Le dressage silencieux

#The Sound Of Silence… 

S’il est bien une chose que j’exècre, ce sont les gens qui crient… sur les enfants, sur les aînés mais aussi sur les poilus ; ceux qui parlent plus fort que les autres ; au point de ne plus pouvoir s’entendre.

J’assimile ces hausses d’intonations, généralement ponctuées, à une forme de violence verbale ; ainsi je conçois parfaitement qu’un poilu fasse demi-tour lorsqu’il se trouve confronter à un humain qui lui hurle dessus.

Crier, le sacre de la contre productivité, on peut changer son intonation sans pour autant passer pour une hystérique, le cri ne peut qu’engendrer peur, et bien souvent, on répond à la violence par une autre forme de violence, ou par la fuite.

Même si, mes notions d’éducation sont rudimentaires, dans mon quotidien, qu’il s’agisse de poilu ou des humains, je n’ai jamais pratiqué l’excès de vocalises pour obtenir gain de cause. C’est aussi une question de respect, vous voulez être écouté, vous faire respecter, faites-le par la pertinence de vos mots plutôt que par votre volume sonore.

Et pourtant, le haussement de ton, est l’arme facile que l’on brandit aisément lorsque l’on se sent démuni, dans une situation qui nous dépasse, ou lorsque nous avons le sentiment de perdre le contrôle. Même si, en notre for intérieur, nous savons pertinemment que cette pratique n’est d’aucune utilité !

Je vous propose de découvrir un ouvrage qui place à l’honneur une méthode éducative, en parfaitement adéquation avec mes a priori sur les vocalises abusives.

Le dressage silencieux

Avec la méthode mains libres de Liane Rauch, paru le 21 septembre 2017, il s’agit d’un guide broché, aux éditions Macro, dans la collection « Donner la patte ». Il est disponible sur le site Fnac à 9.95 euros.

Le-dreage-silencieux.jpg

L’auteur Liane Rauch ;

Née à Eschenbach in der Oberpfalz en 1963, elle a toujours vécu en contact étroit avec les animaux.

En 2003, elle a obtenu son diplôme d’éducatrice canine et décidé de quitter son travail à l’office de tourisme pour fonder le centre d’éducation « Hundeschule Sunny-Queen’s », rebaptisé plus tard « Hundeschule Naseweis », suite à la mort de son chien bien-aimé, Sunny.

Elle a fait de son hobby, le travail en contact étroit avec les chiens, un emploi à plein temps.

Elle possède actuellement trois chiens, provenant de refuges ou chenils, qui travaillent tous dans des maisons de repos.

Présentation de l’ouvrage ;

« Une relation homme-chien solide est la base d’une éducation réussie. L’auteure nous montre comment la construire et la rendre durable. Découvrez l’importance du contact visuel pour le dressage de votre chien et découvrez comment maintenir sa concentration en dépit des distractions offertes par l’environnement extérieur. De nombreux exercices illustrés vous montreront comment faire. Une méthode à essayer à tout prix. Amusez-vous bien, et bonne chance ! »

Vous souhaitez renforcer votre lien avec votre chien et instaurer une relation harmonieuse ? Alors essayez immédiatement la méthode « mains libres » : toujours efficace, sans accessoire et sans dire un mot.

Quel est l’intérêt de cet ouvrage ?

La méthode proposée permet de renforcer la complicité que vous entretenez avec votre boule de poils, car elle implique d’instaurer un rapport de confiance réciproque sur lequel toute sollicitation repose. L’éducation est présentée non pas comme un dressage mais bel et bien comme une coopération, qui s’instaure non pas entre un chien et son maître, mais entre deux compagnons de voyage. C’est une nuance qui prend tout son sens dans la place prédominante de la confiance et du respect que l’auteur souhaite vous aider à trouver. Une coopération plutôt qu’une domination, une méthode douce, non violentes, que l’on pratique partout ; étant donné qu’elle ne repose pas sur les vocalises, d’autant qu’elle est adaptée à tous les chiens, et ce, en toutes circonstances.

Notons que ce type de méthode « mains libres » fonctionne très bien auprès des chiens souffrant de pathologies invalidantes telles que la surdité.

C’est d’ailleurs une méthode que vous pratiquez peut-être partiellement, sans même en avoir conscience, comme ce fut le cas pour moi.

Au centre de cette méthode, le contact visuel mais aussi olfactif et sensoriel, votre paume de main, est le véritable outil, le point d’accroche et le flambeau de confiance. Un outil qui peut facilement permettre de maintenir la concentration de poilu malgré un environnement extérieur, empli de sollicitations et de distractions.

Mais surtout une méthode ludique, qui peut aisément s’apparenter au jeu, temps pour poilu que pour l’humain. L’ouvrage propose plusieurs exercices illustrés afin de débuter pas à pas, la transition vers cette méthode douce, et cependant, très efficace.

La méthode encourage, à se détacher des accessoires éducatifs, à limiter leur utilisation lorsqu’elle est indispensable uniquement. En revanche, votre main, plus précisément, votre paume de main devient votre incontournable. La récompense et les accessoires ne sont pas initialement des concepts canins, ce sont des concepts humains que nous utilisons bien souvent à mauvais escient afin d’obtenir ce que nous voulons.

Personnellement, la friandise n’a jamais été l’un de mes atouts clés, c’est à mon sens prendre le risque de conditionner poilu à l’appât, dont n’importe qui pourrait se servir, le pousser à agir non pas pour me satisfaire, mais pour satisfaire sa gourmandise, j’ai toujours pensé, que le jour où je me retrouverais à court de friandises, ça serait une catastrophe sans précédent… De fait, j’ai privilégié le câlin et le jeu dans mes sollicitations éducatives. D’autant, que ma boule de poils à la fâcheuse prédisposition à l’embonpoint,…

Motiver le chien à suivre la main libre, c’est indirectement laissé libre cours à la manifestation de son amour, de son attachement, et de la confiance qu’il a envers son humain. Il suit son humain parce qu’il s’agit de son humain et non, d’un en-cas… L’auteur insiste sur le fait, que l’utilisation massive de friandises peut transformer votre boule de poils en maître chanteur, à moins de recevoir, il ne le fera pas ! La friandise doit donc rester la récompense, la conséquence d’une bonne réalisation, et non sa cause.

Ce qui me plaît, c’est le renforcement du lien initial par cette méthode, le chien est prédisposé à mobiliser ses sens, il est donc tout naturel, qu’il soit plus réceptif à ce type de méthode lorsqu’il est question d’obéissance, car elle s’obtient dans le respect et favorise une cohabitation harmonieuse.

Notons, qu’elle peut se pratiquer à tout âge, et qu’il n’est jamais trop tard pour commencer, éduquer à l’aide du toucher de la paume, c’est une manière douce qui me convient parfaitement ; et surtout une méthode à laquelle ma poilue est beaucoup plus réceptive qu’un Clicker.

Pour commencer la méthode, il vous suffira de suivre les exercices proposés, d’abord sur de courts parcours, sans nourriture à la main, en laissant une grande place à l’intuition de votre chien, qui devra comprendre vos attentes, uniquement en se basant sur l’utilisation de votre paume de main. Au départ, cela me semblait complexe, mais je me suis très vite rendu compte, qu’une osmose s’installait entre elle et moi, comme si, tout coulait de source… pas besoin de répété inlassablement la même chose, d’autant que si poilu ne répond pas directement, ou après deux – trois tentatives, la sollicitation est considérée comme inaboutie. C’est vous placer dans une situation d’échec, hors le renforcement positif, conseille toujours de terminer sur une note positive. Lors de nos tests, avec la méthode main libre, nous n’avons jamais été confrontés à l’échec.

J’étais très étonnée de voir, la facilité, et le naturel avec lequel elle s’est approprié cette méthode, comme si c’était inné chez elle !

Il est recommandé, d’introduire des distractions dès le départ, initialement, dans les autres méthodes on vous conseille d’abord les choses par simplification au départ, ici, c’est plutôt le contraire, on vous encourage à vous appuyer directement sur le lien existant entre vous et poilu, toujours dans un environnement sécurisé, mais en laissant d’emblée la confiance prend le pas, sur la raison.

Cette méthode peut être pratiquée lors des promenades, d’où l’humain doit agir et non réagir, il est acteur du bon déroulement des choses, il doit anticiper ; ce qui indirectement renforce la nécessite de connaissance de votre boule de poils, il faut être plus accru dans les observations, c’est l’un des aspects qui renforce le lien. Car comme l’auteur le souligne, ce lien doit être réciproque.

Notons également, que cette méthode est particulièrement recommandée si vous souhaitez pratiquer le « Dog Dance » avec poilu.

Parmi les exercices proposés, nous avons les incontournables ; marcher sans tirer sur la laisse, le travail de la concentration, aborder la rue en toute confiance, pour les plus peureux, rester au pied, même sans laisse, traverser la rue en toute sécurité,..

Enfin, l’ouvrage centralise l’importance du visuel, plutôt que le verbal mais ne fait pas abstraction des interdits verbaux, à condition qu’ils soient relayés avec une connotation positive pour poilu, la punition n’est pas une méthode plébiscitée ; c’est une conséquence qui doit être justifiée, non violente, compréhensible et en lien avec la bêtise. Au même titre, il ne sert à rien de punir à retardement, ou durant des heures, il s’agit surtout de faire comprendre à poilu qu’il a eu un comportement inadapté, sans pour autant démolir tout le travail de confiance que vous avez déjà pu instaurer.

Autre point qui m’a beaucoup plu dans cet ouvrage, c’est la partie destinée aux chiens handicapés, elle met en évidence le fait, qu’ils restent des chiens à part entière, et que c’est à nous, humain, à nous adapter afin de leur conférer un quotidien le plus proche possible de celui que vivent leurs congénères valides. La méthode encourage à l’individualisation et à la personnalisation, s’adapter à son poilu, car après tout, chaque relation est unique…

C’est un ouvrage que je recommande à tous ceux qui souhaitent renforcer le lien qui les unis à leur boule de poils, mais aussi à ceux, qui veulent s’ouvrir à d’autres méthodes éducatives plus en adéquation avec la relation qu’ils ont développé avec poilu ; lorsqu’il s’agit d’une relation harmonieuse, forte et complice, cette méthode peut renforcer les acquis ou vous acquérir de nouveaux. Lorsque la relation n’en est qu’au début, elle peut contribuer à la place sous le signe du respect et de la considération afin de la bâtir sur des bases solides.

En tout cas, je vous recommande la découverte, même si, vous ne souhaitez pas tester la méthode, il y a toujours des éléments intéressants à prendre pour les adapter par la suite, à votre propre méthode.

signature