Moi, mon chien et le confinement…

Depuis le lundi 16 mars, annonce du Président, Emmanuel Macron, informant la population qu’au lendemain de son allocution, à savoir, le mardi 17 mars à midi, notre pays, la France serait placée en « confinement », moi et ma boule de poils sommes … comme la majorité des Français, confinées.

Comment gérons-nous le confinement, quelle organisation pour ce nouveau quotidien, quelles sont les règles imposées par la situation, et celles découlant du bon sens …? Voilà plusieurs questions, que nous voulions aborder avec vous.

Covid-19 et chiens …

Non, les chiens et chats … ne peuvent pas attraper ou nous transmettre le Covid-19 (ou même coronavirus); voici une vidéo qui pourra répondre aux questions que vous êtes nombreux à vous poser. Ce qu’il faut en retenir, votre chien ne peut pas vous « refiler » le Covid-19.

Source : Youtube

Des affirmations confirmées par l’ordre national des vétérinaires et largement relayées par les multiples associations et acteurs de la cause animale;

CLIC pour consulter les différentes publications officielles.

Cependant; certaines mesures sont vivement recommandées pour votre sécurité et celle des autres durant toute cette période de pandémie.

Lavez vous les mains très régulièrement, maintenez la distanciation sociale d’un mètre entre vous et les autres, mais aussi, entre votre chien et les autres humains… Imaginons qu’une personne malade éternue sur votre chien, et que juste après, vous attrapiez votre chien par le collier, étrangement… légèrement humide, suite à quoi, petite chatouille de printemps, vous portez votre main au visage… Cela reste hypothétiquement, possible, avec certes, un faible taux de probabilités… mais il faut cependant rester prudent, car cela fonctionne dans les deux sens, vous pourriez rendre quelqu’un malade, pensons à nos aînés.

Vigilance : Il ne sert à rien de laver et relaver votre chien, ne sombrez pas dans la paranoïa, mais restez vigilants…. Gardez vos habitudes et vos routines hygiènes et soins, en ajoutant la suivante, lavez-lui les pattes au retour de promenade, rincez-les à l’eau claire, ou utilisez des lingettes. Pourquoi? Dans l’éventualité ou poilu aurait marché dans un crachat humain… pour éviter lors des papouilles, de vous en mettre sur les doigts. En revanche, si votre chien a été en contact avec un autre humain, câlins, papouilles, etc… Il est recommandé de le laver ! Pour éviter d’avoir à le laver trop souvent durant le confinement, car ce n’est pas recommandé pour son bien-être, sa peau, son pelage, son système immunitaire, et bien d’autres choses; on évitera donc qu’il n’approche d’autres humains, que ceux, résidant dans votre foyer.

Mon chien et le confinement…

Ou autrement dit, qu’est-ce qui change, concrètement pour mon chien… ?

Tout d’abord, gardez à l’esprit que votre boule de poils, si vous travaillez à l’extérieur, habituellement, est maître dans l’art du confinement, donc ça ne change pas grand-chose pour poilu de rester à la maison, étant donné que c’est déjà le cas, à la normale. En revanche, ce qui change c’est votre présence permanente et la suppression de ses grandes virées à l’aventure.

Les sorties…

Vous avez le droit de sortir votre chien, mais en tenant compte des restrictions, il est donc imposé d’effectuer des sorties « de commodités » à proximité de votre domicile, et ce, en étant munis de votre attestation de déplacement dûment complétée.

Vous pouvez télécharger votre attestation ICI

Pour rappel, les motifs de sortie, légitimes, sont les suivants …

  • déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle,
    lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées
    sous forme de télétravail (sur justificatif permanent) ou déplacements
    professionnels ne pouvant être différés ;
  • déplacements pour effectuer des achats de première nécessité dans des
    établissements autorisés (liste sur gouvernement.fr) ;
  • déplacements pour motif de santé ;
  • déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes
    vulnérables ou la garde d’enfants ;
  • déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle
    des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins
    des animaux de compagnie.

Notre fonctionnement : Queeny fait ses besoins dans le jardin et on effectue deux sorties en suivant un petit sentier qui se trouve à proximité de la maison, une le matin et l’autre en fin d’après-midi.

Pourquoi deux fois par jour, et pas plus ? Tout simplement car il y aura un après Covid-19, et qu’en sortant Queeny 10 fois par jour, le retour à la réalité d’un quotidien non confiné risque d’être très difficile à vivre pour elle. Nos boules de poils prennent vite de nouvelles habitudes… Cette situation, aussi pénible soit-elle, n’en demeure pas moins temporaire, c’est pourquoi, il est important pour l’équilibre de votre chien de garder à l’esprit qu’il poursuivra le confinement « seul » lorsque la levée du confinement humain sera amorcée. Nous compensons en passant du temps au jardin… pour s’aérer.

Cela étant, je conçois parfaitement, qu’en appartement ou dans un espace réduit, il doit nécessaire psychologiquement de s’aérer davantage. D’où, chacun doit adapter ses pratiques au cas par cas, selon la configuration de son lieu de confinement.

Queeny a mal vécu les premiers jours de confinement, habituée à de longues promenades à la plage, celle-ci étant strictement interdite d’accès, et ce, jusqu’à nouvel ordre, les sorties devant être limitées, il a fallu s’adapter et trouver une nouvelle organisation; Cependant, nous n’avons pas à nous plaindre, je pense, notamment, à ceux qui n’ont pas de jardin, pour qui, la situation doit être plus compliquée à gérer. En quatre jours, ce nouvel équilibre a été instauré à la maison, sans trop de difficultés…

On sort son chien, idéalement seul, ou éventuellement, avec un membre du foyer, si et seulement si, cela se justifie; je pense notamment, aux enfants qui ne peuvent pas être laissés seuls à la maison, il est légitime qu’ils vous accompagnent.

Avec bon sens, pas de randonnées, pas d’endroits interdits, pas de promenade de deux heures, pas de promenade en groupe, en sachant que la majorité des plages, parcs, forêts sont désormais interdits… Trouvez-vous, un sentier, un espace vert ou un coin « autorisé » à proximité du domicile, partagez le bon plan avec les copains du quartier en vous fixant des tranches horaires… Pour les chiens, ils peuvent être en contact, ils ne peuvent rien se transmettre alors si vous avez un chiot, il est envisageable pour sa socialisation qu’il côtoie d’autres chiens, les copains du coin, dans un espace clos, s’il y en a un à proximité, à la seule condition que les humains, quant à eux, gardent les distances obligatoires; à savoir, un mètre de distanciation sociale.

Sécurité : Avec le confinement, il est important de sortir votre chien en laisse, si celui-ci présente un rappel non acquis, les recherches sont pour ainsi dire, impossibles à organiser durant cette période de restriction, de fait, si poilu venait à se sauver ou se perdre, il serait très compliqué de le retrouver selon les procédés habituels. Personnellement, je lâche Queeny au niveau du sentier, mais je la garde en laisse à proximité des routes et de notre lotissement.

Confinement, s’occuper, m’occuper, l’occuper…

Vous avez le sentiment de devoir occuper votre chien, ce qui nous ramène au premier constat… Au cas par cas, demandez-vous ce qui meublait les journées de votre boule de poils avant tout cela.

Pour Queeny, c’était sieste, attente de mon retour… Elle n’a donc nullement besoin d’être occupée outre mesure… C’est moi, qui dois trouver de quoi m’occuper. Cependant, je suis présente, il est donc, normal, qu’elle sollicite de l’attention.

Vigilance: Il ne faut pas sur-stimuler votre chien, en lui proposant, trop d’activités sur la journée, et ce, pour les mêmes raisons qu’évoquées lors des sorties… Tout d’abord, il y aura un après confinement et celui-ci risque d’être brutal pour votre chien si vous ne tenez pas compte de la nécessité de maintenir un équilibre entre ses habitudes, la situation vécue actuellement, et la situation à la sortie du Covid-19. Ensuite, votre chien a besoin de repos, contre toute attente, un chien, ça dort… Il est donc important de laisser à votre chien le loisir d’effectuer ses cycles de sommeil journaliers.

Nous avons des temps d’activités ensemble, mais nous nous acclimatons aussi au positif de cette situation, nous avons du temps pour « ne rien faire », partager les silences et se détendre, ensemble. De fait, n’hésitez pas à prendre exemple sur votre boule de poils, en effectuant une sieste, en vous posant au calme avec un livre, en regardant un film … Le matin nous prenons le temps de nous réveiller en douceur, et de nous lever tranquillement, ce qui n’est habituellement le cas, que le week-end…

Sur le blog, vous pourrez trouver plusieurs articles qui proposent des activités à faire avec votre boule de poils : Dans la rubrique Winter mais aussi des DIY ou encore des films et livres qui peuvent vous occuper ensemble; Les jeux et activités à faire lorsqu’on est bloqué à la maison…

Il faut donc occuper votre chien afin de compenser la perte d’activité liée aux grandes promenades mais pas le préparer aux J.O…. On compense, sans pour autant multiplier…Il est nécessaire de lui faire faire de l’exercice à la maison, même si vous vivez en appartement, en respectant les mesures de sécurité, qu’il ne puisse pas glisser, se faire mal en se cognant aux meubles etc. Une activité physique maintenue, adaptée à la situation, à configuration de l’habitation ou du jardin, aux restrictions de sortie, à sa morphologie, mais aussi, à ses pathologies et à son âge. Bref, au cas par cas, vous connaissez votre chien, ses habitudes, ses besoins et parviendrez à lui concocter un programme adéquat afin de le maintenir en bonne forme physique et mentale. La stimulation mentale peut aisément compenser la diminution des activités physiques, pensez-y, on peut par DIY, si on n’a pas de jeux d’occupation, mettre en place, facilement et à moindres coûts des dispositifs efficaces.

Vigilance : Vous passez davantage de temps avec poilu, vous en profitez pour travailler son éducation, pour lui apprendre des tours, pour confectionner des jeux d’occupation « DIY », et c’est génial… Cependant, ne perdez pas de vue, la gestion raisonnable des « récompenses », entendons, les friandises. Pour cause, l’activité physique de votre boule de poils est réduite, par les restrictions de sorties, il est donc important de surveiller son alimentation, pour cela, réduisez sa ration alimentaire de 10% si vous accentuez les friandises durant les activités ludiques. Il faut adapter ses quantités alimentaires proportionnellement à vos nouvelles pratiques gustatives.

Nous humains, devons également faire attention, aux grignotages… et éviter de donner trop de nourriture humaine à nos boules de poils… Je mange une crêpe… « ohh tiens… un petit morceau… » Pourquoi, est-ce si tentant??? Car nous passons tout notre temps ensemble, cela renforce les liens, on partage absolument tout, actuellement, seulement, il faut rester vigilants afin que poilu ne prenne pas de poids durant cette période de confinement;

La culpabilité de l’humain… Nous nous sentons coupable, indirectement, de priver nos chiens de grandes sorties, et inconsciemment nous avons le sentiment de devoir compenser, en proposant des activités en abondance, et des friandises à outrance.. Gardons à l’esprit, que ce n’est pas nécessaire… On instaure un ou plusieurs rituels activités durant la journée, de courte durée, pour que l’attention et la concentration soient optimales, on favorise la valorisation, on ne reste jamais sur un échec et on ne place jamais son chien en situation d’échec en proposant quelque chose qu’il n’est pas en capacité d’accomplir de par sa morphologie ou son âge.

Autre risque: Le sur-attachement, nous passons tout notre temps avec nos boules de poils, cependant, si nous ne maintenons pas l’équilibre, nos chiens peuvent développer un sur-attachement, l’après Covid-19 risque d’engranger des angoisses de séparation… liées à l’hyper-attachement. Ces troubles peuvent avoir de lourdes conséquences pour votre chien et votre mobilier… aboiement, démolition, mal-être, … (plus d’informations ici et ICI ) Il est important que votre boule de poils garde son autonomie, et ce, malgré votre présence permanente. Il doit garder ses moments à lui, des moments où, dirons-nous, la configuration d’avant le Covid-19, il s’occupait seul, par exemple, avec des jeux en autonomie, un doudou, ronger un sabot, un tapis d’occupation à lécher, de la mastication, et ce, dans son espace à lui, entendons, un coin, de son choix où il peut vaquer à ses occupations en paix. Il doit garder l’habitude d’avoir des moments seuls, à la maison, afin qu’il supporte le retour à la solitude après la levée du confinement; il faut maintenir l’autonomie et l’équilibre.

Faire la sourde oreille aux chants de sirènes…

Lutter contre votre ennui, dans le respect de votre compagnon, je vois, depuis plusieurs jours, beaucoup de défis qui ne semblent pas au goût de toutes les boules de poils… Parfois, certains humains réalisent ces défis sans prendre en considération les signaux d’apaisement, ni les risques encourus pour eux, ou pour le chien. Exemple: Il est parfaitement irresponsable de soulever un chien qui se débat sur un balcon… Je dis ça, je dis rien, mais en le tenant à bout de bras juste derrière une rambarde… je vois pas comment vous parviendriez à le rattraper s’il tombe… Si vous vous adonnez à de nouveaux apprentissages, c’est uniquement dans le respect et en suivant les règles… L’apprentissage n’a de sens que si votre boule de poils se sent investie, si elle s’amuse, si elle apprend… Par amour vos chiens feraient n’importe quoi, n’en profitez pas… Demandez-vous toujours : Est-ce que ça lui apporte quelque chose, est-ce qu’il s’amuse, est-ce qu’il a envie de faire ce jeu, est-ce qu’il est en capacité avec le temps ou directement d’y parvenir, pour ne pas le placer en situation d’échec… soyez également attentif aux signaux d’apaisement…

Confiné ok … mais pas sous-alimenté …

Nous avons abordé la question du contrôle alimentaire, pour éviter de sombrer dans une trop grande abondance; notamment, avec les récompenses. Pour ce qui est de l’alimentation, sachez que les magasins alimentaires pour animaux sont ouverts et approvisionnés, tout comme les commerces alimentaires humains et les supermarchés.

Les animaleries en ligne et les boutiques virtuelles pour animaux continuent de fonctionner, quasi normalement, cependant, certaines ont instauré, par mesure de sécurité, des jours d’expédition, ce qui pourrait rallonger les délais d’acheminement de vos commandes. Niveau livraison, Chronopost a confirmé que les livraisons seraient assurées; en revanche, les points relais sont fermés et la poste, présente, selon les régions, certains dysfonctionnements.

Comme pour vos propres réapprovisionnements, privilégiez les grandes quantités afin de limiter vos sorties; sans pour autant engendrer de pénurie, une sortie par semaine, ou tous les 10 jours, on pense solidaire… mais on limite les déplacements, les sorties, et donc de se retrouver dans les supermarchés, c’est le concept même du confinement, sortir le moins possible pour limiter au maximum les contacts entre humains et donc aplanir la courbe de progression de la pandémie afin d’éviter la saturation de notre système de santé, contraignant ainsi, les soignants à devoir faire des choix, comme c’est malheureusement le cas en Italie et désormais en France, ce que l’on qualifie de « médecine de guerre ». Témoignage ici…

Allo véto … BOBO

Durant la période de confinement, les vétérinaires travaillent toujours, cependant, certains aménagements ont été mis en place afin de prévenir les risques et de répondre aux contraintes de distanciation liées à la crise sanitaire… Que faire si votre chien tombe malade durant la période de confinement ?

RECOMMANDATIONS AUX PROPRIÉTAIRES D’ANIMAUX DANS LE CADRE DE L’ÉPIDÉMIE DE COVID-19

Les cabinets et cliniques vétérinaires ne font pas partie des établissements ayant obligation de fermeture. Bien au contraire, ils sont considérés comme une activité essentielle puisqu’ils assurent d’une part le suivi des animaux d’élevage nécessaire à l’approvisionnement alimentaire, et, d’autre part, les soins et le suivi des animaux de compagnie qui se trouvent eux-aussi confinés.

Ainsi les vétérinaires ont dû s’adapter face au virus, et chaque praticien a mis en place la meilleure solution possible pour les propriétaires d’animaux en fonction de ses moyens et des risques encourus par les propriétaires, leur personnel et eux-mêmes. Ceci explique que le fonctionnement des établissements vétérinaires se trouve parfois profondément changé : horaires d’ouverture modifiés, voire réduits, personnel restreint, voire absent pour cause de garde d’enfants, soins réservés aux urgences, renouvellement de médicaments sur rendez-vous, et surtout mise en place de mesures strictes de biosécurité.

En plus des gestes barrières, il est important de suivre certaines règles. Tout d’abord, téléphonez à votre vétérinaire qui sera le seul juge de la nécessité de votre déplacement, et qui pourra alors gérer le flux de passage dans son établissement sans compromettre la santé de tous. Ensuite, une fois sur place, respectez les consignes qui vous seront données par l’équipe soignante, et respectez les consignes de distanciation. Enfin sachez qu’aucune rupture de médicaments ou d’aliments n’est annoncée ou prévisible à ce jour. Au-delà de maintenir, autant que faire se peut, un niveau de service élevé, les vétérinaires se sont également engagés auprès des services de santé en proposant leur matériel (appareil de respiration, concentrateur d’oxygène, pousse-seringues, etc.) et en s’inscrivant dans la réserve des services de santé. Par ailleurs, leur formation en biosécurité et en santé vétérinaire publique leur permet de répondre à vos éventuelles interrogations sur les bonnes attitudes à adopter.

Alors n’hésitez pas à leur poser vos questions, elles et ils seront heureux(ses) de contribuer à votre protection, celle de votre entourage et à la leur, tout en prenant soin de vos animaux !

SOURCE

Vous pouvez donc vous rassurer, en cas d’urgence, votre boule de poils bénéficiera d’une prise en charge !

Pour les cliniques vétérinaires équipées, sachez que la téléconsultation est également possible avec Linkyvet pour les petits bobos moins inquiétants. CLIC

Une période de solidarité, nouvellement retrouvée…

Pour les personnels soignants, les personnes qui continuent à faire tourner la production, le réapprovisionnement de nos commerces, le bon fonctionnement administratif indispensable, et la collecte des déchets… mais aussi, pour les personnes qui ne peuvent sortir. Des sites de gardes et de services, c’est-à-dire, pouvant proposer une aide entre particuliers, notamment, pour sortir votre compagnon, se sont mobilisés sur internet.

Bibou qui propose une aide entre particuliers, pour la garde ou les sorties de nos compagnons. CLIC pour y accéder.

Emprunte mon Toutou qui propose également ces services, et cette aide. Clic pour y accéder.

On ne va pas se mentir, habituellement, je suis contre ce type de pratique, entre particuliers, pour les raisons évoquées, confiance, expérience, sécurité, mais durant ce climat de crise sanitaire inédit, il faut reconnaître que ces dispositifs sont en capacité de venir en aide aux personnes qui sont mobilisés en première ligne ou aux autres qui, pour des raisons de vulnérabilité, ne peuvent pas mettre le pied dehors.

Ces services peuvent également vous aider si vous tombez malade; En cas de maladie, contactez votre médecin en priorité, ne vous rendez pas sur place, appelez, en revanche, si vous présentez des signes de détresse respiratoire ou des symptômes du virus, contacter les services d’urgence. Un site permet également d’évaluer vos symptômes CLIC

Notons, qu’à votre échelle, il est parfaitement possible, de vous rendre utile dans votre quartier. En proposant votre aide aux personnes plus vulnérables pour faire des courses, sortir leur boule de poils, imprimer des attestations, prendre des nouvelles, même si ce n’est que par téléphone, les aînés, ne doivent pas se sentir isolés.

Une application « une lettre, un sourire« , permet de contribuer à rompre cet isolement, il suffit d’écrire une lettre qui sera transmise aléatoirement à un résident d’Ehpad, partout en France, vous n’écrivez pas à vos proches, vous écrirez aux personnes seules, sans famille, ou sans possibilité de contacts avec leur famille. Un geste solidaire, en deux clics… POUR PARTICIPER CLIC

Nous sommes, pour la plupart, coupés de nos familles, de nos parents, de nos grands-parents … Pour notre sécurité et pour la leur… Aussi, Névéo, vous offre deux mois gratuits afin de faire parvenir un journal à vos proches … Une surprise qui peut mettre du baume au cœur lorsque le manque les gagne. Pour cela, il vous suffit d’utiliser le code « SOUTIEN » en finalisant votre commande, durant deux mois, un journal composé de 50 photos et textes personnalisés sera envoyé au proche de votre choix.

Une autre forme de solidarité, c’est la bienveillance, … Durant cette période de confinement, les risques de violences conjugales mais aussi animales sont multipliés. Le confinement rend nerveux, les risques sont réels. Si vous entendez ou assistez à des comportements violents, envers des personnes, des enfants ou des animaux, les démarches d’intervention restent inchangées.

Pour les humains, composez-le 3919, il s’agit d’un numéro d’urgence nationale / pour les animaux, en contactant l’un de ces intervenants, voire plusieurs, et/ou la police ou la gendarmerie la plus proche. Ils sont très occupés, mais prennent toujours au sérieux les violences, en ayant conscience de la situation de dangerosité d’un confinement pour les plus vulnérables.

  • 30 millions d’amis : 01 56 59 04 44
  • Association Stéphane Lamart : 01 44 75 00 47
  • Association Brigitte Bardot : 01 45 05 14 60
  • Société Protectrice des Animaux : 01 43 80 40 66 et par email enquetes@spa.asso.fr en fournissant un maximum de détails sur les faits et le lieu pour qu’une enquête puisse être ouverte, si possible avec photos ou vidéo à l’appui.

Des bons plans pour les humains… Activités et découvertes…

J’estime avoir de la chance de vivre mon confinement avec ma boule de poils, sa présence permet de rompre le silence, de maintenir un semblant de discussion… d’interactions sociales … même si les réponses sont corporelles et non verbales, sa présence est rassurante et permet de maintenir un semblant de normalité dans ce nouveau quotidien. Voici des activités qui devraient vous aider à meubler vos journées…

Des musées à visiter gratuitement depuis chez vous CLIC / CLIC / CLIC / CLIC / CLIC/ CLIC Des livres et films gratuits CLIC / CLIC / CLIC Des ressources pédagogiques gratuites pour petits et grands CLIC / INA et sa nouvelle plateforme CLIC / Des histoires à écouter en famille CLIC / Pour les enfants CLIC Mais aussi des concerts CLIC / et de l’art en Podcasts CLIC / Des possibilités culturelles variées CLIC De nombreux artistes donnent des concerts depuis chez eux, sur leur Facebook : M, Calogero, Jean-Louis Aubert, Patrick Bruel, et bien d’autres… Et pour conclure, un best juste ICI

Au pire, je suis certaine qu’il y a du rangement à faire « Marie Kombo… » sors de ce corps!

Durant cette période, prenez soin de vous et de vos proches, même si vous ne pouvez les voir actuellement, donnez et prenez des nouvelles.. Nos boules de poils sont, plus que jamais, nos meilleurs alliés.