Year of the Dog

#Cinédog

On ne comprend pas tout… mais ça fait réfléchir ! 

Le week-end pointe le bout de la truffe ; Pourquoi adorons-nous le week-end ? Car il signe le top départ, de deux jours entiers loisibles, idéal pour se consacrer pleinement à sa boule de poils ; C’est d’ailleurs, le moment que nous attendons impatiemment toute la semaine ; Chaque week-end porte son lot de virées, d’explorations ; il s’accompagne souvent, de session shopping ou de la découverte de nouveaux lieux, on a deux fois plus de temps pour faire des câlins et des grasses matinées lovées. Et enfin, un rituel que nous affectionnons particulièrement Queeny et moi….  La soirée cinédog, avec un film spécial poilu que nous regardons en tête à truffe, confortablement installées dans le canapé, avec de quoi grignoter.

Informations pratiques : Il s’agit d’une comédie dramatique américaine d’avril 2007, d’une durée de 98 minutes, de Mike White;

Niveau casting, on retrouve notamment …

casting

Brève présentation : »Peggy,une jeune secrétaire, vit seule avec son chien Pinceau. Lorsque ce compagnon meurt brutalement, Peggy, affectée, subit une série d’incroyables transformations…

Un récit parodique ?

Il est à placer dans les atypiques, on ne sait pas toujours s’il est préférable d’en rire, ou si l’on se doit d’en pleurer ; C’est sans doute lié à son déroulement biphasé, on entre dans l’histoire sur une tonalité de comédie, et on sombre ensuite dans l’aspect dramatique. Cependant, des thématiques « sérieuses » sont abordées avec une totale dérision, malgré le fond de valeurs morales que l’on peut aisément présumer en intellectualisant les situations rencontrées par les protagonistes de ce récit de vie, et faisant abstraction du comique grossier,… Voire, du ridicule ou du farfelu de certaines scènes. On attend… De comprendre ou le scénario veut nous mener durant tout le film… Les événements s’enchaînent, ils sont liés mais on visualise péniblement la finalité de cet enchaînement de péripéties ; peut-être que l’erreur est justement d’attendre une chute, et qu’il faut prendre le film comme un simple cheminement personnel de l’héroïne, le parcours de vie, d’une personne comme tout le monde avec ses qualités, ses défauts, ses faiblesses, ses peines, et ses espoirs !

Un film porteur de valeurs ou un guide de ce qu’il ne faut pas faire avec le chien ?

Une approche très ironique… On se demande rapidement, s’il ne s’agit pas de la mise en scène d’une antithèse géante sur les concepts clés de la cohabitation avec un chien, des relations de bon voisinage lorsque l’on a un chien, des mesures de sécurités pour celui-ci ou lors de la mise en relation avec d’autres, de l’adoption responsable et appropriée, des actions solidaires, des travers de l’implication associative… L’hypersensibilité,… La perte soudaine, le remplacement trop hâtif d’une boule de poils par une autre,… BREF, dans ce film, on a un panel complet des pires situations à vivre en lien avec le « chien », dans la série mélodrame et clairement, l’héroïne les accumulent… Au-delà de ça, lorsque l’on parvient à se détacher du film, les leçons de vie, de cohabitation et les valeurs nous sautent rapidement aux yeux. Comprendre ce qu’il faut faire, en constatant ce qu’elle n’aurait pas dû faire ? !

18727146.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Du pathétique au déroutant, il n’y a qu’un pas ! Une héroïne atypique ou communément caricaturale ?

L’héroïne enchaîne les situations catastrophiques avec une nonchalance déconcertante ; Cependant, elle reste attachante, et dévouée, aimante et volontaire, les animaux sont véritablement le centre de son univers ; De fait, il est difficile de la blâmer sévèrement, tout au plus, elle va vous exaspérer pour les choix stupides et les attitudes irraisonnées qu’elle enchaîne durant l’intégralité du film… Notons, qu’il y a un petit côté caricatural, elle est en demi-teinte, dépeinte telle une vieille fille désespérante, qui ne tente plus de trouver l’amour, ou du moins, qui la centralise sur les boules de poils. Cependant, malgré cette centralisation elle semble peiner à vivre ses relations sans dommages. Cela dit, on ne peut résumer son personnage à cela, elle est aussi déterminée, passionnée, prête à braver les interdits pour faire ce qui lui tient à cœur… Œuvrer pour les animaux ;… C’est d’ailleurs sur cette note que le film s’interrompt, une ouverture d’interprétation libre, qui laisse penser, qu’elle a enfin trouvé sa destination… Dans la vie !

th (1)

Mon avis ? Tout d’abord j’ai détesté, j’ai traité le personnage principal « d’idiote », et « de nouille », j’ai clamé au moins 10 fois « mais n’importe quoi… mais nonnnnnn » ; Sur le coup, le moins que l’on puisse dire, c’est que ce film suscite réaction, émotion, et exaspération… Ensuite, je me suis ravisée, et j’ai abordé le film sous l’aspect pédagogique, en me centrant sur le fond plus que la forme, en m’interrogeant, que peut-il apporter comme leçon à quelqu’un ? Entendons, quelqu’un qui n’est pas coutumier de l’univers du chien, ou de la cohabitation avec un chien, l’acquisition d’un chien etc.

Force est de constater, aussi agaçantes soient les situations vécues par l’héroïne, aussi déconcertante furent ses réactions, que ce film, est un medley de bonnes leçons, pédagogiquement parlant ; pour tous ceux qui parviennent à dépasser les scènes parodiques, les situations abordées avec ironie, l’humour, qui frôle le cynisme mais qui par la parodie qu’est à elle seule l’héroïne, cette « dog’s mom loveuse », illustre de vraies leçons, voire soulève de vraies questions.

Une moralité ? Plusieurs moralités peuvent être dégagées, selon le spectateur… vouer sa vie aux animaux n’est pas un sacrifice mais un accomplissement, ou son opposé, pour donner aux animaux, il ne faut pas en être dépendant ou se laisse dépasser, il faut maintenir un cadre raisonné dans les actions menées, il faut être épanouie, pour favoriser leur épanouissement, ou encore, il faut écouter sa raison plutôt que son impulsivité, on ne peut pas tous les sauver, car à l’impossible nul n’est tenu ; Bref, les ressentis sont variés, nous étions quatre à le regarder, et de fait, trois à signifier une approche et une perception très différentes.

Un petit aperçu : Bande-annonce en anglais ;

Liens utiles : Pour aller plus loin CLIC

mydogisaqueen

signature Queeny