Mini Bouquine On bouquine ?

Petit chien rêve d’une maison

13 février 2021

#BOUQUINE

P’ti d’homme aussi … !

Les ouvrages pour enfants recommandés sur le blog sont peu nombreux; cela étant, on y travaille; de fait,je suis très contente de pouvoir vous parler d’une véritable pépite dénichée dernièrement; pour P’Ti d’homme, ses parents, et sa boule de poils ! Un gros coup de cœur pour moi, la découverte est vraiment à partager, je vous explique pourquoi …

Présentation de l’ouvrage

Petit chien rêve d’une maison- texte de Maya Dalagchéva, illustrations de Névéna Angélova, dimensions 23 x 26,5 cm, livre cartonné, couverture rigide, 44 pages. isbn : 978-2-37147-017-0 aux Editions Elitcka, livres pour enfants.

“Petit Chien vit dans la rue. Son voeu le plus cher ? Trouver une maison et une famille. Plus de temps à perdre, il part à leur recherche. Il s’arrête devant l’école, questionne le marchand de glace, passe devant l’hôpital, visite le cirque – sans succès. Mais son voeu est toujours là, envers et contre tout. Petit Chien va-t-il trouver une famille ?”

Pour information : Cet ouvrage a obtenu le prix littéraire bulgare des enfants Bissertché valchebno (Perle magique) en 2020.

Il est vendu 15 euros sur le site des Editions Elitchka

Les Editions Elitchka

Maison d’éditions créée en 2013, est une maison d’éditions alsacienne à vocation transeuropéenne qui présente, en toute indépendance, des textes d’auteurs jeunesse de Bulgarie, classiques et contemporains, illustrés par des artistes français et bulgares.

Certains des auteurs figurent sur la liste d’honneur de l’IBBY (Conseil international du livre pour la jeunesse) ou sont nominés pour le prix ALMA Astrid Lindgren.

Leurs coups de cœur tracent notre ligne éditoriale – la liberté, le droit de désobéir, la force créative, le voyage initiatique.

« ELITCHKA » désigne en bulgare le petit sapin, l’arbre toujours vert,beau et immuable. Elle est le regard de l’enfant qui ne juge pas le monde, mais y puise sa force. Tel un pont jeté d’un bout à l’autre de l’Europe, ELITCHKA est le lien entre un pays d’origine et un pays d’adoption.

Source

Plongez dans l’univers de l’ouvrage en images

Autrice et illustratrice

Autrice : Maya Dalgachéva est née en 1967 à Stara Zagora, en Bulgarie. Elle est l’autrice de trois recueils de poésie, d’une multitude de contes pour enfants, de devinettes et de poèmes, de pièces de marionnettes, de chansons, et collabore dans des projets éducatifs. Ses œuvres font partie des manuels de littérature bulgare pour les classes primaires, ainsi que des manuels de musique pour débutants. Maya Dalgachéva est nominée pour le prix ALMA – Astrid Lindgren en 2019 et 2020. Elle a reçu une dizaine de prix nationaux prestigieux, dont le prix Konstantin Konstantinov, catégorie Auteur jeunesse, en 2009 et le prix Zlaten vek du ministère de la Culture de Bulgarie pour sa contribution au développement de la culture dans son pays.

Source

Illustratrice : Névéna Angélova (1974) est peintre et illustratrice bulgare, diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Sofia où elle enseigne aujourd’hui. Elle a réalisé le design et les dessins de nombreux ouvrages dans son pays. En tant que peintre, Névéna s’exprime à travers l’art abstrait. Ses illustrations, gaies et originales, mélangent dessin, collage et photo.

Source

Des interviews courtes de l’autrice et illustratrice

Mon avis ?

Un contenu découverte sociétale : Le conte dans sa tradition la plus ancestrale, était jadis un vecteur de connaissance et de tradition dont la transmission s’effectuait à l’oral; avec le temps, il fut retranscrit; son passage de l’oralité à l’écrit s’accompagna de gravures, et ensuite d’illustrations, ou plus récemment, support 3D; ce qui permet d’accentuer voire de renforcer la rencontre de l’imaginaire pour petit d’homme; Certes, initialement la majorité des contes étaient porteurs de leçon de vie, et bien souvent destinés aux adultes; il n’en demeure pas moins source d’enseignement pour l’enfant. Du récit initiatique au récit formateur, il n’y a qu’une “page”; le conte permet à l’enfant de se construire, d’apprendre, de dépasser ses peurs, en certaines circonstances, il peut également contribuer à relativiser sa propre existence, ou à vivre de grandes aventures en s’identifiant au héros de l’histoire. En ce sens, je trouve ce récit très intéressant; il reprend effectivement les caractéristiques du conte; il était une fois, il ne peut être ancré dans une temporalité ou être localisé de manière précise; il s’agit d’un bestiaire, dans lequel, le héros “petit chien” est sujet à l’anthropomorphisme (comme dans les fables), tout comme les objets sont personnifiés; les portes parlent et lui donnent des indications sur la raison pour laquelle il ne peut s’installer dans le bâtiment qu’elles représentent. Ainsi, durant le parcours de petit chien, l’enfant apprend la fonction de plusieurs édifices communs à toutes les villes voire village lorsqu’ils sont bien pourvus, au-delà desquels, il assimile des us et coutumes courants de nos sociétés contemporaines;

Un contenu sensibilisant et porteur de valeurs : Ainsi, petit chien est un chien des rues, un “sans famille”, qui mène une quête; à savoir, trouver un foyer. Je trouve cette thématique intéressante, elle permet à l’enfant de développer des capacités émotionnelles; telles que l’empathie ou encore, la solidarité. Cette histoire permet également d’introduire la cause animale dans la vie de l’enfant par un échange en amont ou en aval de la lecture. Pourquoi certains chiens vivent la rue, quelle attitude adopter lorsque l’on croise un chien errant, de quoi un chien a-t-il besoin pour être heureux ? Tant de questions qui peuvent aisément trouver réponse en portant attention aux réflexions de petit chien durant son périple; renvoyant l’enfant aux sentiments qu’il exprime face au refus ou encore, à ses aspirations profondes lorsqu’il rêve. Au-delà de ces aspects, j’ai particulièrement apprécié l’approche subtile du cirque, l’attitude de petit chien traduit une réalité qu’il est fondamentale de relayer auprès des enfants “les animaux ne souhaitent pas vivre en faisant le spectacle pour les humains” ; en ce sens, ce récit permettra, notamment, aux parents qui souhaitent expliquer à leurs enfants, pourquoi ils ne les emmènent pas au cirque ou au zoo; quelles sont les raisons profondes de ce choix. Ce dialogue est à encourager dans les familles; il est essentiel d’aider les enfants à intellectualiser des concepts parfois complexes qui sont cependant inhérents à la cause animale et aux choix qui en découlent lorsque l’on souhaite rester fidèle à ses convictions mais que l’on a un enfant qui, tout naturellement, souhaite découvrir des activités pratiquées par les copains, comme une visite au cirque ou au zoo.

Personnellement, je pense que le dialogue et l’information sont essentiels, après, il faut aussi accepter que l’enfant doit être en mesure de faire ses propres choix; de développer ses propres convictions, adhérer ou non en développant son libre arbitre, et ce, même s’il n’est pas en adéquation avec le nôtre. Ce livre me plait donc beaucoup parce qu’il est une fenêtre ouverte vers plusieurs thématiques qui peuvent alimenter le dialogue dans la sphère familiale ou à l’école.

Aussi, l’hôpital ‘lieu sans vie” peut permettre, d’aborder des thématiques parfois compliquées, à savoir: la maladie, la mort; en ces temps troubles de pandémie, les enfants, par ce qu’ils entendent dans les médias, à l’école ou en mode furtif lorsqu’ils épient les discussions des adultes, peuvent se poser des questions, sans pour autant les aborder de manières directes au quotidien; le livre peut être une opportunité pour eux de libérer la parole sur des incompréhensions ou des questionnements relatifs à la maladie.

Un contenu ludique : Outre l’histoire, il y a également le plateau arrière qui permet de lire l’histoire dans l’ordre chronologique ou dans le désordre; il est parfaitement possible de matérialiser la ville et donc retracer le parcours de petit chien à l’aide de jouets ou en atelier bricolage. L’enfant peut également ajouter des étapes au parcours de petit chien; un atelier écriture est donc parfaitement envisageable afin d’ajouter une étape à l’histoire, il s’agit là de solliciter l’imaginaire de l’enfant; Demander à l’enfant de raconter l’histoire en reprenant les étapes, permet notamment de renforcer sa maîtrise du champ lexical de la ville; vérifier sa bonne compréhension des inférences; la reformulation est salutaire de l’enrichissement du vocabulaire et du renforcement de la bonne compréhension d’une histoire. Il peut même être envisagé de demander à l’enfant d’imaginer la suite de l’histoire, la nouvelle vie de petit chien. D’où ce livre est une véritable pépite pédagogique qui permet plusieurs activités en prolongement de sa lecture initiale. Le vocabulaire utilisé est riche et pertinent, tout en étant accessible aux enfants, la syntaxe est parfaitement adaptée; la mise en page claire et cohérente.

Un univers artistique fort : Niveau visuel, ce livre est absolument superbe; il y a un mélange de croquis, collage, construction, subtile qui rend extrêmement bien, visuellement, c’est un plaisir à parcourir; très créatif et très inspirant tant pour l’enfant que pour l’adulte; en ce sens, l’univers artistique et graphique peut entraîner un atelier créatif en complément du premier prolongement suggérer; par exemple: si petit d’homme ajoute une étape à l’histoire, pourquoi ne pas la construire, la dessiner, la matérialiser en famille ? Photographie, collage, dessin, ce livre est véritablement nourricier de créativité; c’est une invitation aux arts plastiques pour toute la famille.

En résumé, ce livre est absolument génial, pour petit et grand, il offrira de beaux moments créatifs, imaginatifs en famille; sans oublier poilu, car il faut le reconnaître ce petit chien est vraiment attachant ! On espère franchement qu’il aura droit à sa suite, car j’ai très envie de découvrir les prochaines aventures de petit chien, même si désormais, il a une belle niche au toit rouge et une main qui le caresse; sans spoiler, rassurez-vous c’est une Happy End pour lui !

INFORMATION IMPORTANTE

En ce moment

La Maison d’éditions Elitchka a lancé une campagne Ulule afin de compenser les pertes occasionnées par la pandémie; effectivement, la majorité des salons littéraires ont été annulés. Il est donc très difficile pour les petits éditeurs indépendants de promouvoir leurs nouveautés et surtout, de rentrer dans les frais permettant de nouvelles éditions.

Les contreparties sont très intéressantes et mêmes solidaires; par exemple, pour 10 euros vous pouvez offrir le livre à une association travaillant avec des enfants en difficultés, ainsi votre achat bénéficiera à un enfant directement; pour 21 euros vous pouvez acquérir le livre pour vous même ou pour l’offrir, il vous sera expédié par la poste; il s’agit du pack “petit chien prend le bus” qui comporte :  1 livre + 3 cartes + 1 crayon + 1 fond d’écran par mail.

D’autres contreparties :

Attention, il ne reste que 7 jours pour participer à la campagne, les contreparties sont expédiés sur le mois de février, vous pourrez donc bénéficier rapidement de votre (vos) livre (s) selon la formule choisie.

Queeny & L'humaine
Queeny & L’humaine

𝘘𝘶𝘦𝘦𝘯𝘺, 𝘤𝘳𝘰𝘪𝘴𝘦́𝘦 𝘈𝘒𝘈 𝘱𝘢𝘶𝘱𝘪𝘦𝘵𝘵𝘦 e𝘵 𝘴𝘰𝘯 𝘩𝘶𝘮𝘢𝘪𝘯𝘦 💬𝙵𝚘𝚗𝚍𝚊𝚝𝚛𝚒𝚌𝚎 𝚍𝚎 𝙼𝙳𝙸𝙰𝚀 𝚎𝚗 𝟸0𝟷𝟼 𝗥𝗲́𝗱𝗮𝗰𝘁𝗿𝗶𝗰𝗲𝘀 𝗕𝗹𝗼𝗴 & 𝗠𝗮𝗴 𝟭𝟬𝟬% 𝗗𝗼𝗴𝗺𝗼𝗺𝘀 ◽Dღɢℓɨƒєsтγℓє / Иєωs◽ 𝑅𝑢𝑏𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠 𝑝ℎ𝑎𝑟𝑒𝑠 : 𝑊𝑖𝑠ℎ𝑙𝑖𝑠𝑡, 𝑏𝑜𝑢𝑞𝑢𝑖𝑛𝑒, 𝐷𝑜𝑔𝑠𝑚𝑜𝑚𝐿𝑖𝑓𝑒,..

No Comments

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :