About MDIAQ

Blogueuse Introspection; on en parle, sans tabous?

Ecouter ce contenu en version AUDIO

Nous y sommes; le fameux bilan, l’introspection utile ou futile, pour soi plus que pour les autres; car cela fait plus de 6 ans que le blog a vu le jour; et que parfois, il est enrichissant de se poser et d’analyser les choses; déjà, son arrivée était également synonyme de créations de contenus, de libération de créativité, de rencontres, d’expériences tantôt enrichissantes, tantôt décevantes. La synthèse des réponses aux questions que vous vous posez sur le fonctionnement du blog sous un format introspectif;

Qui dit BLOG dit BLOGUEUSE : Ne vous y trompez pas, une blogueuse est une créatrice de contenus rédactionnels; de mon point de vue, elle n’est pas forcément une influenceuse; d’ailleurs, je ne me considère pas comme telle; et pour être tout à fait honnête, je n’aime pas cette déferlante d’influence; cela sous-entend que VOUS et MOI, sommes influençables; cette pratique à mi-chemin entre la propagande commerciale et le lobby économique; se plait à nous faire croire que l’on peut nous faire acheter (car bien évidemment, il est toujours question de transaction financière) tout, ou du moins une majorité, de ce qu’on nous présente …

Notons, que j’ai un profond respect pour les youtubeurs, car pour m’y être essayée, une ou deux fois, dans le cadre de courtes séquences audio-visuelles vouées à promouvoir un lancement ou un nouveau mag sur le blog; le support vidéo demande énormément de compétences, qui soit dit en passant, ne sont pas les miennes !

Par contre, j’ai beaucoup moins de sympathie pour les influenceuses, notamment sur Instagram; qui colle le libellé “Blogueuse” sans avoir jamais produit de contenus rédactionnels étoffés, documentés, ou encore, travaillés; qui font la promotion d’un produit en story de 2 x 12 secondes; et qui bien souvent, enchainent les collaborations pour des produits similaires, quitte à faire, dans la même semaine, comme si elles bossaient à la chaine !

Il est donc important de faire la distinction; blogueuse et influenceuse; ce sont deux créatrices différentes; une blogueuse peut être une influenceuse, indirectement ou parallèlement; mais une influenceuse à moins de produire un contenu rédactionnel autre qu’un commentaire de 3 lignes sous son post de publication n’est pas une blogueuse ! Aussi, pour approfondir, le fait de copier-coller un communiqué de presse, n’est pas associable à l’acte de création de contenus…

Le blog est un support qui laisse place à l’écriture, mais qui implique un gros investissement; aussi bien au niveau du temps consacré que de l’argent dépensé; car oui …

Le temps : Un article de blog peut prendre quelques heures pour un contenu limité, mais il peut également nécessiter plusieurs jours, voire semaines pour un contenu documenté et étoffé; un article de fond impose des recherches préalables sur les thématiques abordées, des échanges avec des professionnels ou en enquête approfondie lorsqu’il s’agit d’un phénomène complexe; un temps de rédaction; un autre de relecture, un approfondissement pour retravailler la mise en page; auxquels s’ajouteront; d’autres heures pour la réalisation et le traitement des visuels qui l’accompagnent. Derrière les articles, il y a des heures de préparation;

L’argent : Toutes les plateformes d’hébergement propose des versions gratuites; mais lorsque l’on produit beaucoup, elles s’avèrent très rapidement insuffisantes en espace de stockage; les créatrices de contenus se trouvent donc très souvent dans l’obligation de passer aux versions payantes. Les noms de domaine personnalisés sont, par ailleurs, payants, eux-aussi; tout comme les extensions qui facilitent la bonne consultation des contenus sur un blog; un blog c’est donc un budget dont le financement soulève de nombreuses questions …

Notons, qu’il y a beaucoup de dérives; autour des réseaux sociaux; des comptes chiens où on voit plus souvent l’humain, voire son nombril, pour rester polie, mais lorsque l’on suit un compte chien, on n’a pas forcément envie de voir son humaine à moitié à poil; on le suit initialement pour le quotidien du Dog; l’humaine s’y trouve, c’est bien normal, mais en tenue décente, c’est encore mieux; on dira c’est pour mettre en avant la relation, mais sur certains comptes, le pauvre a plutôt l’air d’un faire-valoir. Il en va de même avec les situations d’inconfort pour les chiens, des photos ou vidéos où ils ne semblent clairement pas à l’aise, mais c’est la surenchère de devoir publier quelque chose dans l’air du temps, toujours plus, toujours dans la dynamique buzz; enchainement de tricks à devenir fou rien qu’en regardant, … je n’ose même pas imaginer ce que ça doit lui faire, à lui ! D’où, je me sens plus à l’aise sur le blog que sur les réseaux, et je pense que nous sommes plusieurs blogueuses dans ce cas, car c’est un autre univers;

Les influenceuses parviennent à réaliser des Storys et des Reels, avec des effets très travaillés, elles consacrent beaucoup de temps à échanger avec leur communauté; elles ont un Feed hyper “léché” pour ceux qui me suivent sur les réseaux, vous constaterez, qu’on en est très loin, j’oublie souvent de consulter mes messages, et souvent, c’est involontaire, mais je zappe carrément d’y répondre parce que je dois filer bosser, ou que je suis à la plage avec Queeny et qu’il faut que je garde l’œil sur elle, ou parce que je flemme devant un film; bref, les réseaux sociaux sont chronophages et j’ai toujours beaucoup de mal et de volonté à m’y intéresser en détails ou à produire des contenus adaptés car cela demande encore un temps additionnel à celui du blog et qu’on ne sait pas être partout, d’autant que les codes y sont complexes, les fonctions basiques c’est déjà parfois compliqué pour moi, ce n’est donc pas mon domaine !

Voilà, pour moi la distinction est importante; blogueuses et influenceuses ont des compétences spécifiques; une minorité parvient à cumuler les deux, mais cela reste une minorité, du moins, lorsqu’il s’agit d’une production de contenus fréquents et pas trois articles par an!

Partenariats et Partenaires, qu’en est-il vraiment ?

Le financement du blog est parfois lié au partenariat : Il peut faire l’objet de revenus liés à l’affiliation; c’est-à-dire ? Que lorsque vous vous trouvez sur le blog, il y a des publicités, menant à des sites d’achats en ligne; si vous finalisez l’achat, le blog touche une commission sur la transaction. Cette pratique est également récurrente aux promotions par code promo; visibles sur les blogs ou sur les réseaux sociaux des comptes d’influence ” -30% chez PIOU avec mon code BOOM” votre achat génère une rétribution à la personne dont vous utilisez le code; allant souvent de 10 à 30% du prix de votre panier. Très souvent ces codes promos sont proposés au moment d’établir un partenariat entre un blog et une marque, dans le cadre d’une collaboration, visant à donner de la visibilité aux produits de la marque, d’accroitre le référencement sur internet; ou encore de se faire connaitre dans le cadre d’un lancement pour une jeune marque voire pour le lancement d’une nouvelle gamme chez une marque déjà existante.

Du coup un partenariat ? Il y a plusieurs types de partenariat…

Avec ou sans rémunération : Les collaborations rémunérés; sont celles pour lesquelles la marque propose une rémunération financière directe au blog pour les contenus créés; celle-ci s’accompagne des produits, reçus gratuitement afin de les tester, produire ses propres visuels et rédiger les contenus. Les collaborations non-rémunérées; quant à elles, ne font pas l’objet d’apport financier, il ne s’agit que de l’expédition des produits afin de réaliser les contenus. Notons qu’un autre type de collaboration est également possible; à savoir, un code de réduction accordé au blog afin qu’il achète à prix réduit les produits qu’il souhaite essayer pour mener son propre projet rédactionnel.

Dans les partenariats; il y a les partenariats basés sur la confiance ou la connaissance; un échange préalable d’e-mails ou de messages sur les réseaux sociaux, suivi de l’expédition des produits; et les partenariats plus formels, avec un contrat signé qui implique parfois des clauses relativement rigoristes à respecter; nombre de visuels, de Storys, date de publication, captures d’écran des stats de consultation de l’article, insertion d’un lien spécifique pour la redirection afin de comptabiliser le trafic exact que vous générez pour la marque. Parfois dans ce type de partenariat, la marque vous propose un scénario pour la mise en scène des produits ou une charte graphique à respecter, des # à ajouter, des liens ou des visuels à intégrer.

Les premiers sont de plus en plus rares depuis que les marques délèguent les relations blog/influence à des agences dites spécialisées. Tout est-il que chez nous, les partenariats du blog sont mentionnés dans les articles, d’une part parce que c’est la loi, mais aussi parce que c’est important d’être transparentes avec vous; cela étant, il y en a peu, donc ce n’est pas contraignant.

Qu’en est-il sur le blog ? MDIAQ est-il financé ? Comment gérons-nous les partenariats ?

Le financement : Le bon fonctionnement du blog coûte 400 euros annuellement; il est financé en interne; concrètement, ça veut dire, que c’est nous qui prenons en charge son financement, sur nos fonds personnels; nos sous , nos deniers, nos piécettes et nous en sommes fières ! Nous avons toujours refusé les rémunérations et les affiliations; de fait, les codes promos que vous pouvez trouver sur le blog n’engendrent pas de bénéfices ou de versements financiers pour le blog. Lorsqu’on nous propose un % sur les achats générés, nous refusons, pour deux raisons; la première est éthique, la seconde est la liberté; car le blog est un loisir et non un job; nous avons à cœur de partager et de créer avec et pour vous; et nous ne sommes pas à l’aise avec l’idée de nous faire de l’argent sur cette relation; aussi, nous souhaitons garder notre liberté et notre libre arbitre; donner notre opinion en toute objectivité sans contrainte, censure ou obligation; car très souvent dans les contrats ou partenariat en général, établis entre vous et une marque, vous ne pouvez pas “exprimer un avis défavorable” sur les produits réceptionnés, du moins, pas publiquement.

Le travers de ce type de système, les partenariats rémunérés; c’est que cela devient une source de revenus complémentaires, et que les produits présentés ne sont pas forcément ceux qui auraient été achetés, ou tout simplement pas ceux qui font réellement partie du quotidien de la personne qui vous en vante les mérites; par chance ce n’est pas le cas de tous, il y a des blogueuses pratiquant l’affiliation et la rémunération avec une très grande rigueur sur le choix des partenariats acceptés, mais malheureusement, il y en a d’autres dont l’éthique peut soulever de réelles questions, notamment lorsqu’il est question d’enchainer les marques alimentaires et plus spécifiquement, les croquettes.

Aussi, par ce système de rémunération et d’affiliation; beaucoup de petits blogs sont nés, avec pour motivation première d’engranger un revenu complémentaire pour le rédacteur. Du coup, dès le lancement, ils se distinguent par AMAZON en lien de redirection sur leur boutique influence en ligne; des bannières publicitaires partout, de la redondance dans les contenus, car le but étant non pas de produire un article de qualité ou de partager une expérience, voire un avis sur un produit testé, mais de concevoir une vitrine à liens menant à une commission. D’où, ils se distinguent par les contenus; très souvent génériques et peu personnels.

Nous avons voulu lancer une boutique AMAZON pour reverser aux associations mais le problème était que les seuls produits que nous pouvions intégrer étaient les livres présentés sur le blog, et le pourcentage sur ceux-ci était vraiment microscopique, ça se chiffrait en centimes… Nous avons donc rapidement arrêté ! Faire de la pub à Amazon pour les associations ok, on pouvait s’y faire, mais si ça ne rapporte pas c’est notre moral qui en prend un coup ! Je pense qu’en deux mois, on avait généré 6 euros …

Toujours sur la lignée des codes promos: D’un point de vue personnel; je me méfie des marques qui génèrent trop de codes promos; entendons, dont les influenceurs sont nombreux à proposer un code promo, en même temps, car cela implique que la marge bénéficiaire de la marque est importante; ce qui signifie que les produits sont vendus à un prix élevé qui pourrait être démocratisé mais qui ne l’est pas ! Je suis, comme vous, une consommatrice, et je n’aime pas être prise pour quiche lors de mes achats !

Les partenariats sur le blog : Il y en a très peu; nous en refusons beaucoup; notamment sur les croquettes, qui représentent au moins 40% des partenariats proposés; les compléments CBD sont la nouvelle mode, nous recevons des demandes toutes les semaines; nous n’acceptons les partenariats que si le produit pourrait faire l’objet d’un réel achat pour nous, si nous connaissons la marque pour avoir déjà acheté, du coup, dans le cas d’une nouveauté, si c’est quelque chose qui nous plait vraiment mais qu’il n’était pas dans notre budget actuellement !

Nos critères : Le produit est éthique ou responsable / les valeurs de la marque sont en adéquation avec les nôtres / on a suffisamment échangé pour que la collaboration soit enrichissante humainement / le produit n’entre pas en concurrence avec un autre ayant déjà fait l’objet d’une collaboration / le produit n’est pas redondant par rapport à nos articles récents; entendons, on ne va pas proposer toutes les semaines le même type de produits / on a joué carte sur table en indiquant que si ça ne nous convient pas, on n’en parlera pas et si on en parle c’est à notre manière / on s’assure qu’il ne s’agit pas d’un placement de produit massif, simultané chez plusieurs consœurs blogueuses en même temps; sinon ça sombre vite dans la propagande commerciale …

Les bonnes adresses qui figurent sur le blog, sont nos coups de cœur, il n’y a rien de financier, ni profit ni rémunération; pour faire simple, le blog ne génère aucun bénéfice; par contre, avec le temps, au fil des échanges nous avons sympathisé, humainement, on commande souvent sur les boutiques ou marques qu’on affectionne pour la qualité des produits mais aussi, pour les qualités humaines de ceux qui œuvrent en coulisses.

Lobbys et propagande …

Les campagnes massives; les produits qu’on nous martèlent en continu, toute la journée, partout, personnellement, pour moi, il n’y a rien de pire; à force de voir le même produit partout, ça me fait l’effet “non mais j’ai pas envie de l’acheter, tout le monde là … ” dans la série mouton, non merci ! D’où, il est important de bien choisir ses partenariats, même si parfois, notamment, au début, on ne se renseigne pas suffisamment avant d’accepter, erreur de débutant, on est content et on se rend compte par la suite, que le même produit est partout, que le contenu que vous avez passé des heures à produire passe inaperçu, ne suscite pas l’intérêt escompté parce que finalement il est déjà dépassé !

Les demandes de partages : Lorsque vous êtes blogueuses, vous recevez parfois des demandes de partenariats émanant de marques mais aussi de plateformes, qui vous proposent de publier un contenu sur votre blog, le but étant de faire la promotion de leur site et bien évidemment, de gagner en référencement. Ainsi, les champions dans le domaine, ce sont les assurances, l’éducation canine avec shop de formation en ligne et l’industrie pharmaceutique … Un blog n’est pas un site, c’est un support personnel; évidemment, on peut y inviter des professionnels pour qu’ils traitent d’un domaine qui ne relève pas de sa propre compétence, ou pour les mettre à l’honneur mais pour le reste, vous n’êtes pas un abri bus, ne vous laissez pas marcher sur les pieds !

Parfois si vous avez de la chance, histoire de pouvoir en rire, vous serez également contactés par des influenceurs; qui vous proposeront de promouvoir vos produits … Non mais, vous et moi savons que nous ne produisons rien, sauf que ces influenceurs vont très vite et lisent entre les lignes donc souvent ils nous prennent pour une boutique ou une marque; et nous propose de nous faire de la pub en échange de quelques produits ! Ce fut allègrement le cas au moment de la publication du DIY collier en perles, style Boho, des comptes m’on demandé d’envoyer un collier afin de promouvoir ma marque naissante … lorsque vous signalez que vous n’êtes pas une marque, que vous ne produisez et vendez rien, c’est limite si vous ne vous faîtes pas engueuler !

Traduction de l’Italien : Merci Google … exemple d’un message reçu sur Instagram cette semaine; j’ai choisi le plus récent mais nous en recevons de plus en plus !
Je me présente : je m’appelle Fabienne et je suis une fille qui gère deux pages Instagram relatives aux animaux, la mienne privée avec 1700 followers et celle avec qui je travaille qui en compte 3600. J’ai un diplôme dans une branche de la médecine vétérinaire et maintenant un indépendant travaillant dans le secteur animalier, pour le moment je suis principalement impliqué dans l’enseignement, en tant qu’éducateur canin. Je fais le calendrier de l’avent qui a commencé le 1er décembre et j’aimerais parler des cadeaux en une journée et indiquer d’éventuels conseils à mon public. Je souhaite collaborer avec votre entreprise. Si vous aimez l’idée, vous pouvez m’envoyer votre produit ou plus gratuitement et je les publierai dans mon profil, en parrainant votre marque.
De plus, je partagerai les “collaborations” dans les stories mises en avant afin que la photo de votre produit avec l’étiquette attachée reste toujours disponible. Et aussi conseiller verbalement mes clients, si par exemple vous souhaitez créer un code de réduction à mon nom je le ferai connaître à mes clients. Comme je le fais déjà pour d’autres entreprises de produits pour animaux de compagnie, les colombes donnent un pourcentage des ventes. Je reste à votre disposition pour toute information, clarification, voir un exemple de collaboration ou je peux déjà créer un exemple de collaboration spécifique avec vos produits, plan éditorial à mettre en place ensemble. Merci beaucoup pour l’attention Fabienne

Voilà, voilà …

On en vient à la partie racket; parce que bien évidemment, c’est incontournable et malheureusement, ça contribue à donner une mauvaise image des créateurs de contenus avec une éthique; les marques reçoivent en permanence des demandes de produits gratuits pour tester ou promouvoir; alors par pitié, si vous envisagez de vous lancer dans la création de contenus, ne courrez pas derrière la gratuité, produisez vos contenus par plaisir et laissez les marques venir à vous, si ça se fait tant mieux, si ça ne se fait pas, au moins vous n’aurez pas baisser votre pantalon en passant pour un gros vautour ! L’estime de soi, c’est important dans la vie, mendier c’est dévalorisant pour vous, et c’est nuisible pour la communauté des créateurs de contenus. J’en vois aussi beaucoup qui pratiquent le harcèlement subtile, qui s’abonnent à des marques, commentent comme des malades, partagent les posts en Story, dans le seul but d’attirer l’attention sur leur compte, l’objectif étant à nouveau, d’obtenir des trucs gratuits, les marques ne sont pas dupes et vos abonnés non plus; ils profitent de vos concours mais en parlent par derrière; de même, on en voit qui se jettent sur une marque après le partenariat d’une consœur comme offusquée que l’on ne lui ait rien proposé, ou pour tenter d’obtenir l’équivalent; c’est pathétique et ça ne trompe personne sur votre mentalité ! Sous couvert de mettre en avant les petits créateurs, blablabla, c’est un véritable racket organisé …

Les concours à trois conditions : S’abonner – inviter – partager … ne sont pas lancés pour remercier une communauté, ils servent à gagner en visibilité et en abonnés; les comptes qui les lancent à la chaîne sont en quelque sorte boulimique de visibilité; vous direz actuellement, j’en fais un identique sur Instagram pour les médailles; cela étant, je le fais pour remercier la marque de notre collaboration, en finançant moi même le lot, qui sera commandé par mes soins chez elle; si j’impose les conditions c’est pour lui faire gagner des abonnés et de la visibilité car de mon côté, par respect, je m’abonne aux nouveaux comptes qui me suivent pour le concours, … je trouve ça trop prétentieux et gênant de dire, suivez-moi mais je suis au-dessus de vous donc ne vous attendez pas à la réciproque. Je suis qui pour faire des trucs pareils ? si c’est un compte chien, si je vois de la bienveillance, je m’abonne, du coup, ce concours m’aura fait gagner des abonnés auxquels je suis moi-même également abonnée !

La sur-inspiration qui traduit un manque d’inspiration …

ou l’univers des coquilles vides !

C’est malheureux mais c’est une réalité, vous ne pourrez pas empêcher les autres de vous copier; on parle de plagiat quand l’intégralité ou une partie est copié; lorsque quelqu’un s’approprie votre contenu sans vous citer en source; on peut également évoquer l’inspiration qui irise le poil, et qui est parfois à la lisière de la copie; il peut s’agir du design de votre blog, de vos thématiques, de vos sujets d’articles; de vos expressions … Je pense que toutes les créatrices de contenus y sont confrontées; malheureusement jusqu’ici je n’ai pas trouvé de solutions lorsqu’il s’agit de forte inspiration; j’ai listé les IP, car bien souvent ils s’abonnent à votre blog pour être informés des nouveautés; évidemment, on est tenté de les balancer, en pâture, sur les réseaux sociaux, mais à quoi ça servirait ? Le plus simple étant d’ignorer ce que font les autres, de suivre son propre chemin; pour votre santé mentale c’est salutaire !

Cela étant, si le plagiat est avéré et peut être prouvé; par exemple une appropriation de vos contenus; sachez que a violation des droits d’auteurs est constitutive du délit de contrefaçon puni d’une peine de 300 000 euros d’amende et de 3 ans d’emprisonnement (CPI, art. L. 335-2 s.).

Le pire étant que bien souvent, qu’ils vous suivent, notamment sur les réseaux, tentent de faire copain, vous félicitent pour vos contenus, ou au contraire, vous ignorent complètement sans jamais interagir et juste après ils vous pompent … ne pensez pas qu’un blog ne sera copié que par un autre blog; il peut également aisément devenir le WIKIPEDIA d’un Podcast, d’une chaine YouTube, d’un compte Instagram, voire du blog d’une marque ou d’une boutique en ligne. Malheureusement, bien souvent, ces personnes sont tellement égocentriques, qu’elles ne se rendent même pas compte qu’en voulant monter les marches de l’échelle, elles vous piétinent au passage !

Vous pouvez les repérer facilement, ils sont sur toutes vos Storys mais jamais sous vos publications et rarement dans l’interaction, la discussion ou l’échange; lorsqu’ils vous contactent c’est pour avoir une information ou pour attirer l’attention sur eux dans vos publications parce qu’il y en a peu de réactions sur le moment, c’est d’ailleurs souvent sur vos partenariats, pour signaler qu’ils trouvent le produit “super” sous-entend “moi aussi, j’ai un compte, regardez-moi”; vous constaterez rapidement que les contenus qu’ils produisent sont inspirés par vos propres contenus et toujours ultérieurs; un autre exemple; ainsi, j’avais été contacté par quelqu’un qui fait de la vente en ligne, notamment, une box à friandises, je ne donne pas le nom, le but n’étant pas de lui nuire, et qui me demandait la marque du biscuit de Queeny dans notre story, je lui réponds et la redirige vers l’article blog; elle me remercie et m’indique que ça sera top pour son chien. Un mois après, elle publie un post en introduisant les fameuses friandises et en indiquant “j’ai déniché une nouveauté…” bon bien … voilà, voilà, de rien, merci d’être passée !

Ce n’est pas un cas isolé et ça arrive souvent; mais ce phénomène ne touche pas que les créateurs de contenus …

E-shop canin …

Un concept qui a beaucoup changé, pas forcément en bien !

La multiplication des petites boutiques en ligne; phénomène renforcé par le confinement; génère des tensions, visibles sur les réseaux sociaux; entre ces boutiques mais aussi, entre les influenceurs qui les soutiennent; aussi, pour le consommateur c’est dommageable et peu motivant de retrouver les mêmes produits partout; lorsqu’ils se lancent, ils font une promotion de fou en indiquant qu’ils sont dénicheurs de nouveautés; alors perso, j’ai presque envie de leur demander s’ils les dénichent chez le concurrent en place depuis plus longtemps parce que rien de nouveau à l’horizon; si ce n’est le même style, les mêmes produits, les mêmes codes… Du coup, sur le blog, nous évitons de promouvoir des concurrents directs, on tente d’être cohérentes et surtout équitables, si on fait la promotion d’un produit on indique l’URL de la boutique sur laquelle nous l’avons acheté; évidemment, pour nos achats nous sommes toujours à la recherche du prix le plus intéressant; cependant, depuis quelque temps, on a tendance à privilégier celui qui avait le produit en premier; même si cela implique de payer 1 euro de plus; ça peut paraitre stupide, mais nous sommes fidélisées à certaines boutiques en ligne et on souhaite se montrer justes et équitables dans les références à donner.

Le fonctionnement de MDIAQ est différent d’autres blogs; en fait, chaque blog est différent, mais pour nous c’est le concept qui diffère car nous sommes un collectif, nous sommes trois, nous avons la chance de pouvoir compter les unes sur les autres, de vivre les bonnes et mauvaises expériences ensemble; de nous concerter, de prendre les décisions collectivement; d’avoir chacune notre univers, et de ne jamais nous tirer dans les pattes ! Un blog thématique “canin” ne vit pas forcément les mêmes expériences qu’un blog lifestyle ou mode; les secteurs étant différents; et dans les blogs canins il y a des distinctions, des spécificités, on peut en trouver plus dédiés au Dogfriendly, DIY, éducation, santé, associatif, etc… du coup, il n’est jamais possible de généraliser; par cet article, j’ai souhaité répondre aux questions qui m’ont été posées sur les réseaux sociaux; effectivement; il y a deux mois j’avais proposé de me poser des questions sur le blog via une Story Instagram; en réalisant la synthèse, j’ai préféré pondre cette introspection qui répond à l’intégralité des questions reçues. Il y a des blogueuses et influenceuses, même si je n’apprécie pas ce terme, dont la connotation est relativement péjorative pour la communauté concernée; bref, qui sont exceptionnelles dans le secteur canin, des créatrices de contenus qui produisent depuis des années; d’où, il est important de ne pas généraliser autour des polémiques “partenariats”, la majorité ne sont pas en quête de trucs gratuits, la majorité sont dévouées à leur communauté et uniquement guidées par l’envie de partager une passion, tant pour l’écriture, en ce qui concerne les blogueuses, que pour la vidéo concernant les youtubeuses; la parole pour les Podcasteuses, ou encore, l’image pour les Instagrameuses, elles sont motivées par la création autant que par leur amour pour leur boule de poils;

You Might Also Like...

No Comments

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :