La grossesse nerveuse chez la chienne

Lors d’un précédent article sur la reproduction du poilu, nous avions abordé les différentes étapes, depuis les chaleurs de la chienne jusqu’à la mise bas des petits babydog. Mais que se passe-t-il lorsque Mlle poilue se croit gestante et qu’elle se prépare à accueillir des petits alors qu’il n’en est rien ? En bref, qu’est-ce qu’une grossesse nerveuse chez la poilue, et comment prévenir son apparition ?

Dog-toys-collars-leashes-costs.jpg

source image : https://topdogtips.com/

La grossesse nerveuse en quelques mots…

Communément appelée « grossesse nerveuse », elle se nomme en terme plus scientifique : lactation de pseudogestation ou encore pseudocyèse, et apparaît après les chaleurs (jusqu’à 2 mois après la fin des chaleurs maximum).

Comme ces termes l’indiquent, l’organisme de la demoiselle poilue va se penser gestant, en attente de petits, et agir en fonction : entraîner la production de lait pour les nourrir. Les mamelles vont gonfler en produire du lait (en petite ou en grande quantité…).

Mais ce n’est pas le seul « symptôme ». En effet, la chienne va présenter d’autres modifications comportementales : appétit amoindri ou refus de se nourrir, plaintes/gémissements, besoin de présence permanente, stress, inquiétude. Dans certains cas, une poilue faisant une grossesse nerveuse peut préparer un nid douillet pour l’arrivée des petits inexistants. Il se peut même qu’elle couve certains doudous ou objets comme des petits pour les remplacer et materner comme s’ils étaient ses petits…

Ce phénomène ne peut apparaître que chez les chiennes non stérilisées.

La grossesse nerveuse est très fréquente : il est estimé à 90% le nombre de poilue non stérilisées qui feront une grossesse nerveuse au cours de leur vie. Et une chienne qui fait une grossesse nerveuse une fois, a de très gros risques d’en refaire une après chaque période de chaleurs…

Certaines races, comme les teckels, présentent des prédispositions à l’arrivée de grossesses nerveuse. Mais d’autres raisons peuvent aussi en entraîner une comme :

  • Hypothyroïdie
  • Arrêt brutal d’une contraception progestative orale
  • Stérilisation avant les 3 mois post-chaleurs

Est-ce grave ? Quels sont les risques de grossesses nerveuses répétées ?

En soi, une grossesse nerveuse n’est pas une pathologie et n’est pas dangereuse. Dans la nature, en meute, il s’agit d’ailleurs d’une solution de secours pour nourrir des petits si la mère ne produit pas assez de lait pour sa portée : certaines femelles font des grossesses nerveuses ce qui leur permet d’avoir une production de lait pour les petits qui en auraient besoin.

Cependant, chez nos poilues de compagnie, ce phénomène n’est pas nécessaire…

La femelle en grossesse nerveuse qui couve et materne des objets, et qui présente un changement comportemental important peut souffrir moralement de cette situation… Certaines poilues vivent très mal cette situation et cela peut se transformer en véritable souffrance…

Lors de l’engorgement des mamelles de la chienne lors d’une grossesse nerveuse, les petits ne sont pas là pour vider le lait, qui s’accumule. Il peut alors faire gonfler fortement les mamelles, entraîner des irritations, de l’inconfort voire une véritable gêne et des douleurs importantes des mamelles. Cette accumulation de lait peut aussi conduire à des infections des mamelles…

La récurrence de l’apparition de grossesses nerveuses n’est pas sans risques sur le long terme. En effet, ce phénomène peut avoir des répercussions à beaucoup plus grande échéance. Elles favorisent l’apparition d’infections des voies génitales, et plus particulièrement de l’utérus, telles que les métrites (pyomètre) ou les infections des mamelles, les mammites. Elles sont aussi à l’origine de développement de cancer de la chaîne mammaire.

Que faire ?

En temps normal, une grossesse nerveuse disparaît au bout de 2 à 3 semaines, et le comportement de la demoiselle redevient normal.

Si les montées de lait sont très gênantes, il existe des traitements pour stopper la lactation (anti-prolactine). Ne surtout pas tirer le lait qui ne fera que stimuler cette lactation !

Il est dans tous les cas recommandé de ne pas amplifier/soutenir le phénomène de maternage de la chienne. Lui changer les idées, lui retirer les doudous qu’elle materne, la promener plus souvent sont tout autant de choses qui lui permettront de passer à autre chose et ne pas la focaliser sur son comportement de « maman ».

La stérilisation, une solution radicale ?

Si une demoiselle poilue est sujette aux grossesses nerveuses, et qu’elle en fait après toutes ses chaleurs ou presque, il pourra être très sérieusement envisagé sa stérilisation (3 mois après les dernières chaleurs).

Les grossesses nerveuses impactent sur le moral de certaines chiennes, et sur leur état de santé à long terme… Si les parents de la poilue ne souhaite pas la faire se reproduire, pour son bien, la stérilisation semble la solution la plus appropriée. En effet, seule celle-ci permet d’abolir le phénomène : la chienne n’ayant plus ses chaleurs, elle ne pourra pas être en « état » de faire une grossesse nerveuse par la suite.

Attention, la stérilisation pendant une lactation durant une grossesse nerveuse ne permettra pas de stopper la production de lait, mais évitera que la situation se répète par la suite.

En résumé, la grossesse nerveuse n’est pas un problème en soi, mais peut avoir des conséquences néfaste sur les poilues à plus long terme. Une réflexion sur le bien-être de la demoiselle, si elle est sujette aux grossesses nerveuses, est à envisager.

Signature Luna