Un chien en ville de Jules Gassot

Quand les poilus racontent leur vie…

 

Mais que la Luna’s Team n’accroche pas vraiment…

 

Rien de mieux que la lecture d’un bouquin pour passer un moment agréable sur le canapé avec poilu à ses pieds. Espérant passer un bon moment, je me suis procuré un livre sous forme de 12 petites nouvelles, facile à lire. Un livre que l’on aimera, ou pas…

Un chien en ville  – de Jules Gassot, aux éditions Payot et Rivage. Date de parution : 05/04/2017167 pagesDisponible en broché 18€, ou en livre numérique e-book 13€99

20170909_113005.jpg

Auteur de deux autres romans parus en 2012 et 2015, Jules Gassot, 25 ans est un jeune auteur, écrivant sous forme de nouvelles principalement. Il aime intégrer les thèmes inhérents à son âge à ses textes (sexe, drogue, rupture…). Il œuvre aussi pour le cinéma.

Le livre…

12 petite nouvelles nous faisant voyager dans 12 capitales du monde, à travers les yeux de 12 poilus. Entre un chiot qui découvre les sorties sous la neige, un chien errant à Sarajevo, un vieux poilu londonien et son maitre âgé, ou encore le chow-chow d’une prostituée de la mafia chinoise, Jules Gassot nous envoie dans la tête de tous ces poilus. Une vision de la vie version poilu, et une bonne dose de critique de notre condition d’humains.

Mon avis…

J’ai eu du mal à accrocher… J’avoue que je m’attendais à beaucoup mieux, à beaucoup plus léger et drôle.

Tout d’abord le style d’écriture est très familier, très acéré. Pas mal de vulgarité, une volonté de l’auteur d’avoir une plume légère et sans s’embarrasser, mais personnellement, je ne suis pas fan de son style… Ce style « brut » permet de faire ressortir le côté animal, l’instinct primaire des chiens… mais c’est un peu trop poussé à mon goût. La sexualisation des poilus est constante tout le long des nouvelles, le côté bestial de nos poilus…

Concernant les sujets principaux, les poilus : j’ai eu l’impression que tous les poilus avaient le même caractère (d’ailleurs ils sont tous mâles), quelle que soit la vie qu’ils vivent…  il sont blasés. Ils vivent leur vie de poilus en pensant qu’il vaut mieux être un chien qu’un humain… mais voilà, pas de côté très joyeux non plus à être un chien…

Il en ressort tout de même une fidélité incomparable de nos poilus, quelle que soit la vie que nous leur faisons vivre. Ils nous aiment quoi qu’il arrive, et savent tout de notre vie.

C’est d’ailleurs cet aspect d’observation de nos vies d’humains qui permet une critique, bien amenée, de notre monde de bipède. Nous ne sommes pas capables de profiter de l’instant présent comme nos compagnons à 4 pattes : nous serions plutôt dirigés par l’argent ou la technologie.

En résumé, certes la critique de la vie des humains à travers les yeux des poilus est bien vue, autant la façon de l’auteur de voir les poilus est étrange à mon sens…

Nous sommes mitigées sur cette lecture.

Un style auquel on accroche… ou pas du tout. En ce qui nous concerne, on penche plutôt pour la deuxième solution. Les écrits acerbes ne sont pas notre tasse de thé.

Luna’s Team

Où acheter : Fnac / Amazon