Dog's Mom Life Les indispensables du Train-Train Lifestyle/ Inspiration Ma salle de jeux

Les besoins de mon chien ; comment l’aider à les exprimer ? L’exemple de Fluentpet

13 juillet 2021

#Dogmomlife

On entend souvent dire ; il a tout pour être heureux ; mais le « tout » en perception humaine est parfois très éloignée du « tout » en perception canine ; aussi, il n’est pas rare de voir des Dogs qui effectivement, ont absolument « tout » pour ce dont on peut rêver matériellement mais ; rien pour en faire usage, et ainsi, se sentir comblé ; les besoins de nos chiens sont plus vastes qu’il n’y parait et plus complexes ; ainsi, un chien qui passera sa vie dans son jardin, aura beau avoir une montagne de brins d’herbe ; en sera-t-il comblé pour autant ?!

L’expression même de « combler » les besoins : Coule de sens ; le besoin est avant toute chose, un concept ; perçu et ressenti ; comme une nécessité pour un individu, qu’il soit humain ou canin, de répondre à un état de manque physionomique, psychologique, social, sécuritaire, etc… qu’il ressent comme étant indispensable pour regagner l’équilibre. Tant que le besoin n’est pas comblé, il ne peut passer à autre chose ; d’où, combler, c’est remplir un vide, un creux, que l’on ressent lorsqu’on a besoin de retrouver cet équilibre ; lui-même garant du bien-être qu’il soit physique ou psychologique.

Les besoins de mon Dog ; forte de ces convictions ; il nous faut maintenant nous positionner par rapport aux besoins de nos compagnons ; pour mieux les comprendre et pouvoir y répondre efficacement lors des sollicitations. Anticiper les besoins, c’est simplifier le quotidien de son chien.

Les besoins fondamentaux ; comme pour les humains peuvent être hiérarchisés ;

Comme pour notre pyramide humaine ; on attaque à la base ; pour pouvoir passer à l’étage suivant, il faut que les besoins du premier niveau soient comblés. Ce sont des besoins innés ;

Les besoins biologiques ; comportent deux échelons ; ce sont des besoins vitaux et indispensables ;

Les besoins physionomiques : On parle ici, de besoins basiques ; à savoir, respirer, se mouvoir, manger à sa faim ; une alimentation adaptée ; boire à sa soif, se reposer, pouvoir se soulager, donc, uriner et déféquer, et en certains cas, se reproduire.

Les besoins de sécurité : On parle ici de sécurité physique mais aussi, émotionnelle ; de fait, votre Dog doit se sentir en confiance ; serein, dans un environnement stable et sécurisant ; notamment, lorsqu’il est en phase de repos ; mais pas seulement, il doit aussi se sentir en confiance et en sécurité avec les personnes qui l’entourent.

Les mots-clés à mémoriser sont donc intimement liés à sa nature canine ; Alimentation ; soins, confort, bien-être, rythmes, repos, sommeil ; prédation ; confiance ;

Les besoins psychologiques : Qui peuvent varier en intensité d’un Dog à l’autre, selon sa race et ses prédispositions ;

Les besoins sociaux : Il a besoin d’interagir, nos compagnons sont des êtres sociaux ; de fait, il a besoin de côtoyer à la fois des congénères et des humains. La clé de ses besoins sociaux repose sur la communication ; il est important qu’il puisse s’exprimer et se sentir compris.

Les besoins d’estime : C’est un besoin bilatéral ; votre Dog a besoin d’être estimé, à sa juste valeur ; c’est-à-dire accepté pour ce qu’il est, tel qu’il est ; ce qui implique de ne pas stigmatiser ses comportements mais de travailler en renforçant positivement les améliorations ; d’un autre côté, il a besoin de développer sa propre estime de lui ; ce qui nécessite une valorisation et des réussites qu’il vous faudra orchestrer. Ainsi, lorsqu’il apprend, comprend, se dépasse ou entreprend avec succès ; votre Dog comble son besoin d’estime ;

Les mots-clés à conserver : Gestion des conflits ; codes ; communication et organisation sociale ; apprentissage ; cognitions ; progression ; sollicitation intellectuelle ; jeux ; expression ; compréhension ; personnalité, conscience ; respect ; perceptions, émotions ; considération, prise en compte des humeurs ;

Le besoin d’utilité;

Le pourquoi de sa présence ; selon la prédisposition et je parle de prédisposition et non de race car trop souvent on déduit que tel chien étant de telle race, inévitablement il a besoin de faire ça ; c’est souvent le cas, pour les races de chiens de chasse ; cependant, tous n’ont pas à cœur de s’y adonner. De fait, il est important de comprendre ; mais votre Dog, doit percevoir l’essence même de son existence ; être un pilier de la famille est un rôle qu’il pourra aisément endosser si vous lui accorder confiance et responsabilités. Pour être concrète, un chien a besoin de se sentir utile ; par exemple, lorsque je vais me baigner, je sollicite Queeny, pour surveiller mes affaires ou pour me surveiller durant ma baignade ; je la félicite de jouer ce rôle de gardienne pour moi, et je me repose sur elle en lui accordant toute ma confiance ; ce type d’action contribue donc à deux besoins, celui d’estime et celui d’utilité ;

Les mots clés : Accomplissement ; acculturation ; intégration ; légitimation ; multiculturalisme ; adaptabilité ;

On peut également intégrer le besoin d’activité ; qui contribue non seulement à l’estime mais aussi, à l’utilité ; car bien souvent les besoins psychologiques s’entremêlent ; aussi, on peut déterminer que selon l’âge et la morphologie du chien, il peut avoir besoin de deux à cinq heures d’activité ;

Parmi les activités possibles ;

Notons que les animaux non stérilisés ou castrés peuvent ressentir le besoin d’une activité sexuelle instinctive. Ce qui n’est donc pas le cas de tous ; étant donné, que bien souvent nos compagnons sont castrés ou stérilisés. Cependant, pour les dogs qui ne le serait pas, sachez que ce besoin non comblé, selon les chiens, peut constituer une source de frustration ; bouleversant ainsi, la pyramide en le confrontant à un besoin inassouvi.

L’activité locomotrice : Celle qui implique une dépense physique ; on entend donc, la promenade, la randonnés ; les baignades ; mais aussi, les sports canins ;

L’activité intellectuelle : Celle qui induit la réflexion, l’apprentissage ; mais aussi, les dispositifs occupationnels intelligent ; entendons, les jeux d’occupation qui creusent les méninges ;

L’activité de mastication : Elle libère l’endorphine ; qui permet à nos Dogs de se sentir heureux ; mâcher, ronger, grignoter contribue à leur bien-être.

L’activité d’expression : Il s’agit souvent d’une activité peu appréciée du voisinage, mais nos chiens ont besoin de s’exprimer, envers nous mais aussi, auprès de leurs congénères ; c’est pourquoi, lorsqu’un chien aboie dans son jardin, bien souvent, les autres du quartier emboite les vocalises ; c’est pourquoi, proposer un mode de communication différent à sa boule de poils ; est une manière de combler ses besoins.

Pour évoluer, progresser, s’épanouir ou tout simplement être heureux, nos compagnons ont besoin que nous, humains, répondions à leurs besoins ; et vous l’aurez compris ; ils sont multiples. Il ne suffit pas de remplir la gamelle et de faire un câlin le matin et le soir, entre deux pipis de nécessité autour de la maison ; nos chiens ont besoin de vivre intensément.

Communiquer un besoin ; communiquer sur ce dont on a besoin ; une nécessité …

Vous savez certainement que pour moi le libre arbitre de ma boule de poils compte beaucoup ; la laisser faire des choix et s’exprimer quant à ses besoins est pour moi une réelle priorité ; car je pense que cela contribue amplement à son épanouissement personnel, ainsi qu’à son sentiment d’intégration au sein de notre famille. C’est une forme de respect à son égard ; elle est un individu à part entière, à poils et sur pattes, certes, mais une entité ; sensible, doté de raison et pourvue d’une intelligence significative ; ce qui implique qu’elle ait conscience des éléments qui l’entourent et qu’elle soit à même d’apprécier ou non ; de souhaiter sur le moment ou non quelque chose ;

Comment nos compagnons communiquent-ils avec nous ? On dit souvent de nos boules de poils, qu’il ne leur manque que la parole … C’est exactement ça ; nos compagnons parviennent à se faire comprendre par le langage corporel ; des attitudes, des mouvements pour attirer notre attention sur un élément ; par exemple, lorsque votre Dog a faim, il peut s’installer devant sa gamelle et gratter celle-ci de la patte ; d’autres, plus expressif vocalement, peuvent aboyer pour attirer l’attention. Tout est-il que parvenir à se faire comprendre n’est pas toujours aisé lorsqu’il s’agit de désiderata plus complexe ; ainsi, nos compagnons sont dans la contrainte ; dépenser de l’énergie et redoubler d’ingéniosité pour que nous humains, parfois moins vifs, comprenions exactement leur souhait du moment. Par exemple, lorsque votre Dog souhaite sortir, il peut faire des aller-retours, entre vous et la porte ; aller chercher sa laisse et vous la déposer aux pieds ; de l’énergie et du stress ;

Energie de devoir déambuler jusqu’à ce que vous vous percutiez ; et stress de se sentir dans la contrainte de trouver rapidement un moyen d’être compris ; un peu comme nous, lorsque l’on joue à des jeux intenses tels que Pictionnary ; mais parfois, en prime, il doit retenir sa vessie de s’exprimer elle-aussi.

Chez le chien qui prend de l’âge, la tâche est parfois encore plus ardue ; car sa motricité et sa réactivité sont moins vives, elles le contraignent, à davantage d’efforts pour parvenir à ses fins.

Certes, avec le temps, on apprend à lire en son Dog comme dans un livre ouvert ; mais ils sont comme nous, les idées et pensées fusent à toute vitesse dans leur tête, les besoins évoluent selon le temps, l’heure, la période, ou même l’âge.

Une Dogmom au top de l’épanouissement de ses boules de poils m’a montré un dispositif qu’elle commençait à expérimenter avec ses compagnons ; et celui-ci semblait bien fonctionner pour elle ; j’ai donc tout naturellement décidé de tenter l’aventure avec Queeny.

On demande souvent à nos dogs de comprendre ce qu’on demande; de s’adapter à notre langage, ce qu’ils font d’ailleurs; cependant, lorsqu’ils doivent s’exprimer, il reste limiter dans les possibilités; lorsqu’ils aboient, ils se font sermonner; lorsqu’ils déambulent, on leur demande de se calmer; donc, ce n’est pas évident pour eux de communiquer! Cependant, il existe une autre alternative; à savoir, leur proposer un outil de communication commun;

Fluentpet est une marque américaine, basée en Californie ; je vous informe d’emblée que ce produit est MadeInChina ; mais de mon côté, n’ayant pas trouvé d’équivalent en Europe, cela ne me pose pas de problèmes, étant donné, que la marque s’engage à une juste rétribution des fabricants et un contrôle très rigoureux des matériaux, notamment, de la toxicité des composants. C’est donc un produit contrôlé, qui ne présente pas de dangers. D’autant que la marque espère prochainement pouvoir étendre sa production par l’implantation de sites US et UE. C’est pour cela, qu’actuellement votre colis sera expédié directement depuis Hong Kong, afin de gagner du temps dans son acheminement et de limiter l’empreinte carbone lors de celui-ci. Les tapis sont en PVC et en mousse EVA, caoutchouc ; c’est donc non toxique, quant aux buzzers, ils sont en plastique ABS avec des composants électroniques.

Ce dispositif a été conçu par Leo Trottier, un scientifique spécialisé dans le cognitif basé à San Diego, qui a travaillé en étroite collaboration avec Canine AAC Test Pilots, un groupe de personnes basé aux États-Unis, au Canada, en Suède, aux Pays-Bas, en Australie et au-delà, qui ont fait des progrès incroyables en apprenant à leurs chiens à utiliser les boutons sonores pour s’exprimer. Progrès pour au niveau du comportement, renforcement de la confiance, réadaptation, mais aussi, du développement cognitif de leurs compagnons. Le concepteur, Leo Trottier, développeur de FluentPet, est doctorant en sciences cognitives à l’UC San Diego. Il travaille avec le laboratoire de cognition comparative de l’UC San Diego pour mieux comprendre exactement comment les chiens et autres animaux utilisent et sont capables d’utiliser des boutons sonores pour s’exprimer. Pour plus d’informations à ce sujet, veuillez consulter How.TheyCanTalk vous pouvez même apporter votre contribution à l’étude menée dans le cadre de cette recherche.

Concrètement, qu’est-ce que c’est ? Ce sont des plateaux modulables composés de buzzers que votre Dog pourra actionner soit avec la truffe, soit avec la patte. Ces buzzers sont configuration en personnalisation ; c’est-à-dire, que c’est vous qui enregistrez la commande ou dans mon cas, le besoin auquel ils correspondent. C’est donc votre voix qui sera audible au moment que poilu actionnera ; et votre choix de correspondance pour le mot que vous aurez enregistré.

Ainsi, vous pouvez parfaitement les adapter aux besoins spécifiques de votre boule de poils ; dans votre pack, vous recevrez également une planche de petites étiquettes à coller ; selon que vous choisirez le recto ou le verso, vous pouvez utiliser des pictogrammes, entendons, des images qui correspondent à l’action ; ou des mots en anglais uniquement.

Comment les utiliser ?

Tout d’abord, il faut cibler les besoins, entendons, les actions récurrentes ; celles qui seront le plus utiles pour votre compagnon ; il est un fait que vous n’allez pas positionner 50 buzzers, du coup il vous faudra opérer des choix judicieux.

Lorsque vous avez déterminé la correspondance de vos buzzers ; par exemple, pour le premier « la faim ; l’envie de friandises », pour le second « l’envie de sortir se promener » ; pour le troisième « le souhait de voir des copains ou du monde». Pour cela, il vous suffit de tirer la languette, maintenir appuyer et enregistré votre mot clé ; évitez de faire trop long ou complexe et utilisez un vocabulaire qui est déjà acquis ; par exemple ; si habituellement vous utilisez le mot « biscuit », n’enregistrer pas « friandises » car il faut que votre Dog associe à quelque chose qu’il connait initialement ; sans cela, il vous faudra d’abord consacrer du temps à l’apprentissage d’un nouveau mot-concept ; avant de pouvoir passer au buzzer.

Ensuite, vos buzzer sont enregistrés ; et après ? Il vous faudra les intégrer progressivement dans le quotidien de votre compagnon. Entendons, un à la fois ; ne passez au second que lorsque la maîtrise du premier est acquise pour éviter toute confusion lorsque poilu doit exprimer son besoin.

Positionnez le premier tapis avec un seul buzzer ; en choisissant un lieu stratégique ; entendons, évitez les lieux de passage dans lequel poilu peut être mal à l’aise ; les lieux trop isolés où vous n’aurez pas la perception du vocal ; les lieux trop humides pour préserver vos buzzers dans la durée. Il faut qu’il soit accessible à poilu sans complication et audible de vous.

D’où, la durée de mise en place du dispositif dans son ensemble varie vraiment d’un poilu à l’autre, elle dépend des choix d’action que vous effectuerez ; et certains seront plus rapidement assimilés que d’autres. Par exemple, si vous souhaitez lui donner la possibilité d’exprimer « la peur » ou « la douleur », il vous faudra attendre qu’il se trouve dans cette situation pour travailler l’action de buzzer.

Pourquoi les utiliser ?

Ce dispositif permet d’exprimer et donc, de combler plusieurs besoins ; tout d’abord celui d’apprendre, car il s’agit d’un dispositif intelligent ; qui contribuera donc aux besoins psychologiques par l’apprentissage, mais aussi à l’estime de soi par la capacité à maîtrisé ce nouveau dispositif. L’épanouissement, quant à lui, découlera de la possibilité offerte à votre chien de communiquer plus aisément ; le fait que ce dispositif soit propre à votre duo et implique de travailler en amont pour le bon déroulement ; votre complicité n’en sera que renforcée. Il permet donc à votre chien de combler plusieurs besoins, d’apprendre, de s’estimer et de progresser, en ayant la possibilité non seulement de s’exprimer mais aussi, de se sentir compris dans son mode d’expression. Au-delà de la portée cognitive, il permet tout simplement à votre dog d’exprimer un besoin, une envie; et de l’obtenir à bon escient.

Nous avons commencé fin février, et nous n’en sommes actuellement qu’à trois buzzers ; il lui arrive encore, rarement, mais parfois de passer de l’un à l’autre, en oubliant lequel correspond à quoi, et ce, malgré le positionnement un plateau, un buzzer ; c’est tout nouveau pour elle ; du coup, elle a encore, les anciens reflexes de communication, il faut lui rappeler qu’elle a la possibilité de buzzer ; pas que Queeny soit Dori, mais c’est une boule de poils, qui a besoin de temps pour intégrer les nouveautés ; Le premier fut le plus long ; maintenant ça commence à fonctionner sans problème, je pense donc intégrer les trois derniers sur la période des vacances ; un par quinzaine, maintenant qu’elle maîtrise le concept ; en étant à la maison durant ce lapse de temps long, cela nous permettra de travailler ensemble et progressivement à leur intégration; elle alterne l’utilisation par patte ou truffe, mais c’est majoritairement à la patte qu’elle buzz.

Notons, que l’une des difficultés ; c’est de faire comprendre à votre Dog qu’il s’agit d’un dispositif de communication et non d’un jouet sonore ; il faut lui apprendre à ne pas le prendre en bouche ; à ne pas le croquer ; et là, je m’adresse davantage aux Dogmom de jeunes chiens ; Après il faut également lui apprendre la modération ; mon premier buzzer est le buzzer « friandises » j’ai pensé qu’étant gourmande cela faciliterait l’apprentissage ; effectivement, sauf qu’elle prenait plaisir à buzzer toute la journée… pour ceux qui me suivent ; vous savez que je surveille son poids de forme, étant prédisposée à l’embonpoint ; sur le coup, j’ai eu le sentiment d’avoir été « bête » quant à mon choix de commande pour une initiation ; car dans la frustration de ne pas recevoir systématiquement, elle réclamait à l’ancienne ; en grattant le placard à friandises ; rusée… vous dis-je !

Cependant, je ne voulais pas retirer les buzzers parce que ça aurait à l’encontre même du concept, à savoir, lui accorder davantage d’autonomie dans la communication ; si c’est pour qu’elle puisse s’exprimer mais que je le retire ; ça revient à dire… qu’elle n’est en droit de s’exprimer que lorsque je suis disposée à l’écouter. Loin de moi cette intention ;

J’ai donc intégré le second buzzer à ce moment-là ; pour contre balancer ; et la détourner de sa gourmandise ; « plage », un buzzer qu’elle a directement apprécié ; et un besoin qu’il m’était plus facile à combler. Ceux qui me suivent aussi, sur les réseaux sociaux ; on du voir passer cette période ‘par mes story) où je me retrouvais à la plage 10 fois sur la journée ; mais j’ai joué le jeu ; pour lui apprendre instinctivement la modération ; et c’est qui est arrivé ; d’elle-même, l’exaltation du début dissipé, est parvenue à s’équilibrer ; on est passé de 10 buzz à 3 ; et ensuite, à 2 en l’espace de 3 semaines.

Ce premier buzzer « friandises » qui répond à un besoin physiologique de faim (gourmandise ok, mais pour elle, c’est vraiment un bonheur) ; donnera lui, à un quatrième buzzer sur la vraie faim « manger gamelle », ce qui lui donnera la possibilité de faire consciemment la distinction entre la faim et la gourmandise ; c’est un travail que je voulais effectuer depuis longtemps, et qui s’en verra grandement facilité grâce au dispositif.

Le second buzzer « plage » permet, quant à lui, de combler un besoin psychologique d’activité et d’exploration étant donné que la plage donne sur les sentiers, la forêt et le bois ; du coup, c’est toujours notre point de départ aux promenades. De là, elle peut choisir la direction ; si le point départ avait été le bois ; c’est cette commande qu’il m’aurait fallu intégrer, à la place de plage ; mais lorsque nous descendons le chemin de la maison, c’est depuis la plage que l’on rejoint tous les autres lieux d’exploration.

Le troisième buzzer est voué au « repos » ; je sais qu’à certains moments, elle apprécie d’avoir la paix, même si cette perspective me déplait, Queeny approche des 7 ans, le repos et le sommeil sont donc importants pour elle ; il lui arrivait de pleurnichait le soir devant la télé ; en fait ce qu’elle voulait c’était d’être accompagnée au dodo ; même si je ne reste pas, elle apprécie que je m’installe deux minutes à côté d’elle, que j’allume la lumière de la chambre, que je ferme les volets ; elle fausse compagnie pour aller dormir, mais cela implique des petits rituels ; cependant, le soir j’étais toujours dans l’hésitation, est-ce pour faire pipi, est-ce pour son gâteau du soir, pour dodo ? Maintenant les choses sont claires ; si c’est sa friandise du soir, elle buzz ; si c’est son dodo, idem, elle buzz ; si c’est pipi, elle s’installe devant la porte du jardin ; plus de confusions possibles. Ce buzzer sera aussi à exprimer qu’elle veut la paix, notamment lorsqu’il y a du monde à la maison ; elle l’actionne avant de s’éclipser dans la chambre ou la chambre d’amis où se trouve mon bureau. Ce buzzer sert également à marquer la fin d’une activité; elle s’en est d’ailleurs servie lorsque j’avais deux amis et leur chien à la maison; je pense qu’elle voulait du calme, après trois heures c’était sa manière de dire… “rentrez chez vous” LOL

Le cinquième buzzer sera destiné aux interactions ; elle connait le mot « copain » qu’elle associe à deux de ses amis ; cela lui permettra d’exprimer quand elle souhaite les voir pour jouer ou se promener ensemble. Un poilu unique comme elle, a d’autant plus besoin d’interaction sociale; mais je trouve intéressant qu’elle puisse choisir les moments; ou dirons-nous les jours où elle a envie de voir du monde; car ce n’est pas toujours le cas. Quant au sixième buzzer, j’ai dans l’idée de l’associer « je ne suis pas bien » ; qu’elle connait déjà et associe à la peur, la douleur ; au bobo, ou au mal-être qui pourrait aussi bien exprimer la détresse physique que la détresse psychologique ; comme une peur ou une blessure. Là, je pense notamment aux orages, elle sait bien avant moi qu’ils approchent, ils sont fréquents chez nous, ça me permettrait d’être plus réactif dans la mise en place de son plan de soutien émotionnel.  Je sais que la période des orages approche, nous allons donc pouvoir l’intégrer …

J’ai dans l’idée de compléter par la suite ; les buzzers peuvent être achetés individuellement, donc, c’est libre à vous d’en intégrer davantage. Pour le moment, j’utilise deux buzzers par tapis ; d’où la localisation à différent endroit de la maison ; « repos » et « friandises » à proximité de la cuisine car elle passe par là, pour atteindre le bureau où elle apprécie d’aller se reposer. « Faim » viendra les rejoindre. Un tapis avec le buzzer « plage »,  à proximité de la porte d’entrée, où se trouve son harnais et sa laisse ; « copain » viendra le rejoindre. Le « pas bien » sera, quant à lui, positionné sur le troisième tapis et installé dans la chambre d’amis où se trouve mon bureau car elle en a fait sa « PanicRoom » il y a de cela plusieurs années. Du coup, seront intégrés; le bain, le câlin, le oui, le non, ce qui nous permettra d’introduire des choix; le jouer ensemble, etc..

Les packs sont vendus exclusivement sur la boutique officielle, la livraison est un peu longue mais ça vaut vraiment la peine d’attendre ; il a fallu attendre un mois ; parfois les produits sont disponibles uniquement en pré-commande.

Vous pouvez acquérir les éléments suivants :

Pack de 2 tapis et 2 buzzers, vendu 25.17 euros ; -Pack de 3 tapis et 6 buzzers, vendu 67.18 euros ; c’est celui que nous avons à la maison ;– Pack de 6 tapis et 12 buzzers, vendu 109.24 euros– Pack de 10 tapis et 32 buzzers, vendu 164.65 euros

Le buzzer est vendu séparément 10.88 euros ; le pack additionnel de 18 buzzers, vendu 109.19 euros. La planche de pictogrammes, vendue 4.16 euros ; le tapis, quant à lui, peut être acheté séparément 12.56 euros.

Sur le site vous pouvez également trouver des tapis pour buzzers plus gros, dits de de transition ; qui peuvent être utilisés par exemple pour exprimer le oui et le non ; et des grilles de protections pour vos tapis et buzzers ;

Je suis complément adepte de ce concept ; non seulement c’est enrichissant de pouvoir travailler avec elle à l’assimilation de ce nouveau dispositif, je vois qu’elle s’amuse, qu’elle est heureuse d’apprendre et de pouvoir exprimer plus clairement certains besoins par l’intermédiaire des buzzers. Des deux côtés, moins de frustrations liées à l’incompréhension ; je vivais mal le fait de ne pas comprendre directement ce qu’elle voulait obtenir ; de son côté, ça devait être tout aussi frustrant de se mettre en quatre pour me faire comprendre de quoi il s’agissait. J’ai vraiment ciblé notre configuration selon les demandes exprimées le plus fréquemment par ma boule de poils, dans notre quotidien ; mais ce type de dispositif est totalement appropriable, personnalisable et évolutif ; 

Conseils : Faites attention à ne pas déplacer involontairement vos buzzers ; voire, même le tapis ; car c’est devenu un repère pour elle, son mode de communication ; j’avais alterné sans le vouloir en effectuant le grand nettoyage, on a connu une petite crise existentielle ou elle semblait avoir perdu ses repères en passant d’un tapis à l’autre ;

Cependant, si votre Dog pose les pattes ou même la truffe, il est important de veiller à l’entretien du tapis et des buzzers, pour qu’ils ne soient pas un nid à poussières, ou bactéries. Personnellement, je passe avec un torchon à peine humide, pour les nettoyer une fois par semaine. En me montrant très vigilante à repositionner exactement au bon endroit.

N’hésitez pas à revenir sur cet article, il sera complété ultérieurement, avec notre progression sur les nouveaux buzzers qu’il nous reste à intégrer.

Queeny & L'humaine
Queeny & L’humaine

𝘘𝘶𝘦𝘦𝘯𝘺, 𝘤𝘳𝘰𝘪𝘴𝘦́𝘦 𝘈𝘒𝘈 𝘱𝘢𝘶𝘱𝘪𝘦𝘵𝘵𝘦 e𝘵 𝘴𝘰𝘯 𝘩𝘶𝘮𝘢𝘪𝘯𝘦 💬𝙵𝚘𝚗𝚍𝚊𝚝𝚛𝚒𝚌𝚎 𝚍𝚎 𝙼𝙳𝙸𝙰𝚀 𝚎𝚗 𝟸0𝟷𝟼 𝗥𝗲́𝗱𝗮𝗰𝘁𝗿𝗶𝗰𝗲𝘀 𝗕𝗹𝗼𝗴 & 𝗠𝗮𝗴 𝟭𝟬𝟬% 𝗗𝗼𝗴𝗺𝗼𝗺𝘀 ◽Dღɢℓɨƒєsтγℓє / Иєωs◽ 𝑅𝑢𝑏𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠 𝑝ℎ𝑎𝑟𝑒𝑠 : 𝑊𝑖𝑠ℎ𝑙𝑖𝑠𝑡, 𝑏𝑜𝑢𝑞𝑢𝑖𝑛𝑒, 𝐷𝑜𝑔𝑠𝑚𝑜𝑚𝐿𝑖𝑓𝑒,..

No Comments

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :