Daily Archives

15 février 2020

Alimentation Le coin des gourmands Les indispensables du Train-Train Vacances Winter is Coming

Tapis d’occupation by Inooko

15 février 2020

#RituelUtile

“La patience est l’art d’espérer”

Vauvenargues

Queeny n’est pas parfaite, ma boule de poils a des défauts, et tant mieux, c’est ce qui la compose, la caractérise, et la distingue des autres… Aussi, cela me permet de déculpabiliser par rapport aux miens, je me sens moins seule dans mon imperfection… Aux palmarès des petits défauts de Miss Sardine, la patience… Nous y travaillons depuis longtemps, mais les progrès ne sont jamais récurrents, il faut en permanence remobiliser les apprentissages. Son impatience est relativement ciblée sur quelques instants “T” de la vie quotidienne intérieure, et paradoxalement, à l’extérieur, ou en promenade, par exemple, elle est parfaitement capable de se montrer patiente, lorsqu’il y a un copain également, à croire, que comme les mômes en présence d’une tierce personne, à deux ou quatre pattes, ma boule de poils fait de gros efforts pour paraître irréprochable …

Alors, quand manifeste-t-elle son potentiel d’impatience? Le matin… Ce moment, juste après le réveil où elle pense déjà à sa virée (promenade) et qu’elle n’intègre pas l’idée que je suis tombée du lit, que j’ai encore la tête dans les nuages, qu’il me faut impérativement une douche et un café afin de me souvenir de mon nom, de la rue dans laquelle nous habitons, et du jour de la semaine concerné par cette exfiltration de mon sommeil de rêve.

Je lui ouvre le jardin, pour un “pipi” matinal, je fais le lit, j’aère la chambre, je prends une douche, m’habille, me prépare un mug de café pour partir en promenade, … Au sommet de ma forme, j’y parviens en 30 minutes chrono… Au plus bas, 45 minutes… Autant dire pour Queeny, une décennie… Un temps beaucoup trop long, elle ne se prive pas de me le faire savoir… Elle chante, sautille, se roule, gratte, souffle, soupire, m’apporte sa laisse quand elle parvient à la décrocher ou lorsque je l’avais laissé traîner… Un vrai cirque ambulant … Avec le MODE FANFARE évidemment, sinon ça ne serait pas drôle…

D’où, depuis plusieurs années, nous avons des rituels pour la faire patienter durant ce laps de temps où l’humaine a besoin d’un petit moment pour remettre de l’ordre sur les brouillons, intérieur et extérieur, qui la composent… Des rituels d’occupation… Un petit nouveau vient de faire son apparition dans notre vie, d’ailleurs, son efficacité lui permit de gagner très rapidement ses galons….

Il s’agit du tapis d’occupation… et du tapis de gamelle, nouveautés de notre marque fétiche, Inooko;

Tout d’abord, le fameux tapis d’occupation, autrement appelé tapis de léchage.

Il me permet de prendre mon temps le matin, Queeny fait pipi dans le jardin, et patiente en s’occupant avec son tapis, le temps de ma préparation. Pour les boules de poils qui ont tendance à gloutonner, sachez que ce tapis peut également jouer le rôle de gamelle…

Le tapis de léchage, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un tapis fabriqué à partir de silicone durable et alimentaire, il est non toxique, sans BPA et sans PVC. La spécificité de ce tapis, étant, qu’il est texturé, en relief, ce qui vous permet d’y étaler de la nourriture humide ou des petites compositions MADE HOME, par exemple; Beurre de cacahuète, légumes ou fruits mixés. Il mesure 23×20 cm, de forme hexagonale, contrairement aux autres tapis de type carré ou rectangle que l’on trouve sur le marché, sa forme ajoute de la complexité au dispositif.

Le concept est le suivant: la forme et la texture imposent à votre boule de poils de lécher le tapis avec patience et dextérité, notamment pour récupérer les petits morceaux qui seraient piégés dans les coins et recoins; il en résultera une prise de repas, et donc une ingestion beaucoup plus lente que lorsque poilu se nourrit avec une gamelle dite “traditionnelle”.

Quels sont les bienfaits de ce dispositif ?

Tout d’abord, le léchage répétitif apaise poilu, et l’action même permet de libèrer des endorphines apaisantes dans le corps. C’est donc un dispositif d’occupation qui peut aider à canaliser votre boule de poils, qui permet de gérer le stress, calmer, détendre, au-delà de l’occupation traditionnelle.

Ensuite, l’action de lécher améliore également le sens du goût, permettant ainsi à votre boule de poils de profiter d’une petite quantité de nourriture sur une période de temps prolongée. La production accrue de salive par le léchage, quant à elle, peut aider à la digestion, car la salive contient des enzymes telles que l’amylase . Il contribue donc à réduire les risques de troubles digestifs. Il permet de travailler la patience, dépasser la frustration de ne pas avoir l’alimentation tout de suite, entretenir le sens de l’effort, et de fait, valoriser l’accomplissement personnel.

Le léchage répétitif favorise la production de salive afin de nettoyer les dents, les gencives et la langue de votre poilu pour lutter contre la mauvaise haleine et améliorer la digestion; comment ? parce que le léchage permet notamment de racler la langue, même lorsque vous brossez les dents de votre boule de poils, il reste plus compliqué de nettoyer correctement la langue, en profondeur; ce dispositif y parvient sans le moindre effort, et surtout, sans contraindre poilu.

Enfin, la valorisation de la réussite, et l’aboutissement de l’effort résultent de la patience, de la dextérité, et bien évidemment, de la persistance. Cela peut donc indirectement renforcer la confiance en soi de votre boule de poils.

Notons que ce dispositif est plébiscité par les vétérinaires, comportementalistes et éducateurs comme étant un moyen simple, efficace et intuitif de développer un comportement plus calme et amoindrir le stress chez nos boules de poils.

Manger en faisant un minimum d’exercice; le tapis étant antidérapant, il ne bouge pas, poilu, en revanche, tournicote autour, pour parvenir à récupérer les petits morceaux coincés dans les recoins, surtout vers la fin, c’est littéralement, la danse de la faim…

Comment l’utiliser ?

Tout simplement, il suffit d’étaler l’alimentation sur la plaque texturée en relief, et laisser poilu officier … Léchage à volonté jusqu’à ce qu’il soit venu à bout de sa ration, ou qu’il soit lassé, ce qui n’est jusqu’ici jamais arrivé à Queeny notre grande impatiente… Notons que vous pouvez réaliser des mélanges, exemple une partie nourriture humide, l’autre avec des légumes… ou fruits, bouillon transformé en gelée, purée de banane parsemé de petits éclats de ses biscuits préférés, yaourt, glace maison au poulet, sardines en rillettes préparées par vos soins, etc… Vous pouvez bien évidemment intégrer vos compléments alimentaires à la préparation, comme les huiles, l’huile de coco, les poudres, les paillettes, en mélangeant préalablement.

Les atouts de ce tapis ?

Ce dispositif est l’atout d’une année entière, en hiver, comme en été, car durant les périodes de fortes chaleurs, vous pouvez réaliser une préparation à base de fruits et le placer au congélateur.

Il est antidérapant, ce qui peut s’avérer indispensable pour que poilu puisse déguster, mais surtout, ingérer le contenu et non le tapis; pour rappel, comme avec n’importe quel jeu ou dispositif d’occupation, la prudence est de mise, il faut donc, toujours, garder un œil sur votre compagnon lorsqu’il s’attelle à l’activité.

Enfin, le dispositif ne nécessite pas de compétences, ou d’aptitudes particulières, ce qui implique qu’il est accessible à toutes les boules de poils; Chiens ou chats, bien évidemment, les deux peuvent l’utiliser. Si votre boule de poils est malvoyante, ou touchée par un handicap moteur, sachez que ce dispositif s’adresse à elle également; par l’odorat, ou même en étant statique, il peut être utilisé et lui prodiguer les mêmes bienfaits, qu’à n’importe quel autre poilu. C’est justement un dispositif d’occupation qui pourrait aisément égayer son quotidien.

Si votre poilu est un mendiant de première catégorie, à défaut d’un réajustement comportemental, ou dirons-nous, en attendant, une rééducation sur la question de l’interdit “mendicité”, le dispositif peut vous permettre de sauver les meubles lorsque des invités viennent dîner chez vous, …

Le tapis est une excellente distraction, si poilu est de nature anxieuse, cela permet de détourner son attention d’autre chose; C’est également un très bon atout pour lutter contre l’ennuie, voire, la déprime liée à une convalescence; ce dispositif permet à poilu de se distraire, c’est une forme de stimulation mentale, lorsqu’il faut faire preuve d’ingéniosité pour récupérer les morceaux coincés dans les coins… Notons, cependant, qu’il ne s’agit pas d’un jeu d’intelligence, mais bien d’un jeu d’occupation; voire d’un substitut de gamelle pour les plus gloutons.

Notons, que malgré l’attrait potentiel, certaines boules de poils peuvent ne pas être réceptives au dispositif, et tenter de s’attaquer au tapis, justement sous le coup de la frustration; en ce cas, il vous faudra procéder à une approche pédagogique en apprenant à votre boule de poils à s’en servir, conformément à son usage. Evidemment, le fonctionnement est instinctif, je n’ai pas rencontré ce type de problème avec Queeny, cependant, d’autres en font état ICI. Si poilu n’interagit pas “naturellement” avec le dispositif, je vous recommande de procéder par étapes: Une petite cuillère d’alimentation, restez à proximité, dès qu’il a terminé, félicitez-le, faites lui remarquer, que c’est très bien, qu’il a terminé et restant en-là. Le lendemain, recommencez avec une plus grande quantité, et petit à petit donnez-lui plus d’autonomie, en continuant de le féliciter et d’insister sur le fait que l’occupation soit terminée. Variez les contenus alimentaires, les lieux où vous pratiquez l’occupation, proposez le tapis, et attendez de voir sa réaction; Transformez l’action en rituel collectif, entre vous et lui, …

Par exemple, il m’arrive de manger un yaourt, je place deux cuillères sur le tapis de Queeny, et on voit qui parvient à tenir le plus longtemps… Evidemment, elle gagne toujours, c’est fait pour, valoriser !

Enfin, un atout de taille, pour les gloutons qui s’alimentent à la nourriture humide, ce dispositif est plus adapté qu’une gamelle anti-glouton; qu’on attribuera plus aisément aux croquettes de par sa forme initiale.

Notre test

J’ai utilisé les pâtés NATUREA, tout d’abord, je verse dans un bol avant d’y intégrer les compléments alimentaires de la miss, je mélange bien le tout, avant d’étaler la composition sur le tapis; Pour parfaire, je rajoute des petits morceaux de dinde en tranche, coupé en mini-cube, pour qu’ils puissent s’incruster dans la texture du tapis, et je parsème de fruits rouges déshydratés de chez Terra Canis pour la petite touche finale. D’autres produits compatibles avec le dispositif sont disponibles dans le coin des gourmands alimentation et friandises à intégrer aux préparations, pour les compléments, c’est par ici.

Queeny a tout de suite compris le fonctionnement, en y adhérant complètement; Pour la portion proposée en illustration, il lui fallut 25 minutes afin d’en venir à bout.

Pour ceux qui nous suivent, vous savez déjà que Queeny mange en deux prises ses repas, il s’agit là, du repas du matin, durant le week-end, ce ne sont pas des croquettes, on prend un lunch plus copieux avant de partir en virée, ce dispositif nous convient parfaitement, il me laisse le temps de me préparer avant de partir, il lui permet de se distraire en m’attendant, tout en dégustant et faisant le plein d’énergie, par une collation légère et adaptée à la journée qui commence.

Mon avis ? Absolument génial, les bienfaits, et les atouts m’avaient préalablement conquise, mais en voyant ma boule de poils s’éclater en dégustant, c’est clairement le dispositif d’occupation alimentaire que nous j’ai 100% validé !

Petit bémol, mais pas sans solution… On en vient au produit numéro deux… en dégustant, il y a de forte chance pour que votre boule de poils en mette partout… Perso, nettoyer ne me pose pas de problème, en revanche, ce qui me dérange davantage, c’est que ma boule de poils se retrouve à manger par terre, je trouve ça dévalorisant, voire, dégradant… Sérieux, c’est pas Jacouille …. Du coup, j’ai repéré le tapis de gamelle, également une nouveauté Inooko, qui me faisait de l’œil… Celui-ci est placé sous le tapis d’occupation, ça permet à la langue de ma poilue de se racler uniquement sur le tapis, et non, sur le sol… sans quoi, la démarche est limite sans intérêt, ôter les bactéries de la langue avec le tapis, pour s’en remettre une couche avec le sol… WTF, contre-productif !

Le tapis mesure 48 x 30 cm, protection imperméable, si vous utilisez des huiles, c’est parfait, les bords anti-éclaboussures légèrement relevés, permettent à l’alimentation de ne pas atterrir sur le sol, même si poilu fait une maxi-danse de la victoire avec son alimentation. Antidérapant offrant ainsi un confort optimal, lui aussi, est fabriqué à partir de silicone durable et alimentaire, il est non toxique, sans BPA et sans PVC, notons, qu’il peut être lavé au lave-vaisselle, c’est d’ailleurs, ce que nous faisons à la maison.

Après dégustation, simple et efficace, le tapis d’occupation peut être lavé au lave-vaisselle, personnellement, je préfère le laver à la main, je suis regardante des produits utilisés pour laver ce qui sera ensuite léché, et qui comportera une nourriture à vocation d’être ingérée.

ShoppingTime, rejoignez la meute des lécheurs de compétition…

1. Le tapis d’occupation, vendu en trois coloris; gris, bleu ou rose, 13.99 euros / 2. Les briquettes Naturea vendues 3.10 euros ou Pooch et mutt, vendues 2.99 euros / 3. Filet de poulet frais, Naturéa, à parsemer dans la préparation, vendu 4.50 euros / 4. Le tapis de gamelle, également disponible en plusieurs coloris: gris foncé, gris, rose, vendu 22.90 euros.

Les liens utiles : L’article boudoir / le premier test / Le Facebook / Le site officiel / L‘Instagram / L’article sur la collection 2017./ La collection 2018/ Les articles sur les autres produits.

Envie d’avoir votre tapis d’occupation? C’est possible, en partenariat avec Inooko, on vous fait gagner un tapis d’occupation gris, le même que Queeny !

Comment ? C’est simple, poster une mini-vidéo, moins de trois minutes, minimum 30 secondes, de votre boule de poils illustrant sa patience ou son impatience, libre interprétation et appropriation du thème, vous pouvez vous montrer créatifs; sur notre page Facebook, sous le post de l’article; ou envoyez-nous votre vidéo par e-mail à l’adresse suivante : mydogisaqueen@gmail.com

Le gagnant sera tiré au sort parmi les vidéos conformes au thème, vous avez jusqu’au samedi 22 février, minuit, pour participer et tenter de reporter votre tapis. Attention, une seule participation par famille, seules les vidéos conformes au thème imposé pourront concourir ! Annonce du gagnant le dimanche 23 février, sur nos réseaux et directement par e-mail ou message privé au gagnant.

On bouquine ?

Harmonisation globale pour l’animal de Maïté Mollat-Petot

15 février 2020

#Bouquine

L’harmonie, vivre en harmonie, harmoniser, mais qu’est-ce dont, au sens général ?

Nous connaissons tous, la notion d’harmonie.. l’harmonie musicale se manifeste par un ensemble de sons agréables à l’oreille. C’est donc l’ensemble des principes sur lesquels sont basés l’emploi des sons différents et simultanés et la combinaison des parties, des voix. l’harmonie picturale, quant à elle, réside dans l’agencement des couleurs, des tons, des nuances; tout comme l’harmonie architecturale, qui, quant à elle, s’appuie sur des proportions agréables, la beauté des lignes, les volumes et les formes.

Ainsi, on parle d’harmonie dans de multiples domaines, en la définissant, globalement, comme suit : Combinaison spécifique formant un ensemble dont les éléments divers et séparés se trouvent reliés dans un rapport de convenance, lequel apporte à la fois satisfaction et agrément.

Qu’en dit MR Larousse… ?

Qualité d’un ensemble qui résulte de l’accord de ses parties ou de ses éléments et de leur adaptation à une fin : L’harmonie de l’univers, du corps humain.
Rapport d’adaptation, de conformité, de convenance existant entre les éléments d’un ensemble cohérent ou entre des choses soumises à une même finalité : Une parfaite harmonie entre l’expression et la chose exprimée.
Rapport heureux entre les parties d’un tout (formes, couleurs, sons, rythmes, etc.), en particulier d’une œuvre artistique ou littéraire : Harmonie des masses colorées d’une peinture.
État des relations entre des personnes ou dans un groupe humain, qui résulte de l’accord des pensées, des sentiments, des volontés : Ces questions d’intérêts risquent de compromettre l’harmonie de la famille. Source

L’harmonie, c’est pourtant la quête consciente ou inconsciente que nous entretenons tous, avec nous-même, avec l’environnement qui nous entoure, avec les autres… Vivre en harmonie, c’est peut-être aussi, vivre en paix, aboutis de sérénité, retrouver l’équilibre ?

La personne humaine n’est complète que dans l’harmonie de l’inconscient et de la conscience. Elle est cette harmonie même, cette synthèse supérieure”. Béguin, Âme romant, 1939p. 205.

C’est ce que nous tenterons de mieux comprendre, à l’aide d’un ouvrage très pertinent sur la question de “l’harmonisation globale”, qui apporte des clés théoriques, mais également la praticité, appropriable, à appliquer pour soi, ou pour sa boule de poils.

Caractéristiques de l’ouvrage :

Harmonisation globale pour l’animal Maïté Molla-Petot (Auteur) Guérison énergétique des maux physiques, psychologiques et comportementaux Paru le 10 février 2020 Guide (broché), 144 pages, format : 13.5×20.5 cm, ISBN : 9782850905988

Présentation du contenu par l’éditeur : L’harmonisation globale est une technique de soin entrant dans les “médecines parallèles” ou “complémentaires”, et mise au point par la Dr Thérèse Quillé. Elle permet de traiter tous les types de maux (physiques, psycho-émotionnels, etc.) rapidement sur les humains aussi bien que sur les animaux. La méthode s’appuie pour cela sur des tests de résistance musculaire afin de localiser les problèmes avant de procéder à l’harmonisation proprement dite.

L’auteure propose ici une méthode efficace et détaillée pour pratiquer sur les humains et (principalement) les animaux. Source

Au sujet de l’auteure Maïté Molla-Petot : Intéressée depuis toujours par le monde du vivant comme par le monde minéral, Maïté Molla-Petot est titulaire d’une licence de biologie et de géologie. Sa passion pour la naturopathie et l’ésotérisme l’a également amenée à se former à différentes méthodes de soins auprès de plusieurs thérapeutes (médecins ou non), en commençant par la lithothérapie dans les années 2000.

Maïté Molla-Petot

Pourquoi cette approche m’intéresse-t-elle ? Nous vivons dans une société qui tend à nous malmener, et lorsque cela ne vient pas d’elle, parfois, cela provient directement de nous-même… Le stress, les complications du quotidien, peuvent à certains moments de notre existence, nous rendre le quotidien pénible. Il en va , bien évidemment, de même pour nos boules de poils, et ce, de manière directe lorsque ça les touche personnellement, ou de manière indirecte, lorsqu’ils ressentent nos problématiques, et les vivent par la proximité émotionnelle qui nous lie à eux. La solution la plus fréquemment favorisée, c’est le traitement médicamenteux… Tu te sens mal ? Je vais te prescrire ceci… Tu dors mal ? Bien, je vais te prescrire cela… Mais finalement, dans cette quête du mieux, on ne fait que jouer l’autruche, on occulte le problème, en prenant la solution de facilité, même si, on sait très bien que son effet n’aura d’efficacité que sur un délai très court, sans jamais rien régler, parfois même sans diagnostiquer … et que finalement, le problème est toujours bel et bien présent, parfois, non verbalisé, …

J’ai toujours été surprise de constater, à quel point, la prolongation de la pensée magique de l’enfant, trouvait son essence, dans le déni verbal de l’adulte, comme si, en ne nommant pas, ça n’existait pas… Je suis donc encline, à me tourner vers des procédés naturels, voire parallèles, qui permettent une exploration à la fois intérieure, mais aussi, en profondeur des problématiques rencontrées dans mon quotidien.

L’harmonisation est-elle question d’équilibre?

HG … Harmonisation globale, qu’est-ce que c’est ? L’Harmonisation Globale (HG) est une pratique très simple qui permet de restaurer l’Harmonie en soi et avec son environnement, d’après sa créatrice le Dr Thérèse Quillé, par qui l’auteure, du livre que nous abordons aujourd’hui, a été initiée.

HG, pour qui ? pour quoi? Est-ce pour toi ?

L’auteure précise que l’HG est une pratique qui peut être utilisée tant pour traiter les maux physiques, émotionnels, comportementaux,ou encore les catastrophes à répétition. Cette technique aide à libérer de problèmes relativement variés; parmi lesquels :

Physique : allergie, intoxication, douleur qui ne passe pas, infections à répétition, mauvais fonctionnement d’un organe ou d’un système… Psycho-émotionnel : stress, phobie, deuil, agressivité, suite de traumatismes divers… Ou même spirituel : vie antérieure, ancêtres et lignée familiale, trouble de l’incarnation, etc.

Ces problématiques nous concernent tous, et plus spécifiquement nos boules de poils, qui par nature, on plus de difficultés à verbaliser un mal-être. Je pense notamment aux poilus rescapés, adoptés ayant un parcours de vie plus chaotique, mais aussi, à ceux qui se trouvent confrontés à la perte d’un être cher; Ceux qui vivent mal un changement dans la configuration du quotidien, après une opération, lorsqu’un trouble comportemental lui gâche la vie, l’empêche de s’épanouir avec vous, ou ses congénères. Tant de situations qui pourraient être abordées plus sereinement grâce à cette pratique ! De fait, l’HG peut venir en aide à une grande partie d’entre nous, pour des maux légers, comme étant qualifiés de plus complexes.

Le gros plus de cette méthode, outre le fait qu’il s’agisse d’une méthode douce, elle peut être utilisée lorsque le trouble est méconnu ou connu; Soyons clairs, en tant qu’humain, nous pensons souvent, et parfois à tort, que notre seule présence peut suffire à soutenir nos boules de poils lorsqu’ils doivent venir à bout des maux, mais ce n’est pas toujours le cas… Aussi, cette pratique ne se substitue pas aux soins prodigués par un vétérinaire, ni même, à ceux dispensés par un comportementaliste, cependant, cette pratique peut s’avérer être un excellent complément, voire, la solution lorsque le reste ne fonctionne pas !

Décortiquons l’ouvrage;

Il peut être abordé selon une structuration en 5 parties à laquelle s’ajoute une préface introductive du Dr Thérèse Quillé, et les remerciements de l’auteure qui closent l’ouvrage.

Une première partie, introductive, “en route vers l’harmonie”,

Il s’agit d’une entrée en matière, sous teinte, autobiographique dans laquelle l’auteure relate son parcours personnel, sa rencontre avec le Dr Thérèse Quillé, son souhait de soulager les maux de nos quatre pattes face au constat que peu de naturopathes ou praticiens en soins complémentaires s’y consacrent. L’auteur recommande également de faire les premiers pas sur d’autres humains, avant de passer à sa boule de poils, étant donné que l’application de cette technique particulière aux animaux, nécessite une certaine adaptation spécifique. Comme toutes autres formes d’apprentissage, il est important de suivre les étapes, afin de maîtriser les compétences requises au bon accomplissement des gestes. Si vous souhaitez approfondir la pratique humaine de l’HG, l’auteure vous recommande l’ouvrage du docteur Quillé. (Disponible ici, au prix de 15 euros)

Une seconde partie, qui entre dans le vif du sujet, avec un apport théorique, très riche et détaillé, “harmonisation, vous avez dit harmonisation?”.

L’auteure définit et clarifie selon le constat, qu’un antidépresseur ne soigne pas la dépression, qu’un antibiotique n’aide pas le corps à se défendre contre la prochaine infection, etc.. Elle évoque la nécessité de trouver LA CAUSE et de rééquilibrer ce qui doit l’être. Elle aborde également une autre thérapie la méthode NAET qui peut également soigner les maux. L’HG permet notamment de soigner des troubles mentaux ou émotionnels tels que les angoisses, dépression, troubles de l’attention, culpabilité, colère, jalousie, perte de la mémoire… Là, je ne peux m’empêcher de songer à tous ces enfants que l’on gave de médicaments pour qu’ils parviennent à se tenir plus ou moins sur une chaise le temps d’une journée de cours… et je me dis, que ces méthodes devraient vraiment être recommandées aux parents, afin d’amoindrir la stigmatisation dont il souffre et l’inconfort rencontré durant leur scolarité.

Comme le mentionne l’auteure, comprendre l’origine d’un trouble n’est pas une fin en soi, il faut, pour s’en débarrasser, la patience est parfois de mise, notamment, lorsqu’il s’agit de rééducation comportementale; mais l’HG, permet des résultats simples et rapides; elle évoque aussi, l’apport de compléments tels que les fleurs de Bach ou l’homéopathie, la méditation ou encore la kinésithérapie. L’HG permet aussi de venir à bout de troubles du corps physiques, comme certaines douleurs, et en ce sens, je trouve cette pratique géniale, une pratique parallèle et douce, complémentaire qui peut aider à soulager les maux, sans souffrance inutile.

L’auteure évoque ensuite la pratique chez l’humain, en précisant que la pratique ne nécessite pas de connaissances scientifiques ou psychologiques préalables, cependant, quelques connaissances sur le corps physique ou sur le fonctionnement psychologique des poilus peut favoriser une meilleure compréhension ou faciliter la recherche d’une cause. Cependant, cela confirme qu’il s’agit d’une pratique qui peut être accessible à toutes les bonnes volontés, motivées, qui sont prêtes à se documenter, se former, apprendre pour aider efficacement leur boule de poils.

L’attitude du praticien, futur vous ? Ce n’est pas que la pratique qui soigne, le praticien ne fait qu’aider la personne en demande à évacuer ses troubles ou à se réguler, il y a une autonomie du sujet, le praticien n’est pas touché d’un don particulier, c’est pour cela, que nous pouvons tous essayer de nous prêter à cette pratique, cependant, certaines règles majeures doivent être impérativement respectées; L’auteur les développe unes à unes, en illustrant par des exemples concrets; 3 règles à intégrer… J’ai d’abord tenté de bien assimiler ses apports théoriques, en respectant à la lettre les recommandations.

Au départ de cette pratique TMR, le test de réponse musculaire, la recherche de ce qui gêne le patient, ce qui provoque la dysharmonie et donc ses maux. Pas à pas, l’auteure explique comment procéder, toujours à l’aide d’exemples concrets, mais aussi, d’illustrations. Vous pourrez ainsi découvrir le test des prénoms, premier pas vers une pratique guidée par l’auteure. Lorsque le TMR ne peut être pratiqué directement sur un humain ou un animal, (par l’absence de faculté à répondre verbalement, poilu, bébé, …) une tierce personne doit entrer dans l’énergie, cependant, l’auteure insiste grandement sur le fait, qu’on ne peut faire subir un soin à quelqu’un qui ne le veut pas ! Dans cette partie le dispositif est développé de manière très détaillé, c’est vraiment un accompagnement rassurant, et abordable à tous.

Gros plus : Un encadré résumé, pour revenir sur l’essentiel, j’apprécie le fait que les informations soient d’abord abordées de manière très détaillées, et ensuite, reformulées sous forme d’une synthèse; c’est plus facile de revenir la consulter par la suite. C’est pédagogiquement plus approprié lorsqu’il s’agit d’ancrer une nouvelle acquisition, et vraiment plus rassurant pour le lecteur.

Enfin, pour clore cette partie, l’auteur aborde la recherche de l’origine d’un problème; toujours selon des exemples concrets; celui de Marie, en l’occurrence, avec un problème de thyroïde qui ne fonctionne pas bien; Je trouve ce cas très judicieux, étant donné, que les poilus peuvent être atteints par ce type de problématique. Pour conclure, l’auteure propose, un panel, d’origines possibles, qui peuvent nous donner des pistes de recherches.

Cette partie est vraiment riche en contenus, mais surtout abordable, structurée, hiérarchisée très judicieusement dans le processus d’apprentissage, j’ai vraiment adoré, je me suis sentie guidée pas à pas, dans cette plongée nouvelle, d’une pratique qui m’était jusqu’ici méconnue.

Une troisième partie, qui présente des cas concrets humains;

Initialement, on pourrait se dire,: pff, la partie humaine, ça ne m’intéresse pas, je vais bien, tout va bien, moi, ce qui me branche, c’est le mieux de ma boule de poils… Pas de jugements trop hâtifs sur cette troisième partie, car on y parle, aussi, indirectement de poilu… Notamment en y abordant les allergies, car, oui, certains humains sont allergiques aux boules de poils, plus précieusement à leurs poils; mais il est aussi question de phobies, une pensée particulière à ceux qui changent de trottoirs lorsqu’un chien y pointe le bout de la truffe… Cette pratique peut aider ces personnes, qui ont, vraiment peur des chiens à se soigner … En ce sens, c’est vraiment génial, si vous avez dans vos connaissances, quelqu’un qui souffre de ces peurs, vous pouvez, avec sa volonté de remédier à la situation, envisager de travailler ensemble pour que lui ou votre boule de poils ne soient plus jamais l’exclut de la journée, pour cause de cohabitation impossible ! Avec cet ouvrage, gros message d’espoir sur la question de la cohabitation humain / animal.

Une quatrième partie, qui, quant à elle, aborde des cas concerts relatifs à nos boules de poils;

Quels sont les cas qui vous seront proposés ? Allergies simples ou multiples, zoom sur un exemple d’allergie au poulet, troubles du comportement comme la malpropreté liée à la peur de l’extérieur, ou malpropreté et peurs suite à la maltraitance ou l’abandon. Ce qui peut s’avérer très utile si vous adoptez un poilu en refuge, car la propreté doit généralement être retravaillée, cette pratique peut vous y aider. Mais aussi, l’agressivité et les troubles du comportement divers dans un groupe de chats, parfaitement transférable à une meute de chiens, traumatisme suite à la maltraitance ou à l’abandon, des clés pour mieux supporter l’absence de son humain, travailler la confiance en l’humain; à nouveau, une pratique qui peut aider les chiens adoptés.

Cette partie aborde également les troubles du corps physique : infection, douleur vive, inflammation grave et incapacité à manger, coup de froid. Enfin, l’HG dans les soins palliatifs, dégénérescence de la moelle épinière, entorse, mal de hanche par procuration, troubles multiples et causes multiples.

Bien évidemment d’HG ne doit en aucun cas se substituer à la consultation vétérinaire ou au traitement nécessaire, mais en certains cas, en complément, je n’hésiterai pas à y avoir recours pour Queeny !

Enfin, une cinquième partie, Conclusion, qui finalise en abordant ce que l’on peut attendre de l’harmonisation globale;

L’auteur précise que l’HG est un remède supplémentaire dans la “pharmacie familiale” en expliquant l’apport concret qu’elle peut apporter dans le quotidien des deux ou quatre pattes. Une expression personnelle, chargée de bon sens et de bienveillance.

Qu’il s’agisse de la partie humaine ou de la partie poilue, il s’agit toujours de cas concrets, réels, dont les noms ont été changés par soucis de confidentialité, ainsi, le professionnalisme est vraiment récurrent à l’intégralité de cet ouvrage, ce qui est très applicable !

Mon avis ?

J’ai vraiment adoré découvrir cette pratique, une fenêtre ouverte vers un “mieux” dans sa tête, dans son cœur, dans son corps, avec douceur. Cela me tenait à cœur de partager avec vous cette découverte, sans être un remède miracle, je reste convaincue que la diffusion massive des bienfaits de cette pratique pourrait contribuer à limiter les abandons; favoriser l’adoption de boule de poils avec un passé qui souvent fait peur; peut de ne pas pouvoir gérer, peur de ce qu’il faudra surmonter pour l’aider à retrouver l’équilibre; cette pratique peut à la fois vous aider à appréhender ce cheminement et vous aider à l’aider à trouver l’équilibre dans sa nouvelle vie. L’ouvrage est abordable à tous, tant au niveau du contenu par une structure pédagogue et une approche très détaillée, qui permet d’apprendre avec sérénité. L’auteur est généreuse dans ses écrits, rassurante, et sa douceur est décelable au de-là ses mots. Une belle découverte que je vous recommande, si vous êtes soucieux de proposer des alternatives naturelles, de renforcer votre compréhension de poilu, de l’aider à trouver ou retrouver l’équilibre; c’est le livre qui pourra vous accompagner efficacement.

Où acheter ?

Sur le site officiel de la maison d’éditions Buissière, vendu,  16 euros. Pour les abonnés Fnac qui préfèrent l’enlèvement en magasin, ou qui cumulent des points, il est vendu 16 euros ou 15.20 euros avec le retrait en magasin. Pour ceux qui reversent à des associations par leurs achats Amazon, il y est vendu 16 euros.

Et bien évidemment, chez vos libraires de proximité, sur commande.

LES BONUS : Il est parfaitement possible de suivre des stages sur l’harmonisation globale, avec l’auteure, cependant, il vous faudra aborder l’harmonisation globale “globale”, avant de pouvoir approfondir avec le stage d’harmonisation globale spécifiquement orienté pour les animaux. Toutes les informations sur les sessions de stage sont disponibles ICI, dates, lieux, tarifications.

Les droits d’auteur des livres servent à sauver des animaux abandonnés.

Les liens utiles : Le site officiel de l’auteure / Découvrir les autres livres de l’auteure ICI /  Le Facebook de l’auteure afin de suivre son actualité / le site traitant de l’Harmonisation Globale en France / Le Facebook des éditions Buissière et l’Instagram pour suivre les prochaines parutions.

%d blogueurs aiment cette page :