AVA : Aide aux Vieux Animaux, mais c’est quoi le problème avec les vieux ?

Jamais sans mon vieux !

C’est quoi ton problème avec les vieux ?

« Bah, les vieux ça ne sert à rien, de fait, ça ne distrait pas les gamins, ça coûte un rein parce que c’est souvent malade. D’autant qu’idéalement il faut une alimentation adaptée, des aménagements de commodités pour rendre le quotidien plus clément, de toi à moi c’est moins beau parce que ça grossit et c’est grisonnant, ça retombe en enfance, niveau propreté ça laisse à désirer et n’oublions pas que ça ronchonne, ça perd la boule, ça radote ».

Bien triste réalité que celle-ci, lorsque tu es vieux, il te reste quoi ? Tellement de choses à donner, Si et seulement si on parvient à voir avec le cœur, et non à regarder uniquement avec les yeux et un égoïsme pragmatique de consommateur aguerri, de blasés intolérants.Le drame de nos aînés, malmenés, abandonnés, esseulés, parqués dans des maisons de retraite, exilés, ou livrés à eux-mêmes… Les bipèdes n’en ont pas le monopole, ce ne sont pas des cas isolés. Ce drame est partagé par les poilus Séniors, qui souffrent, eux aussi de cette pléthore de préjugés.

Les poilus ne sont pas préservés de cette cruelle réalité ; nous pouvons nous demander pourquoi trouvons-nous des chiens âgés dans les refuges ? Quelles sont les causes de leur présence ?

  • Les chiens âgés qui ne répondent plus aux attentes de la famille; ils constituent trop de contraintes ;
  • Les chiens âgés qui développent des problèmes de santé, ce qui entraîne des frais conséquents pour lesquels la famille n’est pas disposée à se priver ou encore, engendrent des factures qu’ils ne sont pas en mesure d’honorer;
  • Les chiens âgés qui se retrouvent sans famille, tout simplement parce que leurs humains sont décédés, hospitalisés ou placés et que la famille n’a pas souhaité les prendre en charge;
  • Les chiens âgés qui étaient les jeunes chiens de refuge, parfois plus difficiles, ou atypiques, sur lesquels personne n’a daigné s’arrêter;
  • Les chiens âgés qui font les frais d’un «culte » sociétal malsain de la consommation ; comme le smartphone, un nouveau modèle sera sans doute plus à même de combler son détendeur ;

En France 100.000 poilus chiens et chats sont abandonnés chaque année, avec un pic annuel aux moments des grandes vacances ; parce que clairement, le crocodile gonflable, les raquettes de badminton et les 15 paires de tongs de la baronne, ça ne peut se laisser sur le bord de la route… Vous comprenez ?

On nous parle souvent de l’adoption comme d’un acte responsable, d’un point de vue personnel, j’aimerais qu’on parle aussi de l’acquisition comme d’un acte responsable et que l’on nomme une acquisition comme telle, à savoir, un « achat ». Je tombe souvent sur des gros titres accrocheurs, dans mon fil d’actualité Facebook « Adopter un chien, 10 conseils » : Premier conseil : Bien choisir son éleveur ! Oui, bien,… Adoption chez l’éleveur, on lui fait un petit don en plus du chèque avant de partir ?

Une adoption et un achat ce n’est pas similaire : Adopter un chien c’est se rendre dans un refuge, y choisir un chien qui a un vécu, ou de l’âge, un adulte et non un chiot, et décider en son âme et conscience qu’on le sort de la cage dans laquelle il se trouve, pour lui offrir une nouvelle vie familiale, en sachant qu’il a un vécu et qu’il faudra peut-être se montrer patient. Acheter un chiot chez un éleveur, c’est pratiquement pareil, c’est choisir un chiot dans une portée, en sachant qu’il deviendra un chien, sauf qu’il n’a pas encore de vécu trop long, vu son jeune âge, il se construira avec vous, l’acquérir c’est décider en son âme et conscience qu’on lui apportera éducation, soins, amour, et ce, toute sa vie durant.

Alors pourquoi, si dans ces deux configurations, on se rejoint sur la responsabilisation, nous retrouvons des chiens seniors en refuge qui sont des chiens de races ? Parce que notre société laisse bien trop souvent les plus faibles sur le bord de la route, qu’il s’agisse de bipèdes ou de quadrupèdes ; et lorsque la société n’apporte pas de solutions, ce sont les organisations privées, les associations, les bénévoles qui remédient à ce manque, en créant des alternatives « bis » afin de gérer au mieux cette problématique.

Alternatives bis à quoi ? Eh bien, il ne faut pas se mentir, dans le cas des Séniors, ce sont des alternatives « bis » à l’Euthanasie.

Les chiens âgés trouvent plus difficilement des adoptants, malgré l’instauration de ce que l’on qualifie de « panier retraite », proposée par de nombreuses associations ; Les paniers retraites sont des familles d’accueil pour séniors, à noter, que très souvent les adoptions de Séniors sont en don libre, ou carrément sans frais ; le but de cette démarche étant de leur trouver plus rapidement un foyer pour terminer leur vie paisiblement. La vie de refuge ne convient à aucun chien, cela étant, les plus petits, et les plus âgés sont ceux pour qui ce quotidien est le moins supportable. Les refuges, associations et bénévoles font de leur mieux, avec les moyens du bord, afin de rendre ce quotidien plus confortable, mais le manque de moyens n’aide en rien !

Les clichés sur les Séniors ? Et ce qu’on en pense !

  • Il va mourir bientôt; bon là, tout de suite, j’ai envie de te dire que nous allons tous mourir, et que personne n’a de date de péremption tatoué sur le popotin, un jeune chien aussi peut mourir, il y a statistiquement moins de chance, j’en conviens, mais la mort ne fixe pas de rendez-vous… Un chien même senior a encore, bien souvent, de belles années devant lui !
  • Il ne fera que dormir; Le bonheur ça motive, la joie ça donne des ailes, l’amour et les papillons ça permet de soulever des montages ; un poilu heureux, retrouvera une seconde jeunesse. On ne va pas vous vendre du rêve, les promenades seront plus courtes, mais plus fréquentes, et alors ? Il y a d’autres aspects relationnels à partager avec un senior, la sérénité d’une tête poilue sur les genoux lorsque l’on dévore un bon livre, une petite bouillotte pour regarder la télévision, une épaule sur laquelle poser la tête pour admirer un joli paysage.
  • Il sera incontinent; Ce n’est pas une fatalité, le chien senior, comme tout autre chien adopté, sera tellement heureux d’avoir enfin un foyer, qu’il sera attentif, et fera tout son possible pour ne jamais prendre le risque de vous décevoir, cette petite boule vous donnera tout et bien plus encore tellement, la gratitude sera son leitmotiv.
  • Il tombera malade, ça coûte cher; avoir un chien ça coûte cher, et il n’y a pas d’âge pour tomber malade, encore une fois, ce n’est pas une fatalité, un chien peut vivre sans problème de santé, jusqu’au jour où il partira paisiblement dans son sommeil. Il n’y a rien de graver dans la pierre, les généralités pour les chiens, comme pour les humains n’ont pas lieu d’être !

Ce qu’un Sénior peut apporter ?

La sagesse, l’amour inconditionnel, la maturité, le calme et la paix intérieure, le salut d’une bonne action et une relation certes, plus brève mais parfois plus intense et profonde car le senior connaît la valeur de l’amour, pour en avoir été privé jadis !

Le chien senior que vous adopterez sera propre, déjà éduqué, bien que parfois, il y ait une adaptation, des réajustements à effectuer, mais de vous à moi, que serait la vie sans un peu d’animation ? On s’ennuie quand c’est trop simple, les choses se méritent… Se gagnent, le respect, n’est pas acquis, il se mérite, et ça, c’est un beau défi à relever pour l’amoureux que vous êtes, conquérir le cœur d’un poilu ! D’autant que les seniors proposés à l’adoption sont bien connus des associations, le caractère, les ententes, ce qu’ils aiment ou n’aiment pas, les habitudes, il n’y a pas de surprises,… Ou très peu, vous saurez à quoi vous attendre !

Où adopter ce « jeune retraité » qui va te combler ?

Justement, je souhaite vous parler de l’association

AVA : Aide Aux Vieux Animaux

Quoi AVA ? Encore ? Mais on connaît ! Et bien si tous ceux qui me disent AVA on connaît, connaissait aussi bien le chemin du porte-monnaie, je pense que l’association aurait déjà bouclé la cagnotte Leetchi qu’ils ont lancée pour sauver le refuge !

Alors soyez sages et laissez-moi vous faire le show, comme prévu,… Parce qu’apparemment, c’est nécessaire de répéter, le sujet ne semble pas assimilé !

C’est quoi ?

cache_2418214265.jpg« La particularité de notre refuge est de proposer une alternative à l’euthanasie en hébergeant les animaux les plus âgés, en fin de vie, mais aussi, en accueillant les chiens jugés « difficiles » d’un point de vue du comportement. Nous accueillons également les animaux de personnes vivant des situations difficiles qui rendent la garde de l’animal impossible. Le Docteur Thierry Bedossa et toute son équipe de passionnés et de professionnels de la santé veillent au bien-être de tous ces animaux. »

On se récapitule, AVA vient donc en aide aux seniors, aux chiens malades mais aussi aux chiens jugés difficiles, dans une politique éthique qui visent à proposer la fameuse alternative « bis » afin d’éviter l’euthanasie.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’AVA compte près de 500 pensionnaires, une fine équipe composée d’une centaine de chats, d’environ 150 chiens, près de 80 équidés, mais aussi des bovins, et un troupeau de 150 daims. Tout ce petit monde évolue sur un domaine de 75 ha situé en Normandie.

Nous l’avons déjà signifié, les poilus sont comme les humains, avec l’âge on prend plus facilement des petits bobos, on a besoin d’une alimentation spécifique, parfois des compléments alimentaires, des soins particuliers pour les dents, alors quand on a un chien, financièrement c’est gérable, mais imaginez avec 150 ? La hotte du père Noël ou l’Euromillions n’est pas de refus…

D’autant que le refuge accueille, les laissés pour compte, cela implique également, les chiens souffrants de handicaps, ceux-là même ont des besoins en termes de soins ou d’équipement, qui, nous le savons, sont généralement très onéreux.

Afin qu’une partie des pensionnaires puissent être proposés à l’adoption, le parcours de « réhabilitation » nécessite du personnel d’encadrement, 500 pensionnaires ça fait beaucoup de monde, alors il faut des intervenants en renfort des bénévoles, des spécialistes, et ça aussi, c’est un coût dans le budget !

AVA un refuge qui accueille des pensionnaires aux profils étonnants : « Garou est un croisé Berger Belge Malinois et Berger Hollandais de 6 ans, arrivé au sein d’AVA en mars 2017 après avoir travaillé au sein de la brigade cynotechnique de la RATP »

6 ans… Il va mourir bientôt lui aussi, vous allez me dire ?

AVA multiplie les activités pour sortir la tête de son refuge de l’eau ;

Ava offre également la possibilité de placer poilu en pension ; des vacances avec des nouveaux potes, une équipe au poilu, que demande le peuple ? MyK6, c’est plus qu’une simple pension, c’est tout un programme de vacances, dans un univers ou socialisation, encadrement, amitié rime avec vacances… Poilu en camp de vacances, en Normandie dans un groupe homogène, entre 25 et 30 euros la nuit (selon la basse ou haute saison), pour un encadrement réel, activités, jeux de stimulation, piscine, jeux d’extérieurs, avec vétérinaires, de soigneurs, éthologues, éducateurs en méthodes « amicales et positives », c’est comme la colonie de vacances du petit d’homme !

Clic pour réserver tes vacances https://www.myk6.fr/

Un engagement dans la recherche : AVA, depuis ses débuts, s’attelle à mieux comprendre le comportement animal, aidant ainsi la recherche scientifique, d’une manière éthique et indépendante.

Comment ? Les poilus pensionnaires, ont été pour la plupart abandonnés, trouvés errants, de fait, l’association aide la recherche en étudiant les comportements, les capacités d’adaptation et d’apprentissage de ces poilus en prenant en compte ce fameux facteur vécu antérieur, gros plus pour la réhabilitation et le bien-être des chiens qui peuvent se trouver dans des conditions similaires d’attente d’une adoption.

Un engagement qui va au-delà du monde animal ; par exemple, AVA, accompagne Thor et Nykios, deux malinois dressés au dépistage du cancer.

La belle ironie du sort, qui démontre encore une fois, que le chien, est heureux même lorsqu’il se rend utile, même lorsqu’il n’a pas complètement conscience de l’énorme et exceptionnelle portée de ses actions. Un chien abandonné, pourra apprendre et venir en aide à l’Homme, et ce malgré le fait, qu’un jour, c’est l’homme qui l’avait abandonné… La rancune humaine à la dent beaucoup plus longue…

AVA s’engage aussi dans la pédagogie, c’est la clé d’une avancée pour nos poilus, la sensibilisation et l’avenir se préparent aujourd’hui, auprès des plus jeunes, qui seront les adultes de demain ; et cela, AVA l’a bien compris. Il se mobilise également dans l’action sociale, notamment la réinsertion de jeunes, la médiation animale, l’insertion et les projets professionnels, c’est donc une association ouverte vers le monde qui l’entoure, impliquée et engagée aussi bien dans la cause animale, que dans la « cause » humaine. Un tout, qui a mon sens est indissociable, animal et humain évoluent dans un même monde, cette cohabitation doit se faire en bonne intelligence, et personne, bipèdes ou quadrupèdes ne devrait être un laissé pour compte !

AVA c’est donc un temple, un lieu dans lequel finalement, il n’y a pas de délits de sale gueule, pas de discrimination à l’âge ou à la maladie, aux problèmes de santé, les comportements inadaptés seront travaillés ; AVA accueil, AVA recueil, c’est l’équivalent d’un sanctuaire dans lequel protection et réflexion sur le bien-être animal sont au cœur des préoccupations. Préoccupations qui devraient être au cœur également de toute personne qui décide d’acquérir ou d’adopter un chien !

Tout cela fait d’AVA le refuge le plus grand refuge indépendant de France GRAND par ses motivations, procédés, objectifs et pas seulement par sa taille.

Je n’ai jamais envisagé d’abandonner ma grand-mère sur l’autoroute, cela étant, parfois elle est pénible (si tu me lis, toutes mes excuses, mais on en a déjà parlé, les feux de l’amour et la vie de Victor Newman en boucle, est une torture sans précédent dans mon existence et ce, depuis plus de dix ans… Malgré ça je t’aime, ne t’en fais pas, tu pourras faire pipi tranquille la voiture sera toujours là à ton retour !) Alors comment peut-on abandonné son chien, vieillissant ? Dans les années à venir, je l’espère, le chien, et l’animal plus largement, aura la chance de bénéficier de davantage de considération, on aime à tout âge, et ce quel que soit l’âge, non ?

Bref, vous me suivez toujours j’espère ? Parce que nous entrons dans le vif de l’action !

AVA propose des chiens à l’adoption mais aussi au parrainage, je me suis « promenée » dans la rubrique adoption, il y a des chiens absolument magnifiques, qui ont l’air adorables, le descriptif est clair, rien n’est dissimulé, ce qui m’a beaucoup touché, c’est que sur la plupart des photos les poilus sont vraiment souriants, c’est rare de voir des chiens avec de tels sourires en refuge, lorsqu’ils sont malades, handicapés, ou plus âgés ; ils ont certes des besoins plus spécifiques que d’autres, mais ils semblent prédisposés à l’amour grâce au travail exceptionnel effectué par tous les acteurs de cette réhabilitation engagée qui œuvre au centre.

Infos : Des poilus bénéficiant de l’opération DOYEN, y sont présentés, comme NAPO (l’un de mes coups de cœur)

Pour chaque poilu, une fiche détaillée avec la possibilité de parrainer ou d’adopter.

Dans la rubrique adoption du site officiel ;

 Napo.jpg

Qu’est-ce que l’opération Doyen ? La fondation 30 millions d’amis a lancé l’opération Doyen, par celle-ci elle s’engage comme suit : « Pour toute adoption d’un chien âgé de 10 ans et plus dans l’un de ces refuges, la Fondation 30 Millions d’Amis s’engage à régler les éventuels frais vétérinaires, à hauteur de 600 euros – sur présentation de factures. ». La fondation vient également en aide aux poilus d’AVA répondant à ces conditions.http://www.30millionsdamis.fr/jagis/jadopte-un-animal/operation-doyens/

Pour sauver le refuge, il reste 120 jours, actuellement (entendons-nous au moment de la rédaction de cet article) la cagnotte n’a atteint que 28 % de son objectif, ce refuge est indispensable, et pourtant, il n’est pas suffisamment aidé !

Alors oui, vous connaissez AVA, mais personnellement, lorsque je connais quelqu’un qui se trouve dans la « merde », j’essaie de l’aider ! Nous connaissons tous AVA… Non ? 50 centimes au fond de la poche, 1 euro qui traîne dans le sac à main ou le vide-poches de la voiture ; si nous effectuons tous cette démarche, je pense que ça peut aider…

Ceux qui diront, tous les refuges ont des vieux chiens, et des chiens malades, etc., oui c’est exact, il y a des vieux chiens et des chiens malades pris en charge dans tous les refuges et par quasi toutes les associations de France ; mais la particularité d’AVA c’est que chez eux, il n’y a que ce type de pensionnaires.

Personne n’est à l’abri d’une mort prématurée, d’une hospitalisation, si aujourd’hui vous êtes en pleine forme, et nous souhaitons que vous le restiez le plus longtemps possible, mais s’il vous arrivait quelque chose, si votre famille tournait le dos à votre vieux chien,… Ne souhaiteriez-vous pas qu’une telle structure existe encore afin de l’accueillir, même s’il est malade, en lui offrant ainsi une chance de trouver des adoptants, d’échapper à l’euthanasie, de recevoir de bons soins en attendant une seconde chance ?

Moi c’est ce que je souhaiterai, si mon chien me survit, je veux qu’elle ait toutes les chances de son côté pour pouvoir redémarrer une nouvelle vie, et ce, quels que soient : son âge, son état de santé, ou ses mauvaises habitudes… !

Cheyenne.jpgPour aider la jolie Cheyenne et ses copains …

La cagnotte qui n’attend que vous et dont le compte à rebours est déjà bien avancé !

https://www.leetchi.com/c/sauvons-le-refuge-ava

Le site pour adopter ou parrainer

http://avarefuge.fr/

La Facebook

https://www.facebook.com/ava.refuge/

Au passage, Toi, l’humain, tu seras vieux demain… Malheureusement, les vieux cons de demain, sont les jeunes cons d’aujourd’hui, donc il y a toujours beaucoup de poilus à adopter, partout, et ça sera le cas  tant que les mentalités n’auront pas évoluées, c’est pourquoi, il est important de privilégier l’adoption… . de sortir du schéma d’apologie des races parfaites et des phénomènes de mode qui nous pousse à traiter le chien comme un bien de consommation, tendance, en vogue, un accessoire ou un faire-valoir « Résiste prouve que tu existes »… JAMAIS sans mon vieux ! Parce que l’amour, par chance, est l’incarnation de l’intemporalité… Il n’a pas d’âge ! J’ai « torché » ses pipis lorsqu’elle est arrivée et je compte bien le faire lorsqu’elle ne sera plus capable de se gérer, c’est ça l’amour pour le meilleur… et pour le pire, jusqu’à ce que sa mort, vous sépare !

signature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s