Browsing Tag

100%DogsMom

Dog's Mom Life

L’hyperattachement… de l’humain, on en parle?!

10 juin 2020

#DOGSMOMLIFE

INTROSPECTION

On entend beaucoup parler de l’hyperattachement du chien, mais peut-être est-il temps de mettre les pendules à l’heure, en se penchant sur le cas humain… Oui, VOTRE cas ; cela dit, ton cas, mais aussi, le mien ; on peut conclure en disant, notre cas… À nous, humains, addicts de nos boules de poils. Soyons clairs, le confinement n’a clairement pas arrangé nos troubles…

Un peu d’humour, et une bonne introspection ;

« Mon chien souffre d’hyperattachement »

Ah oui ?

« Oui oui, regardez-le, dès que je m’en éloigne ! »… « Queeny… Viens près de maman, montrer au monsieur comme tu es attachée à moi »… « Nan, mais regardez, le stress sur sa truffe, dans son regard, elle comprend tout, elle sait que je vais partir là,…. C’est terrible, l’angoisse, vous sentez, l’angoisse… Non mais je ne vais pas vous montrer en fait, parce qu’après ça va être pire, elle va croire que je l’abandonne encore, comme hier, quand j’étais aux toilettes… »

Dites… Elle a l’air zen pourtant, ce n’est pas plutôt vous le problème ?…

Gros silence… mais BORDEL, c’est qu’il a raison ce con… !

On y est… Après ça reste parodié, mais ça, vous ne vous fait marrer qu’à moitié, parce qu’il subsiste un fond de vérité ; depuis la sortie du confinement, VOUS et Moi, pff… on a morflé et ça ne nous a pas arrangés !

L’hyperattachement humain, qu’est-ce que c’est ? C’est un trouble psychologique du comportement humain qui se traduit par une prédisposition à s’accrocher à sa boule de poils comme une sangsue ; On pourrait penser que c’est parce qu’on vous a retiré trop tôt de votre mère, mais avec vos deux pattes emplies d’orteils, ça reste peu plausible…

Comment se manifeste l’hyperattachement chez l’humain ? Tout d’abord, l’humain souffrant d’hyperattachement canin, est Co-dépendant de sa boule de poils ; il ne parvient pas à se dédogfriendlyser ; pour lui, un lieu où son chien est « persona non grata » est un lieu à proscrire, pour ne pas dire, à purger. Ainsi, l’humain souffrant d’hyperattachement affectionne moyennement le travail… car cette foutue incarcération à vocation principalement pragmatique et économique, contraint l’humain à laisser sa boule de poils derrière lui tous les matins. De fait, ce trouble se manifeste principalement par une difficulté notoire à s’éloigner de son quadrupède trop longtemps.

L’humain souffrant d’hyperattachement trouve en son chien, le point d’ancrage indispensable à son équilibre tant émotionnel, que psychologique ; voire social car l’humain apprécie d’échanger avec d’autres personnes toutes aussi addicts que lui, à leurs boules de poils.

Quelles sont les causes de cet hyperattachement pour les bipèdes ? Coupable principal, pour les puristes, bah… Le chien, quelle question ! Trop cute, trop à l’écoute, trop gentil, trop drôle, voilà, voilà,… C’est toute façon, toujours la faute du chien, alors autant en profiter. Cela étant, les chercheurs sont parvenus à démontrer, que finalement, ça serait peut-être bien, en grande partie, la faute de l’humain ; En résumé, les causes sont multiples : l’hyperattachement rime parfois avec un sentiment profond de responsabilité envers sa boule de poils ; suite à un traumatisme, comme la tombée des derniers chiffres des abandons dans les SPA et refuge, l’humain, sensible, pense devoir compenser la connerie humaine de son « espèce » en plaçant son propre quadrupède sur un piédestal ; parfois, elles restent cependant légitimes, dans le cas d’un poilu malade, ou ayant survécu à une maladie, voire un chien qui prend de l’âge, l’humain se sent investi d’une mission, à savoir, prendre soin de sa boule de poils…

Non mais… Attendez, prendre soin de sa boule de poils… Ce n’est pas genre la mission de tout humain, pour le meilleur et pour le pire, dans la santé ou la maladie ? Voilà, donc en fait, autant pour moi, ça, ce n’est pas une vraie cause… On reprend…

En d’autre cas, c’est tout simplement que l’humain se sent bien en compagnie de sa boule de poils, qu’il a conscience que la vie de son binôme sera plus courte que la sienne, et qu’il souhaite donc passer un maximum de temps, en sa compagnie, tant que c’est possible…

Peut-on soigner l’hyperattachement humain ? Effectivement, Léon, très bonne question,… Très pertinent, soigner, c’est possible ! Tout d’abord, l’humain doit s’accorder la réciproque, on lui a conseillé de laisser à son quadrupède des moments de tranquillité, il doit s’en prendre également ; côtoyer d’autres quadrupèdes et faire des choses d’humains… Comme manger du chocolat, parce que c’est un aliment strictement interdit au chien, avec ça il ne sera pas tenté de récidiver. Aussi, il est demandé aux chiens d’humains souffrant d’hyperattachement de reprendre l’éducation en patte, en n’hésitant pas à se montrer fermes si nécessaire ; Renvoyez l’humain au canapé s’il vous sollicite pour jouer ; lui apporter son portable pour qu’il entretienne ses liens sociaux ; bref, la rémission dépend d’un réel travail d’équipe…

Aussi, si un chien constate que son humain commence à manger dans sa gamelle, il faut recourir à un professionnel, parce qu’en ce cas, il n’est plus question d’hyperattachement mais bien d’un mimétisme, certes rare, mais très alarmant.

Bref ; vous l’aurez compris, avant de pointer le chien du doigt, avec l’hyperattachement, ou une autre problématique comportementale, il est intéressant de se remettre en question, parfois nous provoquons, involontairement ce que nous subissons… Il faut laisser nos chiens respirer, ils ont besoin d’être des chiens… et de faire des trucs de chiens, on peut se promener avec eux, les emmener voir des copains, mais on ne peut pas renifler l’herbe pour eux… Chacun sa place, chacun ses us et coutumes ; l’aimer c’est le respecter dans sa nature profonde, et donc, dans son besoin de liberté…

Durant le confinement, nous avons passé beaucoup de temps avec nos chiens, cependant, nous le passions aussi, à penser à ce qui nous manquait ; mais il faut prendre conscience qu’il en était de même pour eux. L’humain, en cette période, n’avait pas le monopole du manque de sa vie d’avant ; les sorties pour égayer le quotidien, les amis pour échanger en étant pleinement soi-même et complètement compris par l’autre, les découvertes pour attiser la curiosité et donc stimuler mentalement son existence, de la tranquillité et de l’autonomie, du calme dans cette maison toujours occupée et donc moins silencieuse, étaient au centre des manques de nos compagnons.

Des choses à faire, post-confinement… : Inviter des amis à la maison, pour une garden party, poilus et humains ; chacun ses potes et donc un équilibre épanouissant pour les deux parties. Découvrir de nouveaux lieux de promenade intéressant tant pour vous, que pour lui ; Aller chez le coiffeur (toiletteur), et ça, c’est clairement valable pour les deux … ! Vous inscrire à des promenades collectives, ou démarrer une nouvelle activité sportive en duo, dans un groupe… Bref, multiplier les opportunités de rencontrer d’autres passionnés, avec qui échanger, et surtout, permettre à votre chien de côtoyer des congénères, car à lui aussi, ça a beaucoup manqué !

Ils sont notre pilier, mais ne devenons pas leur prison ;… Il ne faut pas laisser l’amour inconditionnel que l’on voue à nos compagnons restreindre les libertés que l’on peut leur conférer. L’hyperattachement humain, ça se soigne, quand on laisse à sa boule de poils le loisir de s’éloigner pour mieux revenir, de vaquer à ses occupations, de jouer avec ses potes sans qu’on lui colle aux coussinets, … Il m’a fallu une bonne semaine, post déconfinement pour retrouver l’équilibre, et vous ?

Dog's Mom Life Lifestyle/ Inspiration On bouquine ?

Névéo, le journal familial

17 mars 2020

#Garder le lien…

Partager ses moments de bonheur…

J’ai été contactée par la Team Névéo afin de tester le journal familial; Pour être honnête, j’ai tout de suite été très emballée par l’idée; Vous allez vite comprendre pourquoi…

Le journal familial de Névéo, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’un journal, format A4, en papier d’excellente qualité, que vous allez concevoir entièrement depuis l’application Névéo, à l’aide de votre téléphone portable; Intuitif et simple, vous n’avez pas à vous soucier de la mise en page. Il suffit de sélectionner les photos depuis la galerie de votre téléphone ou depuis votre compte Instagram; en y ajoutant un texte personnalisé. Tous les mois, votre journal sera édité et envoyé au(x) proche(s) de votre choix, ou à vous, si vous souhaitez vous fabriquer des souvenirs.

Névéo, le journal familial, pour qui ? Pourquoi? J’ai adoré le concept, en pensant à mon grand-père, amoureux de chiens, il a vécu en leur compagnie toute sa vie; avec l’âge, il n’était plus question pour lui d’en reprendre un, physiquement, ça n’était plus possible; Il adore Queeny, mais ne parvient pas à suivre ses aventures sur les réseaux sociaux, les smartphones ne lui sont pas familiers, … la distance qui nous sépare étant conséquente, c’est un excellent moyen, pour moi, de lui faire un clin d’œil tous les mois… en lui permettant de suivre notre quotidien et d’en garder une trace. L’option récupération de contenu depuis mon compte Instagram me convient parfaitement… Cela me permet de sélectionner des photos récentes….

Concrètement, comment cela fonctionne ?

Tout d’abord, il faut télécharger l’application Névéo sur GooglePlay ou AppStore;

Après avoir téléchargé l’application, il vous faudra créer votre profil d’utilisateur.

Pour ce faire, il vous faudra renseigner : votre nom, prénom, adresse, langue; et choisir une photo de profil. Vous pourrez également donner un titre à votre journal…

Lorsque votre profil est terminé, il vous faut démarrer un journal, en choisissant le destinataire, ensuite, vous pouvez commencer à télécharger vos photos…

Vous pouvez ajouter les photos depuis la galerie de votre téléphone, mais aussi depuis Instagram, Facebook ou encore google.

Le téléchargement peut prendre du temps, pour l’album, qu’il me fallait constitué, composé de 50 photos, cela a duré 20 minutes, notons, que c’est variable selon la qualité de votre connexion internet. Lorsque la limite, de votre formule est atteinte, un encadré rouge vous en informe.

Ensuite, vous pouvez améliorer la qualité de vos photos et ajouter un texte personnalisé de 150 caractères, pour chacune d’entre elles.

Seul ou en famille…. Il vous est proposé d’inviter des contributeurs; ainsi, plusieurs membres de la famille peuvent œuvrer collectivement à la réalisation du journal qui sera envoyé à votre “proche” commun… D’où, pour les mariages, naissances, baptêmes, diplômes, … Ce journal peut parfaitement constituer un cadeau surprise, original et créatif, il ne se limite donc pas à l’usage familial.

L’album doit être réalisé dans le mois, un compteur vous indique le nombre de jours restants; le dernier jour du mois, votre journal est clôturé, il sera mis en page afin de vous être expédié à vous, ou à votre proche, la semaine suivante.

Comment est née cette idée prodigieuse ? C’est l’histoire de Simon, Vincent et Jérôme..

“Nous venions d’horizons très différents, mais nous avons tous les 3 fait le même constat : nous nous laissons prendre par nos boulots et nos occupations et nous ne prenons pas assez de temps pour partager les moments importants de nos vies avec nos proches. L’idée d’une solution simple pour envoyer des photos à nos parents et nos grands-parents nous a réunis. Nous avons donc imaginé et conçu Neveo comme un moyen de pouvoir facilement recréer les albums photo de nos enfances. Nous sommes passionnés par notre projet, et nous espérons qu’il permettra à de nombreuses familles de renouer le contact aux travers de photos.”

Deux formules sont proposées, le journal est envoyé mensuellement, vous pouvez interrompre votre abonnement à tout moment; la formule 50 photos, tarifée 9.99 euros, et la formule 180 photos à 19.99 euros. Les gros plus sont la mise en page automatique et la possibilité d’expédition dans le monde entier, je pense notamment aux expatriés, aux étudiants en Erasmus ou aux pensionnés qui vivent à l’étranger;

Une démo ????

Caractéristiques du journal : Format A4, 135 grammes, une mise en page de 3 photos par page, une description permettant jusqu’à 150 caractères, composition automatique.

Le résultat en images….

Mon avis ? Conquise par le concept et très satisfaite par la qualité du journal; ils sont arrivés à la maison, car je voulais produire des visuels pour l’article avant de les envoyer à mon grand-père, vraiment super ! Gros plus, pas de perte au niveau du rendu visuel des clichés, la mise en page est soignée et cohérente; un plaisir de redécouvrir ces moments de bonheur avec ma boule de poils.

Vous voulez une bonne nouvelle ? Votre premier journal est actuellement à 0.99 euros…

Les liens utiles : Le site officiel / L’Instagram / Le Facebook / Télécharger l’application GooglePlay / Télécharger l’application AppStore.

Friandises Le coin des gourmands NatureLovers Soins et quotidien

Goodies Lila loves it

18 janvier 2020

#TreatTime 

THE Boîte is Coming !

 

Le dernier coup de cœur en date de l’humaine…

La friandise, est tout, sauf un vilain défaut… Vous le savez, ici, nous sommes gourmandes, mais aussi collectionneuse de jolies choses.

Nous nous retrouvons donc pour vous présenter une adorable boîte à friandise éditée par la marque de soins Lila loves it.

Dog's Mom Life Les indispensables du Train-Train On bouquine ? Vacances

Le carnet de santé de mon chien par Marie Capriata

3 février 2019

#Indipensablement beau 

Marie chérie a encore frappé !

LE BOUQUINE UTILE DU QUOTIDIEN 

 

L’obligatoire et indispensable carnet de santé, on en parle ? Celui que nous tentons toujours de dissimuler dans une pochette DIY ou clé en main de camouflage déniché sur la toile, parce que généralement, il est singulièrement banal, fade et très commun, pour ne pas dire “moche”… Il se compose d’une succession de pages formatées, précomplétées, destinées majoritairement à notre vétérinaire.

Alimentation Le coin des gourmands Les indispensables du Train-Train NatureLovers Soins et quotidien Winter is Coming

Nos compléments alimentaires

12 janvier 2019

#Autour de la gamelle

Because, Winter is Coming

Ce qui caractérise l’hiver influence très largement nos us et coutumes ; par exemple, la luminosité est amoindrie de fait, nous avons le sentiment de vivre en perpétuel mode « nuit », ce qui peut affecter le moral des pus joyeux d’entre nous ; Aussi, les températures chutent, ce qui entraîne généralement chez l’humain, une baisse de régime, pour ne pas parler de Flemmite aiguë, la motivation fait souvent défaut… En hiver, on peut parfois parler de dépression saisonnière, sachez que certaines personnes vivent très mal cette saison… Pour info, les femmes sont plus réceptives à cette baisse de luminosité que les hommes. L’humain entre en pseudo-hibernation, aspirant ainsi, à des séances de cocooning à outrance… « plus je dors, mieux je me sens… ». C’est notamment pour répondre aux nouveaux besoins engendrés par ces changements climatiques que bien souvent nous donnons un petit coup de pouce à mère nature en ingérant des vitamines ou des compléments alimentaires… Atouts qui compenseront la perte de luminosité, qui nous aideront à affronter le froid, et à maintenir la forme durant l’hiver afin de profiter un maximum de toutes les activités ludiques que cette saison mal-aimée peut nous proposer.

Dog's Mom Life Vacances

Prendre le temps de donner son temps ; Mais justement, combien de temps ?

27 mai 2018

 

#Introspection Dog’sMOM

le temps.jpg

 

Nous lisons et entendons souvent qu’il faut du temps pour avoir un chien, qu’il faut lui consacrer du temps, un fait établi sur le que nous nous accordons tous, mais qui n’en demeure pas moins un constat purement qualitatif, et non quantitatif dans la plupart des publications touchant à cette thématique !

J’ai donc décidé, pour cette expérience, de tenir un Bujo, afin de comptabiliser le temps accordé à ma poilue, jours après jours, pour avoir une idée plus clair du temps que nous passons ensemble, et surtout, des activités que nous pratiquons durant ces moments.

Friandises Le coin des gourmands

Puppy Bone

14 mai 2018

#Savoureuse nouveauté 

T’es tout petit, mais t’es trop bon ?

Les nouveautés se célèbrent et davantage lorsqu’elles sont génialissimes, Ptit Bone a fait des bébés… Et Oui, l’indétrônable « Best Cookies Of The World » est désormais disponible en petit format, avec un nouveau goût délicat et savoureux à souhait !

ac

Mag

MAG – Avril – Happy Birthday Edition

16 avril 2018

#MAG

100% Dog’sMom

Ce mois d’avril, dans votre MAG …

 

 

Au programme de cette sixième édition du MAG, un anniversaire, celui du blog, qui fête ses deux ans, un Mag que j’ai souhaité différent, tant par son graphisme que par ses contenus, une mise à l’honneur de nos partenaires avec qui nous avons, au fil du temps, noués de véritables relations amicales. Un Mag qui propose, comme d’habitude, des coups de cœur, un Mag, dans lequel on invite les copines, mais surtout un MAG, qui nous l’espérons vous plaira !

Deux exclusivités, vous sont présentées, la nouvelle collection d’Edgar !

Envie d’un peu de lecture ?

couv-mdiaq-6.jpg

Cliquez ici pour livre votre MAG

Cover : Crédit photo – Estelle Bouteilly – EDGAR  réalisation Corine Gosselin Aston’sCookies

 

COMING SOON ON THE 3 JANVIER FOR LOVING EDITION.jpg

 

 

Nous vous donnons rendez-vous, le mois prochain, pour un MAG recentré sur les Dog’sMOM, parce qu’après tout… personne ne t’aime autant que MAMAN ! 

 

 

 

 

Excellente lecture à vous tous,

L’équipe de My dog is a Queen ;

Mag

MAG- Mars – Take care for US

2 mars 2018

#MAG

100% DOG’sMOM

Take Care For US…

Toute une philosophie ;

100%dogsmom.jpgDans cette nouvelle édition du MAG, nous avons souhaité placer le bien-être à l’honneur, en vous présentant les petits plus du quotidien qui renforcent la complicité, car le premier remède aux maux, c’est l’amour, l’attention, et les soins réguliers que nous pouvons prodiguer à nos boules de poils.

Un zoom sur les astuces et produits naturels pour une vie saine et équilibré en favorisant les bienfaits tant sur le mental que sur le physique de nos poilus. Nous nous intéressons, à l’importance du sommeil, à la dépression, à la gestion du stress,…

Du bien-être mais aussi, une édition qui vous proposera de découvrir l’une des représentantes de la haute couture canine française lors d’un boudoir, de déguster de nouvelles friandises, ou encore de préparer une journée shopping avec Rosie ;… Bref, le plein de nouveauté, pour un mois de mars que nous vous souhaitons au poil !

Dog's Mom Life

Quand poilu est-il en droit de jouer la “DramaQueen” ?

26 février 2018

Dog’sMOM Introspection

Mon poilu est-il vraiment capricieux ?

Où est-ce moi qui utilise un mot inapproprié ou exagéré ? !

On va clarifier les choses !

Ne fais pas ci, ne fais pas ça, patati et patata ; s’il est bien un mot récurrent, lorsqu’il s’agit de qualifier le comportement de poilu, du moins, dans ses mauvais jours, c’est « capricieux » pour ne pas dire « petite peste », « chipie », « Mhouuuu t’es teigneuse » ou encore, « têtue comme une bourrique ». Bref, Poilu joue parfois les dramaQueen !

Revenons sur le fameux « capricieux », pourquoi ? Parce que je ne cesse de le lire et de l’entendre depuis quelques mois… En promenade lorsque nous croisons des poilus, sur le Net, sur des forums, et même dans la bouche de ma mère, entendons, la grand-mère non biologique de Queeny !

Mes tendres caprices?

Commençons, s’il vous plaît, par clarifier les choses, qu’est-ce qu’être capricieux ?

DRAMAQUEEN

Est capricieux, celui qui fait des caprices, OUI MAIS ENCORE ? Et bien, un caprice étant une volonté soudaine, irréfléchie et de changeante de quelqu’un, on parle également de lubie. Nous pourrions résumer la chose, en décrétant qu’est capricieux, celui qui n’en fait qu’à sa tête, en agissant de manière très, voir trop spontanée, mais surtout, dans une spontanéité menant à une action irréfléchie et parfois même, totalement inappropriée… Dans le cas de poilu, nous pourrions ajouter, allant dans le sens opposé à ce que nous, humains, attendons de lui, au niveau comportemental !

Bon, en lisant ça, on peut apparenter le phénomène à un Mogwai en transformation, le mode Gremlins semblant activé ; ou a contrario, on peut l’assimiler à une belle manifestation de caractère, un épanchement de volonté personnelle et d’affirmation passionnée de ses envies !

Un coup de tête ? Peut-être… Tout est-il qu’en matière de poilus, j’en suis venue à me demander si ce qualificatif n’était pas souvent usurpé à la juste réalité !

Entendons-nous, car finalement, nous sommes constamment en demande de reconnaissance pour nos poilus, ils pensent, ils aiment, développent des préférences, sont sensibles,… En suivant ce constat, n’est-il pas normal qu’à court ou moyen termes, poilu développe dans son mode de communication, l’affirmation de ses propres volontés ? En complément, certaines de ses volontés ne sont-elles pas, parfois, légitimes et justifiées ?

Cette introspection débuta, lorsqu’un jour de promenade sur la plage, je vis une scène qui m’interpella, un petit chien (dont je ne saurais vous donner la race, vous connaissez mes lacunes en la matière, mais il était vraiment tout pitchoun mais mini rikiki). Il semblait pétrifié à l’approche d’un grand chien (lui par contre, je l’ai vite identifié, il était superbe, c’était un malinois) il était jeune et fougueux, le petit semblait plus vieux, il tremblait comme une feuille, à l’approche de ce nouveau copain « potentiel »… Il grattait les jambes de son maître, comme pour lui demander ; soit de le prendre dans ses bras, soit de se remettre en marche afin d’éviter le nouvel arrivant. Le maître du petit pétrifié, menait grande conversation avec ce qui semblait être une « cocotte », je pense qu’on devait l’entendre glousser à des kilomètres, tout est-il qu’il repoussa le petit d’un geste vif, en haussant le ton, et en lui demandant fermement de ne pas faire de caprices ! Geste accompagné d’une méconnaissance et d’un désintérêt total pour la situation, qui pourtant se déroulait devant ses yeux,

Ce chien faisait-il un caprice ? Personnellement, je pense que non… ce petit chien avait juste peur, il appréhendait l’arrivée d’un chien plus grand que lui, et sollicitait son maître afin d’être rassuré.

Il n’est pas ici question de dire ce que le maître aurait dû faire ou non, je ne suis pas éducatrice, je sais que lorsqu’une telle situation se produit dans mon quotidien, Queeny et moi reprenons notre route, mais étant sociable de nature, elle est à placer dans la catégorie contente à l’idée de se faire des copains, c’est donc très rare pour nous de nous dérober à la perspective d’une rencontre lors de nos promenades.

La vraie question suscitée par cette scène, c’est la notion de caprice, étant donné que le caprice est un acte irréfléchi, je doute que la réaction de ce chien puisse être qualifiée de caprice… Il avait justement très bien intellectualisé la situation,.. Une réaction spontanée, certes, mais pas une lubie car à l’approche de la mienne un peu plus tôt, il n’était pas dans cet état d’esprit !

Nous y voilà donc, là où je souhaitais en venir… La notion de caprice ou dirons-nous l’utilisation de la qualification de « caprice » que je trouve trop souvent inadaptée à la situation !

J’ai cherché caprice + chien dans le moteur de recherche Google, et je suis tombée sur une bonne liste de conversations sur des forums, toutes relataient les mêmes caprices…

  1. « mon chien est capricieux, il refuse de manger ses croquettes »

Alors là, de vous à moi, ça dépend des cas, mais pour moi, encore une fois, ce n’est pas un caprice, je crois que je deviens plus positive qu’une positive à vos yeux ; mais je m’explique, si on me donne une assiette avec quelque chose que je n’aime pas (prenons un exemple concret les triperies, c’est juste impossible pour moi d’avaler une langue…) je ferais bien évidemment la grimace, étant adulte, je ferais très certainement un gros effort par politesse, pour ne pas offenser l’assemblée, mais ce type de concession ne pourrait se produire plusieurs le lendemain !

Bouder la nourriture qui nous est donnée, est-ce faire un caprice ? Deux écoles…

Oui, il y a des gens qui meurent de faim en ce bas monde, c’est honteux de rechigner lorsque l’on a la chance d’avoir de la nourriture dans son assiette.

Mais, Non, parce que lorsque l’on mange, et que nous avons la possibilité de choisir, autant manger quelque chose que l’on apprécie… le plaisir de manger, n’est pas un acte qui doit systématiquement conduire à la culpabilité par rapport à ceux qui en sont privés !

On parle beaucoup de la polémique des croquettes pour chiens, sans énoncés les marques concernées sur les forums que j’ai visité, je pense que nous pouvons comprendre la réaction de ces poilus… Et si poilu signalait tout simplement que ce qui lui est donné n’est pas bon, ou du moins pas adapté à ses besoins, à sa santé. On évoque constamment la prodigieuse intuition de nos poilus… Pourquoi dans ce cas, nous rabattons-nous si fréquemment sur l’explication la plus simpliste ! À savoir, poilu est capricieux ; pourquoi ne pas tenter de décortiquer le message qu’il tente de nous faire passer ?

Parce que nous, les humains sommes orgueilleux, on se comporte avec nos chiens comme avec le reste du monde, on sait ce qui est bien, ce qui est bon, ce qui doit être mangé et ce qui ne doit pas l’être… Parce que nous sommes les maîtres à bord, et que BORDEL ce n’est pas le chien qui va choisir le menu de sa gamelle !

Et pourtant, c’est bel et bien le chien qui la mange… Cette fameuse gamelle !

Alors de vous à moi, les observations alimentaires de ma poilue ne sont pas considérées comme des caprices à la maison. Je tente d’être à l’écoute de ses souhaits alimentaires, car je pars du principe que son bien-être est ma priorité, et que si elle boude un aliment, c’est peut-être qu’il y a une autre raison plus sérieuse derrière. Conciliation, entre nos connaissances de leurs interdits, et leurs souhaits de plaisir gustatif ; après tout, pourquoi pas ?

Notons, que depuis petite, elle n’a jamais mendié ou reçu de nourriture 100 % humaine (exemple un morceau de fromage, des chips, etc. si bien qu‘en les voyant ça ne l’attire pas), elle n’a jamais été nourrie en douce, lorsque nous sommes à table, une bonne éducation de base qui me permet de me montrer plus indulgente sur ces détails liés à la gamelle, et de prendre en considération ces signaux ! Car je sais que manifester « qu’on n’aime pas » quelque chose, ce n’est pas faire un caprice, c’est uniquement affirmer ses goûts. Et si elle en est là, c’est parce que je l’ai encouragé à communiquer, en la considérant comme une entité à part entière depuis son arrivée à la maison.

Donc poilu communique ou alors, il y a un problème d’éducation qui se cache derrière ce comportement, par exemple, à force de donner de la nourriture humaine à votre poilu, il boude sa gamelle en pensant que vous allez céder et lui donner autre chose… Dans ce second cas, il ne s’agit toujours pas de caprice, c’est un comportement réfléchi de manipulateur, qui nécessite que vous vous remettiez en question et preniez contact avec un éducateur afin qu’il vous aide à mettre un peu d’ordre à la maison, autant pour poilu que pour vous, en modifiant tous deux vos comportements respectifs.

On veut une meilleure place pour nos poilus dans la société, peut être que la valorisation de celle-ci peut commencer à la maison ?

  1. « Mon chien ne veut pas sortir ou rentrer… »

Il m’est déjà arrivé de devoir insister lourdement pour que ma boule de poils accepte de mettre fin à la virée… Souvent cela se produit lorsqu’elle s’amuse avec des copains. Est-ce un caprice ? De mon point de vue, mais ça n’engage que moi, non… Il m’arrive d’avoir le même comportement, lorsque je dîne chez des amis, nous passons une agréable soirée, il me propose un dernier café avant de partir, j’accepte et je prolonge. C’est ma décision, mon libre arbitre, ma volonté, je n’ai besoin de l’autorisation de personne pour faire ce choix.

Je suis avec des amis, je m’amuse… Pourquoi ma poilue ne pourrait-elle pas manifester sa volonté de prolonger le bon moment qu’elle passe avec ses congénères ? Pourquoi devrais-je systématiquement cataloguer sa volonté dans la rubrique caprice?

Lorsque je me trouve dans ce type de situation, je sais qu’il me suffit de l’appeler une seconde fois en prenant une intonation plus ferme, c’est le pouvoir que nous détenons sur eux, l’autorité. Un don ? Un outil ? Une arme ? Sans doute, mais je ne m’en sers pas, dans ce type de situation, je la laisse profiter de ces moments, elle est en droit de vivre sa vie, de faire ses choix, ce n’est pas ma chose !

On en revient à cette frontière infime entre ce que nous sommes en capacité de réclamer et ce que nous jugeons juste d’exiger !

L’envie de prolonger un amusement, pour moi, n’est pas un caprice, tout comme l’absence de volonté à l’idée de sortir sous la pluie, c’est tout au plus, de la fainéantise, l’appréhension du vent, du froid, de la pluie ou encore de l’orage ; mais de vous à moi, qui aime sortir lorsque dehors la tempête gronde ? Je comprends ce qu’elle peut ressentir, et je dois me motiver pour la motiver…

Par contre, si après le temps additionnel, poilu commence à jouer les rebelles, ce n’est plus du caprice, sachez-le… C’est une mutinerie ! Tous aux abris, vous risquez de devoir vous montrer ingénieux… Mais encore une fois, c’est une question d’éducation, et pas de caprice…

Lorsque vous voyez quelqu’un courir derrière son chien, en criant « viens ici », étrangement, le chien a toujours un énorme sourire à la gueule… Pourquoi ? Parce qu’il s’amuse, je pense qu’il croit que c’est un nouveau jeu, l’éducateur nous avait expliqué que dans ce type de situation il ne fallait pas courir derrière son chien, mais partir dans la direction opposée, pour que ça soit lui qui suive. Notons que je n’ai jamais eu à tester « cette recommandation », mais pour l’avoir vue en démonstration, ça semblait relativement bien fonctionner, après ça dépend certainement du tempérament de poilu ; du coup, si vous avez un jour été celui qui court derrière son chien, et s’il vous arrive souvent de courir derrière votre chien… Peut-être que la prise de contact avec un éducateur pourrait s’avérer des plus appropriée.

Je crois fermement que l’on peut concilier éducation, ou dirons-nous ce que l’on apparente à la « bonne éducation » et le respect de la volonté individuelle de son chien si on se donne la peine d’analyser le comportement ou la situation, en se mettant à… sa place. Oui, j’ai bien conseillé de se mettre à la place de son chien, relevez-vous, ce n’est pas la peine de vous placer à quatre pattes, il suffit de tenter, de comprendre ce que poilu ressent, éprouve, veut, en observant son comportement ; afin de prendre une décision objective, avant d’accéder ou non à sa demande, antérieurement au fait de qualifier cette demande de « caprice », placez-vous dans ses pattes… ne suivez pas uniquement votre manuel d’éducation mais aussi votre éthique personnelle !

  1. « Mon chien me réclame des câlins, il est capricieux, il me colle, il veut jouer ! »

Vos enfants ne vous réclament jamais de bisous ? « Papa câlin », « Maman, encore un bisou », ne vous demandent-ils pas de jouer avec eux, je me souviens de partie à répétition de jeux, à n’en plus finir, de « s’il te plaît, regarde le dessin animé avec moi », « lis-moi une autre histoire, il est encore tôt »…. Et étrangement là, ça ne choque personne… Ils sont chou ces petits d’hommes, attachants et on aime leur faire plaisir, d’autant que passer du temps avec eux, c’est toujours un bonheur, ils grandissent si vite… Mais poilu, il vieillit bien vite… On y pense à cela ?

Qui, n’a jamais réclamé un bisou en plus ? Un dernier câlin avant de prendre la route et de quitter sa famille ? Lorsque je rentre à la maison, ma poilue me fait une fête d’enfer, elle me nettoie littéralement le visage, et jamais je ne lui interdirais ça… C’est la manifestation de son attachement, son mode de communication, sa manière de dire, « tu m’as manqué, je suis heureuse de te retrouver ». En prenant en considération le fait qu’elle m’ait attendu toute la journée, je trouverais sacrément gonflé de ma part, de l’envoyer promener !

Un poilu qui vous colle, est avant tout, un poilu qui vous aime, s’il s’agit d’angoisse ou si d’autres comportements anormaux complètent le tableau, alors là, évidemment, c’est à creuser avec un comportementaliste qui pourra vous aider à trouver la quiétude et l’équilibre dans votre foyer, pour un poilu moins anxieux et plus épanoui.

Mais s’il s’agit uniquement, comme c’était le cas sur ce forum, d’une personne qui s’étonne que son chien lui réclame des câlins lorsqu’il rentre à la maison… Sérieux ? ! Parce que si ce type de comportement est un caprice, sachez que je fais des caprices du matin au soir, avec ma poilue et ma famille tout entière !

Du coup, caprice ou pas caprice ?

Planté devant vous, il vous aboie dessus pour obtenir quelque chose, et ne lâche pas l’affaire jusqu’à ce que vous cédiez ! Par exemple un biscuit, c’est de la gourmandise, de l’insolence parce qu’il sait qu’il n’a pas le droit d’aboyer sur vous mais est-ce un caprice ? Parce qu’encore une fois ça semble relativement bien réfléchi comme démarche ! Je dirais SOS éducateur… c’est la révolution !

Il vous tire les chaussettes pour que vous le suiviez là, où il souhaite précisément vous mener ? Encore une fois, c’est une démarche qui semble très réfléchie… Et même très élaborée… preuve d’ingéniosité, soyez attentifs à ce qu’il veut vous montrer, la dernière fois que la mienne a agi comme ça, c’était pour me mener à un chaton perdu dans notre haie… si c’est juste pour que vous lui grattiez le ventre alors qu’il regarde DOGTV en grignotant ses gâteaux, et qu’il ne vous laisse pas vaquer à vos occupations de la journée, SOS éducateur, votre poilu vous prend pour son humain de compagnie !

Dans une animalerie, il se roule par terre en hurlant pour que vous lui achetiez une balle ? Mouais… Là c’est clairement du caprice, il fait comme les pires petits d’hommes piquant des crises d’hystéries pour obtenir un cadeau ! Mais poilu fait-il cela ?… OMG ! Votre poilu fait ça ? SOS éducateur, sans plus attendre… Votre poilu vient de se transformer en petit d’homme et en prime, il est devenu acheteur compulsif, dans 10minutes, il va vouloir négocier la dotation de son argent de poche mensuel !

Tout cela pour dire, que je trouve parfois exagéré l’utilisation du terme « caprice », c’est à la limite de l’injustice et je pense qu’il serait préférable parfois, plutôt que de l’envoyer au coin en le traitant de capricieux, de chercher à comprendre ce que poilu essaie d’exprimer par certains comportements, la manifestation de son ressenti… Évidemment, c’est du décodage, de la communication complexe quand on ne maîtrise pas bien le Wouf, au début c’est la galère, mais petit à petit, à force de l’observer, d’interagir, on finit par le connaître par cœur, on parvient à lire en lui comme dans un livre ouvert, c’est ça la complicité ! Bien souvent si Poilu semble capricieux, c’est parce que nous avons un comportement inadapté envers lui, que son éducation est à parfaire, ou que nous négligeons certains paramètres en négligeant de nous mettre parfois à sa place !

Reconsidérer les choses… La démarche en vaut la peine… Non ? Le respect ne va-t-il pas de pair avec l’amour ?

Ice Cream Fundraiser.jpg

Décortiquer ce qui se cache derrière les jolis yeux de votre poilu, qui n’est pas qu’une jolie bouille, mais un être à part entière, qui exprime ses envies, ses émotions, qui tentent de vous faire comprendre ses souhaits, qui expriment son mécontentement parfois, mais n’est-ce pas normal finalement ? Car après tout, poilu n’est pas une peluche, il s’agit d’un être vivant doté d’une raison et d’une sensibilité, une pointe d’instinct, une pincée de témérité, un petit caractère bien à lui, et alors ? Il est à notre image « une personnalité »… Et c’est ainsi que nous les aimons !

 

 

mydogisaqueen

signature Queeny

Dog's Mom Life

Ces surnoms qui en disent long…

17 février 2018

#All you need is love and … a dog !

L’un des signes qui ne trompent pas dans la manifestation du sentiment que l’on éprouve pour quelqu’un ; qu’il soit bon ou mauvais d’ailleurs, c’est l’attribution d’un surnom.

Un surnom ; c’est-à – dire un petit nom ajouté ou qui se substitue occasionnellement au prénom de poilu ; il est utilisé pour s’adresser à lui ou pour parler de lui à quelqu’un. Tout comme le sobriquet, le surnom est généralement inspiré par une particularité physique ou morale de son détenteur, ou encore, par le vécu ou le sentiment partagé avec lui. De fait, il peut être donné familièrement par dérision, moquerie, mais aussi amour… Et dans le cas de poilu, cela peut être un peu des trois à la fois !

Donner un surnom à votre moitié à poils est courant et surtout, significatif de l’attachement que vous lui portez, qu’il s’agisse d’humour ou d’épanchement sentimental ; c’est votre manière de lui accorder de l’importance.

Dog's Mom Life

Qui garde le chien ? Entre législation et raison…

16 février 2018

Il faut parfois faire des compromis justifiés !

Introspection dog'smom

 

Poilu est un membre de la famille à part entière, il vit en famille avec ses humains, cependant, dans la vie des humains il peut arriver que les belles histoires prennent fin. Par ailleurs, en certains cas, cela peut s’avérer préférable pour les humains mais aussi pour poilu ; qui est un être sensible, on ne le dira jamais suffisamment, vivre entre deux humains qui se déchirent, se dispute, crient peut-être nuisible à son bien-être. Lorsque la décision de se séparer est engagée, il reste la question de savoir qui gardera quoi ?

En cas de séparation, on récupère ce que nous avions avant le « nous », et on se répartit ce que l’on a pu acquérir durant la période de cohabitation, un partage en « bon intelligence », qui prend en compte la propriété clairement établie par le nom figurant sur la facture, ou, à défaut, la répartition équitable, lorsqu’il s’agit de biens communs, en fonction des nécessités, ou des utilisations qui incombent davantage à l’un ou à l’autre.

Parfois d’un commun accord, les choses peuvent se passer simplement, la séparation peut se faire en « bons termes », dans d’autres cas, c’est le juge qui devra mettre de l’ordre dans le capharnaüm de votre séparation.

Après, il faut dire que Saint Valentin ce n'est pas l'amour est dans le prés!

Dog's Mom Life

10 constats qui prouvent que Poilu et vous êtes accros !

14 février 2018

#All you need is love… and a Dog

Un peu d’humour et de tendresse…

Il était une fois, dans un royaume pas si lointain, la belle histoire de poilu et son humain… Parce que vous vous aimez sacrément fort, il faut mettre à l’honneur ces constats qui attestent de l’intensité relationnelle de votre duo !

Mag

MAG- Février -LOVINGLY EDITION

3 février 2018

#MAG 

Saint Valentine’s Day or not ?

Dans cette nouvelle édition du mag, j’ai souhaité célébrer l’amour, et le désamour au-delà d’une simple journée, banalisée et trop emprunte de commercialité !

L’amour, mais qu’est-ce que l’amour ? Un sentiment, une illusion, un réconfort, tant de choses qui s’insufflent subtilement dans nos quotidiens et qui, finalement, prennent la forme que nous lui accordons… 

Dog's Mom Life

Dans la tourmente des Dog’sMOM- un poilu malade !

6 janvier 2018

Quand la communauté peut compenser l’indifférence de la société !

Une Dog’sMom, on le répète bien souvent, c’est avant tout une maman, maman d’un poilu mais maman envers et contre tout, hélas la société tend davantage à dissocier les éléments au centre de cette réalité !

Lorsque poilu tombe malade, la Dog’smom, contrairement à la momhumaine, ne pourra pas systématiquement compter sur le réconfort de son « entourage », dès qu’elle s’éloigne de sa zone de confort, qu’elle étend ses échanges à la sphère professionnelle, ou à des connaissances plus superficielles, dès qu’elle sort de la sphère balisée par les poilus Addicts que nous sommes ; la compréhension et l’empathie sont parfois plus difficiles à obtenir.

Et pourtant, une Dog’smom subit de plein fouet la maladie et ses complications quotidiennes comme une « vraie » maman….

Fashion Week

Lovelytruffe

4 décembre 2017

#Découverte coup de coeur

testé et approuvé

Des médailles à la personnalisation illimitée…

Une médaille est un accessoire utile ; effectivement, elle permet d’identifier rapidement poilu, ou de contacter ses humains. D’où la traditionnelle appellation « médaille nominative » ; car généralement on retrouve le nom de poilu sur la face avant de la médaille ; vos coordonnées quant à elles, sont apposées sur la face arrière.

Cela étant, la médaille est aussi devenue, un accessoire mode, qui en dit long sur Poilu mais également sur son humain… Elle permet de se dissocier de la mêlée, d’affirmer ses goûts et préférence ; esthétiquement parlant, et pourquoi pas, de faire un clin œil subtile au tempérament de notre boule de poils.

Nous vous proposons de découvrir l’enseigne qui pousse le concept à son paroxysme, les médailles ne sont plus simplement des accessoires utiles ou à la mode ; Ce sont de véritables joyaux… Des bijoux, qui permettent de magnifier nos poilus ; telle une parure personnalisable à souhait.

Le firmament de la médaille… C’est par ici

Logo carré LT 800x800.jpg

Mag

MAG- Décembre -MERRY WOOFMAS

1 décembre 2017

#MAG

Parce que Noël approche; 

Que la magie et la chaleur des fêtes de fin d’année doivent être partagées…rejoignez-nous pour un Noël enchanté, nous vous aidons à préparer WoofMas, dans cette seconde édition spéciale Noël de 148 pages, 100% Dog’smom ! 

Mag

MAG – Novembre – Be yourself

3 novembre 2017

#La nouveauté

MDIAQ!

“Parce qu’il est important d’être et de rester soi-même, parce que vous nous inspirez, sans nous influencer, parce que la vie est faite de belles rencontres et que le partage tout comme l’échange restent nos priorités, parce que notre passion nous unit et en l’occurrence, ici nous réunit … “

Be Yourself … 

cover November.jpg

Cliquez ici pour lire votre MAG

 

 

MDIAQ

 

%d blogueurs aiment cette page :