Chimique VS naturel, polémiques actuelles autour des antiparasitaires!

#introspection et fruit de recherches; 

Mission 1 : Identifier l’ennemi

Les beaux jours sont enfin arrivés, mais avec eux, le lot de galère, à commencer par les bestioles, ça pullulent, et en prime, elles ont faim… Faim? Oui, de nos boules de poils. Bien moelleuses, au pelage bien chaud et aux oreilles confortables et agréables, bref, un vrai régal pour ces parasites qui se cherche un squat de qualité…

Ces bestioles, qui sont-elles et quels sont les risques ?

Ennemies publiques … J’ai nommé “Puces et Tiques” Un article complet vous avait été proposé sur le blog CLIC

Mission 2: Choisir son camp

Lutter contre les puces et tiques au naturel, OUI, c’est possible !

C’est désormais un fait établi, les vilains parasites sont dangereux

Le rôle d’une Dog’s mom, consiste à protéger son poilu, et au-delà de cette réalité, ce statut lui impose de faire des choix… Chimique VS naturel !

Retour sur la naissance d’une polémique, nouvelle ? Non, une polémique qui touche la communauté depuis de nombreuses années, cela fait effectivement plus d’une dizaine d’années, que certains clament haut et fort, l’importance d’un retour à des méthodes plus naturelles, moins chimiques, plus soucieuses de l’environnement, et moins risqués pour l’animal et sa famille bipède… Et pour cause, les antiparasitaires incriminés comportent des substances telles que de la perméthrine, de la tétraméthrine et du fipronil.

Point de départ de cette relance polémique ; l’enseigne Botanique, la jardinerie naturelle retire de ses rayons les produits suivants ; Frontline, Fiprokil, Effitix, Effipro ; ….

Le 7 avril 2018 un média fait état, publiquement du danger de l’utilisation desantiparasitaires, la fameuse pipette, qui soit dit en passant, reste à titre préventif, l’un des procédés les plus utilisés ! Libération, a mis à jour la problématique liée à l’usage des antiparasitaires qui paradoxalement à la dangerosité “présumée”, restent largement privilégiés pour protéger nos boules de poils des parasites. Un paradoxe pouvant s’expliquer, essentiellement, par méconnaissance des composants et des risques encourues pour nos boules de poils, mais surtout, un manque d’informations relatifs aux alternatives naturelles, qui sont cependant, de plus en plus présentes sur le marché.

capturetéléchargement

Pour lire l’intégralité de l’article de libération. 

Notons que la célèbre marque Frontline a été directement incriminée par le contenu de l’article, malgré cela, ses produits sont toujours disponibles dans de nombreuses boutiques en ligne, pharmacie, jardinerie et animalerie.

Pourquoi m’attarder sur Frontline et non les autres?; et bien parce que Frontline est partout, encore hier, à la pharmacie que vois-je dans les rayons “Frontline”, à la jardinerie, encore, Frontline, et à l’animalerie, toujours Frontline;

Frontline est un produit du laboratoire Merial, qui en est à son second éclaboussement lié à ces fameuses bestioles, mais pas dans le même domaine, en 2004 le “Regent TS”, un produit de protection des plantes destiné à protéger des semences agricoles contre certains insectes arthropodes parasites avait fait l’objet d’une suspension de commercialisation; Le communiqué de l’époque, se montrait rassurant sur la gamme Frontline; “Si FRONTLINE et REGENT TS contiennent en effet la même molécule active, le Fipronil, c’est le seul point commun entre eux.” source

En 2018, c’est notamment, le fipronil présent dans le Frontline, qui soulève entre autre, cette nouvelle polémique pour l’entreprise.

Je me suis donc promenée sur le site officiel, afin de consulter les informations disponibles;

En cliquant sur la fiche produit, une présentation, les conseils d’utilisation, les modalités liée au poids de votre chien, bref, les indications habituelles, et surtout, pas le moindre contenu alarmant. Du moins, pas encore, et ce jusqu’à ce que je remarque une petite ligne “mentions légales” qui d’un simple clic vous renvoie à une page complète de mise en garde, qui sonne et résonne comme une jolie décharge en cas de problèmes entraînés par l’utilisation du fameux “antiparasitaire”…

Entrée dans le vif du sujet, c’est là que la proportionnalité de risques pour l’humain, le poilu, le chat, ou surtout les petits d’homme sont énoncés. Le produit caractérisé par la marque elle-même de” médicament vétérinaire”, qui cependant, est distribué en vente libre, sans le moindre contrôle …. Toutes les mises en garde sont évoquées et le Fipronil est clairement mentionné.

Petit exemple, au hasard des recommandations “Ne pas manipuler les animaux traités et ne pas autoriser les enfants à jouer avec les animaux traités jusqu’à ce que le site d’application soit sec. Il est donc recommandé que les animaux ne soient pas traités dans la journée mais plutôt en début de soirée, et que les animaux récemment traités ne soient pas autorisés à dormir avec les propriétaires, surtout les enfants.”

Pour découvrir l’intégralité CLIC

Un danger ?

La composition complète des formules Frontline, quant à elle, signale la présence, des deux composants, ceux-là même qui se trouvent au cœur de la polémique récente, relayée par l’article “Libération”

“Les personnes présentant une hypersensibilité connue au fipronil et/ou à la perméthrine doivent éviter tout contact avec le médicament. Le médicament est nocif en cas d’ingestion.”

Source

Alors évidemment, il y aura toujours quelqu’un pour venir me dire “si c’était dangereux, ça ne serait pas vendu”, je me contenterais de répondre que lorsqu’un risque existe, aussi infime soit-il, est-il nécessaire de jouer avec le feu, en mettant son chien potentiellement en danger ? (Fumer tue, et cependant, les cigarettes sont toujours commercialisées, cela étant, les paquets comportent des avertissements… Un peu comme le produit susmentionné, non ? Mais pourquoi est-il toujours commercialisé?

C’est la question que semble se poser, l’un des multiples groupes de consommateur formés sur les réseaux sociaux. Vidéos, photographies, pétition et discussions, ce groupe milite activement pour l’interdiction de commercialisation des antiparasitaires de la marque.

Notons qu’il ne s’agit pas d’un groupe isolé, de nombreux forums de discussion font état de cette polémique, et ce, depuis 2004 !

Ce Fipronil qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’un insecticide et un acaricide, interdit d’utilisation pour les animaux d’élevage, décrété de toxicité modérée pour l’homme, selon l’OMS, mais présent dans les antiparasitaire Frontline. Pour nos poilus, on le dit dangereux dans le cas d’ingestion ou d’hilanation.

Notons qu’il est responsable de dommage sur les abeilles, de fait, il est également interdit dans le cadre du traitement des végétaux, tel que le maïs depuis 2013 par la commission européenne.

Ce nom vous dit quelque chose, c’est normal, ce fameux Fipronil, est également au coeur d’un scandale lié aux oeufs contmaninés en 2017… donc récemment; …

Pour rappel : “L’affaire des œufs contaminés au fipronil prend de l’ampleur en Europe. Au total quinze pays de l’Union européenne, de la France à la Roumanie, en passant par l’Allemagne et la Suède, sont touchés par la présence de cet insecticide dans des œufs. Le fipronil, pourtant interdit chez des animaux destinés à la consommation, a été retrouvé dans un produit antiparasitaire « falsifié », le DEGA 16, utilisé dans plusieurs élevages de volailles aux Pays-Bas et en Belgique.”

Source Francetvinfo

Sur la toile, les témoignages se multiplient, plaque allergique, bave, vomissement, perte de repères, problèmes neurologiques, altération de la vue, etc… sont les symptômes les plus fréquemment évoqués par les opposants au produit antiparasitaire, qui tentent de mettre en garde sur la dangerosité de son utilisation.

Parmi les autres dangers indirectes évoqués, ceux encourues par les enfants, qui aiment embrasser et caresser poilu, mais qui apprécient également de mettre les doigts dans la bouche, plus grave, l’impact sur les performances cognitives des enfants de moins de 6ans mis en contact direct ou indirect avec la perméthrine et la tétraméthrine révélé par l’institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) ; les facultés cognitives de l’enfant en bas-âge concernent notamment les aptitudes à percevoir l’environnement, communiquer, mémoriser des informations et ingérer les bases méthodologiques des actions usuelles qu’ils développeront en grandissant.

Article complet qui peut vous fournir un complément d’informations 

Le Fripoline n’a pas à envier ses deux comparses, il a été classé cancérigène par l’agence américaine de protection de l’environnement, certaines études, lui attribue même la capacité à modifier le cerveau des rats, selon les mêmes caractéristiques que celles significatives à la maladie d’Alzheimer.

Source documentaire

Ce qui implique que les chiens qui vivent en collectivité, qui se font la toilette mutuellement, ou des câlins tout simplement, entre eux, ou avec leur humain, qui évoluent parfois dans la même famille que des chats, or la perméthrine est mortelle pour les chats, placent leur famille en danger ?

Se pose la question; qu’est-ce qui est pire “le maux ou le mal possible, la maladie ou le remède” ? et c’est justement ce point qu’avait soulevé, implicitement, Frontline dans son communiqué, en répondant ceci “FRONTLINE est exclusivement destiné à traiter les parasites des chiens et des chats sous forme de Spray ou de Spot-On. Il s’agit donc d’évaluer le bénéfice que constitue la protection des chiens et des chats contre les puces et les tiques et les maladies qu’elles transmettent, face au risque de toxicité pour l’animal, l’utilisateur, les enfants et l’environnement proche en contact avec l’animal. C’est à partir de l’analyse de ce rapport bénéfice/risque que les agences nationales d’évaluation des médicaments de 80 pays, indépendantes comme en Europe, aux États-Unis ou au Japon, ont autorisé les médicaments FRONTLINE pour l’usage vétérinaire.”

http://veto.merial.com

Les parasites sont vecteurs de maladies, qui peuvent être notamment, transmissibles à l’homme… On pourrait prêter à ces propos de louables intentions, mais je pense que nous ne sommes plus en 2004, et qu’actuellement, le marché propose une multitude de remèdes et de traitements naturels, ou dirons-nous de solutions moins contestables ….

Un antiparasitaire à base d’insecticide, dans les faits ça semble logique, le parasite étant un insecte, pour lutter contre l’insecte, on utilise un insecticide…  Qui plus est, dans sa fonction, ce produit est efficace MAIS, c’est justement son efficacité qui est sujette à nous alerter; un insecticide efficace… neutralisant des petites bestioles a-t-il sa place sur ma grosse bestiole ?

J’ai contacté la filiale Frontline afin d’obtenir certains réponses, suite à l’article de Libération ;

(..) Je souhaite savoir si vous avez publié un communiqué de Presse en réponse à l’article de « Libération » paru le 7 avril dernier, dans lequel vos antiparasitaires « Frontline ont été ouvertement incriminés ? Si non, pouvez-vous me communiquer la prise de position relative à cette publication adoptée par votre entreprise (le laboratoire Mérial) ?

Un retrait de Frontline du marché, est-il actuellement envisagé, ou au contraire, confortez-vous les consommateurs quant à la non-dangerosité de ce produit, malgré les composants qualifiés de potentiellement dangereux, dans l’article susmentionné? (…)

J’ai très rapidement obtenu une réponse,

« Bonjour,

Nous faisons suite à votre e-mail du 24/04/2018 que nous avons lu avec attention et vous remercions de l’intérêt que vous portez à FRONTLINE.

Avant toute chose nous tenons à vous rassurer sur le fait que nos produits destinés aux chiens et chats sont testés régulièrement et ne sont pas dangereux pour la santé dans le cadre de leur utilisation.

Pour une explication plus précise nous pouvons vous faire rappeler par un vétérinaire, si vous le souhaitez, pouvez-vous nous transmettre votre numéro de téléphone ?

Cordialement, »

L’entreprise est courtoise…, ils donnent rapidement suite à ma demande, mais ne répondent pas du tout à aux questions posées…

Du moins, pas de suite, un second eux-mail me sera envoyé le lendemain, avec un lien vers le communiqué de presse,

« Bonjour,

Nous faisons suite à votre e-mail du 24/04/2018 que nous avons lu avec attention et vous remercions de l’intérêt que vous portez à FRONTLINE.

Suite à votre mail, et en attendant de pouvoir vous rappeler si vous le souhaitez, nous vous prions de trouver ci-dessous un lien sur le communiqué du SIMV (Syndicat de l’industrie du Médicament Vétérinaire).

Ce document répond aux différents points évoqués dans l’article paru sur le site de Libération.

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement, »

Dans ce communiqué, les différents points sont effectivement abordés, mais c’est le dernier qui a retenu mon attention ;

communiqué.jpg

L’initiative de Botanic … pour ma part, je ne considère pas cette affaire comme une « nouvelle polémique », je pense tout simplement, qu’elle suit l’évolution ou plutôt, devrais-je dire la scission qui s’opère dans notre société actuellement, une partie de notre société souhaite un retour aux procédés naturels, l’enseigne, Botanic a affirmé sa prise de position, en se montrant cohérente avec les valeurs qu’elles souhaitent véhiculés au-delà de son statut de commerce.

Bon, les parasites approchent, alors concrètement on fait quoi ?

La nature humaine nous confère un bien précieux, que l’on nomme « le libre arbitre », il implique, en son âme et conscience d’opérer explicitement ou implicitement, une multitude de choix, et ce, à chaque instant de notre existence, prendre la voie rapide ou le petit chemin, un café ou un thé, prendre un manteau ou pas ; chacun de ces choix, auront des conséquences, dont l’impact s’avérera bien souvent proportionnel à la décision prise ;

La dernière fois que j’ai décidé de ne pas prendre de manteau, j’ai pris froid… ce n’était qu’un choix vestimentaire pourtant, mais qui a eu des conséquences sur mon existence toute entière durant deux semaines, et ces conséquences ont également impacté mon entourage…. La vie n’est qu’une succession de choix… à nous de faire preuve de sagesse au moment de les effectuer, afin qu’ils soient le plus judicieux possibles.

J’ai contacté 5 vétérinaires au hasard (merci Google), 3 m’ont déconseillé l’utilisation de Frontline, en m’indiquant que les puces et les tiques ont développé une résistance au Fipronil.  2 m’ont indiqué qu’il est efficace et peut être utilisé à condition de respecter les recommandations de la notice ; l’un deux m’a cependant demandé si nous avions des chats ou des enfants à la maison, en quel cas, il me l’aurait déconseillé sans s’empêcher en justifications.

Sur les 3, deux m’ont mise en garde sur les produits naturels, en m’indiquant qu’il s’agit généralement de répulsif, qui ne neutraliseront pas la menace, la protection contre les maladies n’est donc qu’hypothétique. En précisant qu’un chien n’est pas un autre, qu’un traitement naturel doit être chapoté par un confrère afin de ne pas prendre de risque, d’éviter le surdosage ou l’utilisation d’un produit inadapté à mon chien. J’ai évoqué d’autres marques moins connues avec eux, ils ne me les ont pas déconseillées, cependant ils m’ont signalé qu’il ne les connaissait pas particulièrement, et qu’ils préféraient donc s’abstenir de recommandation ou dissuasion.

Attention cependant avec certains remèdes naturels, ne jouez pas les apprentis chimistes ; Voici ce qui me fut confirmé lors des entretiens ;

Les huiles essentielles sont déconseillées aux femmes enceintes ainsi qu’aux enfants en bas-âge (entendons moins de 6ans), certaines personnes y sont par ailleurs, allergiques. Notons que le surdosage peut être motel pour votre boule de poils.

En ce qui concerne la terre de diatomée, elle ne convient pas aux poilus souffrant de troubles respiratoires, cette utilisation est donc vivement déconseillée, entre autre, à toute une série de races de chien, prédisposé à cette pathologie ; par exemple, les dits « nez plats ».

Personnellement, je suis consciente des dangers que représentent les parasites pour ma poilue, je veux l’en préserver, mais je ne veux pas la mettre en danger, elle ou notre entourage, dans cette lutte, je ne veux pas hypothéquer la santé de quiconque pour gagner; certes, le produit est efficace, mais à quel prix risquons-nous de payer cette efficacité, si à court ou moyen terme, chaque traitement mensuel comporte un risque pour elle, sa santé, sa peau, son pelage, nos petits d’hommes,… ?

Dans le doute, parfois, il est préférable de s’abstenir … Ou de changer son fusil d’épaule, en passant du chimique au NATUREL !

Les bestioles, la menace, suis-je concerné ?

L’application Fleatickrisk, production du groupe MERIAL, dont la mise en garde renvoie directement vers une vidéo Youtube de présentation du Frontline, n’en demeure pas moins un atout pour la localisation de la menace parasite ; cela étant, la prévention étant la meilleure arme, je ne tiens pas compte des indications, je protège ma boule de poils peut importe ce que m’indique l’application. Il vaut mieux prévenir que guérir …


com.micropole.android.fleatickrisks.png

Nous sommes tous concernés ; anticiper, prévenir en protégeant, est et restera le comportement le plus adapté de toute Dog’sMom soucieuse du bien être de son poilu.

  1. Utiliser la bonne stratégie

C’est donc idéalement avec votre vétérinaire que vous devez déterminer la stratégie la plus adaptée à votre chien, le vôtre, et pas un autre !  Chimique, naturel, c’est votre libre arbitre qui doit vous guider dans la direction la plus adaptée, pour ce faire, il doit être parfaitement informé des causes et conséquences des procédés préventifs qui vous sont proposés.

alternatives.jpg

D’autres solutions sont présentées en détails sur le blog Cliquez ici pour les découvrir;