Le yoga pour poilu, DOGA !

Le yoga pour poilu, autrement appelé le DOGA

Namaste ?

Le dogaBien plus qu’un phénomène de mode, le yoga pratique ancestral originaire d’Inde, permet l’harmonie du corps, du mental, de l’esprit par l’âme, la pratique génère un certain bien-être qui n’est pas négligeable à notre époque. Effectivement, le stress est partout, on « court » toute la journée, nous avons les pensées en permanences parasitées, lorsque l’on se pose en pensant se détendre c’est dans le canapé pour regarder la télévision, qui ne fera que nous stresser davantage…

Parmi les activités qui ouvrent la porte aux retrouvailles avec soi-même, entendons, ouverture de sa pleine conscience vers le monde invisible qui nous entoure ; le yoga est une activité peu coûteuse qui peut se pratiquer facilement ; à condition de s’en donner les moyens.

Union du corps et de l’esprit… Tout un programme, une discipline qui nécessite cependant de la rigueur, mobilisant la concentration, la méditation, la respiration afin d’enchaîner efficacement les postures « asanas ».

Je ne vais pas vous mentir, lorsque l’on débute, en qualité de non initié ou dirons-nous novice, rejoindre un groupe est un plus, c’est motivant, cela permet de bénéficier de conseil, d’une instruction basé sur le cheminement des membres et surtout, d’un esprit bienveillant pour vous guider dans ce nouvel apprentissage qui ne consiste pas seulement à se placer sur un tapis en imitant vaillamment les figures de « DanielSon » dans karaté Kid !

Le Doga quant à lui a vu le jour plus récemment, son bastion naturel étant New York, depuis 2001 les Américains s’adonnent à cette activité avec leurs poilus ; de nombreux cours ou produits dérivés tels que des livres, DVD, sont d’ailleurs disponibles sur leur territoire. En France, cette pratique nouvelle commence à faire des adeptes, même si les cours sont plus difficiles à intégrer car peu nombreux, très géolocalisés encore régionalement, et les places y sont de fait, peu disponibles.

Pour pratiquer le Doga, il est préférable que l’humain soit à même de maîtriser lui-même les bases du yoga, du moins les rudiments nécessaires pour pouvoir l’initier et adapter le contenu à son poilu.

Notons que rejoindre un groupe n’est que l’une alternative parmi d’autres ; certains autodidactes s’en sortiront très bien en s’aidant d’un livre ou d’un DVD, voir de tutos sur Internet. Chacun doit trouver le support d’assimilation qui lui correspond !

Le Doga est une forme dérivée du yoga, ou dirons-nous une adaptation judicieuse de la pratique afin de la rendre accessible à nos quatre pattes.

Exemple : Je m’incline vers toi, le fameux Namaste, geste symbolique que l’on peut observer au début et à l’issue des séances, existe chez poilu, mais comporte des adaptations logiques…

C’est l’une des clés du yoga pour nos boules de poils, poilu ne réalisera pas vos postures telles que vous les accomplissez mais il appliquera son Doga comportant ses propres postures adaptées à sa condition canine, et en symbiose avec les vôtres.

Quels sont les bienfaits du Doga ?

Pour poilu le Doga est un moyen, comme pour l’humain de se détendre, de trouver une certaine quiétude intérieure mais au-delà de cette réalité spirituelle ; le Doga est également excellent pour les articulations, l’éducation et la concentration.

Outre ses bienfaits individuels, la pratique conjointe du Doga vous permettra de renforcer les liens que vous entretenez déjà avec votre boule de poils ; pour les poilus plus âgés, c’est une activité qui vous permettra de le maintenir en bonne forme, avec un peu d’exercice à placer dans la catégorie douce, entretenir sa stimulation mentale afin de ralentir les ravages de l’âge.

Que les choses soient claires, certains chiens n’apprécient pas du tout cette pratique, dans ce cas, il ne sert à rien de tenter la contrainte, pratiquez en sa présence, le déclic suivra peut être… Dans le cas contraire, c’est que poilu n’est pas inspiré !

Le Dog renforce la complicité mais il permet également à poilu de mieux gérer, ou du moins limité son stress et son angoisse, dépression, les apports positifs portent également sur la respiration et la circulation sanguine de poilu ; outre le mental, c’est donc également son « physique » qui sera travaillé par cette pratique.

Bon donc, ce yoga ? Comment on en arrive à la pratique ?

J’avais pratiqué le yoga lorsque j’étais étudiante, avec une assiduité quelque peu sporadique, disons que j’avais beaucoup de mal à rester en place ; j’ai retenté l’aventure il y a 6 ans lorsque je cherchais un moyen de me détendre efficace, d’évacuer les tensions liées au travail, au stress de la vie en ville, durant deux ans, je le pratiquais en groupe avec des amies et j’ai pu en constater les effets ; même si je restais dans la catégorie novice car je n’ai jamais ressenti le besoin d’approfondir, mon intérêt se limitait aux bienfaits prodigués par les séances auxquelles j’assistais.

J’ai cessé de pratiquer, le jour où j’ai emménagé dans un cadre de vie plus initialement serein… et pourtant, récemment, j’ai souhaité commencer une nouvelle activité avec Queeny, une activité douce, qui nous permettrait de passer du temps ensemble. Elle reste une poilue très énergique mais parfois la concentration ou l’écoute ce n’est pas son fort, j’ai pensé que le Doga pourrait l’aider à se canaliser davantage, la pratique s’intégrait parfaitement dans le plan d’amincissement que nous avions lancé pour elle, et moi, à la sortie d’une pneumopathie cela me permettait de récupérer ma capacité respiratoire en douceur ; Nous nous sommes donc lancées suite à une réelle nécessité commune.

La fréquence ? Nous pratiquons une fois par semaine, pour nous placer dans de bonne disposition, et surtout parce qu’elle a continuellement besoin de repères, notre jour c’est le dimanche.

Avec conditions ? Un poilu n’est pas un autre, mais la mienne doit se dépenser avant de pratiquer, sans quoi, elle est surexcitée, se concentre difficilement, bref, elle ne reste pas en place,… De même, nous dépassons rarement les 30minutes de pratique continue ; passé ce délai, elle se lasse… et l’activité doit demeurer un plaisir réciproque et ne surtout pas sombrer dans la contrainte. Si je ne la sens pas motivée, on reporte à un autre jour ou à un autre moment de la journée.

Progression ? Elle a progressivement pris l’habitude du tapis et l’assimile à l’activité, même si au début ce fut laborieux, depuis un mois, ça commence à être rodé. Nous avons débuté par les bases, à savoir le chant d’ouverture (ce fut le plus simple à assimiler pour elle, un pur bonheur de pouvoir pratiquer une activité dans laquelle on l’incite à jouer des vocalises alors qu’habituellement c’est déconseillé), celui-ci est reproduit en fin de séance, c’est donc l’équivalent de son « Namaste ».

Après il nous fallut travailler sa prise de conscience du souffle, qui pour poilu est tout aussi important que pour l’humaine durant les séances. Nous avons intégré les exercices de respiration victorieuse avec des difficultés au départ, la posture était bonne, mais elle ne gonflait pas suffisamment ses poumons, c’est venu petit à petit par des manipulations pour maintenir la posture et donc obtenir le résultat respiratoire escompté. La respiration qu’elle maîtrise actuellement le mieux, est celle dite « souffle de feu » qui dégage impeccablement les sinus, lors de nos premières séances, j’ai récupéré un peu de sable… Par contre, cette pratique donne soif, il faut donc prévoir de l’eau à proximité.

Nous ne maîtrisons pas encore les autres pratiques respiratoires, l’assimilation est en cours mais cela nous demande plus de temps, allez savoir pourquoi ?

Toujours dans nos débuts, nous nous sommes centrées sur l’assimilation d’une posture simple, celle « du chien tête en bas », dans son quotidien de poilue, elle la pratiquait déjà, dans ce contexte, c’était facile pour elle de l’intégrer à la séance ; elle a juste semblé étonnée quand elle a constaté que j’adoptais la même posture qu’elle, ça lui a plu,… l’humaine fait comme moi ! Au départ le but étant de parvenir à instaurer un moment de calme dans une posture conjointe, la tranquillité, l’harmonie, il faut que poilu se sente bien, n’hésitez donc pas à le toucher, le Doga est tactile, certaines postures nécessitent notamment de le porter… Alors là, par contre, pour nous ce sont des postures qu’on tentera plus tard, à l’issue du régime Lol

La première séance portait principalement sur la découverte, on l’a faite en jouant, dans le jardin, au calme, avec le soleil ; petit à petit, au fil des séances, nous avons pu ajouter des postures, de nouveaux rituels mais en gardant toujours la même structure d’une séance à l’autre, pour qu’elle ne se sente pas prise au dépourvu, ma boule de poils est parfois frileuse face à la nouveauté, le fait de maîtriser les postures que nous accomplissons, de suivre un programme similaire d’une séance à l’autre la conforte dans sa maîtrise, elle est tout de suite plus motivée pour en apprendre davantage ; elle gagne en confiance !

De fait, nous commençons toujours par les exercices respiratoires, en revanche, je dois reconnaître que c’est souvent Queeny qui guide la séance, en prenant l’une ou l’autre posture qu’elle apprécie, moi je m’adapte en la suivant… Par exemple, elle adore la posture du cobra, et les roulades, celle du cadavre et du lotus…. Mais n’accroche pas du tout avec les postures de torsions (surtout latérales) ; Il revient, à votre duo, de créer vos propres routines Doga, en fonction des affinités de poilus pour les postures et de votre maîtrise. Comme pour toutes activités pratiquées avec son poilu, il faut toujours le faire positivement, clore sur du positif, et ne pas placer poilu en situation d’échec;

Ma poilue n’aime pas les torsions, nous avons tenté, ce fut un fiasco, elle n’était pas du tout à l’aise, je l’ai félicité pour sa tentative afin qu’elle reste sur du positif, gros câlins et suppression de la posture de notre programme, si cela ne nous lui convient pas, on s’en passera !

Le yoga tout comme le Doga, invite au dépassement de soi, c’est une « philosophie du bien-être » dans laquelle la rigueur et la discipline tendent à renforcer cette nécessité de dépassement, atteindre un objectif simple, la quiétude et l’harmonie qui s’obtient par l’effort, le juste équilibre. On prend plaisir à progresser, sauf qu’avec poilu on le fait en douceur, avec des moments complices, des manipulations qui laissent souvent la place aux gros câlins, et cela rend la discipline plus fluide, l’harmonie entre le corps, l’esprit et l’âme passe également par la symbiose que l’on développe avec son poilu.

Les effets concrètement ? Après notre séance, ma poilue est vidée, généralement elle fait la sieste, mais je la sens sereine et détendue, cela se constate au niveau musculaire, elle s’étend sur son dodo et soupire d’aise.

Matériels ? Il n’est pas indispensable d’investir dans un tapis spécifique yoga pour votre poilu, c’est surtout une question de confort, si vous avez un tapis à la maison, de petite taille, sur lequel poilu pourra s’étendre en accomplissant ses postures cela fera parfaitement l’affaire. La musique zen est un plus pour les poilus réceptifs, il y a pas mal de playlists gratuites sur le Net que vous pouvez lancer… Attention cependant aux pubs auditives qui risquent de casser votre concentration ; Petit OUPS, avec poilu nous éviterons d’enfumer l’espace avec de l’encens, la mienne n’apprécie pas du tout !

Où pratiquer ? C’est tout le bonheur du yoga, vous pouvez commencer à la maison, à condition d’avoir un espace peu encombré, qui risquerait de nuire à votre plénitude, un lieu lumineux peu aidé, pas surchargé ; un petit espace cocoon pour vous adonner à l’activité. Par la suite, vous pourrez pratiquer dans la nature, bois, plage, jardin,…

Conseils : Ranger les jouets de poilu avant de commencer, éviter de pratiquer juste après le dîner, en phase de digestion, poilu doit pouvoir être tranquille, coupez votre téléphone portable et toutes sources d’énergie à proximité (ordinateur, télévision,…)

Quels outils pour pratiquer ?

Des livres

le yoga des chiens.jpg

Le Yoga des chiens vendus uniquement d’occasion sur le site Fnac dés 1.60 euros, c’est avec ce livre que nous avons commencé. Les postures sont présentées, tout comme les exercices de respirations, avec pour chacune des activités un encadré conseil ; le livre est illustré et truffé de trucs et astuces.

 

 

 

doga.jpgDoga, un livre très complet mais uniquement disponible en anglais, disponible sur Amazon à 15.51 euros. Toutes les postures sont très bien détaillées, je vous recommande de l’acquérir au format Kindle à 3.49 euros, vous pourrez ainsi l’utiliser sur votre tablette, lors des premières séances, il nous a été très utile lui aussi !

https://www.amazon.co.uk/Doga-Yoga-you-your-dog/dp/0600628922

 

 

Pour petit d’homme de 5 à 12 ans « Initiation au yoga avec OM le chien », vendu sur le site Fnac à 5.90 euros 
Om-le-chien-qui-faisait-du-yoga.jpg

Des vidéos :

Par exemple sur ce compte Instagram exceptionnel @my_aussie_gal

Vous pourrez en trouver d’autres sur Youtube, dont cette vidéo que j’ai adoré, elle provient du Dogchallenge de « TheDogBlog » et illustre parfaitement toutes les difficultés que l’on peut rencontrer dans la période initiatique de poilu ;

Je n’ai personnellement pas eu recours aux friandises, notre objectif étant notamment la perte de poids, mais semble-t-il cela peut aider !

signature