Jeux pas bêtes pour chien malin

#50 Activités …

Playtime … et fou rire assuré !

L’humaine, je m’ennuie ! L’humaineuuu, j’ai dit que je m’ennuie ! 

Queeny, on rentre d’une aventure de deux heures à la plage, tu n’es toujours pas HS ? (hors service), Tu ne veux pas faire une sieste ? Jouer avec des jouets ?

Non, l’humaine, je m’ennuie, je veux jouer avec toi ! C’est le weekend, et le weekend tu es TOUTE à moi ! Je veux profiter pleinement de chaque moment et tout faire avec toi !

Tu as raison Queeny, profitons-en, il fait beau, jouons ensemble, bouger / éliminer (pensons popotin, aussi bien le sien, que le mien). Mais à quoi va-t-on jouer ?

La balle ?

Non déjà joué ce matin… 

La corde ? ton tunnel ? Le frisbee ?

Pff l’humaine, on joue tout le temps à ça, soit créative, qu’on s’amuse avec des nouveautés!

Justement, la créativité, … Ce n’est pas le tout d’acheter des jouets et de les placer devant Poilu en espérant qu’il s’occupe avec ! D’autant qu’il est important de partager des moments privilégiés avec sa boule de poils, en dehors des promenades, des siestes et des gloutonneries devant les séries-télés … JOUER ça renforce les liens, consolide la confiance, et surtout ça fait plaisir de voir Poilu heureux !

Pour tout dire, lorsque je joue avec Queeny, en toute franchise, je m’amuse très certainement autant qu’elle … ces moments j’y tiens, de fait, je tente toujours de les rendre le plus divertissants possibles.

Seulement voilà, parfois, la créativité me fait défaut, je ne suis pas toujours inspirée pour élaborer de nouveaux jeux, nous propulser dans un nouvel univers, nous faire vivre une nouvelle aventure extraordinaire sans pour autant, quitter le jardin, ….

C’est ici que je peux me réjouir, car j’ai déniché un livre qui sera désormais mon bras droit !

Je vous présente, mon assistant, j’ai nommé …

IMG_3976

Un livre qui ne comprend pas moins de 50 activités et des conseils au top, pour divertir toute une colonie de poilus en mal d’amusement ! 

Informations générales; 

Sophie Collins, 50 jeux pas bêtes pour chien malin, Paru le 10 mai 2017, aux éditions Artémis, 176 pages.

Où acheter ? Le livre est vendu 15.90 euros à la Fnac

Décortiquons le contenu de l’ouvrage ;

Tout d’abord, l’approche proposée dans cet ouvrage est intéressante, elle change des approches habituelles. Le jeu y est présenté comme un outil, aux multiples facettes, qui permet plus largement de resserrer les liens, lui apprendre des nouvelles choses, parvenir à lui inculquer des notions spécifiques d’obéissance, améliorer sa forme physique, stimuler son intelligence, attiser sa curiosité mais surtout, le jeu incarne un réel moyen de prendre plaisir en s’entraînant ! Le jeu n’est pas l’aboutissement ou la récompense, il n’est que le moyen qui permet d’atteindre une finalité beaucoup plus vaste et complexe.

  • Le sommaire : Il présente les différentes catégories selon lesquelles, les jeux ont été classés. Elles sont 7 au total.
  • L’introduction, des pages 6 à 10 : Deux pages agrémentées d’illustrations qui abordent la question de l’éducation, une vision de l’éducation qui place la relation avec poilu à l’honneur. Poilu n’est pas que « l’éduqué », il est aussi l’éducateur… le votre, cette vision suggère que vous formez une équipe, parfaitement à même de vous éduquer au « bien vivre ensemble » mutuel. L’éducation y est dépeinte comme un processus permanent et constamment sollicité dans votre relation. Le jeu est un moyen d’acquérir, renforcer, consolider les acquis de poilu avec plaisir !

J’apprécie cette approche, plus largement cette vision qui est en parfaite harmonie avec la relation que nous construisons, un peu plus chaque jour, ma boule de poils et moi !

  • Avertissement et mise en garde « Jouer en toute sécurité » des pages 11 à 13 : L’âge et la forme physique, tout comme la connaissance de poilu sont deux facteurs à prendre en compte. Des précautions relatives aux jeux lorsqu’il y a des enfants dans l’équation et l’invitation à se montrer observateur afin de prévenir les problèmes pouvant découler d’un jeu, qui pourrait s’avérer inadapté ou inapproprié à poilu.

Une mise en garde nécessaire, une piqûre de rappel qui ne fait jamais de tort, parfois on néglige l’anticipation de maux ou minimisons les effets de la fatigue chez poilu, il court, il saute, il s’amuse, mais se fatigue, s’il n’est pas en capacité de « lever la patte » par lui-même, car l’amusement domine toute autre sensation, il est vrai, qu’en notre qualité d’humain, c’est à nous de le faire ! Et ce, POUR SON BIEN !

Premier chapitre : Jeu et entraînement « comprendre le rapport du chien au jeu ».

Des pages 14 à 31 ;

J’ai trouvé ce chapitre intéressant, d’une part, il présente le jeu selon le point de vue de poilu, il soulève des questions pertinentes comme « jeu ou entraînement ? », d’autre part, il aborde le jeu selon les spécificités DES poilus, ce n’est pas seulement une approche par race, mais aussi par gabarit et types de poilus (par exemple le suiveur, le timide ou craintif, le coopératif, etc,…).

Par des encadrés, il traite également des cas tels que « les poilus qui n’aiment pas ou ne savent pas jouer ».

Dans le prolongement logique de ce décryptage de poilu, la manière de jouer des humains est également abordée, une série de recommandation et de réflexions, qui peut aider à se remettre en question ; Par exemple : Le langage corporel, comme mon aptitude est perçu par Poilu, au moment du jeu, notons que Poilu ne maîtrise pas l’ironie,… parfois, nous avons tendance à oublier que sa perception n’est pas toujours semblable à la nôtre. Ce point, par des conseils avisés, clarifie bien des aspects, allant de notre posture, à nos instructions durant le jeu.

La dernière partie de ce premier chapitre, traite des outils, à savoir ; Le clicker, les jouets eux-mêmes (sécurité, variété,…), leurs utilisations, mais aussi, la dérive du jouet… L’addiction extrême « le poilu obsédé par les jouets », comme le repérer l’obsessionnel et surtout, comme gérer la situation.

Deuxième chapitre : Les jeux de base « Utiliser le jeu comme méthode d’apprentissage ».

Des pages 32 à 67 ;

Ce sont les règles du jeu qui inaugurent ce second chapitre, afin de mêler l’utile à l’agréable, dans le but de prendre ou garder de bonnes habitudes, des règles s’imposent. Il s’agit de règles implicites, coulant de sens, mais qu’il était opportun de rappeler. Un panel de 10 règles d’or, que nous connaissons déjà, mais qu’il faut effectivement appliqué !

Pourquoi des règles lorsque l’on joue, c’est pour s’amuser… Pour la cohérence, par exemple, vous ne pouvez interdire à poilu de sauter sur les gens et l’inciter à le faire lors de vos séances de jeux… Dans les sports et activités humaines aussi, nous nous conformons aux règles, d’autant que les règles présentées s’appliquent à poilu mais aussi à nous, les humains !

Le second chapitre est composé de fiche individuelle, une fiche par apprentissage fondamental, pour jouer et apprendre en jouant, il est préférable que poilu maîtrise quelques notions de base,… Chacune des fiches est illustrée, propose une méthode d’assimilation, vous conseils sur les gestes à adopter par un « déroulement de l’activité » relativement bien structuré, étape par étape.

Ainsi, parmi ses fiches, l’on peut retrouver des classiques tels que ; « assis – couché, pas bouger -va, regarde-moi », mais d’autres moins conventionnels pour un livre de jeu, qui initialement n’est pas un livre d’éducation, des activités qui attrait véritablement à l’éducation de « tâches » plus élaborées ; « dire bonjour, porter des objets usuels, ranger ses jouets ». Notons, que les activités plus poussées sont légitimement intégrées car ils seront monopolisés durant les séances de jeu, mais aussi, avant ou après, lors des phases de préparation ou de rangement,…

Troisième chapitre : Les jeux pour créer des liens « bâtir votre relation par le jeu ».

Des pages 68 à 87 ;

L’introduction de ce troisième chapitre, aborde la question des liens, brièvement, avant de passer à nouveau aux fiches d’activités ;

Des activités toutes pouvant renforcer les liens antérieurement tissés avec poilu, mais aussi, des activités qui peuvent faire germer le lien pour des nouveaux duos, telles que ; « le renforcement positif, cache-cache, double rappel, l’échange »,…

Ce chapitre est concis, précis, les explications sont claires, toujours accompagnées d’illustrations. D’un point de vue personnel, j’aurai voulu que ce troisième chapitre propose davantage d’activités car j’accorde beaucoup d’importance au lien, cela étant, c’est un livre dans lequel les activités proposées sont volontairement, classées par thématiques multiples et variées, il ne pouvait donc pas s’éterniser uniquement sur l’un des thèmes, au détriment des autres,…

C’est d’ailleurs l’un des intérêts principaux de cet ouvrage, il propose des activités dans lesquels chacun pourra se retrouver, ou du moins, dénicher son « bon plaisir ».

Quatrième chapitre : Les jeux de réflexions, « stimuler les capacités intellectuelles de votre chien par le jeu ».

Des pages 88 à 113 ;

Les prémices de ce chapitre sont composées d’une présentation pédagogue de ce qu’est le dresseur, et de nos méthodes de dressage, ce point permet aisément de se remettre en question, pour éventuellement, adapter sa pédagogie efficacement à poilu.

Le deuxième point développé, toujours en prémices aux activités, touche au langage corporel de poilu, à l’angoisse, la lassitude, qu’il peut ressentir lord de l’apprentissage de nouvelles notions, une bonne manière de prendre ou reprendre conscience qu’il faut doser et surtout répartir les activités pour ne pas tomber dans une contrainte, balayant le concept même de l’apprentissage par l’amusement !

Nous plongeons ensuite, dans les activités, j’ai apprécié ces activités car plusieurs m’étaient totalement méconnues, par exemple ; « commander son dîner, des variantes aux jeux de casse-tête avec des friandises, à voix basse, l’équilibre,…. » Dans cette partie, le flair est mis à l’honneur, aptitude que l’on ne pense pas toujours à exploiter dans les jeux et qui constitue pourtant un super atout pour poilu, un élément valorisant qui peut lui faire gagner en confiance, car qui mieux que poilu pour garder la main, dans un jeu lorsque le flair est au centre de l’activité ! Attention à votre ego humain,… C’est Poilu qui mènera la danse avec ce chapitre !

Cinquième chapitre : Les jeux de remise en forme, « des jeux pour améliorer la forme physique ou l’agilité de votre chien ».

Des pages 114 à 143 ;

Pour mise en bouche, ce chapitre, questionne et informe, il revient sur la notion même de forme, celle de poilu mais aussi la vôtre,… Des encadrés de présentation tel que ; le FlyBall accompagne cette introduction.

Les activités proposées, toujours sous forme de fiches, sont celles que l’on trouve fréquemment dans les guides d’Agility, un dernier point, permet même de se préparer à une compétition, par des astuces et informations beaucoup plus détaillées que pour les autres activités ! Ce type de chapitre pourrait parfaitement convenir à un duo de novice souhaitant s’y essayer afin de décider si cela leur convient ou non.

Sixième chapitre : Pour aller plus loin, « des jeux plus complexes pour étendre son répertoire ».

Des pages 144 à 157 ;

Ce chapitre propose quelques petites activités, moins courantes, le skateboard, sont abordées, toujours dans le détail,…

  • Bonus : Une bonne entente, « les jeux entre chiens ».

Des pages 158 à 169;

Partie qui n’est pas constituée de fiches d’activités, mais qui, en revanche, revient sur des notions élémentaires, telles que ; la communication entre chiens, la socialisation, la compatibilité dans le jeu, les dispositifs pouvant être mis en place si poilu est nerveux ou agressif durant le jeu, l’intégration à un groupe de jeu, tout le nécessaire, finalement, afin d’aider poilu à s’intégrer, à avoir des copains. C’est important que poilu puisse interagir avec d’autres boules de poils, je pense que les jeux avec l’humain, même s’ils lui apportent de grandes satisfactions, ne remplacent pas les activités qu’il peut pratiquer avec ses congénères… c’est différent, ni mieux, ni moins bien, mais c’est nécessaire pour certains poilus, la mienne adore, même si parfois je dois la pousser à y aller,..justement, parce qu’elle est davantage habituée à jouer avec moi !

Pour son équilibre, je l’encourage à jouer avec les autres poilus, par nature, elle est plus proche de l’humain, que des poilus, après quelques minutes d’hésitation, de bouderie, elle finit toujours par s’éclater avec les copains, et ne fait plus attention à moi… Enfin presque, du coin de l’œil, pour vérifier que je ne lui pique pas son goûter ! Ce chapitre m’a confirmé cette réalité et conforter dans mon sentiment d’agir au mieux pour elle !

  • « Épilogue » pages 170 et 171

Propose des pistes parfaitement exploitables pour les personnes qui souhaitent jouer, dont le chien est plus âgé, de quoi lui permettre de conserver des loisirs, tout en se préservant, des suggestions ou plutôt, des adaptations des jeux présentés dans les différents chapitres, celles-ci sont également envisagées dans la perspective d’une incapacité à jouer de l’humain.

  • Galerie de portrait aux pages 172-173 qui regroupe les poilus ayant joué les modèles afin d’illustrer les activités.

Un clin d’œil que j’ai trouvé fort sympathique !

  • Biographie sélective et indexe aux pages 174 -175

Mon avis ;

J’ai vraiment apprécié l’ouvrage, ce n’est pas tant les activités proposées, certes, j’en ai découvert de nouvelles, mais davantage la méthodologie développée qui m’a convaincue.

Nous avions déjà infructueusement testé certaines des activités proposées, mais en provenance d’autres livres, grâce aux fiches toujours illustrées, à la méthode « étape par étape », il faut reconnaître que nous tenions enfin le « bon bout », sur celles qui nous avaient semblé jadis infranchissables !

Grosse satisfaction et valorisation pour ma Sardine, qui était ravie de parvenir à relever de nouveau challenge, nous l’avons testé tout le week-end, et je dois reconnaître, pour l’avoir attentive observée, qu’elle s’est vraiment beaucoup amusée… Les yeux qui pétillent, la banane, les regards complices, et la rigolade ça ne trompe pas !

Bien évidemment, je ne recommande par cet ouvrage aux personnes qui pratique déjà assidûment l’éducation ou l’Agility ; En revanche, il conviendra parfaitement au débutant ou niveau intermédiaire, ceux qui souhaitent pousser au-delà des « ordres de base », mais qui souhaitent le faire de manière ludique et distrayante pour poilu !

Autre point à féliciter dans cet ouvrage, la place de l’humain, qui lui aussi doit être à même de se reconsidérer, par une remise en question,… Une approche générale qui valorise le travail d’équipe à 50-50,… Ce que j’affectionne particulièrement ! Un gros coup de cœur, un livre qui va trouver sa place dans notre bibliothèque !

Que ce soit avec ce livre ou un autre, l’essentiel étant, de s’amuser… Apprendre en s’amusant, c’est encore mieux, une approche positive, valorisante finit toujours par porter ses fruits, même si la récolte est maigre, il y a du positif à l’arrivée !

Bonne lecture à vous et surtout bon amusement !

Queeny et son humaine ;

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s