourriture sans Céréales, vendu 6.82 euros, le sachet de 750 grammes, également chez Zoobio.

JR Farm Régal Nourriture pour Hérisson vendu 5.70 euros, le sachet de 500 g, toujours chez Zoobio.

Happy continue donc sa progression, ce qui nous rapproche du jour “L”, le jour où elle pourra retrouver sa liberté et vivre pleinement sa vie !

J’ai découvert, sur internet, qu’Happy perdra ses dents de lait vers 4 mois, elle aura sa dentition définitive à l’âge d’un an…, c’est pour cette raison que le solide, dur est encore impossible pour elle sans être humidifié;

Happy mange donc, désormais, aussi bien du solide que du liquide;

La dernière semaine de relevé du poids, nous révèle que le moment tant attendu est arrivé pour notre petite protégée … Nous sommes parvenues à atteindre les 600 grammes, ce qui signifie qu’Happy est prête pour sa transition, ce weekend nous procéderons à son installation, en enclos, au jardin ! Un grand moment d’émotion pour moi, à la fois de la joie et de l’appréhension car il va falloir qu’elle s’habitue à ce nouvel environnement !

Nous y sommes …. Le moment de retrouver la nature approche !

Le mélange actuel : Pâtée pour chat, croquettes pour hérissons, nourriture JR Farm, fruits secs, framboises du jardin, compote sans sucre ajouté, miette de fromage de chèvre et vers de farine.

Cinquième étape : On se prépare pour le grand jour …

Avant de passer à la liberté totale, il faut faire une transition, Happy est rescapée, elle a été nourrie à la seringue, et depuis, elle évolue dans une routine “cocon”, ayant pour vocation de lui permettre de grandir et grossir en toute sécurité; cependant, sa place n’est pas à la maison; notre objectif des 600 grammes marque la phase de transition. Période durant laquelle, elle vivra à l’extérieur en enclos, le temps de s’habituer à la vie extérieure, de commencer à se nourrir avec plus d’autonomie. Selon les sites, la transition s’effectue sur une à deux semaines, selon l’individu.

J’ai donc passé commande de plusieurs choses pour lui aménager un espace extérieur confortable; déjà un enclos pour sa sécurité, suffisamment grand pour rendre son exploration attrayante, qui pourra être ouvert d’ici une à deux semaines, le temps de sa transition; ensuite, une maison confortable et sécurisée, un espace récréatif pour pouvoir observer en se sentant protégée et enfin, une piscine … car elle apprécie de se tremper dans son bol d’eau, étant donné qu’elle a beaucoup grandi, il semblait nécessaire de passer à la taille supérieure afin qu’elle puisse s’y mouvoir plus aisément, cependant, pas trop profond, il faut éviter le risque de noyade !

Grand panier et maison disponibles chez Vivara; enclos chez Zooplus, piscine chez vivara, il s’agit initialement d’un abreuvoir suspendu pour les oiseaux. J’ai choisi ce modèle de “maison” car elle est équipée d’un couloir d’accès sécurisé pour éviter l’intrusion des prédateurs.

Le paillasson, recouvert de foin servira de “sol” au grand panier qui n’en est pas pourvu; dans la maison, seront placés : foin, son doudou, son bonnet, de la nourriture et de l’eau pour la première nuit, dans le cas où elle n’oserait pas partir explorer le reste de l’enclos; j’ajoute une grosse écorce et un tunnel en osier sous un tas de branches et feuilles pour qu’elle puisse s’y cacher pour observer.

Le résultat en images …..

L’installation : L’ouverture de la maison ne doit pas se trouver au nord ou au nord-ouest, c’est lié au lever du soleil; Happy devra prendre possession des lieux lorsque le soleil sera couché, le déménagement se fera donc vers 21h30 -22h selon la clarté du jour, le relâchement doit toujours être effectué de nuit.

Bilan de la première nuit en enclos: Happy est sortie de la maison verte, dans laquelle elle se trouvait pour le déménagement, vers minuit; elle a fait le tour de l’enclos, découverte des installations, et elle a mangé les écuelles comme à son habitude; le lendemain matin, j’ai placé mon réveil à 5h30, ce qui correspondait plus ou moins au lever du jour, afin de m’assurer qu’elle avait réintégré sa maison… Parfait, elle était installée avec son doudou, son bonnet et avait clairement pris possession des lieux et aménageant l’espace à sa manière ! Gros soulagement pour moi, j’étais stressée, la perspective de la première nuit, savoir comment elle allait gérer le changement, finalement, c’est un succès; je vais commencer l’apprentissage par dissimulation et diminuer progressivement la nourriture en tentant de lui fournir des insectes “vivants”, tout en contrôlant son poids pour m’assurer que l’autonomie qu’elle développe porte ses fruits !

Petite mise à jour 14 juin : Concernant le grand panier, en ce moment, c’est la fête à la grenouille, il pleut énormément, et j’ai constaté que le panier prend l’eau; ce qui posait problème étant donné que je glisse une “collation” à Happy dessous; Le temps de sa transition, il faut encore l’aider pour s’alimenter; Manger en suffisance nécessite de parcourir plusieurs kilomètres, ce qui ne lui est, actuellement, pas possible dans l’enclos; Système D, avec un sac récupération, pour isoler le panier de la pluie.

Les apprentissages: Je ne peux évidemment pas me substituer à sa maman, mais je vais tenter de lui apprendre à se nourrir seule, niveau alimentaire, pour sa survie c’est indispensable, l’idéal étant de dissimuler sa nourriture partout dans l’enclos pour lui “apprendre” à chercher de quoi manger seule. Ce n’est certainement pas parfait, mais je fais au mieux, pour que sa réintroduction se passe le mieux possible lorsqu’elle sera prête à sortir de l’enclos, il faut qu’elle soit en capacité de survivre dehors, en toute autonomie…

Happy au début, tellement petite, tellement fragile et faible, lorsque je la vois aujourd’hui, grande, forte, je suis vraiment heureuse pour elle; C’est de loin, la plus stressante mais paradoxalement, la plus belle expérience de ma vie… J’ai pu la voir grandir, alors qu’initialement, elle n’était qu’une petite chose fragile qui tenait dans la paume de ma main, mais qui ne tenait plus sur ses pattes… Bien évidemment, il y a un attachement, j’adore cette mini-boule de pics; bientôt viendra le grand moment de l’ouverture de l’enclos, elle partira très certainement vivre sa vie, évidemment, mon jardin lui sera toujours ouvert, j’espère qu’elle ne m’oubliera pas trop vite et surtout, qu’elle vivra une belle et longue vie … !

Rendez-vous prochainement pour l’étape ouverture de l’enclos; j’ai décidé de publier cet article avant sa fin, car trois personnes m’ont déjà sollicité pour obtenir des informations après avoir trouvé bébé hérisson, sachant que je m’occupe d’Happy par mes storys sur les réseaux sociaux; le but de celui-ci étant de partager mon expérience en espérant être utile à quelqu’un, cela me semble plus judicieux de le compléter par la suite; n’hésitez donc pas à revenir, pour connaitre la fin de l’histoire d’Happy !

Happy ou le syndrome de Stockholm

La suite des aventures de miss Happy, comme annoncé, à la fin de la transition, j’ai donc ouvert l’enclos, avant d’aller me coucher, en prenant le temps de lui souhaiter une belle et longue vie, chargée d’aventures et de bébés; je suis partie me coucher avec un sentiment mitigé, à la fois pleinement heureuse de cette nouvelle vie qui s’offrait à elle, et nostalgique de sa présence, en me disant que les rituels “livraison repas” et “petit coucou” allaient me manquer. Elle pouvait facilement quitter le jardin par plusieurs points de sortie, arriver dans les champs ou rejoindre le sous-bois; des lieux sympas, plein de verdure et conformes à l’habitat naturel qu’elle devait retrouver.

Une petite “bestiole” pleine de surprises; le lendemain matin, Queeny a reniflé partout dans le jardin, j’en ai déduis, qu’effectivement, elle était bien partie; en sortant ma boule de poils faire un tour, j’ai vu une petite croquette “Happynesque” sur le parvis des voisins, ce qui me conforta dans ma conviction, qu’Happy était désormais loin… et qu’en partant, elle n’avait pas oublié de faire du rangement très personnalisé dans mon portager… LOL

J’ai laissé passer la matinée avant d’aller récupérer les gamelles, j’avais préparé une gamelle de compétition, avec de quoi nourrir facilement deux hérissons, en me disant qu’au moins, elle partirait le ventre plein… après les gamelles à laver, j’ai pensé, toujours très nostalgique, à faire le nettoyage de sa maison; en levant le couvercle, … Grosse surprise, Happy !

En résumé, depuis ce fameux jour, Happy vit librement dans le jardin, je continue de lui donner un petit coup de pouce pour la nourriture, elle rentre et sort comme elle le souhaite, peut être qu’un jour, elle ne reviendra pas, ou peut être pas;

Plus récemment, en adéquation avec sa décision de rester vivre à proximité de sa famille d’adoption, j’ai décidé de lui offrir un aménagement digne de son nouveau statut de “résidente temporairement permanente …” Je voulais lui offrir un lieu tranquille, initialement, j’avais pensé placer sa maison dans les haies, au fond du jardin, mais par la suite, j’ai songé aux copains de Queeny, les chiens qui viennent parfois à la maison, et il m’a semblé plus judicieux de concevoir un lieu qui lui garantisse à la foi liberté et sécurité.

Shopping, le retour… On bricole, on aménage…

Le matériel…

Barrière, piquets, planches de bois pour fabriquer des SAS d’entrée/ sortie, fleurs pour la déco et parce que c’est joli !

Dans la conception, j’ai intégré deux sas intérieurs, pour qu’elle puisse se promener dans le jardin à la convenance, et deux sorties extérieures pour l’exploration du monde … C’est moins dangereux que passer sous le portillon et plus confortable que la version Koh Lanta, entre les mailles des clôtures… Liberté, confort et sécurité…

Le résultat en vidéo …

Elle semble vraiment se plaire de son nouvel environnement !

J’ai prévu de compléter l’article, si de nouveaux éléments intéressants s’ajoutent à notre quotidien, ou tout simplement pour vous donner de ses nouvelles !

Pour information : Happy vivant en totale liberté, il lui arrive de disparaître durant plusieurs jours, elle fait des virées aventures, dans les jardins voisins, dans les champs, dans le sous-bois; je ne sais jamais si elle reviendra, ni, quand elle le fera… De fait, je continue de m’assurer que des gamelles d’eau et de nourriture soient disponibles, si elle revient… La première fois, même si c’est dans l’ordre des choses, j’étais inquiète pour elle, ça a duré quasi 3 jours, j’étais persuadé qu’elle ne reviendrait pas, au matin du quatrième jour, elle avait regagné sa maison, …

Tout en gardant à l’esprit, qu’un hérisson, n’est pas un animal de compagnie, ce n’est pas un animal domestique; il faut cependant, prendre en considération que comme n’importe quel être vivant, elle a des sentiments, une sensibilité, c’est pourquoi, il est important pour son bien-être de respecter ses choix et de s’adapter … Lorsqu’elle part, plusieurs jours, désormais, j’envisage uniquement du positif, pour éviter de m’inquiéter, j’imagine qu’elle a rencontré un “bel hérisson”, ou qu’elle a trouvé un lieu superbe, avec des escargots et des limaces; évidemment, c’est édulcoré, mais ça m’aide… Depuis sa première escapade, elle a un nouveau rituel du soir, il n’est pas systématique, mais vers 22h30- 23h, lorsque la porte du jardin est ouverte, ou que je me trouve dans le jardin au niveau de la porte, par exemple, pour le dernier pipi avant dodo de Queeny, Miss Happy vient dire bonsoir; parfois elle s’approche beaucoup, au point de faire une grattouille sous le nez, à d’autres moments, elle reste juste à proximité de nous, un peu à l’écart, mais suffisamment proche pour participer, l’espace d’un instant à notre quotidien …

Sites et liens utiles lorsque l’on veut aider un hérisson/ sitographie :

  • Un PDF très complet sur les sauvetages CLIC
  • Vallée du Ciron, présentation du hérisson CLIC
  • Hérisson Fne association CLIC
  • Fiche technique Gammvert CLIC
  • Le hameau des hérissons CLIC
  • SOS hérisson CLIC
  • Oiseau, papillon, jardin donne des conseils santé, notamment, sur les parasites CLIC
  • Le sanctuaire des hérissons, une multitude d’informations CLIC
  • Un autre témoignage sur le sauvetage d’un hérisson par le blog de Beauty handmade etcompagnie CLIC
  • Les lois relatives aux hérissons CLIC et CLIC
  • Un PDF à télécharger “Au secours des hérissons” guide pratique

Le hérisson est protégé par la loi, vous ne pouvez pas le détenir en captivité, ce n’est pas un animal de compagnie; en revanche, outre l’obligation de lui venir en aide, vous pouvez lui aménager un coin au jardin, et le laisser libre de faire son choix de vie, aimer c’est respecter, conférer le libre arbitre; un espace perso au jardin, afin qu’il décide soit de rester y vivre, soit de partir découvrir le grand monde … Vous l’avez sauvé, épaulé, accompagné vers l’âge adulte (ou dirons-nous l’adolescence), la plus belle des récompenses c’est qu’il vive, s’il décide de rester, c’est super, mais s’il choisit de partir, ne soyez pas triste, jamais au grand jamais, il n’oubliera qui vous êtes pour lui et ce que vous avez fait pour lui, une part de vous l’accompagnera toute sa vie durant, vous l’avez sauvé!

Pourquoi faut-il agir ? Certes, c’est contraignant, chronophage, la nuit ça “pique” de se réveiller, ça vous ronge de l’intérieur de s’inquiéter en permanence pour sa survie, mais c’est un être vivant, attachant, indispensable à notre environnement; Une vie n’a pas de prix, et ce, quelle que soit la nature de la vie; même si elle pèse 135 grammes et qu’elle prote des petits picots;

Urgence pour tous : “l’espérance de vie d’un hérisson est de deux ans en moyenne et que seuls 4 hérissons sur 1000 atteignent l’âge de 9 ans” Source

30% : Accidents de la route la NUIT  et  >18% : parasitisme (tiques, puces)
20% des causes de mortalité dues aux Pesticides et ANTI-LIMACES
> 13% à la faim et à l’épuisement (nichées tardives en fin de saison)
> 10% : noyade (Piscines) blessures par Tondeuses gazon + Débroussailleuses
> 10% aux prédateurs: chiens, blaireau, hibou grand-duc, renard, sanglier, buse, fouine..  Parasitisme, maladies infectieuses. Accidents par noyade, dans les trous, égouts et piscines. Disparition du bocage et petits bois. Cloisonnement de nos jardins (hauteur des bas de portes donnant sur rue). Ingestion d’insectes déjà contaminés par des pesticides. Source

Les dangers du quotidien pour les hérissons et comment améliorer leur quotidien à notre échelle CLIC

My Queen et les associations On bouquine ?

L’animal sujet de droit, propositions pour de nouveaux horizons par Animal Cross

1 décembre 2019

#Vocation

 

Pour Noël … Offrez la perspective d’un monde nouveau.. soutenez une cause qui nous concerne tous!

 

Au départ d’une vocation, une association… Animal Cross; 

Animal cross est une association, fondée en mars 2009, qui a pour but de diminuer la souffrance animale; Entendons, qu’elle s’intéresse, milite, sensibilise, lutte et agit en faveur de la cause animale, au sens large; Et ce, en menant de front, de nombreuses actions. Tous les animaux sont concernés, et c’est ainsi, à tous les animaux; domestiques, sauvages, d’élevages, qu’elle accorde son attention !

NatureLovers Soins et quotidien On bouquine ?

Dialogues avec l’animal et le vivant

6 octobre 2019

#Bouquine 

Un enrichissement personnel, offert par un collectif bienveillant; 

 

Dialogues est au pluriel … 

Il y a plusieurs manières de dialoguer et plusieurs interlocuteurs possibles; ce qu’il est intéressant de faire, lorsque l’on approche cet ouvrage, c’est de se questionner; Quel sens donnons-nous à la notion de dialogue, quelle place occupe le dialogue dans nos vies; Quelle valeur accorde-t-on à l’apport de l’autre dans le dialogue? Parvenons-nous à dialoguer harmonieusement, avec les autres; entendons “bipèdes et quadrupèdes”; 

Antiparasitaires prévention et information Bulles de savon Les indispensables du Train-Train NatureLovers Soins et quotidien Vacances

Une sélection antiparasitaires naturels

11 juillet 2019

#L’armée au service de sa Majesté… 

Et les bestioles trépassent … !

 

Nous vous parlons fréquemment des parasites; à juste titre, ce n’est pas qu’une question de commodité de les éviter, c’est également une question de santé … C’est pourquoi, nous tentons de vous proposer un panel, le plus vaste possible, de solutions alternatives naturelles pour protéger vos compagnons des parasites.

Friandises Le coin des gourmands NatureLovers Soins et quotidien

Entoma Petfood friandises aux insectes

16 janvier 2019

#WTF

Des bestioles???

Queeny ne touche pas la petite bête…. Queeny, ne mange pas la bestiole, c’est mauvais, c’est dangereux, ça va te rendre malade, tu vas avoir des petites bêtes dans le ventre, elles vont pondre des œufs, ça va faire comme ALIEN, tu vas mourir et elle va tous nous bouffer après !!! HAAAAAAA … C’est dégoûtant !

Fashion Week Les indispensables du Train-Train

Lovelytruffe, la médaille en bois…

25 août 2018

#Back To School

Un éclat de nature, porté aux joyaux de nos amours ;

LovelyTruffe c’est une enseigne que j’ai déjà eu l’occasion de vous présenter lors de mon test sur les médailles dites « classiques » par ses matériaux, bien que complètement personnalisables, dans un précédent article que vous pourrez retrouver en cliquant ici.

Bulles de savon Winter is Coming

#9 Soin cutané Dermocare + Biospotix, de Biogance

9 février 2018

#Sois belle même si tu es rebelle !

L’été ne détient pas le monopole de l’hydratation !

S’il est bien une saison prédestinée à la torture capillaire, c’est sans conteste l’hiver… Froid glacial à l’extérieur, air chaud à l’intérieur, nos cheveux sont constamment attaqués par les variations de températures.

Au-delà de la problématique des variations de températures chaudes/ froides, nous devons ajouter, la pluie, l’électricité, le vent, qui rendent les poils statiques, voire carrément ternes…

Nos cheveux sont fragilisés en hiver, constamment agressés, pour les préserver au maximum, nous les couvrons, mais cette protection renforce l’agression subie par notre cuir chevelu.

Avec le bonnet ultra-tendance, certes, nous avons fière allure sur nos photos de vacances, mais arrivé à l’intérieur, lorsqu’on ôte, cet incontournable accessoire de mode saisonnier, c’est la catastrophe… plus l’ombre d’un brushing à l’horizon, des cheveux électriques, qui crépitent, qui retombent plats et ternes…

Dogfriendly

La clairière à Lille

11 novembre 2017

#Fait bon vivre chez les Ch’tis

Actualité 2017 

Dogfriendly.jpg

“Manger pour vivre ou vivre pour manger ?”

Manger, est indispensable mais peut également s’avérer un véritable plaisir, l’art de la table, la suprématie des saveurs; le culte de la fourchette; en ce moment détente que l’on peut passer à table en bonne compagnie… malheureusement, c’est rarement celle de notre poilu, car ils sont souvent “Persona non grata” … Et pourtant, ce sont des plaisirs que l’on voudrait vraiment partager avec eux ! Le restaurant, Nous et lui, attablés pour une soirée tête à truffe, en savourant de bons petits plats, …

ET si c’était désormais envisageable ?

Bulles de savon

#Little Soap Company

30 août 2017

#British Shopping…

…pour l’humaine et pour POILU, en DUO ! 

 

Dans la série, on se ressemble, je trouve très appréciable de pouvoir faire du shopping, au même endroit, pour moi et pour ma boule de poils;

Le fait de partager une marque, mais plus encore, des flagrances… est un concept qui m’a immédiatement séduite, j’étais très emballée à l’idée que nous puissions utiliser des cosmétiques émanant de la même enseigne toutes les deux ! D’autant, que les boutiques permettant de le faire, restent relativement rares !

C’est exactement le cas de la boutique que je vais vous présenter aujourd’hui;

Une marque qui vous permet d’acheter vos cosmétiques, mais aussi ceux de votre boule de poils; même marque, des flagrances très similaires, mais des produits qui sont cependant,  adaptés à nos besoins et particularités, à elle et à moi.

Nous avons testé pour vous, la boutique  …

logo2.png

Les dangers NatureLovers Soins et quotidien Vacances Winter is Coming

Ma trousse de secours !

13 mai 2017

#L’incontournable trousse de secours 

Mais de quoi est-elle composée ?

 

Aie … L’humaine… je me suis blessée …

Nous avons beau être au taquet avec nos poilus, comme nous le sommes avec nos petits d’hommes, il est un fait établi, nos boules de poils ont parfois le don de se placer en mauvaises postures. Par nature, joueurs, baroudeurs, aventuriers dans l’âme, ils n’ont pas la même notion que nous de l’amusement, et donc, indirectement des dangers qui y sont liés… Nous pensons aux conséquences… Poilu pense davantage en termes de distraction !

Au palmarès des blessures de guerre de ma poilue, j’ai retenu une grosse griffure, qui lui est passée très près de l’œil, alors qu’elle courrait dans les bois, elle a ramassé une branche… Une coupure du coussinet en allant jouer les sardines dans une zone de galets peu amicaux … Où étais-je ? Humaine indigne ? Juste à côté… à lui dire, “attention Queeny, tu vas te blesser!”, les choses vont vite… Parfois, on ne parvient pas à les arrêter à temps.

Dans ces cas de figure, lorsqu’on ne peut empêcher le bobo d’arriver, il nous reste à jouer notre rôle d’humain bienveillant, en le soignant.

Pour cela il faut s’équiper, une trousse de secours peut s’avérer indispensable lorsque vous avez un poilu spartiate à la maison !

Les passionnés

Néo Lupus retour aux sources!

19 avril 2017

#Les Boudoirs de MyQueen

 

La belle histoire que l’on pourrait intituler :

“J’ai reçu l’amour en héritage” !

 

Néo Lupus, c’est la marque qui actuellement renaît de “ses cendres”, telle le Phoenix, elle en ressort plus forte d’un héritage familial, bâtie sous le signe d’un amour inconditionnel pour nos boules de poils.

Comme vous le savez déjà, j’adore les belles histoires, j’aime fouiner dans le passé des marques que je présente, découvrir l’identité des personnes qui se cachent derrière une enseigne et surtout découvrir qu’il y a des amoureux de poilus aux commandes…

C’est justement le cas, du côté de Néo Lupus, on aime les poilus depuis plusieurs générations, et ce n’est pas près de s’arrêter …

Je vous propose de me suivre à la rencontre de Jérémy, quatrième génération de “Néolupusiens”, autodidacte, éclectique, passionné et passionnant qui a accepté de répondre à mes questions avec une authenticité très attachante.

Bulles de savon NatureLovers Soins et quotidien

J’ai testé Néo Lupus

19 avril 2017

#1er Round

Plage et aléas Versus Queeny…

Pour ceux qui nous suivent fréquemment, vous savez que Queeny n’est pas surnommée “Ma sardine Poilue” sans raisons, ma poilue se prend, et ce depuis son plus jeune âge, pour un poissonnet !

Le beau temps a pointé le bout du nez, impossible désormais de la maintenir à terre… Baignades à volonté, roulades dans le sable, ce qui implique le retour d’une multitude de petits désagréments, pour moi, mais surtout pour elle…

Niveau humain, la plage s’invite à la maison, plus précisément dans la salle de bains, car je vous rappelle, qu’il est impératif de rincer votre chien à l’eau clair après les baignades, surtout les zones sensibles, coussinets, yeux, popotin, etc… afin d’ôter le sel, un véritable mordant naturel. De fait, pensez également à bien lui nettoyer les yeux et les oreilles avec un produit adapté, et à passer du baume sur ses coussinets après les avoir nettoyés.

Niveau Poilue, entre baignades et roulades, c’est surtout le retour des démangeaisons … du pelage sec, des zones de peau irritées, des risques de coups de soleil, …

Les vacances approchent à grands pas, je vous propose donc une série d’articles, constitués, principalement de présentations des produits qui pourraient s’avérer utiles durant cette période estivale.

Pour commencer j’ai testé …

14708116_1778919092364453_7911072218264513597_n 

Antiparasitaires prévention et information NatureLovers Soins et quotidien Soins et prévention Take care of me Vacances

Solutions naturelles contre les puces et les tiques

18 mars 2017

Bonjour, nous sommes de retour !

 

Le soleil revient, les températures s’adoucissent, les petites fleurs éclosent… et les parasites refont surface !! Avec l’arrivée du printemps, personne ne peut y échapper (surtout nos poilus), les puces et tiques se font un plaisir de pointer le bout de leur sale petit nez…

La hantise de tout propriétaire de poilu… les voir revenir de balades avec des puces et des tiques !!

Et pour éviter qu’ils envahissent le corps de la boule de poils (et votre intérieur !) nous annonçons donc que …

La saison de la chasse aux parasites est ouverte !

 

Mais attention, vous commencez à nous connaître, nous n’allons parler que de produits NA-TU-RELS.

Brièvement , pourquoi je ne veux pas utiliser les produits chimiques en prévention ?

  • Pipettes et colliers : composés d’insecticides/pesticides

De ce fait, tous ces produits peuvent potentiellement être dangereux pour l’animal, et leur famille… d’où le « ne caressez pas votre animal après application » « ne laissez pas les enfants touchez l’animal » ce genre de phrases qu’on trouve sur les emballages. Il faut savoir qu’il y a 5 ans, l’agence nationale de sécurité du médicament vétérinaire a suspendu les autorisations de mises sur le marché de 76 produits anti-puces à bases de molécules chimiques pour dangerosité envers la famille de l’animal de compagnie (sur 110 produits… soit 69% des produits qui ont été retirés du marché… ça fait beaucoup…). C’était le principe de précautions qui s’appliquait principalement, mais quand même…

Concernant les effets sur les chiens : les effets secondaires sont possibles. Il ne faut pas se mentir, ce sont des pesticides… De nombreux cas d’allergies, de brûlures et lésions graves ont d’ailleurs été recensés.

  • Comprimés : composés de molécules neurotoxiques pour les puces/tiques

Là encore, de nombreux effets secondaires sont possibles. Les molécules sont neurotoxiques pour les parasites, ok. Mais en administrant un comprimé fortement dosé (pour que la protection dure plusieurs mois), la molécule toxique se retrouve dans l’organisme de votre animal, dans TOUT son organisme. Les réactions peuvent être très nombreuses. Et ces effets peuvent être (très) indésirables : vomissements, anorexie, fièvre, tremblements, épilepsie, faiblesses musculaires, apathie… voire la mort.

En effet, des comprimés (comme le Bravecto) sont au cœur de scandales, et les agences de sécurité des médicaments enquêtent après plus de 2000 cas très graves et près de 500 morts suspectes, dans le monde entier, suite à l’administration de ce type de produits chez des chiens en très bonne santé (donnant lieu à des débats et naissance à des pétitions pour interdire la commercialisation des produits).

  • Développement des résistances des parasites aux produits chimiques

Enfin, avez-vous entendu parler de la résistance des bactéries aux antibiotiques ? Et bien l’utilisation de molécules chimiques peut entrainer le même problème avec les puces et tiques. Les petites bestioles, tout comme les bactéries, peuvent développer des résistances. De ce fait, beaucoup d’anti-puces chimiques (type Frontline par exemple) deviennent complètement inefficaces… Alors pourquoi traiter son animal avec un insecticide/pesticide, qui peut entrainer des effets secondaires, si en plus il est inefficace…

Personnellement, il est donc hors de question que je fasse prendre un risque à ma boule de poils en étant au courant de tout ça. D’où ma décision de passer au 100% naturel pour la prévention. Il s’agit bien évidemment d’un choix personnel. Chacun est libre de ces choix, nous faisons tous au mieux pour nos boules d’amour ☺

chien-coton-de-tulear-596929367

Voici donc les produits que j’utilise avec Luna…

  • Les pipettes aux extraits de plantes (huiles essentielles).

Les pipettes ont une durée d’action d’un mois, il faut bien penser à renouveler l’application tous les mois. A appliquer sur la peau, dans le cou de l’animal (zone qu’il ne peut pas lécher). Bien se laver les mains après avoir appliquer le produit. Attention, il ne faut pas laver ou mouiller poilu durant les 48-72h suivant l’application du produit. Le poil est un peu gras dans la zone d’application… petit inconvénient… (mais c’est pareil avec les autres types de pipettes chimiques)

Personnellement, je douche Luna et lui applique le produit le lendemain soir. Et c’est bon jusqu’à la prochaine douche ! Si le chien va régulièrement dans l’eau, l’utilisation d’un collier anti-puce (présentation ci-dessous) est fortement recommandée pour une protection plus efficace.

20170209_182938

Mon choix s’est porté sur :

  • Les pipettes Beaphar aux extraits de Margosa et Pyrèthre  (9,99€ les 3 pipettes chez Wanimo)

pipettes-repulsives-antiparasitaires-vetopure

Attention, il s’agit de répulsif naturel principalement, elles vont permettre d’éloigner les parasites mais ne les éliminent pas. Il s’agit de pipettes préventives, pas curatives en cas d’infestation. Je les utilise en début de saison (février-mars).

  • Les pipettes Biovétol aux extraits de Margosa, Pyrèthre, Lavande et Géraniol (14,45€ les 3 pipettes chez Albert le chien)

253_245386_max

Les extraits utilisés ont une action biocides et sont considérés par la Communauté Européenne comme des insectifuges naturels. Ils sont efficaces contre les parasites externes (puces, tiques, poux, moustiques, phlébotomes, aoûtats). Possèdent 2 extraits de plantes supplémentaires, je les utilise en pleine saison en combinant avec le collier anti-puces Biovétol pour plus d’efficacité.

  • Les colliers aux extraits de plantes (huiles essentielles).

Le collier Biovétol aux extraits de Margosa (6,95€ le collier petit chien, 7,95€ le collier grand chien,  chez Albert le chien)

253_188593_max

Il s’agit là aussi d’un collier répulsif naturel (pas curatif). Il est résistant à l’eau et possède une durée d’action d’environ 3 mois.

En pleine saison, je combine l’utilisation du collier avec les pipettes Biovétol.

Info: Il existe le même type de collier chez Beaphar, aux extraits de Margosa et Lavande (4,99 ou 5,99€ selon la taille chez Wanimo).

  • Le complément alimentaire Tic-Off

(15,90€ les 80 doses chez Albert le chien)

 

 

Information produit :

Capture dÔÇÖe¦ücran 2017-02-17 a¦Ç 16.39.50

Source 

Composition :

Argile verte, Dextrose, Hydrogène Carbonate de Natrium, Carbonate de Calcium, Citrate de Magnesium.

Je donne sa dose à Luna le matin dans la ration de croquettes. Il s’agit d’une poudre très fine et blanchâtre. Aucun problème pour l’ingestion par la demoiselle !

Une sécurité supplémentaire contre les envahisseurs, en complément des répulsifs un peu plus classiques (pipettes et collier).

Attention, il faut environ 10 jours d’administration avant que le “traitement” devienne efficace. Il faut donc commencer la cure un petit peu avant que la période ne soit vraiment propice à la sortie des tiques et puces !

  • En complément, notamment si le chien va très souvent dans des zones à risques et/ou se baignent très régulièrement :

Il est aussi possible de “saupoudrer” votre poilu (à rebrousse poil) avec de la Terre de Diatomée (de type alimentaire – attention à ne pas en mettre dans les yeux surtout !!). Cette terre est composée de micro-fossiles qui ne seront en aucun cas agressif pour la peau de poilu, mais qui occasionneront des coupures/éventrations mortelles pour les puces et les tiques qui auraient envie de squatter la boule de poil. Je ne l’ai pas encore utilisée sur Luna, mais aux vues des avis, cette solution est semble-t-il très efficace.

Il est recommandé de saupoudrer le poil tous les deux jours.

Les shampooing anti-puces peuvent aussi être utilisés bien évidemment (on préférera les naturels, à base d’huiles essentielles) mais attention, leur durée d’action est très réduite. Il faut absolument combiner avec d’autres protections.

Enfin, on n’oublie pas de pulvériser la maison régulièrement avec des huiles essentielles pour la prévention des infestations de l’habitat au cas où ! Voir le DIY anti-puces naturel

Et si jamais elle est infestée ?

Pour les tiques, ce n’est pas trop compliqué s’il y en a peu, il suffit de les retirer avec une pince à tique, en faisant attention que le tête vienne bien avec (beurk beurk beurk)… Si y’en a beaucoup, pipette chimique (Advantix pour nous) pour les tuer et qu’elles tombent toutes seules…

Pour une infestation de pupuces, je passe à la solution chimique qui sera radicale (Advantix, 1 pipette, pas de résistance à celui-ci encore).

Et bien sûr il faut absolument traiter la maison en cas de pupuces !!!

Vous saviez que pour 1 puce sur le dos de poilu, il y a plus de 30 œufs pondus chaque jour et qui se retrouvent dans l’environnement ? ça fait froid dans le dos d’imaginer autant de puces partout ! Si l’animal est traité suite à une infestation de puces mais que la maison ne l’est pas, il va automatiquement être ré-infesté ! Et c’est un cycle interminable ! Il faut donc aussi traiter maison, voiture, dépendances, bref, tous les lieux de passage du poilu.

Le plus efficace pour traiter de grandes zones sans oublier aucun recoin ? les Fogger (fumigènes) : des bombes à déclencher qui vont diffuser une fumée d’insecticide. Celle-ci va s’infiltrer dans chaque recoin de l’habitation durant 3-4h et tuer tout être vivant qui s’y trouve. On aère ensuite 1 à 2h, aspirateur de partout et c’est bon ! Le seul inconvénient, il faut déserter l’habitation avec toute la famille, animaux compris, jusqu’à la fin de l’aération. Mais c’est radical !

Pour les zones plus restreintes (voiture, couffin, etc) les « pschitt » sont suffisants.

A savoir que selon les produits, certains protègent pendant 1 mois, d’autres près de 4-6 mois après l’extermination. N’hésitez pas à passer un peu de temps pour bien comparer les produits ! Mais traitez tout ! On n’est jamais trop prudent avec ces bestioles…

Pour le coup, je ne suis pas contre le chimique quand il s’agit de tout éradiquer vous l’aurez compris !

En bref… pour la prévention

Je combine une approche interne avec le Tic-Off, pour rendre son corps moins attirant pour les petites bestioles pas sympa, les huiles essentielles en collier pour une protection durable au niveau de la zone de la tête et du cou (zone de prédilection pour l’infestation) et les pipettes d’huiles essentielles pour une action sur le corps entier par diffusion des huiles sur la peau.

A la protection de Luna s’ajoute une protection de la maison, en pulvérisant régulièrement d’huiles essentielles toutes les zones que Luna apprécie particulièrement (coussins, canapé, etc) (voir le DIY Anti-puces naturels).

Avec tout ça, vous devriez être parés contre les infestations !!!

Bonne saison !!!

Signature Luna

 

 

Mises en garde Bravecto (pour informations) :

http://www.isbravectosafe.com/

https://www.change.org/p/msd-merck-animal-health-europe-petition-retirer-imm%C3%A9diatement-le-poison-traitement-des-tiques-puces-bravecto-du-marche

Informations molécules chimiques : http://toxivet.free.fr/afficherToxique.php?id=41

BadTime L'après nous ...

Nidoo

14 mars 2017

#Après toi…

… Après nous !

Lorsque tu partiras, je serais plongée dans un hiver éternel, sans couleurs, sans odeurs, sans saveurs… le cœur brisé, le regard vide, pourtant dans ce chaos de grisaille, quelqu’un a songé à me proposer une alternative qui pourra petit à petit insuffler la vie dans ce néant né de ton absence.

Je le regarderais grandir, je pourrais m’asseoir à ses côtés, comme je le faisais jadis aux tiens… je pourrais te parler par son intermédiaire, ainsi, une trace de ton passage restera à jamais visible. Près des oliviers, là où tu appréciais tant d’aller t’allonger à l’ombre, ces après -midi d’été… il sera installé là, et chaque jour, j’en fais le serment, je viendrais te saluer…

Ton humaine;

Si ce “projet” est possible, c’est grâce à Nidoo

nidoo-photo-600x600

L’arbre après la vie !

Antiparasitaires prévention et information NatureLovers Soins et quotidien On bouquine ? Winter is Coming

Soins naturels pour chiens et chats

31 juillet 2016

 

Soins naturels.jpg

Cet ouvrage ne se substitue en rien aux soins et conseils prodigués par un vétérinaire, cependant, il incarne parfaitement le complément idéal, en s’adressant à tous les propriétaires de poilus soucieux de leur prodiguer des soins “naturels” aux quotidiens.

Des soins naturels alternatifs à l’arsenal chimique traditionnel auquel nous avons quotidiennement recours. Des soins du quotidien, allant de l’alimentation, au bien être et l’hygiène en passant par la santé (entendons, uniquement les petits bobos comme ceux que nous, humains, pouvons rencontrer sans avoir recours au médecin pour autant).

Un ouvrage réalisé par la collaboration de trois auteurs ayant chacun un domaine de compétences en adéquation avec les contenus relatés.
Sylvie Hampikian, experte pharmaco-toxicologue, déjà auteure de plusieurs ouvrages sur les soins naturels qu’elle pratique à titre personnel, depuis une vingtaine d’années.
Amandine Geers et Olivier Degorge, formateurs et créateurs culinaires qui se sont intéressés pour cet ouvrage à l’alimentation animal en créant des recettes de cuisine spécialement élaborées pour nos poilus.

Une bible du naturel donc, parue aux éditions terre vivante en janvier 2016, un ouvrage que nous recommandons vivement !

Effectivement, il constitue le point d’ancrage d’une connaissance des soins naturels pouvant être prodigués à nos poilus de par son contenu informatif très largement fourni. D’autre part, il propose une série de “recettes” de soins ou d’alimentation selon le concept DIY, qui donne véritablement envie de passer à la réalisation.

Il s’adresse à un public très vaste étant donné que les explications sont claires et que le cheminement logique du contenu dans son ensemble est plus que cohérent. Il est agréable de parcourir les différents chapitres qui, au fil de la lecture, nous enrichissent de découvertes, connaissances et idées, cet ouvrage est une bonne source d’inspiration ludique. Donc un appel constant à la mise en action de nos petites mains gauches.

Par ailleurs, les réalisations proposées sont à la portée des novices, grâce aux explications, pas à pas des étapes pratiques à accomplir.

Plus concrètement, procédons à la décomposition de l’ouvrage 

Première partie, celle que nous qualifierons de partie informative, à savoir les 82 premières pages de l’ouvrage.
Dans le premier chapitre, l’ouvrage apporte des informations pertinentes sur “les besoins de nos poilus” dans leur quotidien. Le second quant à lui est voué à l’alimentation, incluant les besoins nutritionnels, les quantités, les modalités de la prise de repas, les ingrédients recommandés ou à éviter ; ainsi que les compléments alimentaires. Notons que l’ouvrage prend également en compte les spécificités de nos poilus, en s’adressant à certains moments, plus spécifiquement aux poilus d’un âge plus avancé. Et enfin, le troisième chapitre, de cette partie informative qui traite dubien être, garant de la santé de nos poilus. Des astuces pour allier l’utile à l’agréable durant le toilettage quotidien, des connaissances permettant d’être attentif aux signes de maladie et surtout, un référentiel de remèdes naturels pour le quotidien.

Remèdes naturels dont voici des exemples que nous avons jugés intéressants, surtout en cette période, à savoir, l’approche des vacances : Contre le mal des transports, contre le stress, les douleurs liées à l’âge, soins de la peau ou du pelage, des armes Antiparasitaires.

Deuxième partie, celle que nous affectionnons… “Le carnet DIY” composé de 52 pages, de “recettes” à réaliser.
Notre petite sélection, personnelle… dans les produits beauté et soins…
La lotion beauté au romarin, dont la préparation n’excède pas 10 minutes et dont la fréquence d’utilisation recommandée est d’une fois par semaine. Les ingrédients sont simples à trouver, du romarin séché et de l’eau à faire bouillir. Cette “recette” est donc, bel et bien à la portée de tous, dans un budget des plus raisonnable !
Le gel hydratant et adoucissant à la gomme de Guar pour les coussinets, toujours une réalisation n’excédant par les 10 minutes et une formule permettant une conservation allant jusqu’à 2 mois à température ambiante.
La lotion nettoyante des yeux à base de bleuets ou de camomille, en utilisant une compresse stérile, voilà de quoi entretenir les beaux yeux de votre poilu tout en douceur. Une lotion nettoyante pour les oreilles à base lavande, rose ou hamamélis est également proposée.

Pour les fins gourmets, voici un aperçu des recettes disponibles, dans le coin cuisine de l’ouvrage.
Des pâtés originaux, sains, équilibrés, naturels, bref, l’idéal pour combler les papilles de poilu…
Pâté aux légumes, au foie, pour les poilus prenant de l’âge ou affaibli, des biscuits au poulet,…

Notons que, l’ouvrage propose la même quantité d’informations, DIY et recettes pour les chats ! Il comporte également un carnet d’adresses, notamment, pour vous faciliter l’acquisition de certaines matières nécessaires à la réalisation des DIY soins et beauté (achats en ligne, Of course)

Les gros plus de cet ouvrage,…
Des réalisations à la portée de tous avec des matières premières simples à trouver et surtout pour un budget dérisoire.
Cette petite bible du bien être est un bon moyen de prendre soin de poilu en mettant la main à la patte, une occupation ludique et utile qui peut très vite devenir addictive.

Où trouver l’ouvrage ?
Facilement sur le site des éditions terre vivante, Fnac, vendu au prix de 17 euros.

Alors les poilus,… à quand une journée soins – beauté en dégustant des petits plats maisons, spécialement concoctés pour vous par vos humains ?

MDIAQ

signature Queeny

%d blogueurs aiment cette page :