Monthly Archives

août 2020

Antiparasitaires prévention et information Bulles de savon NatureLovers Soins et quotidien Nos tests

Shampoing solide, In bath with Aston & Astrée

31 août 2020

#Bulles de savon

Exclu et information: Comme deux autres articles du mag de septembre, celui-ci est proposé en version longue sur le blog et en version courte dans le Mag car je suis contrainte d’y limiter le nombre de pages publiées.

Un shampoing solide au lait d’ânesse et multiples bienfaits ;

Visée écologique : Limiter ta consommation d’eau ; produire moins de déchets plastiques, contribuer à la préservation de l’écologie par l’utilisation de produits naturels qui ne nuiront pas à l’environnement; favoriser l’artisanat local et conserver ses traditions.

Modifier nos habitudes, plus que jamais, une nécessité, cependant cela nécessite de trouver ses marques; dirons-nous de prendre de nouvelles Marques… ; Voici donc, pourquoi, j’ai décidé il y a deux ans de sauter le pas, d’abord pour moi, et plus récemment, pour ma boule de poils: Côté humain, j’ai décidé de passer au shampoing solide afin de limiter ma consommation de déchets, au départ, comme beaucoup mon utilisation était classique, une bouteille de shampoing, et hop poubelle; deuxième étape, je suis passée aux recharges, mais force est de constater, que celles-ci généraient également des déchets. Enfin,mutation ultime, j’ai adhéré à 100% au shampoing solide !

Une envie d’adhésion malgré des appréhensions: Initialement, j’avais des a priori sur l’utilisation au quotidien..

Le shampoing solide est-il aussi efficace? ne risque-t-il pas d’assécher mes cheveux ? ne serait-ce pas beaucoup plus cher? Combien de lavages avec un shampoing solide VS un shampoing liquide? la composition peut-elle vraiment être optimale etc… Les mêmes questionnements peuvent se poser lorsque l’on envisage de passer sa boule de poils au shampoing solide…

Mon expérience, d’humaine, a favorisé la transition pour Queeny car côté humain, je suis pleinement satisfaite du résultat sur mes cheveux, bilan de deux années, le coût des shampoings solides est bien inférieur à celui des shampoings liquides; mes cheveux sont plus soyeux, car j’ai pris le temps de sélectionner mon produit en choisissant des compositions qui répondent à mes besoins capillaires. C’est pareil pour nos boules de poils; on vous dira prenez celui-ci, surtout pas celui-là, personnellement, j’ai décidé d’aborder cet article en présentation unique, contrairement à mes autres contenus qui parfois mettaient en “confrontation-comparaison” plusieurs produits similaires avec la présentation des éléments pour et contre, voire un classement, tout simplement parce que les besoins ne sont pas les mêmes d’un chien à l’autre, étant donné qu’ils peuvent être très différents à plusieurs niveaux; poils, derme, épiderme, sensibilité olfactive, texture, volume, de faire, les besoins relatifs à la composition seront également différents.

Cela étant, j’ai testé 8 shampoings solides pour chien, avant de choisir de vous conseiller celui-ci … Français, Anglais, Allemand, Américain …

Il y en a de plus en plus sur le marché, et c’est tant mieux, ils sont l’écho d’une forte demande, elle-même synonyme de changements dans les mentalités; qui traduisent une grande préoccupation écologique, notamment, par rapport à la surproduction des déchets plastiques qui conditionnent la majorité de nos cosmétiques et produits de soins -hygiène.

Les avantages du shampoing solide sont multiples : Tout d’abord, il est fonctionnel, car il prend moins de place dans la salle de bains, et dans le nécessaire de voyage lorsqu’il est question de l’emporter en vacances. L’aspect écologique ne se limite pas à sa forme; il est grandement composé d’huiles essentielles, de fait, beaucoup plus écologique et a contrario, beaucoup moins chimique. Enfin, contrairement aux idées reçues, il est économique, plusieurs études menées affirment qu’un shampoing solide équivaut à 2,5 bouteilles de shampoing liquide. Une avancée vers le zéro déchet; car lorsque le shampoing solide est terminé, il ne laisse rien à jeter !

Comment choisir le shampoing solide de poilu ? Idéalement, il s’agit d’un shampoing d’origine naturelle, évidemment, non testé sur les animaux, son packaging est également éco-responsable, entendons donc recyclé ou recyclable; Pourquoi l’aspect naturel est-il important ? Outre le fait que c’est beaucoup mieux pour la peau de poilu, pensons au cycle de l’eau, malgré l’épuration, ce que nous déversons retourne toujours à la nature. C’est la pollution indirecte, liée à l’utilisation de nos produits ménagers, mais aussi, à nos produits beauté. Enfin, c’est un shampoing qui correspond au pelage de votre boule de poils; en prenant en considération ses besoins… Certains poilus seront au top avec un universel, pour d’autres, il est nécessaire d’envisager un shampoing solide différent. Dans tous les cas, il faut penser à l’aspect olfactif, idéalement, un parfum neutre, comme on le fait pour nous, en été on évitera d’aller visiter des jardins avec un parfum sucré qu’on peut apprécier à des kilomètres à la ronde, c’est pareil pour poilu; l’odeur trop fort risque d’interférer dans ses relations avec les congénères, de les incommoder, ou d’attirer les insectes; aussi, par forte chaleur, comme pour nos parfums, il risque de “tourner”, … c’est un critère auquel il faut également songer.

Queeny a un poil léger, relativement fin, si je ne le coupe pas, il est long, tendance à graisser lorsqu’il est sale, autre particularité, sa bichromie, noire et blanche; j’ai tenté les shampoings pour poils blancs pour que le blanc ne jaunisse pas, et je m’enquiquinais avec les shampoings pour poils foncés, afin que son pelage ne blanchisse pas trop vite; mais ça, c’était il y a fort longtemps, depuis, j’ai opté pour des universels, plus économique, plus écologique, évitant la surconsommation et l’accumulation; et qui sont souvent beaucoup plus adaptés pour elle, étant donné qu’il est difficile de la placer dans une catégorie … Poils longs ou poils courts, bah … un peu les deux … poils clairs ou foncés… euh … toujours les deux !

Le shampoing solide que je vous recommande aujourd’hui ne nécessite pas d’utiliser un après-shampoing; on en rit, mais ça serait le comble, passer au shampoing solide, mais se louper sur la compo au point de devoir vider des litres d’après shampoing après son utilisation pour obtenir l’équivalent douceur, lissage qu’un shampoing liquide … Donc, voilà, entre autres, pourquoi, il m’a conquise … Ce shampoing me permet d’obtenir un poil lisse, sans après-shampoing, de récupérer le jaunissement des pattes sur les zones blanches, de raviver l’éclat des zones noires; le poil ne graisse pas rapidement, après deux semaines de lavage je suis toujours satisfaite, niveau olfactif, ma boule de poils se promène beaucoup dans la nature, il me fallait une odeur neutre, subtile et discrète et accessoirement cette perle rare permet aussi de prévenir contre les vilaines bestioles..

On en rêvait, Aston’s cookies la fait, un savon qui permet de nettoyer poilu tout en préservant notre planète et la beauté de son poil, « In bath with Aston & Astrée », une collaboration géniale avec Volume France que j’ai pu tester en exclusivité ;

Derrière le savon, une belle collaboration ;

« Nous avons été extrêmement exigeants sur sa composition et plus d’une année de recherches a été nécessaire pour apporter à tous les poilus, avec un minimum d’ingrédients, un produit aussi efficace qu’agréable à utiliser ».

Corine la créatrice d’Aston’s Cookie.

Aston’s cookies nous a accoutumé à l’exigence et au raffinement, par des produits innovants, qui sortent vraiment de l’ordinaire dans le secteur canin ; elle est rigoureuse dans ses sélections et toujours perfectionniste ; le résultat est sans appel, la qualité accompagne chacune de ses nouvelles initiatives.

De fait pour « In bath with Aston & Astrée », Corine a su s’entourée d’une pointure de la savonnerie dont la renommée pour les connaisseurs, n’est plus à faire ; j’ai nommé Laetitia, la créatrice de Volume France. C’est ensemble qu’elles sont parvenues à concevoir ce bijou du cosmétique canin.

En savoir plus sur Volume France ; Laetitia, la créatrice de cette jolie marque de savons artisanaux (pour humain !), élève ses ânesses, avec son chien Oxo, dans la belle campagne d’Ampuis qui surplombe le Rhône et manufacture artisanalement ses savons si agréables à utiliser. VOLUME France et ASTON’S COOKIES partageant les mêmes valeurs et l’amour des produits naturels, sains et authentiques, c’est tout naturellement qu’est né ce projet cosmétique.

Une réalisation soucieuse de l’environnement :

« J’utilise la technique de saponification à froid, procédé artisanal et respectueux de l’environnement, qui m’offre l’avantage de rester maitre dans la création de chacune des formules et le choix des ingrédients, afin d’obtenir un mélange harmonieux de qualité. La saponification à froid résulte de la réaction entre un corps gras (huiles et beurres végétaux) et un agent alcalin (soude) pour donner du savon et de la glycérine. Exploitant sa propre chaleur, cette technique permet entre autres de préserver la qualité des ingrédients. Elle permet également de conserver l’intégralité de la glycérine naturellement produite. La glycérine est l’agent hydratant du savon par excellence. »

Source : Laetitia, Volume France

©VolumeFrance

Volume France c’est aussi, un élevage responsable et éthique, qui place les petits dans de bonnes familles, qui se soucie des réformés en leur prévoyant une belle retraite, qui intègre l’affectif et la sensibilité au cœur de son approche ; ainsi, les ânes de Laetitia vivent en groupe, avec de beaux espaces extérieurs et des abris à disposition, ils sont accoutumés au contact de l’humain et sociabilisé.

Et le savon alors ? Exclusivement composé d’ingrédients 100% naturels, le shampoing solide « In bath with Aston & Astrée » respecte la peau et le pelage ; je dirais même qu’il le sublime !

Composition : Huile d’olive bio, Beurre de karité bio, Huile de coco bio, Lait d’ânesse, huile de ricin bio, HE cèdre de l’Atlas, HE lavande vraie, HE Tea Tree, HE Eucalyptus citronné.

Quels bienfaits pour cette compo ?

Tout d’abord, le lait d’ânesse reconnu pour ses propriétés hydratantes, adoucissantes, anti-inflammatoires, antibactériennes et antioxydantes. Ensuite, le beurre de karité qui est très nourrissant, l’olive qui, quant à elle, adoucie et hydrate, l’huile de ricin et l’huile de coco qui apportent une mousse légère à leur pouvoir nettoyant.
Qui plus est, ce shampoing solide est enrichi d’huiles essentielles aux multiples vertus. A commencer par le Tea tree qui a été sélectionné pour ses propriétés antiparasitaires, antibactériennes et antifongiques.  Ensuite, la lavande pour ses propriétés cicatrisantes et répulsives. Enfin, le cèdre de l’Atlas et l’eucalyptus citronné, pour leurs propriétés antipuces, antiparasitaires et répulsives.

Comment l’utiliser ?

D’emblée Aston’s Cookies a pensé à tout, en vous proposant un petit filet en sisal, 100% coton, dimensions 13,5 x 9 cm; vendu 4 euros sur le site ; il vous suffit de glisser le savon dans celui-ci, humidifier abondamment poilu, ensuite, frottez délicatement en faisant mousser le savon sur le pelage ; lorsque la mousse recouvre l’intégralité du pelage, massez et laissez poser quelques minutes avant de rincer abondamment à l’eau claire.    

Il ne reste plus qu’à séchez poilu, à l’aide d’une serviette propre et sèche, également disponible sur le site, enfin, brossez-le afin d’éviter les frisottis.

Le gros plus de ce petit filet en sisal, c’est qu’il vous suffit de le suspendre afin de faire sécher votre savon, avant de le ranger jusqu’à la prochaine utilisation.

Zoom sur le filet: Il a plusieurs fonctions, il permet de laver, mais aussi de masser, éliminer les impuretés, et enfin, il conservera votre shampoing solide entre deux lavages. Cependant, je vous recommande de penser à le laver à fréquence régulière, l’hygiène est importante, si vous l’utilisez pour laver poilu, penser qu’il est l’équivalent de votre “gant de toilette”, demandez-vous à quelle fréquence vous le changer, ou le laver… et adapter ce rituel à votre compagnon. Il en va de même pour le shampoing solide, après son utilisation, rincez-le avant de le ranger, afin d’éliminer les éventuelles salissures ou bactéries qu’il aurait pu côtoyer. L’avantage de ce filet, c’est qu’il permet d’économiser votre shampoing solide et donc de le faire durer plus longtemps; effectivement votre shampoing solide n’est plus au contact direct de l’eau, de fait, il s’érode moins rapidement. Il en va de même pour la serviette, laver celle-ci après chaque utilisation… on ne le répétera jamais suffisamment, l’hygiène est indispensable car elle favorise la bonne santé de votre boule de poils, et son bien-être.

Bonus : Dans sa nouvelle gamme “grooming”; ASTON’S Cookies a pensé à tout…

Une serviette est également proposée, exclusivement réservée à poilu! Disponible en noir, selon deux tailles S : 50 X 90 cm  vendue 10,00€ et L : 100 X 150 cm vendue 18,50€; celle-ci est composée à 100% de coton, quant à la vignette, elle est à 100% lin. Vous pouvez laver votre serviette à 60° après l’utilisation.

Gros plus de cette serviette, elle est confectionnée en qualité “SPA”, ce qui implique qu’elle soit à la fois douce, résistante et très absorbante. C’est donc un allié de taille pour la sortie du bain… à retrouver sur le site officiel;

Je suis extrêmement « difficile » avec les shampoings solides car Queeny a un poil initialement soyeux, de texture poils longs, ce qui implique un poil fin, il me faut donc un shampoing qui nettoie sans frisotter, sans décolorer, et surtout sans assécher afin de garder intact son volume et sa brillance. J’en ai testé plusieurs, et jusqu’ici, AUCUN n’avait trouvé grâce à mes yeux ; entre ceux qui assèchent le poil, ceux dont l’effet perdure péniblement 48 heures, ceux sans odeur et ceux avec une odeur qui me file la nausée, ceux qui s’effrite lors de l’utilisation et ceux qui ressemblent à une bougie mouillée, bref, vous l’aurez compris, n’est pas créateur de savon pour chien qualitatif qui veut !

Je suis conquise par ce savon, car l’odeur est subtile et très agréable, cependant, elle perdure efficacement dans le temps ; le poil est doux au toucher et brillant, l’efficacité vraiment est au rendez-vous, un pelage qui ne regraisse pas rapidement ; et en prime, il contribue à protéger contre les parasites. Une superbe collaboration qui permet de concilier écologie et bien-être.

Où acheter ? Le shampoing solide « In bath with Aston et Astrée » d’un vol 17,1 soit 100 gr, est vendu exclusivement sur le site officiel d’Aston’s cookies à 10.50 euros. Un prix plus que raisonnable et bien inférieur à ce que l’on peut trouver sur le marché pour une telle qualité ;

Zoom sur la brosse Cloud7 ;

Nous l’utilisons depuis longtemps, et je dois dire que j’en suis totalement adepte, elle est légère, offrant un design naturel en bois de hêtre ciré, et surtout, deux faces d’utilisation pleinement complémentaires. L’une est idéale pour le massage ou démêler en douceur, avec ses petits picots ; l’autre est composée de poil de sanglier doux, incontournable pour un brossage soyeux. La brosse est vendue 22.90 euros sur le site d’Aston’s Cookies.

Aston’s cookies : Le site officiel / L’Instagram / Le Facebook / Les autres articles disponibles sur la marque.

Volume France : Le site officiel / L’Instagram / Le Facebook;

Another pets in wonderland My Cat is a King On bouquine ?

Cath & son chat, tome 9

29 août 2020

#BOUQUINE

My cat is a King, est une rubrique récente sur le blog, elle est née du constat suivant ; on peut faire cohabiter chien et chat sans que cela ne ressemble à Hiroshima ; ou pas… ; et d’ailleurs vous êtes nombreux à le faire, nous sollicitant ainsi pour retrouver davantage de « chattitude » dans nos contenus.

Voici donc un contenu qui devrait plaire à petit d’homme et accessoirement à ses parents s’ils l’accompagnent dans sa lecture ;

Cath et son chat © Bamboo Édition 2020 – Christophe CAZENOVE, Hervé RICHEZ , Yrgane RAMON

Cath & son chat ; c’est quoi ? Il s’agit d’une BD, dont le schéma narratif tourne autour des aventures de Cath et de son chat Sushi, le premier tome est paru en 2012 ; scénarisée par Christophe CAZENOVE et Hervé RICHEZ, dessinée et colorisée par Yrgane RAMON, publié chez l’incontournable Bamboo Edition, 48 pages vendue 10.95 euros tout partout, mais des liens shopping sont disponibles en fin de l’article.

Nous nous intéresserons plus particulièrement au tome 9, le petit dernier, sorti le 5 aout 2020 ;

« Les aventures en terrain minet d’une petite fille et de son chat un peu trop agité ! La vie de Cath n’arrête pas d’être chamboulée par les facéties de son matou. Cette fois, elle part en famille quelques jours dans la ferme du frère de Samantha, la nouvelle chérie de son père. Pour Sushi, c’est un nouveau terrain de jeu (et de bêtises potentielles) qui s’offre à lui Au milieu des champs à perte de vue, en compagnie des moutons, des vaches et des cochons, Sushi va avoir l’embarras du choix pour faire tourner chèvre sa maîtresse ! »

Source : bamboo.fr

Vous connaissez déjà la maison d’édition Bamboo, présentée antérieurement sur le blog ; voici sa présentation de l’album que nous vous proposons de découvrir.

Brève biographie des géniteurs :

Hervé Richez est né dans le Nord en 1967. Il travaille pendant 12 ans comme cadre bancaire avant de se consacrer totalement à l’écriture en 2004. Son premier album, Buzzi, une série jeunesse réalisée avec Eric Miller sort en 1997. Elle est préfacée par Albert Uderzo et rééditée chez Bamboo en 2001. En 2002, Sam Lawry marque sa première collaboration avec Mig. Suivra Le Messager, sa deuxième série réaliste avec Mig. Depuis, il alterne entre scénarios réalistes (Groom Lake) et séries humoristiques (Les Fondus, Cath et son chat, Mafia Tuno, Les Poulets du Kentucky…).

Christophe Cazenove est né à Martigues en 1969.  Ses études littéraires le conduisent à travailler douze ans… en grande surface ! C’est vers sa 10e année de mise en rayon de produits surgelés qu’un de ses projets retient l’attention d’Olivier Sulpice : Les Prédictions de Nostra. À partir de là, il collabore régulièrement aux séries de Bamboo mettant son humour aux profits des Gendarmes, des Pompiers puis de L’Auto-école et des Sisters. Plus récemment, il a signé le scénario des Petits Mythos, 5 sans maitre, les amies de papier.

YRGANE RAMON fait ses débuts dans la BD avec la série Cath et son chat. MultiPass comme Leeloo mais en mieux, illustratrice professionnelle, qui travaillant autant dans la presse, la publicité, l’édition que la bande dessinée, elle est également tatoueuse et enseigne désormais à Emile Cohl, l’école d’art lyonnaise, où elle a obtenu son diplôme en 2009 ;

Un contenu instructif et réflexif, imprégné de réalisme ; Les petits citadins ont-ils notion du concept de production, du champ à l’assiette ? du travail et de sa pénibilité que l’agriculture et l’élevage impliquent ? C’est exactement ce que petit d’homme pourra découvrir ;

Bonus – extraits

Cath et son chat © Bamboo Édition 2020 – Christophe CAZENOVE, Hervé RICHEZ , Yrgane RAMON

Comme pour l’héroïne et son comparse, l’appréhension de ce monde nouveau pour eux, et cependant, archaïque en leur perception, permettra à petit d’homme d’appréhender la réalité du travail à la ferme, son organisation, les tâches qui incombent aux exploitants, les contraintes et les responsabilités ; toujours avec beaucoup d’humour, notamment, par les « animations » de Sushi.

Une autre thématique est subtilement abordée, sous-jacente, à peine palpable, mais très judicieusement intégrée, la déconnexion aux écrans, par défaut de réseau ou par simple nécessité « pause neuronale en approche », la lecture de la BD permettra d’aborder cette question au sein de la famille, et pourquoi pas de donner libre court à un « Cath&SushiChallenge » sans écrans pour tous, le temps d’un séjour en famille, ou même le temps d’une immersion à l’extérieur ; plus centrée sur l’observation du monde qui nous entoure, le vivant, la faune, la flore et surtout, les interactions réelles avec les personnes qui nous entourent.

J’ai particulièrement apprécié le timing de sortie du nouvel album, la thématique centrale étant, les vacances en famille, c’est dans l’air du temps de partir en vacances sur juillet et août, malheureusement un peu moins d’y inclure les membres de la famille à quatre pattes ; rappelons que les abandons sont encore massifs cette année, je trouve que cette BD contribue à enraciner la culture de « responsabilisation » chez les plus jeunes ; avoir un animal de compagnie c’est l’assumer, même, et surtout, dans ces temps récréatifs bucoliques. Enfin, les clins d’œil aux animaux de la ferme, aux légumes oubliés des « jeunes d’aujourd’hui » (fait mal quand tu dis ça, c’est que le sablier commence à chanter, et ce n’est clairement plus du Beyoncé)

Cath et son chat © Bamboo Édition 2020 – Christophe CAZENOVE, Hervé RICHEZ , Yrgane RAMON

Cette BD qui peut passer pour un contenu humoristique anodin, est finalement porteuse de plusieurs leçons, sans jouer les Yodas, les géniteurs sont parvenus à faire passer plusieurs messages ; la nécessité de déconnecter des écrans, de découvrir ou redécouvrir les grands espaces, de s’adonner à d’autres pratiques alimentaires que celles de la malbouffe, de considérer l’animal comme un être sensible qui, lui aussi, apprécie les vacances en famille, que le producteur est quelqu’un qui travaille dur, pour remplir nos assiettes, et ce, peu importe les conditions climatiques ; la motivation, ou la forme, car, non la vache ne mettra pas sa « traite » en pause par compassion. Pour les dessins, dynamiques, colorés, parfaitement compréhensibles par petit d’homme, avec un réel souci du détail, on adore !

Notons, que les contenus sont extrêmement bien documentés, les innovations des produits pour chat sont intégrées tout naturellement, si bien, que le propriétaire de chat n’éprouvera aucune difficulté à se projeter dans cet univers des plus réalistes.

Bonus : Petit coup de cœur pour la dédicace aux soignants, c’est un beau geste d’engagement des créateurs !

Beaucoup d’humour, des traits humanisés réalistes, des situations vraisemblables, des personnages attachants ; pour un ensemble qu’on valide tant pour petit d’homme que pour ses « humains ».  Je vous recommande vivement cet album que vous soyez CatLover ou pas, elle vous permettra de prendre un bon bol d’air !

Le site officiel de Bamboo édition/ L’Instagram / Le Facebook / Le Twitter / L’Instagram de Yrgane Ramon

Pour acheter son album : Le site officiel de Bamboo / Fnac / Decitre / BDFugue et bien évidemment vos libraires et magasins spécialisés de proximité en rayon ou sur simple demande; pensez aux petits commerçants !

Breaking News

News 08-09-2020

26 août 2020

#Du nouveau ?!

La nouvelle collection Vegan de la marque CLOUD7 fait sa rentrée ; Il s’agit d’une série de quatre nouveaux colliers Vegan, d’un style ethnique chic, au design géométrique ; ajustable et attachable à l’aide d’une boucle rapide ; il est d’ores et déjà disponible en 4modèles, 3 tailles de S à L, vendues entre 29 et 35 euros sur la boutique officielle. Notons également, mention spéciale à cette marque que l’on affectionne car elle a instauré une rubrique « Vegan » sur son site ! Un beau pas en avant, pour la mode canine quand les chefs de file, à savoir, les plus grands créateurs montrent l’exemple, c’est signe que les choses changent dans ce secteur aussi ! Psst bonus, pour informations les nouveaux manteaux de pluie sont arrivés aussi …

Le modèle Prater Forest à retrouver sur le site officiel de CLOUD7

Vous partez en voyage, prévoyez un resto prochainement et souhaitez proposer le confort à votre boule de poils, simple et efficace, Monsieur Hardi vient de sortir sa « couverture de voyage » légère, facile à transporter et à entretenir ; utilisable par temps chaud ou froid, elle a des vertus thermorégulatrices ; Le tissu extérieur est déperlant et n’accroche pas les saletés. L’intérieur tout douillet offre un moelleux exceptionnel. Une fois plié, elle se porte en bandoulière ou se glisse dans votre sac à dos quand vous repartez en balade. Disponible en 3 couleurs ; noir, kaki et bleu et deux tailles ; Taille S : 90×60 cm et taille M : 110×70 cm ; vendues respectivement 99 et 109 euros ; à retrouver sur le site officiel de la marque pour une rentrée confortable;

Connaissez-vous « un chien dans la ville » ? Il s’agit d’un podcast qui vous donne les clés pour mener une vie épanouie dans un environnement urbain, mais qui peut aisément être utile à n’importe quel humain soucieux de prendre soin de sa boule de poils ; alternant portraits d’humains passionnés, dogmoms engagées, professionnels aguerris ; 10 épisodes sont déjà disponibles ; ce podcast lancé en mars dernier par Charlie Azincot et son acolyte canin Youpla ; Perso, je suis complétement adepte, on sent l’évolution au fil de épisodes, Charlie étant ingénieure du son, les contenus très intéressant sont dynamisés par des effets sonores distrayant ; un podcast intimiste, sans prise de tête mais avec énormément d’authenticité et de sincérité ; une belle personne qui veut améliorer le quotidien du plus grand nombre et informer, loin des paillettes et du formatage, pour avoir eu la chance d’échanger avec elle, je dois avouer que c’est vraiment ma rencontre réseaux sociaux coup de cœur de cette année ; Elle est motivée, pétillante, passionnée et créative ! Un podcast pour vous accompagner toute l’année ; de la dysplasie à l’ostéopathie, à la nutrition en passant par l’apprentissage de la solitude, il sera sans conteste votre nouveau fidèle allié pour un quotidien au poil. @unchiendanslaville_podcast

Un livre pour enfants US, réalisé par Katka ; il met en scène ses deux chiens nordiques Sky et Moochi ; Pour accompagner le livre, l’auteure et ses deux poilus offrent également des livres à certaines écoles, et effectuent des visites afin de sensibiliser et responsabiliser les enfants quant à la manière d’interagir avec un chien. Les aventures de Sky et Moochi sont vendues 19 dollars sur le site officiel ; un excellent moyen de soutenir une bonne cause et de travailler le bilinguisme de petit d’homme dés son plus jeune âge; à retrouver sur le site officiel en livre ou e-book.

Mag NatureLovers Soins et quotidien

ECOFRIENDLY MAG SEPT #10

19 août 2020

#magisback

On se retrouve pour un Mag de rentrée que j’ai souhaité ECOFRIENDLY, changement de cap radical ? Non, c’est le prolongement d’une ligne éditoriale déjà allègrement adoptée, mais j’ai voulu plonger plus profond dans cette thématique en vous proposant des clés concrètes pour intégrer l’éco-reponsabilité au quotidien de poilu;

Le développement durable, l’écologie, la consommation raisonnée, le contrôle qualité relatif à l’éthique, on en parle en vous proposant de découvrir des enseignes, des marques, des produits qui correspondent à ces préoccupations, dans l’air du temps mais extrêmement indispensables !

Faut-il tout changer dans ses modes de vie ? NON… restez fidèles à vos convictions, vos souhaits, sans jugement, chacun est libre de mener sa vie comme il l’entend; ainsi, prenez uniquement ce qui est véritablement susceptible de vous intéresser.

Lien de consultation Issuu

Je vous souhaite une agréable lecture;

Un merci particulier à Charlotte, l’humaine d’EPICE pour cette collaboration géniale qui vous permettra de vous informer sur les problématiques relatives aux boubous; et à ma chère CriCri d’EDCANIN pour les précieux conseils qu’elle prodigue en réponse à vos questions.

Vous souhaitez poser une question qui trouvera réponse dans le prochain numéro du Mag ? C’est simple, complétez le formule ci-dessous et nous nous chargerons du reste !

Another pets in wonderland My Queen et les associations On bouquine ?

Les métamorphoses de Camille Brunel

16 août 2020

#Bouquine

Un incontournable de la remise en question ;

Les métamorphoses, second roman de Camille Brunel, paru le 27 août 2020, chez Alma Editeur, 208 pages ;

Au sujet de l’auteur ; né en 1986, Camille Brunel a publié en 2018, également chez Alma Editeur, la guérilla des animaux (grand prix SGDL du premier roman 2019). Il est également l’auteur de deux essais : Vie imaginaire de Lautréamont (Gallimard, 2011) et Le cinéma des animaux (UV Editions, 2018). Il sortira à la rentrée un roman young adult animaliste chez Casterman, Après nous les animaux, collection « roman grand format ».

Crédit photographique © Coline Sentenac

Présentation de l’éditeur;

“Dans le jardin d’Isis (jeune femme végane, ultra connectée, animaliste) apparaît une grue Antigone, bel oiseau étranger à l’Europe. Très vite se multiplient d’autres apparitions insolites, allant de pair avec d’inexplicables disparitions d’hommes et de femmes. Le monde se dérègle et se peuple d’un bestiaire stupéfiant : c’est le début d’une étrange pandémie qui transforme les humains en animaux et confronte nos sociétés à un retour définitif à l’état de nature. Témoin de la métamorphose des membres de sa famille et de ses proches, Isis parviendra-t-elle à faire face à cette épreuve qui met à mal ses propres convictions”.

Camille Brunel revient avec un deuxième roman détonnant. En hommage à Lautréamont, il pense de manière originale le monde contemporain, tirant les ficelles jusqu’au-boutistes des travers de notre société. 

Source: Alma editeur

Je suis rarement si réservée, positivement parlant, quant à mon appréciation d’une œuvre littéraire, une part de moi est déconcertée, et je pense que c’est l’effet escompté, par la conceptualisation d’un tel phénomène, pour être honnête, j’ai toujours nourri une aversion craintive certaine pour la science-fiction, cependant, l’ouvrage ne peut pas vraiment y être apparenté, car le propre du genre est d’esquisser une explication plausible scientifique à un phénomène, ce qui lui confère en quelque sorte une certaine crédibilité ou du moins légitimité relative au récit . La science-fiction d’hier peut s’avérer le quotidien de demain, comme nous l’a allègrement démontré l’histoire ;

En ce sens, où placer ce roman ? c’est justement ce qui peut sembler déconcertant, il y a énormément de réalisme dans la causalité des événements, car ce ne sont ni plus ni moins que les travers sociétaux que nous nous efforçons, bien loin du bon sens, d’appliquer dans notre quotidien. Cependant, le roman est empli d’un imaginaire exponentiel au fil des pages, et ce, jusqu’à la chute.

C’est donc un « OLNI » Objet littéraire non identifié, à mi-chemin entre le pire et le meilleur des avenirs auquel on puisse aspirer ; Cela étant, j’ai apprécié, car nous avons besoin d’être bousculés ; le roman sort des sentiers battus et ouvre une multitude de fenêtres menant sur nous-même.

Là vous vous demandez, à juste titre, pourquoi je parle de fenêtres et non de portes; c’est vrai, souvent on évoque les portes; mais on regarde par la fenêtre, c’est l’exploration possible de ce qu’il y dehors mais aussi, cela implique que l’on puisse également regarder ce qu’il y a à l’intérieur, et plus objectivement, se visualiser tant à l’intérieur qu’à l’extérieur; en revanche, la porte quand on la prend, c’est généralement pour sortir … Ce roman est trop intéressant pour se contenter d’une entrée VS sortie dans notre quotidien !

Evidemment, au fil des pages, je me suis questionnée ; serais-je devenue bestiole ? Quel animal aurais-je pu incarner, dieu me garde d’être un chat, je suis une fille à chiens … tout au mieux un loup, tout au pire, un basset artésien… Tout est-il que la thématique centrale que j’ai sciemment pu extraire de mon esprit embrouillé post-lecture, c’est le traitement infligé aux animaux, cette supériorité propre à la race humaine, en ce sens, le roman peut alimenter de nombreuses réflexions personnelles. Je sens d’ici mes neurones malmenés durant plusieurs jours… mais, c’est un mal pour un bien …

Sous couvert apocalyptique, malgré l’effusion d’espoir jusqu’à la dernière seconde, on en vient à se demander, si finalement, cette surréalité, ne serait pas la clé d’un salut globalisé ; c’est l’apocalypse du genre humain, la fin d’un chapitre mais pas celle du livre ; ainsi naquit l’ère animale… Serait-ce pire ? Il faudrait le vivre pour le savoir ; il y a beaucoup de choses que j’envie à Queeny, la désinvolture d’une existence où tu peux « pisser » n’importe où, bon gré de ton envie, sans te soucier d’un quelconque passant qui pourrait entrevoir tes fesses… les animaux ne serait-il pas plus heureux sans nous ? Très certainement que si… Ne serions-nous pas plus heureux à vivre comme eux ? Assurément.

En gros, dans ce monde nouveau, ce n’est pas forcément le chaos qui prédomine, c’est peut-être tout simplement une nouvelle approche d’un monde plus équitable ; redistribuer les cartes pour mieux reconstruire ; et ainsi, mieux vivre.

On perçoit les préoccupations de l’auteur, la déconnexion de l’individu au monde, depuis que les réseaux ont gagné le monopole de notre attention, qui semble parfois bien limitée ; l’usurpation du leadership humain, on ne mangerait pas les animaux en sachant qu’il s’agit d’humain « métamorphosés », alors pourquoi le faire aujourd’hui ? Cette prise de conscience vegan, qui a déjà fait son chemin dans mon quotidien, il y a quelques années est consolidée par ce contenu ; enfin, la perception d’instinct, écraserais-je ma mère si animalisée, je me sentais menacée par sa présence ; on en vient à se demander si finalement, notre perception même de la menace animale n’est pas exagérée ; Combien d’entre nous n’écrase pas une araignée innocente au lieu de la laisser tout simplement passer ; sans tenir compte de l’incontestable « les petites bêtes ne mangent pas les grosses ».

C’est donc un roman qui bouscule, dans le bon sens, il sera très certainement plus efficace que les discours trop théoriques pour les récalcitrants car il permettra aux lecteurs de s’identifier, de se projeter, en tentant d’anticiper sa place dans cet univers « romanesque », tout en reconsidérant celle qu’il occupe dans le monde réel, au moment où, il tient cet écrit entre les mains… Après libre à lui de le percevoir comme une histoire, ou de l’entrevoir comme une possible introspection offerte par l’auteur, il y a un cheminement propre à chacun qui doit être mené.

Je le recommande donc à ceux qui veulent vivre mieux ; en sachant qu’il faudra vivre autrement ; toujours sur vos pieds rassurez-vous, même si les pattes peuvent présenter certains avantages ! Je suis réservée sur mon appréciation, parce que je trouve ce monde plus idyllique qu’alarmant, le concept d’uniformisation me plaît ; finalement, l’égalité de tous serait la clé pour obtenir la fin des souffrances animales par l’homme, qui soit dit en passant, en prend tellement pour son « grade » que j’ai pensé l’ombre d’un instant que l’auteur était une femme ; d’où le roman ne m’en a plus que davantage car un homme capable de prendre du recul sur sa « gent » » est un homme d’esprit ;  

Bref, je vous souhaite la même « réserve », les mêmes questionnements ; une plume aisée, fluide, très agréable à lire ; un roman d’action, très dynamique et qui, malgré la complexité des thématiques abordées permet vraiment au lecteur d’alimenter sa réflexion voire sa construction individuelle d’être vivant parmi les autres, aussi différents semblent-ils de prime abord, mais similaires en de nombreux points. Un livre donc, que je vous recommande assurément ;

Où acheter ? Le livre vendu 17 euros en version papier et 11.99 euros en E-book ; il est disponible par ICI

Le site officiel d’Alma Editeur / l’Instagram / Le Facebook / L’Instagram de l’auteur Camille Brunel.

CinéDog

L’appel de la forêt

9 août 2020

#CINEDOG

Bah moi j’aime bien…

L’appel de la forêt est un film américain de Chris Sanders sorti 19 février 2020 dans nos salles françaises, avec au casting ; Harrison Ford, Omar Sy, Dan Stevens, d’une durée d’1h 40min ; il est à placer dans la catégorie famille, aventure, drame…

L’opinion publique fut relativement critique à l’encontre de cette cinquième adaptation cinématographique du roman de Jack London, publié en 1903 sous son titre originel « The Call of the Wild » ; Trois ans plus tard, l’auteur à succès publiait l’incontournable Croc-blanc, lui-même adapté cinématographiquement en 1991, devenant un incontournable plébiscité par les adeptes des films de chien ; L’appel de la forêt, quant à lui, ne semble pas rencontrer le même accueil, les spectateurs paraissent peu convaincus par le recours massif aux procédés numériques, notamment pour donner vie au personnage principal canin, Buck. Cependant, les plus critiques restent ceux qui ne l’ont pas encore vu, anticipant la déception, ils préfèrent s’abstenir…

L’appel de la forêt, résumé : « La paisible vie domestique de Buck, un chien au grand cœur, bascule lorsqu’il est brusquement arraché à sa maison en Californie et se retrouve enrôlé comme chien de traîneau dans les étendues sauvages du Yukon canadien pendant la ruée vers l’or des années 1890. Buck va devoir s’adapter et lutter pour survivre, jusqu’à finalement trouver sa véritable place dans le monde en devenant son propre maître… »

Source 

Pourquoi j’ai aimé cette adaptation ? Tout d’abord, il faut replacer le contenu dans son contexte ; initialement, l’appel de la forêt, est un roman à placer dans la catégorie littérature, d’aventure, jeunesse ; en ce sens, l’adaptation répond à toutes ses promesses, c’est un film qui plait aux enfants et qui permet aux familles de se retrouver ensemble devant le grand écran ; L’aventure reste omniprésente, mais elle intègre une nouvelle dimension, par rapport au roman, une perspective plus psychologique, bien qu’à certains moments édulcorés, sans doute liée au recul de notre siècle sur son prédécesseur, en matière de psychologie humaine ; ainsi, l’on peut apprécier la performance de l’incontournable Harrison Ford, qui incarne magistralement, John Thornton, un homme brisé, très attachant, qui se reconstruit par cette rencontre canine. Notons, que l’interprétation d’Omar Sy est une valeur ajoutée à l’ensemble, on y retrouve son dynamisme et sa jovialité, un acteur qui vous donne le sourire même lorsqu’il joue dans un drame…

Enfin, le recours au numérique, contrairement aux critiques que j’ai pu lire sur la toile, ne me pose pas le moindre problème, que du contraire, implicitement ce choix des studios Disney reflète une réelle préoccupation quant aux conditions de sécurité et de bien-être des animaux sur les plateaux ; à juste titre, un vrai chien aurait permis une production plus rapide et moins coûteuse, cependant, ils ont choisi de recourir à la technologie et c’est tout à leur honneur ; considérant certaines scènes d’action périlleuses, c’est un choix qui cadre parfaitement avec le respect de l’animal et la bienveillance quant à sa sécurité.

L’ensemble reste convaincant, par l’association de prises de vues réelles et d’effets numériques bien réalisés, et ce, malgré l’absence d’un vrai Buck, pour moi, la magie opère, émotions et émerveillements sont au rendez-vous ; On ne peut rester insensible à ce périple amical, ces chemins de vie qui s’entrecroisent pour le meilleur et le pire ; Un film pour jeune public qui séduira très certainement les parents, en matière de contenu cinématographique, objectivement et très sincèrement, on a connu bien pire, à se farcir durant presque deux heures pour satisfaire la passion incommensurable de petit d’homme pour le septième art… Je le recommande aux familles, qui comme moi, apprécient la symbiose entre technologie, éthique animale, et belle histoire d’amitié inter-espèce…évidemment, l’humaine a versé sa larme, preuve que le “faux chien” reste efficace, dans cet ensemble émouvant !

Alimentation Le coin des gourmands

BEGBUDDY

3 août 2020

#FOODTIME

Comme un parfum d’été…

L’été, privilégiez les repas légers… C’est exactement ce que je vous propose de découvrir, une marque qui permet de mettre un peu de couleurs et de saveurs dans la gamelle de poilu ;

Beg Buddyest une marque allemande, lancée il y a un an, qui propose une alimentation saine pour nos boules de poils. Les deux fondateurs, initialement entraîneurs sportifs pour chien, convaincus que la bonne forme physique et l’alimentation sont étroitement liés, ont décidé de lancer cette gamme de produits sains et équilibrés pour nos compagnons.

Les valeurs de la marque nous plaisent beaucoup ; accessibilité, facilité de préparation, de fait, facile à transporter, c’est donc une alimentation qui peut aisément vous accompagner durant les vacances ; la transparence de la marque confère une parfaite traçabilité, qualité des aliments, les compositions sont réalisées à partir de nutriments de hautes qualités ; créatifs, goûteux… Une innovation qui ne manquera pas de plaire à votre boule de poils.

Que propose la marque ? Des smoothies, des nappages, des flocons, des huiles, mais également de la nourriture sèche (croquettes).

Tout d’abord le smoothie « Mind Setter » aux orties et épinards

Il s’agit d’un aliment complémentaire pour chiens adultes, sous forme de poudre, il suffit de la diluer, vous pouvez ainsi l’utiliser dans vos préparations culinaires, par exemple, les biscuits, jeux d’occupation, comme le tapis de léchage ou les kongs, ou encore, « en sauce » directement dans la gamelle ; Notons, que le smoothie peut également se transformer en « glace » si vous le disposez au congélateur après préparation ;

Composition :    48 % quinoa, 16 % carotte, 20 % banane, 13 % ortie, 3 % épinards Composants analytiques : Humidité 8,4 %, cendres brutes 5,1 %, protéines brutes 11,7 %, fibres brutes 6,7 %, matières grasses brutes 3,7 %

Recommandations relatives aux quantités :

  • Moins de 10 kg : 1 cuillère à café de poudre, 3 cuillères à café d’eau
  • Entre 10 et 20 kg : 2 cuillères à café de poudre, 6 cuillères à café d’eau
  • Entre 20 et 30 kg : 3 cuillères à café de poudre, 9 cuillères à café d’eau
  • Plus de 30 kg : 4 cuillères à café de poudre, 12 cuillères à café d’eau

Apports des autres nutriments :

Le quinoa est une céréale alternative sans gluten riche en protéines, calcium, vitamines et acides aminés essentiels au bien-être de votre chien. Le quinoa améliore la digestion et renforce le pelage de votre chien

La banane présente de nombreuses vitamines. La vitamine C renforce le système immunitaire de votre chien, soulage l’arthrose et lui donne de l’énergie. La banane contient des antioxydants qui auront un effet préventif sur le vieillissement des cellules de votre poilu.

Utilisation : Simple et efficace, il s’agit d’ajouter de l’eau et de mélanger, jusqu’à obtenir une version liquide qui pourra être utilisée de plusieurs manière !

Mon avis : J’ai transformé le smoothie en glace, en sauce et en gourmandise pour tapis de léchage, il a rencontré un franc succès auprès de Queeny ; Ce que j’apprécie c’est effectivement la facilité et la rapidité de préparation, un conditionnement écofriendly en valeur ajouté, et une composition propice au développement de la Miss ; effectivement, les orties et les épinards sont réputés pour booster la concentration et la mémoire… C’est donc parfaitement adapté aux jeux d’occupation.

Où acheter ? Le pot de 250 grammes est vendu 12.99 euros chez Inooko;

Aperçu proposé par la marque de toutes les utilisations possibles;

Pour information ; le smoothie existe également en saveur « Red Stewart », à base de quinoa, betterave et banane.

Ensuite, les flocons de légumes naturels « Beethoven »

Il s’agit de flocons de légumes composés de carottes, betteraves, pommes, citrouilles et fraises, l’odeur est très agréable, ce sont des compléments de haute qualité, séchés, dont les nutriments sont essentiels à la bonne santé de nos compagnons, car ils sont digestes, équilibré et intègrent une certaine diversité à la gamelle par rapport à ce que l’on peut placer habituellement en RM. Les bienfaits de la composition sont nombreux : apport pour la vision, la peau, ainsi que le pelage mais aussi renfort du système immunitaire et digestif ;

Bonus : Convient au régime BARF, à l’alimentation humide ou sèche ; et surtout, faible en calories.

Conseil d’utilisation, comme pour nos flocons, il suffit de les mélanger à de l’eau et patienter 10 minutes avant de pouvoir servir.

Apports des nutriments :

La carotte est riche en vitamine A, C, D, E, K, B1 et B6. Elle permet de renforcer le système immunitaire général, elle améliore également la vision oculaire et renforce les dents. Quant à la betterave rouge, elle favorise une meilleure digestion et assure une bonne absorption des nutriments. La pomme présente de nombreuses vitamines. La vitamine C qui renforce le système immunitaire, soulage l’arthrose et donne de l’énergie. La vitamine A qui joue un rôle essentiel pour la vision, la peau, ainsi que le pelage.

Composition :    45 % carotte, 27 % betterave rouge, 14 % pomme, 11,5 % citrouille, 2 % mangue, 0,5 % fraise Composants analytiques :  Humidité 9,9 %, cendres brutes 6,4 %, protéines brutes 6,1 %, fibres brutes 5,4 %, matières grasses brutes 0,8 %

Recommandations relatives aux quantités :

  • Moins de 10 kg : 1/2 à 3 cuillères à soupe de flocons et 50 ml d’eau (Équivalent à 75g de légumes frais)
  • Entre 10 et 20 kg : 4 à 5 cuillères à soupe de flocons et 100 ml d’eau (Équivalent à 150g de légumes frais)
  • Entre 20 et 30 kg : 6 à 8 cuillères à soupe de flocons et 150 ml d’eau (Équivalent à 225g de légumes frais)

C’est vraiment idéal pour les vacances, lorsque l’on n’a pas forcément la possibilité ou tout simplement, l’envie … de cuisiner pour nous comme pour poilu, le conditionnement en sachet fraîcheur « refermable » permet aisément de conserver toutes les saveurs, et donc, de nous accompagner durant le séjour. Queeny apprécie, perso, j’ai goûté, et je trouve cela très savoureux, je ne m’attendais par à tant de saveurs, c’est à la limite si vous ne pouvez pas en “subtiliser” une poignée pour agrémenter votre salade ! Autre gros plus, ça permet d’intégrer de nouvelles saveurs à la gamelle, c’est estival, comme l’équivalent de nos salades composées, édition « petits bonheurs » de l’été ; et surtout, c’est plein de bienfaits pour la santé ; un tel apport n’est pas négligeable en cette période de l’année. Queeny dort moins, principalement car il fait chaud, elle se dépense moins également, pour la même raison, mais aussi par la présence massive de touristes et d’interdiction de points d’accès aux chiens ; de fait, les sorties sont plus courtes ; le côté faible en calories et plein de bons nutriments m’ont donc complètement conquise.

Où acheter ? Le sachet de 500 grammes est vendu 14.99 euros, chez Inooko;

Lorsque l’on mélange les deux, on obtient une gamelle pleine de saveurs, les vacances sont aussi faîtes pour poilu !

Pour information, il existe d’autres saveurs à découvrir, pour varier les plaisirs gustatifs !

Vous l’aurez compris, un gros coup de cœur pour ce concept d’agréments à la gamelle, qui permet vraiment de proposer quelque chose qui sortira poilu de sa routine alimentaire !

Le site officiel / Le Facebook / L’Instagram / Shopper les produits chez Inooko;

%d blogueurs aiment cette page :