The healing powers of dude

#Petit d’homme & Poilu

Tête à truffe…

Petit d’homme et la télé, c’est un peu comme petit d’homme et les écrans connectés, c’est-à-dire, vaste débat à la clé…Certes, il est préconisé de limiter les temps d’exposition aux écrans, mais malgré cela, soyons honnêtes, petit d’homme apprécie ce type de divertissement… Comme toute autre chose, à consommer avec modération, cependant, lorsqu’un programme peut intégrer à la fois le divertissement et une certaine pédagogie de vie, pourquoi l’en priver?

Voici un programme, que nous recommandons pour un moment en tête à truffe, entre poilu et sa boule de poils …

Un ami aux petits soins, de son titre original « The Healing Powers of Dude« , disponible depuis le 13 janvier dernier, sur la plate-forme Netflix. Il s’agit d’une comédie américaine, dont la première saison comporte 8 épisodes, d’une durée moyenne de 30 minutes; ce qui constitue un temps raisonnable de visionnage, pour un enfant (si le sujet vous intéresse, voici un article qui peut vous aider à déterminer le temps d’exposition de votre progéniture et un autre tout aussi intéressant ici ) d’écran pour un enfant … Il s’agit donc d’une mini série d’Erica Spates avec au casting, des jeunes enfants, et des adultes tels que Sam Littenberg-WeisbergAvec Jace Chapman, Larisa Oleynik, Mauricio Lara…

Présentation…

« Un jeune garçon de 11 ans souffrant de phobie sociale trouve le courage d’affronter l’entrée au collège auprès de Dude, un chien de soutien émotionnel ».

Une bande-annonce ?

Mon avis ? C’est une série au contenu très intéressante, elle aborde des thématiques porteuses pour l’enfant, l’adolescent en construction; le handicap, l’exclusion, le sentiment d’exclusion, l’intégration parfois difficile au collège car le héros y fait son entrée. Elle permet également d’aborder la différence, au-delà de ça, elle met en scène l’apport de la présence d’un chien dans la prise de confiance en lui de l’enfant, véritable acteur dans le processus d’intégration sociale de Noa… Les situations correspondent aux préoccupations et aléas des jeunes de cet âge, les dialogues et le scénario sont adaptés, pas de dérives, vous pouvez laisser poilu et petit d’homme devant l’écran sans stresser de l’arrivée potentielle d’une vanne inappropriée à son âge… Une série pleine d’humour, qui plaira très certainement à votre petit d’homme, ce qui me plaît pas mal, c’est que DUDE, le héros canin est aux commandes de sa propre narration… Cela ajoute un côté dynamisant aux situations rencontrées par les enfants durant ces premières semaines au collègue…

Le rôle joué par Dude, comme son nom l’indique « Dude » est un chien de soutien émotionnel, il soutien Noa, lorsque celui-ci est accablé par des émotions qu’il ne parvient pas gérer seul, Dude est son point d’encrage, il le rassure, l’apaise, tel un véritable soutien, de fait, il tient un rôle important dans la série, avec un temps d’écran conséquent et une véritable implication dans les intrigues humaines. Notons également, les parents attachants et la petite sœur de Noa au tempérament drôle et enjouée. Il se fait des amis, que nous vous laisserons découvrir en visionnant la série… Les débuts sont chaotiques, comme toujours, en duo, il y a des hauts et des bas, mais c’est finalement la famille et l’amitié qui l’emporte haut la main…

Sans vous spoiler, vous constaterez que les progrès de Noa sont intimement liés à l’évolution de sa relation avec Dude, et que les épisodes peuvent aisément être apparentés à étapes clés que ce jeune héros parvient à franchir, dans sa quête d’ l’intégration sociale, malgré sa phobie initiale; Parvenir à passer les portes du collège, assister à un cours, se faire des amis, ne plus s’enfuir lorsqu’on tente d’interagir avec lui, parvenir à prendre la parole en public, venir en aide à un ami, recevoir des amis à la maison, accorder sa confiance, cesser de craindre d’être jugé, se rendre à une fête… Bref, le parcours de Noa est distrayant, encourageant, et présenté avec tendresse et humour… C’est un moyen indirect de sensibiliser à ce phénomène bien réel qu’est la phobie sociale, au même titre que la phobie scolaire, mais trop souvent catégorisée « de caprice », et ce, malgré la détresse ressentie par ces enfants en souffrance.

J’ai beaucoup apprécié cette découverte, de fait, je la recommande donc vraiment aux parents qui souhaitent fournir un support éduco-ludique à leur petit d’homme et sa boule de poils. Aborder la différence selon plusieurs angles d’approches permet à l’enfant d’intégrer cette notion, de gérer la rencontre réelle avec la différence sans l’appréhender, en mettant en évidence, que dans la différence, à cet âge, il y a aussi des similitudes… Un enfant n’est pas comme un autre, mais il n’en reste pas moins un enfant, qui aspire à ces mêmes choses que les autres enfants, cette série est une bonne manière d’aborder la thématique à la maison, d’autant qu’avec les dispositifs inclusifs, les enfants seront de plus en plus souvent confronté à la différence, pour que cette rencontre et cohabitation s’effectuent le plus harmonieusement possible, un travail de sensibilisation, en amont, peut être un bon geste de tolérance. Nous sommes tous différents les uns des autres, et serons toujours le « différent » de quelqu’un… malgré cela, de belles rencontres peuvent naître de nos différences, qui souvent constituent la force d’une groupe…

Liens utiles : Netflix pour visionner / Le Facebook pour suivre l’actualité de la série / L’Instagram pour avoir des news; Pour en apprendre davantage sur la phobie sociale de l’enfant CLIC et CLIC et CLIC .