My Queen et les associations On bouquine ?

Orphée de Nicolas Ellul

14 novembre 2020

#Bouquine

En littérature, bien plus qu’ailleurs; j’aime qu’on me bouscule, me sorte de ma zone de confiance, me fasse vivre de nouvelles expériences; vivre et ressentir ce qu’explore les personnages, je veux me sentir actrice d’une introspection réelle; cependant, au fil des ans, cela devient plus compliqué d’y parvenir; jusqu’à ce jour, où on m’a glissé Orphée entre les mains… Verdict ? Une expérience littéraire unique et magistrale ! Je vous en parle…

Orphée un livre ? C’est difficile de classer Orphée, c’est un scénario, une pièce en devenir; une réunion d’individus; en tout cas, une chose est certaine, c’est tout sauf un simple livre, dont on fait défiler les pages. C’est vivant et déconcertant, ça bouscule les codes et ça permet de s’immerger pleinement dans l’épisode de vie des protagonistes.

Bonus: Orphée est une expérience littéraire musicale, certains passages sont accompagnés d’une chanson; des référents culturels variés, très adaptés aux situations vécues par les personnages; du bon son, il en découle de l’émotion et une réelle cohérence avec le ressenti suscité par le récit; J’étais très surprise d’y retrouver certaines de mes chansons “CULTES” et ravie, de pouvoir les associer à ce cheminement introspectif sollicité; car cet ouvrage propose bel et bien un double cheminement; la trame, l’histoire, celui mené par les personnages; mais aussi, celui qui fera écho au lecteur, qui le mènera dans les méandres de sa conscience; de son intellectualité;

Pour que vous puissiez profiter pleinement de l’expérience, on vous a préparé la Playlist Orphée CLIC

Présentation de l’éditeur

Vérone Editions, une maison pas comme les autres; lancée en 2013, elle promeut les ouvrages d’auteurs méconnus (pour le moment); permettant ainsi, à la littérature de rester accessible tant dans sa production que dans sa diffusion, à un très vaste public; tout aussi éclectique. Ce qui favorise le lancement de jeunes auteurs; et la naissance de véritables perles littéraires, qui n’auraient peut-être jamais vues le jour sans eux !

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur

“Parfois dans la vie, il suffit d’une rencontre, d’un regard, d’une main tendue pour que notre existence change à tout jamais… Cette phrase résume bien la vie de Benjamin Trapp, qui n’arrive pas à faire le deuil de sa femme. La nuit tombée, il devient Elwood, l’éclaireur du groupe Orphée. Cette équipe d’individus pénètre illégalement dans des animaleries, élevages et laboratoires, afin de sauver les animaux maltraités.
Au fil des descentes, Elwood et ses acolytes seront confrontés à diverses émotions face à la détresse animale, qui va leur faire prendre conscience de la leur. Le groupe Orphée va-t-il sauver Elwood du gouffre dans lequel il s’enfonçait petit à petit depuis la perte tragique de son épouse ? Ou bien, au contraire, l’enliser davantage dans sa dépression ?”

Au sujet de l’auteur : Nicolas Ellul est né en 1983 dans les quartiers nord de Marseille, au sein d’une petite famille. Dès son jeune âge, il fait du théâtre, ce qui lui donne envie de plonger dans l’univers de l’écriture. À 19 ans, il entame une carrière dans le domaine animalier. Aujourd’hui, il publie son premier ouvrage, Orphée, disponible depuis le 10 juillet 2020.

“Depuis toujours, la cause animale touche une très grande partie de la population, mais depuis une petite décennie, elle connaît un essor considérable, notamment sur les réseaux sociaux, grâce aux associations de protection animale.
À travers cet ouvrage, l’auteur souhaite dénoncer le profit que les humains peuvent tirer des animaux, sans jamais se soucier du bien-être de ces derniers. Les élevages, les animaleries, et certains laboratoires utilisent les animaux comme cobayes pour des recherches autres que médicales. Travaillant dans le monde animalier depuis 17 ans, Nicolas Ellul partage quelques-unes de ses expériences, ce qui amène une touche d’authenticité au livre. Dans certains passages, il fait le choix d’intégrer de la musique et des mélodies, afin d’inviter les lecteurs à plonger dans son univers. Véritable hymne à la cause animale, ce roman bouleversera ceux qui le liront”.

Source

Orphée est donc à placer dans la catégorie “Roman”, on peut affiner en déterminant, qu’il s’agit d’un roman d’un nouveau genre; un roman de 166 pages, structuré tel un dialogue; dans sa forme, il peut faire penser à un scénario, les indications scéniques sont d’ailleurs relativement récurrentes.

Extrait

La nuit sur le tarmac d’un aérodrome, huit personnes cagoulées toutes habillées de la même façon : jean bleu, baskets noires et vestes noires se tiennent devant leurs véhicules phares allumés. Pendant que le plan se rétrécit sur le personnage au centre, celui-ci regarde ses amis avec dans le regard une certaine joie, un soulagement.

Voix
Parfois dans la vie, il suffit d’une rencontre, d’un regard, d’une main tendue pour que notre existence change à tout jamais. Pour ma part, j’attendais mon heure sans plus rien attendre de la vie jusqu’au jour où l’Orphée m’a proposé de me battre encore pour avoir envie de vivre. Mais pour que vous compreniez mieux, faisons un saut en arrière pour que je puisse vous raconter mon histoire”.
Source : CP

Je vais essayer de ne pas trop vous Spoiler…

Benjamin devient Elwood lorsqu’il rejoint l’équipe composée de Nounours, Dédé, Gran, pa, N°2, Zola, Looping, Maggy, Django, Elodie, sans oublier Tito et LUCIE (la voiture qui lui est confiée, une Audi A3 d’un nouveau genre… qu’il faudra bien respecter); un objectif commun les anime; changer les mentalités sur le traitement infligé aux animaux; arrêter le business et stopper certaines expériences; la méthode ? Sauver par une exfiltration, maintenir en sécurité durant quarante-huit maxi et disperser plus loin, par des renforts extérieurs en attribuant une nouvelle identité aux protégés qui seront sauvés. Chacun des membres du groupe détient certaines compétences leur permettant d’œuvrer vers cette finalité commune, libérer un max de “victime” animale des mauvais traitements humains.

Evidemment, et c’est là, que les adeptes de l’action vont adorer; il y a une organisation proche de celle de “James Bond”, avec la technologie nécessaire à mener ces opérations sur le terrain.; par exemple; détecteurs de radar, brouilleur de communication, etc.. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce roman est très loin d’être fade; que du contraire, énergique, dynamique, militant !

De l’origine du titre “Orphée”, en référence à la mythologie grecque, ce héros, descendu aux enfers pour y récupérer sa bien-aimée, Eurydice; à Germinal d’Emile Zola; Picasso, les Blues Brothers, l’agence tout risque, les référents culturels sont nombreux et enrichissent les dialogues;

Benjamin aime et connait les animaux; il s’impose donc tout naturel comme une ressource éthique et comportementale dans le groupe; personnellement, j’adore sa personnalité, borderline; rebelle au grand cœur et à la sensibilité exacerbée; son impulsivité, à mon sens, se rapproche davantage de la passion. Implicitement, le contenu de l’ouvrage traduit une réelle connaissance des comportements animaux par l’auteur; notamment, lorsqu’il fait référence au regard pour communiquer avec eux; perso, vous le savez déjà, je suis une grande adepte du dressage silencieux et de la communication corporelle; de fait, les prises de position de l’auteur dans ces considérations, me font véritablement écho !

Au-delà du récit, les prises de position de l’auteur sont claires; la chasse à courre, les élevages atroces, l’expérimentation des labos, ; y sont notamment abordés; cela étant, il pointe également du doigt une problématique récurrente à la cause animale; la désinformation; on parle des avancées mais on confronte rarement le commun des mortels à la “surréalité”, celle qui demeure malgré tout intacte; certains faits font le “buzz” lorsqu’un incident survient, mais le reste est noyé dans la torpeur du quotidien, économique, social ou politique; l’information peine à prendre parti en faveur de la cause animale car les lobbies ne sont jamais loin des financements; et ce livre permet indirectement, d’en prendre pleinement conscience car les mécanismes de l’action y sont clairement explicités, tout comme ceux de l’information relative aux différents mouvement qui s’engagent par des actions concrètes. Pour sensibiliser, il faut faire parler, pour faire parler, il faut agir; ou pour le coup, savoir réagir à la place de ceux, qui captifs, n’ont pas les moyens de se faire entendre.

Outre les sauvetages; c’est une belle histoire de reconstruction, de rédemption, la seconde chance est offerte à plusieurs personnages qui parviennent à la saisir; l’amitié découle du vécu intense, captivant, et inspirant.

J’ai vraiment adoré ce roman, très fluide en lecture, chargé d’humour, imprégné de référents culturels et de bons sentiments; il aborde plusieurs thématiques parallèles très intéressantes et surtout, très subtilement; le deuil, la maladie, le modèle qu’incarne ou devrait incarner l’adulte dans le regard d’un enfant; les vrais héros ne sont pas toujours ceux que l’on pense… Ainsi, attendez-vous à de nombreux rebondissements, de l’action, de l’aventure, de l’émotion (oui, oui, j’ai versé ma larme, ça devient un critère d’appréciation important, si je pleure, c’est qu’il s’agit d’un livre au poil !) On parvient à se laisser porter par l’aventure aisément; Orphée c’est la belle rencontre de personnes qui donnent un sens nouveau à leur existence pour le bien être des autres, ceux qu’on oublie encore trop souvent !

Bref, s’il est bien une lecture que je vous recommande, c’est celle-ci … un roman captivant qui redore le blason de l’humanité !

Le site officiel de Vérone Editions / L’Instagram / Le Facebook / Le Twitter.

Les liens shopping pour acquérir l’ouvrage, celui-ci est venu 16 euros sur les sites suivants : Fnac / Amazon / Chapitre.com / Decitre.fr / et bien évidemment; sur simple commande chez vos libraires de proximité.

INFORMATION : Sur le site Amazon, en passant par notre vitrine MDIAQ pour notre projet soutient aux associations;

You Might Also Like...

No Comments

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :