Alimentation du chiot

Pour bien grandir et être en pleine forme !

Rassure moi Mam’s… je vais pas devoir manger de la soupe hein ?

Non ne t’en fais pas…

 Juste une alimentation adaptée pour bébé !

Et non, pas touche à la gamelle de Luna !!

L'alimentation de babydog

« Qu’est-ce qu’il a grandit ! » « Waaaa ! Qu’elle grandit vite ! » Vous êtes parents ? Que ce soit de minis humains ou poilus, vous l’avez forcément déjà entendu !!

Un bébé bipède, ça grandit vite…  Et un bébé poilu encore plus vite !!! Si l’humain met environ 15 ans à avoir sa taille adulte, que dire d’un petit poilu qui, en mois d’un an et demi, aura sa taille définitive ?!

A noter que les petites et moyennes races auront taille adulte plus rapidement (entre 10 et 12 mois) que les races grandes et géantes (entre 15 et 24 mois). Mais dans tous les cas, vous en conviendrez, c’est très rapide !

Les poilus, pour faire face à cette croissance très rapide, ont des besoins nutritionnels spécifiques pour que tout se passe bien. Il ne faudrait pas qu’il y ait de carences durant cette période de croissance surtout !

Ces besoins spécifiques le sont d’autant plus que les poilus ne sont pas tous de mêmes races, et qu’il y a des caractéristiques complètement différentes d’une race à l’autre, notamment la taille. Un poilu qui aura une petite taille à l’âge adulte n’a pas du tout les mêmes besoins qu’une race de grande taille. Ces différences sont à prendre en compte quand il s’agit de choisir une alimentation adaptée à poilu, pour que sa croissance soit optimale. Il faut donc être très vigilant à l’alimentation que l’on donne à son chiot.

Quoi qu’il en soit, un chiot doit ingérer une « quantité d’énergie » bien plus importante qu’un poilu adulte (environ 2 fois plus d’énergie), afin de pouvoir faire face à sa croissance et notamment le développement de son squelette et sa musculature.

L'alimentation de babydog (1)

Les différents types d’alimentation pour chiot… Que choisir ?

Vous le savez, nous ne sommes pas pour l’alimentation industrielles pleines de sous-produits sur le blog… donc déjà, on élimine cette possibilité si on veut donner à son babydog le meilleur pour sa croissance et son développement. Exit les croquettes « royal » chez nous !

Il reste donc le choix entre la ration ménagère, le BARF, et les croquettes et pâtées des marques premium…

Nous ne pourrons pas faire un choix pour vous, cela dépend de votre temps, de vos motivations à faire la cuisine, mais surtout de votre budget et de vos convictions personnelles…

Je ne peux vous donner que mon avis personnel, mon expérience avec mes filles…

Personnellement, je ne me sens pas de donner une ration ménagère ou du BARF à mes filles. Le cru, elles aiment pas du tout (ça règle le problème du BARF). Ensuite, j’ai trop peur d’entrainer des carences… Encore plus pour Nalie qui est en pleine croissance : les risques liés aux carences sont trop importants… Il faut connaître parfaitement les besoins de son chiot et peser tous les ingrédients…

Donc j’ai opté pour l’alimentation premium, voir « ultra premium » pour chiot, avec des croquettes et pâtées à base de viande et poisson frais, et des vraies fruits et légumes, sans céréales et en évitant au maximum les allergènes.

Pour vérifier que tout va bien dans la croissance de Nalie, elle était pesée toutes les semaines jusqu’à ces 4 mois et demi, et maintenant tous les 15 jours/3 semaines. Sa courbe de croissance étant parfaite, on continue comme ça, en adaptant la quantité de nourriture en fonction de son poids.

Le seul conseil que nous pouvons vous donner : pour avoir une bonne musculature et ossature, privilégiez des aliments de qualité « premium » avec de la vraie viande et des vrais fruits et légumes (pas de sous-produits animaux et végétaux). De cette façon, les protéines seront de bien meilleure qualité et participeront à une croissance idéale. Les apports vitaminiques, en calcium/phosphore, et en lipides seront optimum, et éviteront les problèmes listés ci dessous…

Et attention aux quantités données également.

Les risques d’une alimentation non adaptée :

Si le chiot n’a pas une alimentation spécifique pour chiot et fonction de sa taille/race, il y aura des conséquences sur sa croissance et sa santé.

  • Les principaux problèmes liés à un déséquilibre nutritionnel sont d’ordres ostéo-articulaires (notamment chez les grandes et très grandes races).

Les dosages en calcium et phosphore doivent être respectés à la lettre en fonction de la taille de poilu (taille à l’âge adulte) afin d’éviter les troubles de croissance osseux et articulaires. D’autre part, il est fortement déconseillé, si l’alimentation est adaptée, de la complémenter en calcium et phosphore : un surplus serait alors aussi à l’origine de troubles ostéo-articulaires (hypercalcémie ou hypertrophie osseuse). Pas suffisamment ou trop de calcium/phosphore ne sont pas bon pour le développement… d’où la nécessité absolue d’une alimentation adaptée à la race.

  • Les problèmes digestifs liés à une alimentation peu digestible

Les grandes races ont plus de difficultés à digérer que les petites races, et il est primordial de faire attention à la nutrition et l’alimentation des grandes races, de part leur prédisposition au retournement/torsion de l’estomac. Dès chiot, les grandes races peuvent être sujettes à ce risque mortel. Il est donc vivement conseillé de donner une alimentation adaptée, hautement digestible pour limiter les risques (entre autres… donner le repas en plusieurs fois, manger lentement, la gamelle au bon niveau, etc… font partie des petites choses permettant de limiter là aussi les risques).

  • Les problèmes d’obésité (et troubles digestifs) liés à une mauvaise quantité de nourriture et à des taux de lipides et vitamines inadéquats

Pour éviter les risques d’obésités et autres troubles digestifs à l’âge adulte, il est recommandé de donner une alimentation de bonnes qualité (on évite les croquettes de grandes marques industrielles…), et on fait attention à la dose que l’on donne. Il ne faut ni trop, ni trop peu ! La ration quotidienne est fonction du poids du chiot et de sa race (poids moyen à l’âge adulte).

Concernant les lipides (les acides gras), il faut là encore une bonne qualité de « graisses » afin de limiter les stockages de mauvaises graisses qui peuvent conduire à l’installation d’une obésité : on préféra, pour cette raison supplémentaire, donner une alimentation premium.

Il faut en effet limiter au maximum un poids trop important durant la croissance, au risque d’entrainer des problèmes ostéo-articulaires, en plus de l’obésité, dès le jeune âge.

De plus, la mauvaise digestion de lipides de mauvaise qualité peut entrainer une insuffisance pancréatique…

Ceux-ci ne sont que les risques principaux… il existe bien sûr d’autres pathologies liées à d’autres types de carences ou surplus (trop de poisson cru = carence en vitamines B1 nécessaire au fonctionnement cérébral ; Trop d’œuf = carence en vitamine H qui entraine une perte de poils, par exemples) la liste peut être longue…

On fait donc attention à ce que l’on donne : on choisit une bonne alimentation, de bonne qualité, et on adapte en permanence les quantités au fur à et à mesure de la croissance de babydog.

20170610_185359

Pour les modalités du repas chez le chiot…

Jusqu’à l’âge de 5 mois environ, il est conseillé de donner la portion journalière en 3 repas : matin, midi et soir. Cela facilitera la digestion et surtout, babydog ne sera pas gavé de nourriture à chaque repas. Si son tout petit estomac est trop rempli, tout risque de ressortir !!

A partir de 5-6 mois, vous pourrez commencé à donner 2 repas par jour : matin et soir. Donner la ration en 2 repas permet là encore de faciliter la digestion et ne pas donner une trop grosse quantité d’un seul coup.

Après, tout dépend des poilus… certains mangeront plus facilement le soir que le matin, ou l’inverse… Chez nous, les filles préfèrent manger à midi un peu et le soir…. Elles se régulent toutes les deux d’elles-mêmes ! Je n’ai pas des voraces à la maison, elles mangent si elles ont faim.

Et quelle que soit l’alimentation de babydog, n’oubliez pas que… « Mon corps est en pleine croissance, il me faut de l’eau ! De l’eaaaaauuuu ! » (Mais si, souvenez vous ! La pub de 1999 pour le P’tit Vittel !)

Mam’s ? Tu te sens vieille là d’un coup hein ?

Te rappeler de pubs des années 90…

 

Bouarf… j’avais quoi ? 10-12 ans à l’époque…

Mouais, ok, ça me rajeunit pas…

Bref, il faut absolument de l’eau fraiche à disposition en permanence pour nos petits (et grands) poilus ! L’eau, c’est la vie !

Maintenant, comment fait-on si on souhaite effectuer un changement d’alimentation pour babydog ?

Règle n°1 : Conserver l’alimentation habituelle de babydog quand il arrive chez vous, et ce, pendant quelques semaines.

Il faut en effet attendre que petit poilu soit bien installé et à l’aise chez vous avant d’envisager un changement. Avec le  changement de famille, de maison, la séparation d’avec sa maman et ses frères et sœurs, babydog peut présenter quelques signes de stress d’ordres digestifs : pas faim (anorexie passagère) et/ou selles molles ou légère diarrhée.

Il faut attendre que petit poilu soit « stabilisé », habitué à sa nouvelle vie, avant de changer d’alimentation.

Règle n°2 : Choisir une alimentation adaptée à babydog ! Il faut absolument une alimentation pour chiot, adaptée à la future taille de poilu (dixit ce qui a été dit plus haut, rapport aux besoins spécifiques pour sa croissance).

Si vous avez besoin d’aide, vous pouvez vous adressez à votre vétérinaire ou encore mieux à un vétérinaire spécialiste en nutrition animale (surtout si vous voulez opter pour la ration ménagère : les petits plats maison ou le BARF : à base de viandes crues). Si vous choisissez une alimentation à base de croquettes (valable aussi pour les pâtées), vous pouvez vous aider de nos articles-tests de croquettes et pâtées, et l’article Bouquine Ce poison nommé croquette https://mydogisaqueen.com/2017/01/18/ce-poison-nomme-croquette/ , notamment la partie sur la description des ingrédients, et la partie « A retenir de notre lecture ». Vous aurez des indications sur les ingrédients à éviter, et ceux à privilégier.

Règle n°3 : Effectuer une transition alimentaire lente

Le système digestif de babydog peut être (et est souvent) sensible, fragile. Pour ne pas perturber et rendre malade son petit poilu, il faut donc effectuer une transition lente, sur plusieurs jours. Il est normalement conseillé de faire une transition sur une dizaine de jours pour un adulte. Pour un chiot, la transition peut se faire sur un temps plus long… c’est d’ailleurs fortement conseillé.

Pour une transition de croquettes, nous vous rappelons qu’il faut mélanger les anciennes croquettes avec les nouvelles croquettes en respectant des ratios/dosages : par exemple 10% de nouvelles avec 90% d’anciennes pendant 2 jours, puis 20%/80% ;30%/70% ; 40%/60% ; 50%50%, 60% de nouvelles et 40% d’anciennes et ainsi de suite jusqu’à n’avoir plus que des nouvelles croquettes dans la gamelle (on arrive à 3 semaines de transition avec cette façon de faire, parfaite pour un chiot !)

La transition doit se faire en douceur.

Notre expérience avec Nalie :

Nous avons attendu 3 bonnes semaines avant de lui changer son alimentation. Elle n’était pas perturbée, mais par précaution et éviter de la déstabiliser et de perturber son transit, nous avons attendu.

Après avoir choisi avec attention les marques de croquettes et pâtées que j’allais lui donner, nous avons effectué une transition sur 3 semaines… 2 fois plus long que pour un adulte donc. Ne connaissant pas encore bien la « résistance » de la demoiselle, nous avons préféré y aller tout en douceur.

Nous avons commencé par changer ses croquettes avant d’intégrer la pâtée. Elle est donc passé des royales croquettes industrielles à la marque Acana. Une fois le changement terminé pour les croquettes, nous avons attendu une bonne semaine encore avant de lui mettre de la pâtée (Dog’s Love et Edgard Cooper pour info) mélangée aux croquettes, une portion un peu plus importante chaque jour (on a commencé par une petite cuillère à soupe, jusqu’à faire 2/3 croquettes, 1/3 pâtée). Là encore, nous avons introduit la pâtée doucement, puisqu’il s’agit d’un autre type d’alimentation.

Et voilà, 1 mois après le début de la transition alimentaire, Nalie a rejoint Luna en bi-nutrition (croquettes + pâtée). Et plus aucune jalousie à cause de la bonne odeur dans la gamelle de Luna !

A retenir de cet article : choisissez une alimentation adaptée à votre babydog, de très bonne qualité, et faite une transition en douceur lorsque petit poilu sera en « bonnes conditions » !!

Pour un petit poilu en pleine forme qui grandit bien !

Bon appétit les babies poilus ! Bonne croissance !

Bientôt on sera aussi grand qu’un Léonberg !

Signature Luna