Éducateur, coach, comportementaliste, on s’y perd… Des clés pour s’y retrouver !

#Collaboration

Vous êtes nombreux à me contacter afin de relater vos mauvaises expériences, ou encore, pour me poser des questions lorsque vous cherchez un éducateur canin; J’ai toujours été claire sur le fait, que je ne suis ni comportementaliste, ni éducatrice, et que les articles rédigés sur le blog ne témoignent que de mon vécu avec Queeny, il s’agit de conseils issus de notre propre expérience. Cependant, je vous recommande fréquemment de vous tourner vers un professionnel lorsque la situation vous échappe, ou lorsqu’une aide semble nécessaire pour améliorer le quotidien de votre boule de poils, ou tout simplement, la cohabitation avec celle-ci.

Quand se tourner vers un professionnel ?

Pour l’éducation du chiot, la rééducation du chien adulte au moment de son adoption, ou à l’âge adulte, à l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille, lors d’un déménagement, suite à un traumatisme, par exemple: attaque par un congénère, perte de son compagnon de toujours; mais aussi, pour remédier à des troubles du comportement, qui génèrent mal être chez votre boule de poils, complication au sein du foyer, ou encore, conflits avec les voisins. Les motifs de consultation sont multiples; mon chien aboie, mord, détruit, il ne supporte pas le nouvel arrivé, il tire en laisse, il fait un burn-out, il est fugueur, il tente de s’échapper du jardin dès que nous avons le dos tourné, il fait des trous, arrache le papier peint, il vole, se soulage dans la maison, ne supporte pas les congénères, ou encore, les chats, il grogne sur les enfants, …

Tant de problématiques comportementales qui relèvent bien souvent, d’un problème de compréhension entre vous et votre chien, un professionnel vous viendra en aide, tout d’abord, parce qu’il est en capacité de poser un regard extérieur et objectif, sans l’affect qui caractérise votre relation, ce qui permettra à son expertise de la situation d’être la plus adaptée possible à votre cas, prenant en compte toute la complexité des paramètres relevant de votre mode de vie, vos caractères respectifs, les configurations spécifiques de votre habitation, ou encore, de votre organisation logistique, vos habitudes à l’intérieur mais aussi à l’extérieur, etc… ; Ce n’est pas intentionnel, mais parfois, nous sommes à l’origine des problèmes de nos poilus… par nos propres comportements ! Le professionnel pourra porter un regard bienveillant mais franc et lucide sur la situation ! Les ouvrages éducatifs sont généralisant, et de fait, il ne porte pas toujours de solutions à vos problématiques particulières.

Se pose alors la grande question « Vers qui se tourner ? » Un coach, un éducateur, un comportementaliste… Finalement, c’est quoi la différence ? Comment choisir, dans cet univers ultra connecté ou les offres fussent ? Quelles sont les critères permettant de certifier que nous sommes bel et bien face à un professionnel, et non, un autodidacte aux résultats hypothétiquement peu fiables ?

Afin d’accéder le plus efficacement possible à votre demande d’information, et surtout, de vous apporter des réponses concises, je me suis tournée vers deux professionnels de l’univers canins, deux personnes que j’apprécie énormément pour leur professionnalisme et leur gentillesse, deux accoutumés des problématiques comportementales qui ont placé leur expérience et leur compétence aux services de vos questionnements, afin de produire un décryptage simple par lequel, nous l’espérons, vos questions trouveront réponses.

SOSPETS & CO.

Vous livre des clés, pour aborder sereinement votre quête du professionnel le plus adapté possible à vos besoins … Entendons, celui qui sera le plus à même de vous venir en aide !

Aujourd’hui, nous constatons beaucoup de polémiques vis à vis des ‘éducateurs’ /comportementalistes / coachs /conseils en comportement et des méthodes d’éducation, conseil en relation homme/chien….

Les propriétaires s’y perdent et ne savent pas comment se dépatouiller de tout cela. Et c’est bien normal.

Gardez en tête que : quel que soit le titre que la personne se donne, tous font à peu près la même chose : éduquer ou rééduquer un chien.Par contre, il faut savoir que le seul diplôme reconnu par l’état est le BP d’éducateur canin. Seul diplôme qui permet de se targuer d’être Educateur canin et de revendiquer ce titre. A savoir que peu de BP prônent l’éducation positive. Mais il y en a !
Un comportementaliste est vétérinaire et a passé des diplômes complémentaires sur le comportement. Je sais, beaucoup de professionnels se disent ‘Comportementalistes’ sans être vétérinaires. Normalement, ce titre est réservé aux vétérinaires. On pourra dire qu’il s’est vulgarisé

Nous allons tenter de vous expliquer le plus simplement possible les différents courants ainsi que ce que vous pouvez en attendre.

Libre à vous d’éduquer votre chien avec la méthode qui vous convient.

2 méthodes principales existent

1/ La méthode traditionnelle dite coercitive :

C’est une méthode qui est fondée sur la domination de l’homme sur l’animal et sur de nombreux interdits afin de canaliser le chien et qu’il ne prenne pas la place de l’humain dans la hiérarchie.

Ainsi, vous entendrez des conseils du type : le chien doit manger après vous, il passe après vous par la porte, il ne doit pas dormir avec vous sous peine que vous soyez débordé, bébé il faut le mettre sur le dos et le maintenir par la peau du coup, en cas d’accident de pipi ou caca dans la maison, lui mettre le nez dedans et lui dire NON.

La marche en laisse est gérée de manière assez brutale : lorsque le chien tire, on le rappelle à l’ordre en tirant un grand coup sec sur la laisse. En promenade, on travaille le rappel avec une chainette dans la main ou une cannette remplie de petit cailloux. Si le chien n’obéit pas de suite, il prend la chainette au mieux à côté de lui eu pire, sur la tête. Le but étant de lui rappeler que l’on est là.

Qu’en pensons-nous aujourd’hui ?

Nous avons appris, grâce au DE Relation Homme-Chien de l’Ecole vétérinaire de Maison Alfort (que nous avons fait) et à coup de résultats d’études scientifiques que la dominance n’existe pas en tant que telle. Ah bon ? Mais alors, un chien ne peut pas nous dominer ? Ah bah, si elle n’existe pas entre les chiens eux-mêmes, elle existe entre moins entre 2 espèces différentes.

 Il y a des chiens qui ont beaucoup de caractère, d’autres qui sont réactifs à certaines choses, d’autres qui sont très craintifs, ….. cela n’en fait pas des dominants et des soumis.

Cela étant posé : Réfléchissons aux conseils que l’on entend dans cette méthode juste avec du GBS (gros bon sens) :

• Le chien doit manger après vous : Si un chien a faim et que l’on mange à côté de lui, que va t il se passer ? Il va probablement nous casser les pieds. Alors que si nous le faisons manger avant ou en même temps que nous, il sera plus zen et plus attentif à nos demandes envers lui

• Il doit passer la porte après vous : Là, j’avoue, je n’ai jamais bien compris cette technique à part le fait qu’il soit toujours derrière, donc après le chef

• Il ne doit pas dormir avec vous : Si on prend un animal à la maison, nous sommes d’accord pour dire que cela nous fait plaisir . Pourquoi le chien n’aurait pas le droit de dormir avec nous si nous en avons envie ? Il n’y a aucune raison qui justifie cette interdiction outre des problèmes d’hygiène mais avouez que c’est bien sympa d’avoir une boule de poils collée.

• Le mettre sur le dos et le prendre par le coup comme le ferait sa mère : 1/ la mère ne fait pas cela. Lorsqu’elle le prend par le coup, c’est pour le déplacer, pas pour le gronder. Elle ne le met pas non plus sur le dos. Elle le maintien au sol jusqu’à ce qu’il se calme (les 4 pattes sont au sol)

• Lui mettre le nez dans son pipi ou autre et lui dire NON : Si vous faites cela, vous retardez la propreté de votre chien. En effet, vous accordez de l’attention à ce qu’il vient de faire même si c’est négatif sans lui montrer le bon comportement.

• Tirer sur la laisse : Ca fait mal au chien, peut avoir des conséquences irréversibles et là encore, on n’apprend pas le bon comportement au chien

• Le rappel : C’est une méthode qui peut fonctionner, c’est vrai mais pour les chiens les plus sensibles, il s’éloignera encore plus pour que vous ne puissiez pas l’atteindre et je ne vous parle pas de l’absence de confiance en vous qui va en découler.

1bis / Une autre technique est beaucoup utilisée qui est une méthode issue de la première : C’est ce que l’on appelle le ‘tradi bonbon’.

Par exemple, le chien fait un mauvais comportement – il est puni (souvent avec violence verbale ou physique) : il arrête le mauvais comportement – on le récompense. Hum, pas très logique et les chiens ne s’y retrouvent pas.

Alors, oui, on peut obtenir des résultats avec ces méthodes. C’est exact. Mais quelle relation souhaite t on avoir avec notre chien ? Une relation fondée sur la terreur ou la confiance mutuelle ?

2/ La méthode positive / collaborative / Bienveillante :

La méthode consiste à se concentrer avant tout sur ce que le chien fait bien et le récompenser pour cela. Soit à la voix soit avec des friandises ou du jeu. L’idée est de montrer au chien le bon comportement à avoir et de renforcer ce dernier. Il n’est pas ici question de le laisser faire n’importe quoi ni de lui donner des friandises toute sa vie.

Pas de notion de dominance ou de soumission dans ces techniques ni dans la vision de la relation entre chiens ou chien-humain

Ainsi, le bien-être du chien est privilégié et à terme la relation homme-chien

Je ne vais pas ici vous développer toutes les techniques de la méthode positive car elles sont nombreuses et peuvent changer selon le chien et le propriétaire. Mais vous voyez bien maintenant les différentes fondamentales

Juste à titre d’exemple, la propreté : Le chien doit sortir toute les 1h30, après la sieste, le repas ou un moment de jeu. Si un pipi ou un caca est fait dehors, on s’extasie ‘C’est super mon loulou…. Génial !’ avec la voix la plus enjouée possible qui part dans les aigus. C’est ce qu’on appelle le baby talk et les chiens adorent ça. Si il y a un accident à la maison, on ne dit rien. On prend le chien dans les bras et on va dehors avec lui.

Le méthode ‘Positive’ peut prendre plus de temps à intégrer par le chien mais elle est pérenne parce que l’on fait comprendre au chien le bon comportement à avoir et renforce les liens avec les propriétaires

Dans l’éducation canine, il est essentiel tout d’abord que vous soyez en accord avec la méthode que va utiliser le professionnel et que vous la compreniez. Que toute la famille l’adopte sous peine de perturber le chien et qu’il ne comprenne plus ce que l’on attend de lui.

De plus, il est essentiel de très bien s’entendre avec le professionnel avec qui vous allez travailler. Il va vous expliquer, mon montrer, vous transmettre mais c’est A VOUS d’éduquer votre chien. Si vous ne travaillez que dans les séances, cela NE SERT A RIEN. C’est de l’argent jeté par la fenêtre. Vous devez travailler entre chaque cours et après.

Pour ma part, la relation avec le professionnel est plus que primordiale car il va devoir vous comprendre et détecter si il existe des problèmes relationnels avec votre animal . Si il y a des problèmes et que ces derniers ne sont pas résolus, vous ne pourrez pas travailler correctement avec votre chien. Souvent, les ‘positifs’ sont excellents avec les chiens mais oublient l’humain qu’il y a à côté. Ainsi, c’est à vous de discuter avec le professionnel pour comprendre s’il est un peu psychologue ou si le chien est sa priorité

Ainsi, lorsque vous chercher une aide pour votre chien : que ce soit pour l’éduquer, pour un problème de comportement que vous n’arrivez pas à gérer ou autre, voici les choses à vérifier avant tout :

1/ Est il diplomé de quelque chose ? Ou a t il été formé ? (vérifier et regarder en quoi consiste ces formations). Pour nous, les personnes qui ont été formées à L’ENVA, au centre du bien-être animal, le centre Animalin de Catherine Collignon, Vox Animae , Animal University sont des personnes qui sont bien formées et qui ont les outils pour bien travailler.

2/ A t il son CCAD (ou les autres noms donnés récemment) ACACED : OBLIGATOIRE et est-il déclaré ?

3/ A t il une assurance ?

4/ Quel est la méthode éducative qu’il utilise ? Vous devriez comprendre en lui posant des questions et selon ses formations. Vous avez le droit de préférer la méthode traditionnelle mais soyez en informé au préalable;

5/ Vous comprend- il et s’adapte t il a vos attentes et besoins ou suit-il un process unique ? Acheter des forfaits de 10 cours n’est pas une bonne idée. D’abord parce qu’on ne sait jamais à l’avance si ces séances vont nous satisfaire (vous avez le droit de vous tromper d’éducateur), 3 séances peuvent suffire si vous travaillez bien entre les séances, parfois, il en faut 15. Vous pouvez aussi abandonner après 5 séances (cela arrive très souvent)…. Bref, une fois que vous avez payé le forfait, c’est trop tard. Pas de remboursement possible (à part quelques personnes très très honnêtes).

Éduquer un chien n’est pas compliqué. C’est plus difficile de bien faire comprendre aux propriétaires.

Chacun de nous a ses priorités et ses limites. C’est à vous de définir en famille ce que le chien aura le droit de faire ou pas et de vous y tenir : monter sur le canapé, dormir avec vous……. La famille doit rester cohérente

A mon sens, les commandes les plus importantes dans l’éducation sont :

  • Que le chien sache s’asseoir sur commande (quand c’est possible, selon la race)
  • Le rappel
  • Le STOP
  • La marche en laisse sans tirer
  • Le ‘A ta place’ (le chien doit aller dans son panier et y rester)
  • Le lâche

Dans notre application SOS PETS & Co, ne sont référencées que des personnes qui travaillent en positif dans le respect et le bien-être de l’animal et de son propriétaire.

Elles sont toutes déclarées, ont leur CCAD/ACCACED….,ont signées notre charte (disponible sur notre site internet), sont issues de formation que nous validons ou sont inscrites au MFEC (Mouvement Français des éducateurs canins). Lorsque les personnes nous contactent et ne sont pas issues de ces formations, nous avons un entretien téléphonique pendant lequel nous vérifions leur méthode de travail. Ce n’est qu’après que nous acceptons ou pas de les référencer. Certains travaillent très bien sans avoir été formé. Juste avec de l’observation et du bon sens.

Il est plus difficile de nous engager sur leur psychologie mais nous sommes confiants sur le fait qu’ils font de leur mieux pour s’adapter aux propriétaires et à leurs chiens.

Nous espérons que cet article vous aura permis d’y voir un peu plus clair dans les méthodes. Encore une fois, vous êtes libres de choisir la méthode qui vous convient le mieux.  Cet article n’a pas pour but de faire un procès mais d’essayer de vous présenter avec objectivité les différentes méthodes proposées. Nous espérons vous y avoir aidé.

Nous tenons à remercier Olivia et Luc, pour cette collaboration, un article super, rédigé avec bon sens, et expérience, qui vous permettra d’y voir plus clair dans la multiplicité des offres présentes sur le marché ! Que votre choix se porte sur des cours collectifs, ou individuels, choisissez un éducateur pour éduquer et un comportementaliste pour approfondir des problématiques plus complexes, trouvant souvent leur origine du côté psychologique… Soyez attentifs aux 5 points de vigilance énoncés;

Les liens utiles : Le site officiel / Le Facebook / L’Instagram / L’article de présentation CLIC / Rappel pour télécharger l’application : Appstore / Googleplay