Daily Archives

23 septembre 2020

Alimentation Le coin des gourmands NatureLovers Soins et quotidien

Les bienfaits de l’huile de coco

23 septembre 2020

#Food

Zoom Compléments alimentaires

L’huile de coco est très populaire, de la gastronomie aux cosmétiques pour humain, en passant par les friandises de poilu, on la trouve plus ou moins dans tous les rayons des petites et grandes enseignes ; elle est d’ailleurs également vendue dans sa version « bio » ou depuis peu, conditionnée et proposée comme complément alimentaire, par de grandes marques, spécialisées en « PetFood » telles que Lilla Love’s it.

Pourquoi adore-t-on l’huile de coco ? On adore car il s’agit d’un superaliment, cela implique, que ce complément est à même d’agir tant à l’intérieur qu’à l’extérieur ; il est complet et propose de nombreux bienfaits.

Un superaliment qui fait parler …

C’est moins le cas, ces dernières années, mais l’huile de coco n’a pas alimenté que la gamelle de poilu, elle a également nourri de vastes débats. De fait, dans le camp des rétracteurs ; les deux arguments principaux ; tout d’abord le fait de lui attribuer des bienfaits, sans vraiment pouvoir en attester par une étude officielle, en se basant surtout sur son excellente réputation, dans les îles dont elle est originaire. Effectivement, il s’agit d’un remède ancestral et naturel, relativement ancien ; qui n’est pas à proprement parler, ancré dans nos traditions occidentales. Cependant, les professionnels tendent de plus en plus à s’accorder sur ses bienfaits parce que nous commençons à avoir les prémices d’un recul scientifique ; même si les explications sont encore incomplètes ; enfin, un second argument, qui résonne davantage comme une mise en garde, relative à son taux élevé d’acides gras saturés, qu’on qualifie aussi de mauvais cholestérol et qui inquiétait pour les risques cardiovasculaires ou l’obésité qu’elle pourrait « hypothétiquement » entraîner.

Attention ; et si ton huile de coco n’en était pas ?

La commercialisation d’un produit phare engendre toujours des dérives, surtout, lorsqu’il s’agit d’un produit en « vogue ». Ainsi, il peut arriver d’acheter un flacon en pensant qu’il s’agit d’huile de coco, mais de tomber finalement sur de l’huile de coprah.

En quoi c’est moins bien ?

L’huile de coprah est obtenue à partir de la chair déshydratée de la noix de coco et évidemment, elle est pressée à chaud ; de fait, son apparence est plutôt opaque, sa texture solide et elle est faiblement odorante.

L’huile de coco est vierge, pressée à froid (comme l’huile de saumon, finalement c’est le même critère de vigilance) afin de préserver l’intégralité de ses bienfaits ; de fait, elle a une apparence claire, presque transparente et une odeur relativement marquée de noix de coco.  Elle est issue de l’albumen de la noix de coco, fruit du palmier cocotier ; ainsi, il est parfaitement envisageable de réaliser votre huile de coco en D.I.Y. au même titre, vous pouvez réaliser des friandises ou des cosmétiques pour votre boule de poils à partir de vraie noix de coco …

Ce qui les diffère, c’est tout simplement que par le processus de chaleur, l’huile de coprah, à la différence de l’huile de coco vierge, perd sa teneur notamment, en vitamine E ; comme la majorité des superaliments, chauffés ou desséchés, on perd des nutriments.

Huile de coco, quels bienfaits pour mon chien ?

On lui en prête beaucoup, notamment, les suivants… internes par ingestion ou externes par application…

Lutter contre la mauvaise haleine ; par exemple, celle des dents, c’est pour cela, que de plus en plus de snacks dentaires sont composés avec de la coco. Notons, que vous pouvez nettoyer les dents de votre boule de poils directement avec votre coco « D.I.Y. » L’on peut également envisager de faire un massage à partir d’huile de coco, si poilu souffre de mauvaises odeurs corporelles.

Aussi, l’huile de coco peut être utilisée pour les petits coussinets afin de les hydrater, protéger ou d’aider à soigner les petites plaies d’usure ; en revanche, il est important de masser afin de faire pénétrer l’huile, et non d’apposer sur le coussinet, car l’huile de coco à l’appétence incontestée, poilu risquerait de penser que sa patte est devenue un jeu d’occupation, et de la lécher, tout simplement !  

Repousser les parasites ; encore une fois, il s’agit d’un remède naturel, qui ne peut donc rien garantir à 100% mais il semblerait que son action puisse contribuer à limiter les risques d’infestation ; lorsque l’usage est externe.

Faciliter la digestion et renforcer l’appétence d’une gamelle ; cependant, comme pour toute autre chose, « trop de… tue-le… » cela implique de respecter les doses préconisées.

Faciliter la digestion et renforcer l’appétence d’une gamelle ; cependant, comme pour toute autre chose, « trop de… tue-le… » cela implique de respecter les doses préconisées.

Améliorer la santé du poil et de la peau ; par une action qui permettrait de les rendre plus soyeux et brillant. Elle favorise également la cicatrisation des petites plaies, et semble agir efficacement sur les eczémas et lésions cutanées, peau sèche, démangeaisons, toujours en complément d’un traitement vétérinaire.

L’huile de coco pour une meilleure santé générale ; en cure, afin de renforcer le système immunitaire, par une action qui va booster ses défenses immunitaires, notamment à l’approche de l’hiver.

Enfin, elle peut contribuer à soulager les problèmes articulaires par son action anti-inflammatoire, elle peut donc s’avérer salutaire pour les chiens sportifs ou âgés, elle contribuera à sa bonne santé osseuse en agissant contre l’arthrite ; on lui prête également des vertus agissant en prévention des maladies dégénératives liées notamment à la mémoire, et du diabète.

Enfin, elle serait très efficace pour repousser les champignons d’où, on la recommande pour le nettoyage des oreilles, les chiens à oreilles tombantes, avec l’action d’humidité peuvent en contracter ; l’huile de coco peut vous aider à les éviter par l’action antibactérienne qu’elle confère.

Quelles contre-indications ? Comme n’importe quel complément, et ce, même s’il s’agit d’un complément alimentaire naturel, certains chiens ne la tolère pas ; de fait, elle peut entraîner des troubles de la digestion ; aussi, il est recommandé de respecter les dosages communément admis afin d’éviter les risques de diarrhée, à savoir ; une demi-cuillère à café par tranche de 5 kilos de poids ; ce qui correspond plus ou moins à 2.5 grammes ;

Conseils : Avec Queeny, j’ai introduit progressivement, de toutes petites doses, bien inférieures au dosage recommandé, et j’ai progressivement augmenté jusqu’à atteindre la quantité relative à son poids.

L’huile de coco, mais à quelle fréquence ? L’huile de coco, comme la majorité des compléments alimentaires s’administrera sous forme de cure, c’est-à-dire, une ingestion ou application, journalière durant une période déterminée selon vos besoins ; pouvant aller d’une semaine à 15 jours. Ainsi, vous pouvez alterner les cures, en ciblant les bienfaits selon les superaliments que vous choisissez d’utiliser à telle ou telle période de l’année ; selon les besoins de votre chien ou encore, en fonction des spécificités liées à la saison.

Comment la conserver ? Idéalement, conservé votre huile de coco au frais et au sec, on préconise moins de 20°, à l’abri des rayons du soleil et toujours bien refermée.

Mon huile de coco à quel prix ? Justement, vous trouverez le grand écart des prix, d’un site à l’autre, d’une enseigne à l’autre, ou encore, d’une marque à l’autre ; il y a une règle d’or, un produit international voire mondialisé, que l’on ne produit pas en France, a inévitablement un coût, si l’affichage de son prix vous semble dérisoire, c’est que derrière le produit se cachent les dérives de la mondialisation ; à savoir, une rupture de l’ordre établi par et pour le développement durable.

Bien choisir son huile de coco c’est donc primordial, un autre critère entre en ligne de compte ; à savoir l’éthique de sa provenance ; producteurs surexploités, l’utilisation de singes, plus généralement des macaques, car ils sont agiles et rapides pour grimper, mais n’en demeurent pas moins maltraités par cette vie de travaux forcés à faire du ramassage enchaînés, forte émission de CO2, acheminement très polluant, un produit qui va à l’encontre du concept de consommation locale, de saison, ou en circuit court.

Labélisations FairTrade pour le commerce équitable et One Voice qui a introduit le critère de non-exploitation (entendons non-travail) des animaux.

Pour t’informer sur les pratiques plusieurs articles recommandés l’OBS / Peta

De fait, pour une huile de coco éthique, comptez 5.73 euros les 400 ml chez BioPlanète qui n’utilise pas les singes pour le ramassage et garantit une juste rétribution aux producteurs.

Même garanties avec la marque « Jardin Bio » vendue 5 euros les 20cl, que nous utilisons depuis longtemps, et qui nous apporte pleine satisfaction, le bon côté de l’huile de coco non seulement, on trouve facilement cette marque dans les supermarchés ou les enseignes spécialisées bio, mais aussi, c’est qu’à la maison, elle est consommée aussi bien par l’humaine que par sa boule de poils; disponible chez Léa nature.

Quelle huile de coco choisir ? Personnellement, je m’approvisionne notamment chez GreenWeez ou Léa Nature, mais One Voice dirige vers Kulau; ces enseignes sont regardantes à ce que ces critères soient respectés, les labels sont présents sur les fiches de présentation des produits ; cependant, il existe beaucoup d’autres enseignes « bio, vegan » qui pourront vous fournir le même engagement, si vous en connaissez, n’hésitez pas à les partager en commentaire.

%d blogueurs aiment cette page :