Browsing Tag

Aide

Another pets in wonderland Dog's Mom Life My Queen et les associations NatureLovers Soins et quotidien Pour doglovers Only

Happy, journal de bord d’un bébé hérisson…

7 juin 2020

#LIFEMOMENT

Que savais-je des hérissons, finalement, pas grand chose, qu’ils étaient nocturnes, de fait, on ne les croise pas souvent, que les pauvres sont victimes de nombreux accidents de la route, seuil élevé des causes de décès, qu’ils piquent et se mettent en boule… Voilà plus ou moins ce que je savais… Autant dire, rien…

Jusqu’au jour, où, nous avons trouvé un bébé hérisson, jeune, fragile, qui semblait mal en point; pas de frères et sœurs aux alentours, juste lui dans la haie, et sa maman écrasée sur la route derrière la maison, selon mon voisin qui avait évacué sa pauvre dépouille un peu plus tôt dans la matinée , …

Je ne suis pas spécialiste des hérissons, comme vous l’aurez vite compris, mais j’étais certaine qu’il n’était pas normal de le trouver là, de jour, seul, si petit… C’est apparemment, l’une des règles d’or, un hérisson, seul, de jour qui semble désorienté, trop faible pour marcher, ou encore assoiffé voire affamé, est un hérisson qui a besoin d’aide. J’ai décidé de rédiger cet article, afin de relater mon expérience, partager les “astuces” qui fonctionnèrent pour moi, je n’ai pas toutes les réponses, je ne suis pas devenue une spécialiste des hérissons, j’ai fait au mieux, en tâtonnant; si cela peut servir à quelqu’un j’en suis ravie, si ça peut contribuer à sauver une vie c’est important de partager.

Souvent, lorsque les gens voient ce type de photo sur internet, ils commentent en disant “trop cute, un hérisson, j’adore, j’en veux un…” mais cette photo n’a rien de “cute”, il était trop faible pour tenir debout, sur ses pattes, il n’avait rien à faire en plein jour dehors, ce n’est pas craquant, ce petit, tel que vous le voyez là, était en danger, très mal en point, je ne suis pas véto, mais ça relève du pronostic vital, pou à peine palpable, température basse; Si vous trouvez un hérisson dans cet état, il faut agir, ne vous contentez pas de le prendre en photo, le hérisson est notre ami invisible, notre nuit est son monde, cette situation, et plus globalement, cette photo, est représentative d’un hérisson en danger !

Si vous trouvez un hérisson de jour; vérifiez s’il n’y a pas une famille à proximité, planquez-vous et observez un peu avant d’agir, cherchez aux alentours; Si rien ne bouge, s’il semble vraiment en détresse alors foncez ! Mais surtout, assurez-vous qu’il soit bien seul, abandonné, car si vous le touchez à tort, il sera rejeté par sa mère. C’est une question de survie pour lui. Le petit ne tenant pas sur ses pattes, j’ai cherché si d’autres petits étaient aux alentours, sans rien trouver. Parfois une gamelle d’eau et de nourriture est une aide suffisante; en d’autres cas, s’il est chargé de tiques, il faudra l’aider en les retirant, pour cela portez toujours des gants; en revanche, si c’est un bébé, et qu’après votre observation, il est toujours seul, et peu vaillant, cela nécessite une prise en charge. Première étape, la mise à l’abris, un carton, du foin, paille, etc, une couverture polaire, il faut le réchauffer, sans attendre, c’est vital !

Un hérisson qui chasse ou qui rôde en plein jour risque fort d’être un individu malade ou bien un jeune abandonné que la faim a chassé hors du nid” Source

Idéalement, lorsque l’on trouve un bébé hérisson, il faut contacter un centre de soins spécialisé pour la faune sauvage, un sanctuaire, ou toutes autres associations habilités à gérer la prise en charge, sauf que pour Happy… Nous étions en plein confinement … Il ne m’étais pas possible de me déplacer, entre les centres injoignables et ceux à plus de 200km… c’était vraiment la galère !

Problème suivant, comment l’aider ? J’ai consulté une multitude de sites, j’ai également contacté le sanctuaire des hérissons sur Facebook, j’ai consulté sur le site, c’est le référent qui m’a donné les premiers conseils; Mon gros souci, dans les premières heures, voire, les deux premiers jours, étant donné que j’ai passé beaucoup de temps à faire des recherches, à me documenter sur internet, on trouve effectivement beaucoup d’informations, le souci, c’est qu’elles sont parfois contradictoires, ou très différentes; allant du simple au double, d’une méthode à l’autre, les indicateurs, quantités, etc… ne sont jamais les mêmes, on s’y perd rapidement…

Je recommande une association bretonne: J’ai contacté ce centre de soins, en Bretagne, Mi Pic sur Facebook (Jacky Cadet), 06 79 22 64 79, les personnes ont été adorables, d’une gentillesse, rassurantes, à l’écoute, elles m’ont donné beaucoup de conseils très précieux, et ça a largement contribué à me rassurer;

Si vous cherchez un centre à proximité de chez vous CLIC

Voici donc le journal de bord d’Happy

Sa convalescence, son quotidien, notre bataille vers les 450-600 grammes (cela varie d’une source à l’autre) mais on résumera en disant que c’est une bataille pour la prise de poids; ce que j’ai mis en place. Pour info, je rédige cet article au jour, le jour, en tentant d’y mettre toutes les informations, sur le moment, afin de ne pas en oublier;

Tout d’abord, mise à l’abri, dans un grand carton avec du feuillage, litière pour lapin, j’ai pris ce que j’avais sous la main, et déniché au supermarché; Ensuite, gestion du poids et de la chaleur; Le hérisson doit prendre entre 4 et 20 grammes par jour, il ne peut pas perdre de poids et doit toujours être maintenant au chaud, quelque soit la saison; Une autre source, m’a indiqué une autre fourchette pour la prise de poids; 5 à 10 grammes par jour; Effectivement, ça tournait davantage entre 8-9 grammes pour nous. Mais la règle commune, c’est, JAMAIS de perte de poids !

Deuxième étape : Pesez le hérisson, pour avoir une idée de son âge, et commencez à réaliser sa courbe de poids, le poids doit être surveillé très rigoureusement.

Nous l’avons trouvé durant le confinement, ce qui compliquait pas mal les choses, la majorité des commerces étant fermés; j’ai d’abord pensé à mon véto, mais les vétérinaires ne peuvent pas soigner les “animaux de faune sauvage”, de fait, ils m’ont prodigué des conseils et donné le numéro d’un centre à Nantes, soit à 150 km, le plus proche, sauf qu’avec le confinement, centre injoignable, messagerie remplie, impossibilité de m’y rendre. Donc, il fallait gérer seule, mais solliciter l’aide et les conseils de personnes expérimentées pour ne pas commettre d’erreurs pouvant s’avérer fatales;

Lundi : Le premier jour, il n’était pas bien du tout, il ne tenait pas sur ses pattes, ne mangeait pas, j’ai donc procédé avec une seringue sans aiguille, c’est délicat, parce qu’on a peur de lui faire mal, ça s’apparentait davantage à du gavage, vu qu’il était léthargique. J’ai d’abord tenté de réaliser une bouillotte version DIY, avec du riz dans une chaussette, c’est bien, mais pas du tout suffisant, ça ne dure que 15 minutes, donc, je me suis rendue en pharmacie et j’ai acheté des bouillottes musculaires, Thera Pearl, le modèle chaud ou froid, multi-zones pour 7.90 euros, que l’on peut placer au micro-ondes.

Très important : Il faut impérativement le maintenir constamment au chaud, il ne s’agit pas d’une chaleur ambiante; chauffage, feu de bois, sont insuffisants, il faut une chaleur de contact; Il dort dans son bonnet, placé sur la boulotte, avec en plus sa polaire dessus.

J’ai installé le hérisson dans un bonnet de laine, sur la bouillotte, il fallait juste la réchauffer toutes les deux heures. Le bonnet dans la caisse, avec le fourrage, il semblait faible et ne pesait que 135 grammes. Donc il a fallu nourrir toutes les 3-4 heures, en soirée j’ai constaté qu’il commençait à aller mieux; il était passé à 137 grammes. Le fait de nourrir à cette cadence, à l’aide d’une seringue, c’est uniquement nécessaire en cas de fort affaiblissement et pour les bébés (plus petits que lui), initialement, il aurait pu se nourrir seul, mais il était trop faible et mal en point, pour le faire, il a fallu l’aider.

Selon ce tableau, il doit avoir entre 3 et 4 semaines; Source

Troisième étape : Pour vivre faut grossir, pour grossir faut manger…

Nocturne et omnivore; c’est-à-dire, qu’il se nourrit indifféremment d’aliments d’origine animale ou végétale, mais exclusivement de nuit, d’où le nocturne, voire crépusculaire (c’est-à-dire : Du crépuscule,lueur atmosphérique, due à la diffusion de la lumière solaire, lorsque le Soleil vient de se coucher (crépuscule du soir) ou va se lever (crépuscule du matin)

Pour la nourriture, j’ai fait une pâtée bien liquide, à partir de bouillie pour bébé de la marque Blédina (poulet courgette) et de pâtées pour chat, parce qu’il avait déjà des petites dents; plus jeune, il faut donner du lait pour chaton. Il appréciait également le miel dilué dans l’eau, et pour le requinquer, un demi-jaune d’œuf; c’est efficace, mais attention, il ne peut en consommer qu’un par mois, c’est dangereux pour son foie, aussi, il ne faut jamais donner de lait de vache, c’est mortel pour un hérisson, indigeste pour lui; En gros c’était vraiment la débrouille, et beaucoup de tests pour trouver ce qui pourrait lui donner envie de manger… La nourriture pour chat semble l’attirer, question d’odeur peut-être;

Les recettes, à table …

Mélanger de la pâtée pour chat, avec du lait pour chat Wiskas / Un mélange de pâtée pour chat avec de l’eau au miel / Un mélange de pâtée pour chat avec une cuillère d’un petit pot bébé; Idéalement, choisissez des saveurs volailles, les hérissons ne mangent pas de poissons dans la nature. Lorsque les dents sont présentes, lorsqu’il est plus grand, il peut apprécier : Les fruits comme morceau de pommes, compote de pomme sans sucre ajouté, framboises, fraises, mures, (en gros, ceux qu’il pourrait trouver dans la nature) mais aussi, flocons d’avoine, banane, croquettes pour chats, petits morceaux de blancs de poulet ou dinde, fruits secs, raisins secs, noix en éclats, amandes en éclats, œuf de caille, steak haché, fromage de chèvre frais, insectes du jardin, escargots, limaces, etc… Il préfère manger tiède; les dents ne sont pas encore suffisamment sorties pour les morceaux, c’est donc mixer et bien liquide pour qu’il puisse laper à sa convenance.

Ces ingrédients peuvent être achetés facilement au supermarché !

Adulte sa ration nocturne semble être de 70 grammes (variable d’un site à l’autre, dirons-nous qu’il s’agit d’une moyenne) notre petit protégé mange plus ou moins 20-40 grammes par jour, vu qu’il en reste toujours dans son écuelle; c’est donc progressif.

Essentiel : Il faut s’assurer qu’il dispose d’eau en permanence, à sa disposition, s’il ne sait pas boire seul, il faut l’aider à se réhydrater, surtout en été.

Les interdits – vigilance : Jamais de lait de vache, celui-ci peut causer une dysenterie mortelle, de pain, de restes de table, de choses sucrées comme les biscuits industriels ou les desserts humains, on évitera les produits de la mer, qu’il ne rencontre pas dans la nature, et les agrumes, pas de nourriture sucrée ou épicée; seul le miel dilué est autorisé en petite quantité ! Soyez attentifs à ce que vous donnez, il ne faut pas que les produits aient été en contact avec des pesticides ce qui pourrait lui être mortel.

Pour son confort, lorsqu’il sait manger seul, placez sa nourriture dans un récipient suffisamment large mais pas trop haut, comme un mini-plat à tarte, coupelle à pot de fleurs, une assiette creuse, une coupelle à thé; il adore se placer dans son écuelle pour manger; Toujours un coin pour dormir au chaud et en sécurité;

Mardi: Le petit hérisson, désormais baptisé Happy, trottine, on continue le système bouillottes mais en lui laissant léché par lui-même pour l’amener progressivement à une certaine autonomie, il mange seul, désormais, il a de toutes petites dents qui commencent à arriver, elles sortent, d’ailleurs vu qu’il tente de ronger mon bracelet, je suppose qu’il est à un stade important de changement. Il est passé à 142 grammes.

Il faisait ses besoins par lui-même aussi, mais j’ai lu que pour les plus jeunes, il faut les aider en massant le ventre, ou en utilisant un petit coton-tige pour masser entre les organes génitaux et l’anus. Happy adore le bonnet laine, c’est vraiment son cocon, dès qu’elle veut dormir, elle s’y rend, lorsqu’elle ne parvient pas à y rentrer seule, elle me sollicite (par des petits cris) pour que je soulève le bord; Il garde très bien la chaleur, et permet qu’elle se réchauffe sans être en contact direct avec la bouillotte du dessous;

Mercredi : Il semble que Happy soit une fille, et qu’elle a décidé de manger seule dès matin (5h avant sa nuit), je garde la seringue sous le coude, en revanche, j’ai constaté qu’elle préfère manger tiède. j’ai ajouté un peu d’huile végétale, pour renforcer ses apports. On poursuit les bouillottes, encore et toujours, c’est apparemment la règle d’or numéro 1 de son bien-être, la chaleur …

La seconde, son poids, que je surveille 2 fois par jour (mon matin / son matin, donc en soirée), elle ne peut pas maigrir, si ça stagne une journée, manifestement, ce n’est pas très grave, en revanche, si ça diminue, c’est qu’il y a un problème.

Là, vous vous demandez .. Queeny ? Justement, Queeny a très bien réagi, elle l’a sans doute protégé d’un chat qui tournait dehors, au moment où elle était encore au jardin, à moins que ça ne soit juste son jardin qu’elle protégeait, tout est-il qu’elle lui accorde de l’attention, mais pas avec une arrière-pensée “comestible ou jouet”, elle semble se soucier de son état; je pense que d’instinct, elle a senti qu’elle était fragile. J’ai pris la peine de lui présenter, de lui dire, qu’elle est malade… Depuis, elle dort à proximité de sa caisse et m’informe des mouvements.

La difficulté à ce stade, c’est que l’on se sent responsable de ce que l’on apprivoise, à partir du moment où cette petite chose a placé sa confiance en moi, j’avais peur pour elle, un gros stress, de ne pas y arriver, qu’il lui arrive quelque chose, qu’elle perde du poids; le réveil la nuit, pour faire manger et réchauffer la bouillotte, disons que c’est un tout, qui place en stress, une situation qu’on ne maîtrise pas, on fait au mieux, mais en amateur, et c’est le plus frustrant car une vie étant en jeu, on se met la pression.

Vers 21h c’est la fête dans la caisse, Miss se réveille, je lui installe son dîner, dans la chambre d’amis, privatisée à son intention, avec des couvertures polaires, des vieux chaussons pour s’y cacher, elle mange seule dans sa petite écuelle, “ELLE” j’en suis certaine, parce que oui, manifestement, c’est bien une fille.

Pour les chaussons, je n’y avais pas songé, mais j’avais une paire de chaussons type “hiver” avec du doudou à l’intérieur, qui traînait dans la chambre d’amis, (ça faisait deux mois que je les cherchais) elle les a retrouvé sous le lit, et autant dire, squatté directement en les trouvant; donc je lui laisse les deux, pour son confort, d’autant que ça semble lui tenir chaud.

De mercredi soir à jeudi matin : Vers 2h du matin, vérification que tout va bien, qu’il ne fait pas trop froid, ça semble bien se passer pour elle; vers 5h du matin, je lui propose une nouvelle gamelle, tiède, on fait la pesée, miss est passée à 147 grammes. Installation de sa bouillotte dans sa caisse pour sa nuit (qui est notre journée); j’ai lu qu’il est important de respecter ce cycle, vos nuits sont ses jours, et inversement. Happy commence à reprendre des forces, elle est vive, elle joue avec des jouets, petits formats, de Queeny qui traînent, au sol, dans la chambre d’amis, fait de jolis petits cacas (entendons, solide, bonne forme, pas de diarrhée, ce qui semble indiquer que l’alimentation proposée lui convient). Nous n’avons plus besoin des seringues, Happy mange bien, je constate à son écuelle qu’elle a fait bonne ripaille durant la nuit; c’est bon signe, et c’est rassurant; sans crier victoire, à ce stade, je me sens moins en stress ! On ne lâche rien, il ne faut pas manquer de vigilance, à 147 grammes, malgré sa prise de poids, ça reste un petit être fragile, qui a encore besoin d’attention; On en revient toujours au poids, à mi-chemin entre un baromètre et une épée Damoclès; c’est vraiment un bon indicateur mais j’ai des sueurs froides à chaque fois que je la dépose sur la balance. Je ne dois plus la nourrir régulièrement (toutes les 3-4 heures), elle gère, l’alimentation est à disposition, mais c’est le soir qu’elle se nourrit; ce n’est plus comme les deux premiers jours lorsqu’elle était en “pronostic vital”, elle récupère un cycle de hérisson et dort la journée. Je me sens donc un peu plus rassurée … On croise les doigts pour que cette courbe positive perdure !

Pour info- soins et hygiène: étant donné qu’il y a du fourrage dans sa caisse, pour éviter les poussières etc, je lui ai nettoyé les yeux, délicatement, avec un peu de la lotion 100% naturelle de Queeny, sur un coton, j’avais peur, avec sa fragilité qu’elle ne prenne quelque chose à l’œil, il clignait pas mal mardi, ça n’est plus le cas; idem pour les grattouillis, elle se grattait, j’ai eu peur des puces, ça pourrait lui être fatal, donc j’ai utilisé le spray naturel Biovetol, pas directement sur elle, deux vaporisations à bonne distance, le lendemain, fini les grattouillis, changement de litière par sécurité. C’est l’avantage d’avoir, sous la main, des produits naturels utilisés au quotidien pour Queeny, ça dépanne en toutes circonstances; En revanche, je n’ai donné aucun médicament à Happy, je suis partie prenante du naturel, pour moi, pour Queeny, et ce, depuis des années; son état général est bon, elle a passé un cap que je considère comme ayant été critique, on continue donc comme ça; si son état venait à se dégrader ou si son état général avait été autrement, peut-être que cela aurait été différent.

Jeudi : Happy pèse 156 grammes lors de la pesée du soir; mes recherches et son observation me mènent à l’élément suivant, le hérisson dort beaucoup, il chasse de nuit 3-4 heures pour trouver de quoi manger, peut être un peu plus, selon les spécimens, mais en règles générales, il semble qu’elle apprécie de dormir, farnienter… et économiser son énergie, réguler sa température corporelle est une nécessité qui lui demande de l’énergie, ceci expliquant peut-être cela. elle a retrouvé un cycle de hérisson “normal”, elle dort la journée, si elle se réveille, c’est qu’elle a froid ou faim, en ce cas, il sait se faire comprendre, elle m’appelle, oui, oui, … un hérisson pousse des petits cris pour attirer l’attention. Ainsi, il peut lui arriver de se réveiller vers 14h ou pas du tout…, je lui propose à manger, ça ne dure pas longtemps et elle retourne dormir, j’en profite pour réchauffer sa bouillotte; En généralement, elle se réveille vraiment entre 20h30 et 21h00. elle s’occupe dans la chambre d’amis, mange, se promène; et retourne se coucher lorsqu’elle considère que la récréation à suffisamment duré; J’ai disposé des plaids, anciens chaussons, vieux jouets de Queeny, … de quoi se cacher, se promener en se sentant en sécurité; Nous sommes le 30 avril, cependant, les températures sont fraîches, surtout de nuit, et le seuil d’humidité est élevé à cause des fortes pluies de ces derniers jours; Donc, je continue les bouillottes; et la vigilance de nuit; elle est encore un peu fragile, il ne faut pas crier victoire trop tôt.

Vendredi : Petite déception matinale, Happy semble stagner à 156 grammes; on continue les bouillottes, elle s’est réveillée vers 14h, semblant avoir faim, la bouillotte était encore chaude, alors petit lunch obscur dans la chambre d’amis; Je sens mon stress remonter, mais peut-être à tort, attendons ce soir… pour souffler, car Happy est passée à 163 grammes… Il faut dire, que la courbe suit sa progression, mais il peut arriver qu’entre le matin( vers 5h avant son dodo) et le soir (vers 21h au début de sa journée), il y ait eu une perte, d’un gramme ou une stagnation, qui aboutit finalement à une hausse…

Quatrième étape : On s’organise, comme on peut …

La logistique au quotidien : Happy dort dans sa caisse, avec Bouillotte, doudou et plaid polaire durant la journée; si elle se réveille, je lui donne à manger, c’est bref, et au fil des jours, de plus en plus rare, Happy fait bien ses jours de sommeil; Vers 21h lorsqu’elle se réveille, je fais la pesée, je l’installe dans la chambre d’amis, là où j’ai disposé des plaids, jeux, caches, etc.. avec une bonne écuelle de nourriture; elle fait sa récréation durant 3 heures… Ce qui correspond plus ou moins à son temps de chasse dans la nature; Je jette un coup d’œil de temps à autre, pour vérifier que ça va bien, elle bénéficie du noir complet, pour respecter les modalités de la vie qu’elle aura par la suite dans la nature. Ce n’est pas parfait, mais je fais au mieux, en établissant une logistique qui permet de lui proposer un rythme le plus proche possible de celui qu’elle doit retrouver adulte en liberté, dans son environnement naturel. Cela étant, elle est encore petite, ça progresse, mais elle reste frêle, alors après les 3 heures, je lui propose de revenir au chaud, elle sait se faire comprendre, en général quand je la retrouve dans le chausson ou sous la couverture, c’est signe qu’elle veut rentrer au chaud (dans sa caisse); si elle mange ou elle joue… parce que, oui, je l’ai vue jouer avec ce qui traîne par terre, c’est du jeu exploratoire; je la laisse et reviens voir plus tardivement, mais la moyenne reste 3 heures ça augmentera très certainement en grandissant… Pour la nuit, retour dans sa caisse, c’est une question logistique, la pièce est grande, et actuellement le temps est vraiment “moche” en ce début mai, froid, humidité, c’est plus facile de l’aider à réguler sa température dans la caisse, qu’en la laissant seule, toute la nuit dans cette grande pièce. Pour la caisse, elle est suffisamment grande pour accueillir son bonnet, sa bouillotte, son écuelle de nourriture et d’eau; je laisse toujours de la nourriture et de l’eau à sa disposition pour la nuit; elle se réveille pour manger et retourne dans son bonnet par la suite;

Introspection: Je suis en réflexion pour trouver une solution qui lui permettrait de gagner encore en autonomie; avec un système plus fonctionnel que la caisse, où elle pourrait rentrer et sortir à sa guise de nuit; pour se remettre au chaud; je ne peux pas perforer la caisse, car il m’arrive de la déplacer pour nettoyer la pièce, il faut que son environnement reste propre, elle adore toujours manger dans son écuelle, et laisse ses petites pattounes partout, à voir si je trouve l’équivalent d’un clapier lapin mais occulté, ou une autre caisse plus solide, avec une ouverture, pour qu’elle soit complètement libre de nuit … On dira que le confinement n’aide pas pour dénicher quelque chose de fonctionnel, je vais tenter de me rendre en jardinerie lundi, certaines sont ouvertes, pour lui dénicher quelque chose;

Samedi : Happy a fait sa première boule, très contente de constater qu’elle sait désormais le faire, qu’elle sera capable de repousser les prédateurs; J’ai accidentellement fait tomber mon maxi-mug à café, le matin, loin d’elle rassurez-vous, pièce à côté, mais ça a fait un sacré bruit en saisissant Queeny qui a aboyé, c’est là que notre petite protégée est passée en mode défense, une belle boule bien ronde, idéale pour repousser ceux qui pourraient lui vouloir du mal !! Bravo Happy, encore une petite victoire pour toi !

Dimanche : Happy a stagné niveau poids sur la journée, du coup, je me suis levée à 2h et 5h du matin, pour l’encourager à manger et réchauffer sa bouillotte, elle ne semble pas encore suffisamment autonome; Elle ne mange pas beaucoup durant sa “récréation” dans la chambre d’amis, elle préfère déplacer les jouets de Queeny qui traîne au sol; lundi à 5h du matin, pesée et bonne nouvelle, 186 grammes

Voici donc la première courbe d’Happy, établie sur une semaine, à raison de deux pesées par jour… Happy a gagné 51 grammes depuis sa prise en charge lundi, étant donné qu’elle vient de loin, je pense sans certitude, que c’est déjà pas mal, une moyenne de 7.28 grammes par jour.

Un pas en avant, deux pas en arrière…

Sur la deuxième semaine, j’ai connu des moments de stress, car Happy n’était pas stable au niveau de la prise de poids; finalement il y avait une explication logique, elle grandit. Effectivement, elle a gagné en longueur et en largeur; Le cycle nuit est bien établi pour elle, toujours un réveil naturel vers les 21 heures; La caisse devant trop sale à force de renverser de la nourriture ou de l’eau, j’ai déniché, en super promo, un clapier XXL en jardinerie, qui lui confère sécurité et confort. Le soir, j’ouvre pour qu’elle puisse entrer et sortir à sa guise et se promener dans la chambre d’amis; Elle doit encore grandir et grossir avant de pouvoir sortir, mais petit à petit, les choses évoluent.

Au début de la semaine 3; Happy pèse 269 grammes; elle ne se contente plus de laper la nourriture, désormais, du solide humidifié est intégrer à son repas !

Mercredi : Happy est bien installée dans sa nouvelle “demeure” provisoire; elle pèse actuellement 304 grammes. Toujours alimentée en majorité sur du liquide, je lui place du solide humidifié mais elle n’y touche pas; j’ai lu quelque part, qu’ils s’alimentent au solide à partir de deux mois, si cette donnée est exacte, il faudra donc encore attendre une à deux semaines pour Happy. Cependant, j’en place systématiquement, pour lui laisser le choix alimentaire, cela lui permettra aussi, de me signifier le moment où elle est prête à manger autre chose. Nous sommes en période de Saintes Glaces, de fait, je poursuis les bouillottes de nuit pour éviter qu’elle ne mobilise trop d’énergie à maintenir sa chaleur corporelle; Toujours les “temps récréatifs” le soir, pour qu’elle puisse courir et se mouvoir dans la chambre d’amis; Elle descend et remonte seule par la rampe que j’ai installée (il s’agit de la mangeoire du clapier, réinventé en petite rampe d’accès).

Info: S’occuper d’un hérisson nécessite une logistique et du temps, je fais le nettoyage de la “maison” tous les deux jours; tout simplement car happy y fait ses besoins, ça sent l’urine et il y a les déjections, et le manque d’hygiène peut lui occasionner des désagréments, attirer des parasites, mouches etc.. donc, nettoyage avec des produits naturels, changement du foin qui sert de litière, et nettoyage de l’écuelle d’eau et de nourriture tous les jours.

Au début de la quatrième semaine, Happy approche des 400 grammes; C’est un véritable soulagement de constater qu’elle grandit et grossit bien; Elle fait ses nuits en autonomie dans la chambre d’amis, lorsqu’elle souhaite retourner dormir dans son bonnet, elle accède à son espace “dodo” dans le clapier, à l’aide de la rampe installée; je la retrouve installée à mon réveil, et constate aux jeux qui ont bougé, qu’elle a profité de sa nuit pour se dégourdir les pattes… Nouveauté, intégration de la compote de pommes, sans sucre ajouté, qu’elle semble bien apprécier. J’ajoute une mini-écuelle, ça fait office de dessert.

Départ : L’introduction progressive de nourriture plus consistante voire solide… avant d’en arriver aux fruits secs, ma première tentative, en suivant ce que j’ai pu lire sur internet, croquettes pour chat humidifiées et flocons d’avoine;

Happy a encore grandi durant la semaine 4; elle est presque prête pour retrouver la vie extérieure, les associations et sources convergent sur le poids idéal de “600 grammes” avant d’être relâchée, et sur la nécessité de faire une transition en enclos pour se réhabituer à la vie extérieure; J’ai introduit une nouveauté alimentaire, plus solide, des insectes déshydratés et des croquettes pour hérisson et j’ai commandé un enclos pour que sa transition s’opère en toute sécurité; Les associations les construisent, mais perso, avec le télétravail et soyons clairs, le manque de compétences en matière de bricolage, j’ai préféré en acheter un, en kit, sur internet;

Acheté chez Zoobio, JR Farm Snack pour hérisson, sachet de 100 grammes, vendu 3.10 euros. J’avais lu, sur plusieurs sites, que les hérissons n’aimaient pas l’alimentation industrielle conçue pour eux, mais Happy apprécie beaucoup ces friandises et ces croquettes, c’est un moyen d’introduire les insectes dans son alimentation, étant donné qu’ils en seront prochainement la base. On continue la pâtée pour chat et le lait Wiskas, parce que franchement, ce lait, elle en est dingue !!

JR Farm Grainless Nourriture sans Céréales, vendu 6.82 euros, le sachet de 750 grammes, également chez Zoobio.

JR Farm Régal Nourriture pour Hérisson vendu 5.70 euros, le sachet de 500 g, toujours chez Zoobio.

Happy continue donc sa progression, ce qui nous rapproche du jour “L”, le jour où elle pourra retrouver sa liberté et vivre pleinement sa vie !

J’ai découvert, sur internet, qu’Happy perdra ses dents de lait vers 4 mois, elle aura sa dentition définitive à l’âge d’un an…, c’est pour cette raison que le solide, dur est encore impossible pour elle sans être humidifié;

Happy mange donc, désormais, aussi bien du solide que du liquide;

La dernière semaine de relevé du poids, nous révèle que le moment tant attendu est arrivé pour notre petite protégée … Nous sommes parvenues à atteindre les 600 grammes, ce qui signifie qu’Happy est prête pour sa transition, ce weekend nous procéderons à son installation, en enclos, au jardin ! Un grand moment d’émotion pour moi, à la fois de la joie et de l’appréhension car il va falloir qu’elle s’habitue à ce nouvel environnement !

Nous y sommes …. Le moment de retrouver la nature approche !

Le mélange actuel : Pâtée pour chat, croquettes pour hérissons, nourriture JR Farm, fruits secs, framboises du jardin, compote sans sucre ajouté, miette de fromage de chèvre et vers de farine.

Cinquième étape : On se prépare pour le grand jour …

Avant de passer à la liberté totale, il faut faire une transition, Happy est rescapée, elle a été nourrie à la seringue, et depuis, elle évolue dans une routine “cocon”, ayant pour vocation de lui permettre de grandir et grossir en toute sécurité; cependant, sa place n’est pas à la maison; notre objectif des 600 grammes marque la phase de transition. Période durant laquelle, elle vivra à l’extérieur en enclos, le temps de s’habituer à la vie extérieure, de commencer à se nourrir avec plus d’autonomie. Selon les sites, la transition s’effectue sur une à deux semaines, selon l’individu.

J’ai donc passé commande de plusieurs choses pour lui aménager un espace extérieur confortable; déjà un enclos pour sa sécurité, suffisamment grand pour rendre son exploration attrayante, qui pourra être ouvert d’ici une à deux semaines, le temps de sa transition; ensuite, une maison confortable et sécurisée, un espace récréatif pour pouvoir observer en se sentant protégée et enfin, une piscine … car elle apprécie de se tremper dans son bol d’eau, étant donné qu’elle a beaucoup grandi, il semblait nécessaire de passer à la taille supérieure afin qu’elle puisse s’y mouvoir plus aisément, cependant, pas trop profond, il faut éviter le risque de noyade !

Grand panier et maison disponibles chez Vivara; enclos chez Zooplus, piscine chez vivara, il s’agit initialement d’un abreuvoir suspendu pour les oiseaux. J’ai choisi ce modèle de “maison” car elle est équipée d’un couloir d’accès sécurisé pour éviter l’intrusion des prédateurs.

Le paillasson, recouvert de foin servira de “sol” au grand panier qui n’en est pas pourvu; dans la maison, seront placés : foin, son doudou, son bonnet, de la nourriture et de l’eau pour la première nuit, dans le cas où elle n’oserait pas partir explorer le reste de l’enclos; j’ajoute une grosse écorce et un tunnel en osier sous un tas de branches et feuilles pour qu’elle puisse s’y cacher pour observer.

Le résultat en images …..

L’installation : L’ouverture de la maison ne doit pas se trouver au nord ou au nord-ouest, c’est lié au lever du soleil; Happy devra prendre possession des lieux lorsque le soleil sera couché, le déménagement se fera donc vers 21h30 -22h selon la clarté du jour, le relâchement doit toujours être effectué de nuit.

Bilan de la première nuit en enclos: Happy est sortie de la maison verte, dans laquelle elle se trouvait pour le déménagement, vers minuit; elle a fait le tour de l’enclos, découverte des installations, et elle a mangé les écuelles comme à son habitude; le lendemain matin, j’ai placé mon réveil à 5h30, ce qui correspondait plus ou moins au lever du jour, afin de m’assurer qu’elle avait réintégré sa maison… Parfait, elle était installée avec son doudou, son bonnet et avait clairement pris possession des lieux et aménageant l’espace à sa manière ! Gros soulagement pour moi, j’étais stressée, la perspective de la première nuit, savoir comment elle allait gérer le changement, finalement, c’est un succès; je vais commencer l’apprentissage par dissimulation et diminuer progressivement la nourriture en tentant de lui fournir des insectes “vivants”, tout en contrôlant son poids pour m’assurer que l’autonomie qu’elle développe porte ses fruits !

Petite mise à jour 14 juin : Concernant le grand panier, en ce moment, c’est la fête à la grenouille, il pleut énormément, et j’ai constaté que le panier prend l’eau; ce qui posait problème étant donné que je glisse une “collation” à Happy dessous; Le temps de sa transition, il faut encore l’aider pour s’alimenter; Manger en suffisance nécessite de parcourir plusieurs kilomètres, ce qui ne lui est, actuellement, pas possible dans l’enclos; Système D, avec un sac récupération, pour isoler le panier de la pluie.

Les apprentissages: Je ne peux évidemment pas me substituer à sa maman, mais je vais tenter de lui apprendre à se nourrir seule, niveau alimentaire, pour sa survie c’est indispensable, l’idéal étant de dissimuler sa nourriture partout dans l’enclos pour lui “apprendre” à chercher de quoi manger seule. Ce n’est certainement pas parfait, mais je fais au mieux, pour que sa réintroduction se passe le mieux possible lorsqu’elle sera prête à sortir de l’enclos, il faut qu’elle soit en capacité de survivre dehors, en toute autonomie…

Happy au début, tellement petite, tellement fragile et faible, lorsque je la vois aujourd’hui, grande, forte, je suis vraiment heureuse pour elle; C’est de loin, la plus stressante mais paradoxalement, la plus belle expérience de ma vie… J’ai pu la voir grandir, alors qu’initialement, elle n’était qu’une petite chose fragile qui tenait dans la paume de ma main, mais qui ne tenait plus sur ses pattes… Bien évidemment, il y a un attachement, j’adore cette mini-boule de pics; bientôt viendra le grand moment de l’ouverture de l’enclos, elle partira très certainement vivre sa vie, évidemment, mon jardin lui sera toujours ouvert, j’espère qu’elle ne m’oubliera pas trop vite et surtout, qu’elle vivra une belle et longue vie … !

Rendez-vous prochainement pour l’étape ouverture de l’enclos; j’ai décidé de publier cet article avant sa fin, car trois personnes m’ont déjà sollicité pour obtenir des informations après avoir trouvé bébé hérisson, sachant que je m’occupe d’Happy par mes storys sur les réseaux sociaux; le but de celui-ci étant de partager mon expérience en espérant être utile à quelqu’un, cela me semble plus judicieux de le compléter par la suite; n’hésitez donc pas à revenir, pour connaitre la fin de l’histoire d’Happy !

Happy ou le syndrome de Stockholm

La suite des aventures de miss Happy, comme annoncé, à la fin de la transition, j’ai donc ouvert l’enclos, avant d’aller me coucher, en prenant le temps de lui souhaiter une belle et longue vie, chargée d’aventures et de bébés; je suis partie me coucher avec un sentiment mitigé, à la fois pleinement heureuse de cette nouvelle vie qui s’offrait à elle, et nostalgique de sa présence, en me disant que les rituels “livraison repas” et “petit coucou” allaient me manquer. Elle pouvait facilement quitter le jardin par plusieurs points de sortie, arriver dans les champs ou rejoindre le sous-bois; des lieux sympas, plein de verdure et conformes à l’habitat naturel qu’elle devait retrouver.

Une petite “bestiole” pleine de surprises; le lendemain matin, Queeny a reniflé partout dans le jardin, j’en ai déduis, qu’effectivement, elle était bien partie; en sortant ma boule de poils faire un tour, j’ai vu une petite croquette “Happynesque” sur le parvis des voisins, ce qui me conforta dans ma conviction, qu’Happy était désormais loin… et qu’en partant, elle n’avait pas oublié de faire du rangement très personnalisé dans mon portager… LOL

J’ai laissé passer la matinée avant d’aller récupérer les gamelles, j’avais préparé une gamelle de compétition, avec de quoi nourrir facilement deux hérissons, en me disant qu’au moins, elle partirait le ventre plein… après les gamelles à laver, j’ai pensé, toujours très nostalgique, à faire le nettoyage de sa maison; en levant le couvercle, … Grosse surprise, Happy !

En résumé, depuis ce fameux jour, Happy vit librement dans le jardin, je continue de lui donner un petit coup de pouce pour la nourriture, elle rentre et sort comme elle le souhaite, peut être qu’un jour, elle ne reviendra pas, ou peut être pas;

Plus récemment, en adéquation avec sa décision de rester vivre à proximité de sa famille d’adoption, j’ai décidé de lui offrir un aménagement digne de son nouveau statut de “résidente temporairement permanente …” Je voulais lui offrir un lieu tranquille, initialement, j’avais pensé placer sa maison dans les haies, au fond du jardin, mais par la suite, j’ai songé aux copains de Queeny, les chiens qui viennent parfois à la maison, et il m’a semblé plus judicieux de concevoir un lieu qui lui garantisse à la foi liberté et sécurité.

Shopping, le retour… On bricole, on aménage…

Le matériel…

Barrière, piquets, planches de bois pour fabriquer des SAS d’entrée/ sortie, fleurs pour la déco et parce que c’est joli !

Dans la conception, j’ai intégré deux sas intérieurs, pour qu’elle puisse se promener dans le jardin à la convenance, et deux sorties extérieures pour l’exploration du monde … C’est moins dangereux que passer sous le portillon et plus confortable que la version Koh Lanta, entre les mailles des clôtures… Liberté, confort et sécurité…

Le résultat en vidéo …

Elle semble vraiment se plaire de son nouvel environnement !

J’ai prévu de compléter l’article, si de nouveaux éléments intéressants s’ajoutent à notre quotidien, ou tout simplement pour vous donner de ses nouvelles !

Pour information : Happy vivant en totale liberté, il lui arrive de disparaître durant plusieurs jours, elle fait des virées aventures, dans les jardins voisins, dans les champs, dans le sous-bois; je ne sais jamais si elle reviendra, ni, quand elle le fera… De fait, je continue de m’assurer que des gamelles d’eau et de nourriture soient disponibles, si elle revient… La première fois, même si c’est dans l’ordre des choses, j’étais inquiète pour elle, ça a duré quasi 3 jours, j’étais persuadé qu’elle ne reviendrait pas, au matin du quatrième jour, elle avait regagné sa maison, …

Tout en gardant à l’esprit, qu’un hérisson, n’est pas un animal de compagnie, ce n’est pas un animal domestique; il faut cependant, prendre en considération que comme n’importe quel être vivant, elle a des sentiments, une sensibilité, c’est pourquoi, il est important pour son bien-être de respecter ses choix et de s’adapter … Lorsqu’elle part, plusieurs jours, désormais, j’envisage uniquement du positif, pour éviter de m’inquiéter, j’imagine qu’elle a rencontré un “bel hérisson”, ou qu’elle a trouvé un lieu superbe, avec des escargots et des limaces; évidemment, c’est édulcoré, mais ça m’aide… Depuis sa première escapade, elle a un nouveau rituel du soir, il n’est pas systématique, mais vers 22h30- 23h, lorsque la porte du jardin est ouverte, ou que je me trouve dans le jardin au niveau de la porte, par exemple, pour le dernier pipi avant dodo de Queeny, Miss Happy vient dire bonsoir; parfois elle s’approche beaucoup, au point de faire une grattouille sous le nez, à d’autres moments, elle reste juste à proximité de nous, un peu à l’écart, mais suffisamment proche pour participer, l’espace d’un instant à notre quotidien …

Sites et liens utiles lorsque l’on veut aider un hérisson/ sitographie :

  • Un PDF très complet sur les sauvetages CLIC
  • Vallée du Ciron, présentation du hérisson CLIC
  • Hérisson Fne association CLIC
  • Fiche technique Gammvert CLIC
  • Le hameau des hérissons CLIC
  • SOS hérisson CLIC
  • Oiseau, papillon, jardin donne des conseils santé, notamment, sur les parasites CLIC
  • Le sanctuaire des hérissons, une multitude d’informations CLIC
  • Un autre témoignage sur le sauvetage d’un hérisson par le blog de Beauty handmade etcompagnie CLIC
  • Les lois relatives aux hérissons CLIC et CLIC
  • Un PDF à télécharger “Au secours des hérissons” guide pratique

Le hérisson est protégé par la loi, vous ne pouvez pas le détenir en captivité, ce n’est pas un animal de compagnie; en revanche, outre l’obligation de lui venir en aide, vous pouvez lui aménager un coin au jardin, et le laisser libre de faire son choix de vie, aimer c’est respecter, conférer le libre arbitre; un espace perso au jardin, afin qu’il décide soit de rester y vivre, soit de partir découvrir le grand monde … Vous l’avez sauvé, épaulé, accompagné vers l’âge adulte (ou dirons-nous l’adolescence), la plus belle des récompenses c’est qu’il vive, s’il décide de rester, c’est super, mais s’il choisit de partir, ne soyez pas triste, jamais au grand jamais, il n’oubliera qui vous êtes pour lui et ce que vous avez fait pour lui, une part de vous l’accompagnera toute sa vie durant, vous l’avez sauvé!

Pourquoi faut-il agir ? Certes, c’est contraignant, chronophage, la nuit ça “pique” de se réveiller, ça vous ronge de l’intérieur de s’inquiéter en permanence pour sa survie, mais c’est un être vivant, attachant, indispensable à notre environnement; Une vie n’a pas de prix, et ce, quelle que soit la nature de la vie; même si elle pèse 135 grammes et qu’elle prote des petits picots;

Urgence pour tous : “l’espérance de vie d’un hérisson est de deux ans en moyenne et que seuls 4 hérissons sur 1000 atteignent l’âge de 9 ans” Source

30% : Accidents de la route la NUIT  et  >18% : parasitisme (tiques, puces)
20% des causes de mortalité dues aux Pesticides et ANTI-LIMACES
> 13% à la faim et à l’épuisement (nichées tardives en fin de saison)
> 10% : noyade (Piscines) blessures par Tondeuses gazon + Débroussailleuses
> 10% aux prédateurs: chiens, blaireau, hibou grand-duc, renard, sanglier, buse, fouine..  Parasitisme, maladies infectieuses. Accidents par noyade, dans les trous, égouts et piscines. Disparition du bocage et petits bois. Cloisonnement de nos jardins (hauteur des bas de portes donnant sur rue). Ingestion d’insectes déjà contaminés par des pesticides. Source

Les dangers du quotidien pour les hérissons et comment améliorer leur quotidien à notre échelle CLIC

My Queen et les associations

La Saint-Valentin des amoureux… des animaux avec Veepee

12 février 2020

#Faire du shopping …

Pour les poilus en refuge !

La Saint Valentin, fête des amoureux, est fréquemment critiquée, on la qualifie aisément de fête purement commerciale, en argumentant principalement, selon le postulat suivant: Quand on aime c’est toute l’année, et pas uniquement une journée… Nous n’avons pas besoin d’une journée d’attention, ça sonne faux, nous n’avons pas besoin de dépenser, l’acte d’achat n’est pas synonyme d’amour, l’amour n’est pas l’accumulation de richesses, mais bien la constitution de beaux moments… simples, authentiques… Regardez-vous, écoutez-vous, respectez-vous toute l’année, c’est bien plus précieux que de compenser vos lacunes affectives voire démonstratives en 24 heures chrono… Parallèlement, certains adorent cette fête, qu’ils considèrent comme une occasion supplémentaire de marquer le coup, en manifestant leur attachement à l’être aimé !

Cependant, cette année, point de polémiques inutiles, nous passons tous à l’action; Pour ce faire, voici une action qui réconciliera les deux camps…

A l’occasion de la Saint-Valentin, Veepee célèbre les amoureux des animaux et organise une collecte digitale au profit de refuges indépendants;

On n’est pas toujours d’accord sur la légitimité de cette journée de Saint-Valentin, mais nous sommes entièrement en phase avec la perspective de venir en aide aux chiens et/ou chats de refuge en leur offrant, à défaut d’une famille, des cadeaux pour signifier que OUI, eux aussi, sont aimés, on ne les a pas oubliés !

BadTime Les dangers Les indispensables du Train-Train

Cure Joint + de Biogance

22 décembre 2019

#Compléments alimentaires 

Désarticule-moi PAS !

 

Le vieillissement, que l’on soit bipède ou quadrupède, n’échappe pas aux stigmates du temps; Ainsi, en prenant de l’âge, nos boules de poils sont sujettes aux mêmes maux que nous; Une fatigue plus prononcée, des soucis d’incontinence, moins de patience, des pertes de mémoire ou de repères, un besoin plus important de dormir, des troubles alimentaires, mais aussi, l’arthrose;

Friandises Le coin des gourmands Vacances

Friandises EAT CLEAN ITALY, pour soulager les maux émotionnels ou comportementaux légers;

12 juin 2019

#QUAND UNE FRIANDISE…

…VIENT AU SECOURS DE POILU !

 

Une nouveauté, exclusive, proposée par Hariet & Rosie;

Ce n’est plus un secret pour personne; Poilu est un être sensible, doué de raison, mais aussi d’appréhension, de peurs, d’inquiétude; Lorsque le trouble émotionnel est passager, léger, ou lié à un élément bien ciblé; Outre le travail effectué conjointement à un éducateur ou un comportementaliste; sachez qu’il existe une gamme de friandises conçues spécifiquement afin d’accompagner poilu dans ces mauvais moments du quotidien; Un soutien gourmand au malaise comportemental ou émotionnel;

Geek Paradise My Queen et les associations

Youcare

30 décembre 2018

#Le moteur de recherche solidaire !

Je cherche, vous mangez…

Par habitude, nous utilisons fréquemment Google pour nos recherches, en tout cas, avant c’était mon cas ! Et des recherches j’en effectue beaucoup, que ce soit pour mon travail, le blog, ou le quotidien, on peut dire que j’effectue en moyenne 30 recherches par jour !

Avant… Mais avant quoi ?

Avant la découverte de YouCare, c’est d’ailleurs depuis son installation que j’ai une idée plus précise du nombre de recherches que j’effectue par jour !

My Queen et les associations

Association Stéphane Lamart

2 juin 2018

#Association

L’inégalité canine, on en parle ?

Juin, la période de préparation, on sort les valises, on s’impatiente, on fait du shopping pour s’équiper, nouveau bikini, n’oublions pas la crème solaire, opération bonne mine en perspective pour la reprise engagée ;….

Les plus chanceux de nos quatre pattes, ont droit au même rituel de préparation, harnais plus léger, crème solaire pour poilu ; tapis rafraîchissant et la panoplie complète des nouveaux gadgets sortis récemment pour qu’il puisse passer les vacances de rêve que vous lui concoctez…. Qu’il soit du voyage ou dans une structure de garde, en famille ou confié à des professionnels méticuleusement et rigoureusement sélectionnés, poilus passera un été agréable…

Loin de se généraliser cette notion idyllique de « Dogfriendly », poilu en vacances avec ses humains n’est que l’une des deux faces de la réalité, l’autre plus sombre dépeint allègrement l’une des dérives de notre société ; la postposition de la faculté à la surconsommation appliquée aux êtres vivants ;

Après la lune de miel, on balance le chien… Il est problématique, il fait des bêtises parce qu’on n’a pas jugé bon d’investir dans des cours d’éducation ; parce que l’orgueil est à nous ce que la fidélité est à eux ;… Il est malade ou trop vieux ; les plages lui sont interdites, on n’a pas les moyens de payer une garde parce que vous comprenez cette année on voulait se faire plaisir on part à l’étranger… Dans la famille personne ne veut le garder, et de toute façon il est moins beau qu’on ne l’avait envisagé lorsqu’il était chiot… Bref, c’est l’été on va balancer le boulet ; les gamins s’en remettront parce qu’on en prendra un autre pour Noël ou l’année prochaine, on fera mieux la prochaine fois, on choisira mieux que celui-là ; ou pas…

L’abandon c’est une réalité qu’on peine à reluquer depuis nos cages dorées, le chien ; tout comme le chat d’ailleurs ; est un être vivant doté d’une réelle intelligence, d’une sensibilité profonde, et contrairement à ce que je lis encore trop souvent, d’une mémoire ; lorsqu’il est abandonné, il attend, il se souvient, il peine, et souffre, indéfectiblement, il espère le retour de SON humain ; vous pourriez être le plus pitoyable représentant de notre espèce, que votre chien vous aimerait malgré ça comme la première merveille du monde ;

Cependant, chaque année, ils sont laissés, balancés, jetés, durant les vacances ; juillet et août sont les deux mois qui constituent le pic le plus prononcé en termes d’abandon ; chaque année des campagnes de sensibilisation sont lancées, malgré cela, inlassablement, chaque année, ils se font larguer, jeter, balancer….

Au-delà de l’abandon, il y a la maltraitance, car celle-ci n’est pas que physique, la maltraitance est également psychologique, et l’abandon est une forme de maltraitance ; imaginez que du jour au lendemain, un être que vous aimez vous abandonne, sans mot dire, par un leurre, perdu au milieu de nulle part, comment vivriez-vous cette situation ? Telle une déchirure, une trahison, un crève-cœur ; et c’est ce que vive des milliers de chiens et chats chaque année, on leur brise le cœur !

Qui répare ? Des associations, ce sont-elles qui réparent et assument la cruauté et l’égoïsme humain…

Seulement voilà, à l’impossible nul n’est tenu… Si l’argent poussait sur les arbres, ça se saurait, cette profusion d’abandons centralisés sur ces deux mois de l’année met à mal de nombreuses structures, qui veulent pouvoir prendre en charge un maximum d’esseulés, malheureusement, bien souvent les fonds font défaut !

Alors, on les laisse crever ? En se disant, « après tout, ce ne sont pas les nôtres… » ; Ou au contraire, on les aide ? Parce qu’après tout, ce sont nos semblables qui ont généré cette problématique, ce sont des humains comme nous qui ont joué avec la vie de ces êtres vivants sans défense ; Et que finalement, on nous tanne avec la solidarité, le respect, l’entraide, entre êtres humains, et que nous, on veut choisir nos causes !

L’être humain se plaît à clamer haut et fort qu’il est l’espèce dominante ; par sagesse on pourrait s’attendre de lui qu’il protège les espèces les plus faibles ; on ne peut pas clamer de grandes valeurs moralisatrices sans les appliquer ou en se contentant de les appliquer sélectivement….

Aujourd’hui, je voudrais vous présenter l’association Stéphane LAMART

« Fondée le 8 mars 2000 par Stéphane LAMART, l’association est totalement dédiée à la Défense des Droits des Animaux. Cet ancien policier ne lâche rien et sait s’entourer de bénévoles, salariés et partenaires tout aussi impliqués dans leur mission : agir chaque jour sur le terrain pour venir en aide aux animaux, quels qu’ils soient. »

Concrètement, que font-ils ?

« L’Association Stéphane LAMART œuvre quotidiennement sur tous les fronts pour défendre et protéger les droits des animaux : Sauvetages d’animaux, Évolution des lois, Campagnes de sensibilisation, Plainte devant les tribunaux, Soins vétérinaires, Sauvetages des animaux à l’euthanasies, Prises en charge des animaux maltraités et abandonnés dans notre Refuge des Orphelins en Normandie… »

Source : About us

refuge-des-orphelins.jpg

Information complémentaire, depuis Le 12 avril 2013, le décret au Conseil d’État reconnaît l’association d’Utilité Publique.

Une association engagée par la prise de position, les actions de terrain, les actions juridiques ; pour découvrir plus en détail les actions menées http://www.associationstephanelamart.com/nos-actions/

Ils mènent des enquêtes, l’association compte aujourd’hui 70 enquêteurs bénévoles, formés par l’association et reparti partout en France ; L’association se constitue également partie civile afin de défendre les droits des animaux maltraités qui ont pu être retirés à leur bourreau ; L’association travaille en collaboration avec trente avocats spécialisés ;

Ils s’impliquent concrètement dans des actions de terrains en récupérant des chiens et chats abandonnés en fourrière afin de leur éviter l’euthanasie, ils prennent en charge les animaux maltraités ou abandonnés par leur propriétaire, il aide les plus démunis à financer les soins vétérinaires de leurs compagnons. Elle recrute, encadre et conseille des familles d’accueil afin d’assurer des placements provisoires ou définitifs.

Sensibilisation et information, une association engagée par ses collaborations, elle apporte informations et conseils juridiques aux fonctionnaires de police et de gendarmeries, ainsi qu’aux particuliers qui le désirent ; de même, elle joue un grand rôle dans la sensibilisation au respect et aux droits des animaux en menant des actions médiatiques.

L’association gère également des adoptions par le refuge des orphelins, situé en Normandie ; Un refuge qui a ouvert ses portes aux orphelins le 30 août 2016 ; dans lequel quatre bénévoles prennent soin quotidiennement de ces laissés pour compte.

Quels pensionnaires ? Des chiens sortis de fourrière afin de les sauver de l’euthanasie ; à savoir, le refuge recueille également des chats et des Nacs et vient également en aide aux animaux de ferme ; tels que des ânes, des cochons, des chevaux, des poules,…

En cette période, plus qu’à toute autre, avec le pic d’abandon présagé cet été, l’association a besoin de votre soutien afin de sauver un maximum de chiens, les sortir de fourrière et leur offrir une chance de retrouver l’amour d’un humain méritant ! Une seconde chance, une nouvelle vie, un nouveau départ ;…

Les fonds seront également utilisés afin de défendre les animaux victimes de maltraitance ;

Comment les aider ?

  1. En effectuant un don ; pour soutenir 3 formules possibles :

soutenir.jpg

  1. Vous pouvez également effectuer votre shopping sur la boutique solidaire en ligne ; vous pourrez y trouver des T-shirt, sweat, tasse, pins,…

boutique en ligne .jpg

  1. Rejoignant activement l’association ; plusieurs possibilités d’engagement ;

rejoindre l'association.jpg

Les liens utiles :Le site de l’association / Facebook de l’association / Facebook du refuge des orphelins / Instagram 

MDIAQ

signature Queeny

 

 

 

My Queen et les associations

AVA : Aide aux Vieux Animaux, mais c’est quoi le problème avec les vieux ?

14 mars 2018

Jamais sans mon vieux !

C’est quoi ton problème avec les vieux ?

« Bah, les vieux ça ne sert à rien, de fait, ça ne distrait pas les gamins, ça coûte un rein parce que c’est souvent malade. D’autant qu’idéalement il faut une alimentation adaptée, des aménagements de commodités pour rendre le quotidien plus clément, de toi à moi c’est moins beau parce que ça grossit et c’est grisonnant, ça retombe en enfance, niveau propreté ça laisse à désirer et n’oublions pas que ça ronchonne, ça perd la boule, ça radote ».

Bien triste réalité que celle-ci, lorsque tu es vieux, il te reste quoi ? Tellement de choses à donner, Si et seulement si on parvient à voir avec le cœur, et non à regarder uniquement avec les yeux et un égoïsme pragmatique de consommateur aguerri, de blasés intolérants.

My Queen et les associations WoofMas- New Year

Bonnes actions- Un Noël solidaire

23 décembre 2017

Quelles actions mener pour ceux qui en ont besoin ?

Ceux qui en ont besoin… entendons, ceux qui n’ont pas encore la chance d’avoir une famille aimante et un foyer dans lequel prendre part aux festivités de fin d’année ; ceux qui n’auront pas de menu spécial à noël ou de cadeau au pied du sapin ; Ceux qui se coucheront comme à leur habitude dans le fond d’une cage en espérant que le noël prochain, eux aussi, pourront arborer le plus beau des sourires sur la traditionnelle photo de famille que l’on réalise au matin de Noël.

L'après nous ... On bouquine ?

Merci Will et à bientôt

18 septembre 2017

#Le sociologue et le chien

Non, je ne voulais pas te lire …!

 

Toi, livre, je ne voulais pas te lire, bien évidemment, je t’avais vu sur les rayonnages de la Fnac, mais j’avais rapidement détourné le regard. Car, toi, livre, je ne voulais pas te lire, ton thème me faisait peur, je savais que ton contenu porterait écho à mon vécu, et surtout, me ferait une odieuse piqûre de rappel sur la mortalité de ma boule de poils, non proportionnelle à la mienne… Toi le livre qui voulait me confronter à ma peur ultime, me mettre le nez dans une réalité que je préférais occulter !

Et pourtant, il y a toujours un “couillon”, pour m’offrir un livre sur les chiens, et évidemment, ce livre, c’est toi, le livre que je ne voulais pas lire !

Simple, authentique, franc tant de qualités qui font, que toi, le livre que je ne voulais pas lire.. Je t’ai apprécié à ta juste valeur, pour ce moment de complicité que tu m’as fait vivre avec ton auteur, pour sa peine qui l’espace de 117 pages est devenue la mienne…

C’est à vous Monsieur Fize, que je souhaite dire Merci !

Les dangers

Don de sang chez les poilus

14 juin 2017

Quand poilu peut sauver des vies

 

Nous le savons tous, les dons du sang sauvent de nombreuses vie chaque année (idem pour les dons de plaquettes, de plasma, de moelles osseuses…), ils sont donc à juste titre appelés des « Dons de vie ». Cependant, ils sont encore trop peu nombreux, et les réserves de sang (et autres) se vident très vite… D’où les appels réguliers aux dons, pour sauver toujours plus de vies.

Mais saviez-vous que les dons de sang existent aussi chez les animaux, et particulièrement nos poilus d’espèces canine et féline ? Le don du sang est, à même titre que pour nous les humains, une nécessité dans certaines maladies ou accident pour sauver la vie de poilu. Et tout comme chez les humains, il est gratuit. Cependant, il est très loin d’être « démocratisé » en France, et encore trop peu de poilus en bénéficient (alors que le don de sang pourrait sauver plusieurs centaines de vies canine et féline par an). Le don de sang est encore trop rare pour nos amis à 4 pattes… les ressources sont beaucoup trop faibles.

L'après nous ... On bouquine ?

Mon chat, mon chien va partir

3 avril 2017

#Bouquine 

Après toi, après nous 

 

Peu de temps après la publication de l’article relatif au deuil, sur le blog, une amie m’a offert un ouvrage récent qui traite exclusivement de la problématique; “Faire face à la perte de son poilu”, à la différence que cet ouvrage traite également des prémices de la perte … la gestion du vieillissement, la maladie, … des thèmes spécifiques que l’on aborde rarement avant d’y être confronté.

IMG_1350

Rédigé par le Dr Frantz Cappé

BadTime L'après nous ...

Le deuil

28 mars 2017

#L’après toi…

L’après nous..!

Le deuil est une épreuve qu’ils nous incombent à tous de traverser non seulement à notre manière mais aussi à notre rythme. Mais lorsque la peine nous submerge, comment y parvenir ?

Cet article ne comporte aucunes recettes miracles, à mon grand regret, il ne va pas apaiser votre douleur d’un coup de baguette magique. Cependant, il est basé sur mon vécu et j’espère qu’il sera utile à l’un ou l’autre d’entre vous afin de traverser au mieux cette épreuve difficile, avec la consolation de cet échange.

%d blogueurs aiment cette page :