BENJI

#Cinédog 

Un film qui réunira toute la famille;

Avis aux Doglovers nostalgiques, le poilu qui a bercé votre enfance est de retour ! Dans la série des poilus cultes du grand écran, on retrouve souvent ; Scoubidou, Croc-blanc, Belle de Belle et Sébastien, Lassie, Beethoven et bien évidemment, l’incontournable Benji…

affiche-benji-malice-01.jpg

Aux origines d’un mythe canin attachant, le personnage de Benji fut porté à l’écran dans 5 longs-métrages de 1974 à 2004 et dans 5 courts-métrages de 1978 à 2006 ; personnellement, c’est l’un des longs-métrages que j’ai gardé à l’esprit, un film culte pour toute une génération, la mienne, ce film a imprégné mon enfance, il s’agit de « Benji la malice », film qui mettait en scène un chien vedette du même nom de Benji, réalisé par Joe Camp, sortie française le 3 février 1988, d’une durée de 88 minutes.

Synopsis

« Benji, chien vedette du petit écran, est porté disparu en mer au cours d’une violente tempête. Étant parvenu à regagner le rivage sain et sauf alors que tous le croient mort (à l’exception de son maître et dresseur Frank Inn), il s’égare dans une vaste forêt de l’Oregon. Essayant de retrouver la civilisation, il assiste impuissant à l’abattage d’une femelle couguar par un chasseur. Plus tard, il découvre les quatre bébés qu’elle allaitait, désormais orphelins. Benji devient un protecteur aimant et dévoué, guidant ses petits protégés à travers la forêt pour leur trouver une nouvelle famille. Mais il devra les préserver de nombreux dangers dont les rapaces, un énorme grizzly et un chasseur. Mais le pire d’entre eux est un féroce loup noir qui rêve de n’en faire qu’une bouchée… »

Source

Séquence souvenirs…

 

Le « Benji » de mon enfance, c’était un chien attachant, bienveillant, malin, ou comme son titre l’indique « malicieux », qui dépassait le clivage des espèces pour venir en aide aux petits, et ce, au péril de sa propre vie ; une belle leçon d’humanité, de l’amour, de l’aventure, et surtout une bouille adorable !

C’est donc avec beaucoup d’intérêt que j’ai suivi l’arrivée d’un nouvel opus, 30 ans plus tard, certes, il ne s’agit pas du même Benji, RIP à cet adorable poilu, mais ce nouveau représentant reprend à la perfection le rôle, c’est le digne héritier non génétique, dont nous pouvons suivre les aventures.

Le nouveau Benji

benji 2018.jpgIntitulé « Benji », distribué par Netflix, Sortie 2018, durée 1h 27 m

« Un chien malicieux aide une famille brisée à retrouver le sourire et vient à leur rescousse quand le frère et la sœur se retrouvent en grand danger. »

Avec Gabriel Bateman, Darby Camp, Kiele Sanchez, réalisé par Brandon Camp

Genres : Films jeunesse et famille

Mon avis ; Pour être honnête, j’ai versé une larme à deux moments du film, dans les 5 premières minutes, j’ai pensé que franchement, ce n’était pas gagné pour moi d’arriver au bout… Émotionnellement parlant… Effectivement, dès le début, on plante le décor et on joue sur la corde sensible, on découvre Benji et on s’y attache immédiatement… Et à la fin, à nouveau petit larme, émotion quand tu nous tiens, c’est touchant,…. Certes, il s’agit clairement d’une production pour les enfants, ce sont d’ailleurs, des enfants qui partagent les rôles principaux avec l’adorable Benji ; mais il y a cependant, des valeurs intéressantes, et des problématiques familiales actuelles, subtilement évoquées. Le gros atout de ce film étant qu’il permet de regrouper toute la famille, les parents heureux de retrouver l’un des héros de leur enfance, et les enfants, impatient de rencontrer ce chien malicieux et attachant dont ils ont entendu parler…

L’aventure à proprement parler est moins significative que dans le premier opus de notre enfance, c’est pourquoi, je préfère ne pas les comparer, j’ai abordé le visionnage en décidant carrément de les dissocier, car la mise en relation risque de générer certaines déceptions auprès des téléspectateurs de ma génération. Il faut replacer dans le contexte, nous ne sommes plus des enfants, et même si nous tentons de maintenir une pensée magique intérieure, l’effet qu’aura le film sur nos consciences ne comportera pas le même attrait que celui qu’il produira sur nos enfants. Il ne s’agit pas d’une suite au premier volet, c’est une production à part entière, qui conforte cependant dans l’intemporalité cinématographique d’un héros, tout simplement. Le scénario est, à mon goût, un peu fade, pour un adulte, mais trépidant pour un enfant !

Niveau petit d’homme, de l’émotion, des « oh » « NONNNNNNN » « Benjiiiiiiiii court ! » bref, un feu d’artifice de bonheur audiovisuel qui devrait, sans conteste, vous permettre de partager un moment agréable avec vos petits d’hommes et vos poilus…

Le poilu a l’affiche, Benji, est juste adorable, il a une bouille terrible, très expressif, et tout simplement attendrissant ! En ce sens, il est resté fidèle à l’image que j’avais du « Benji de mon enfance » ; d’où, je n’ai pas été déçue de le retrouver, c’est différent, mais ça reste une belle occasion de replonger en enfance, et de savourer la simplicité d’un moment convivial, en famille.

Lien utile : https://www.netflix.com/fr/title/80204923

signature