Mon chien sur le Divan

#MYQUEENBOUQUINE

 

Drôle et cependant, très instructif !

01
C. Sacase, Mon chien sur le Divan, dessins de C. Besse, ed. Larousse Pratique, février 2016, 243p.

La grande MODE du psy …

Voilà … Nous y sommes… Un beau paquet d’années que le rendez-vous psy, la thérapie de groupe, le groupe de parole, les coachs en communication et en développement personnel pullulent, réelle nécessité pour les uns, véritable snobisme « tendancieux » pour les autres, … Le rendez-vous psy ou ironiquement qualifié de confessionnal « Moderne » … est désormais bien implanté dans les mœurs d’une partie de notre population. À l’époque où tombe les burn-out comme s’écoulait, jadis les rhumes… le Psy s’impose tel le rendez-vous incontournable à placer dans son agenda juste en dessous de la balnéo. mais juste au-dessus du gynéco.

L’individu « actuel » fait-il les frais de siècles de frustration ? Se décharge-t-il des tensions et persécutions générationnelles accumulées lors des époques précédentes ? Celles durant lesquelles les droits sociaux ou la liberté d’expression, voir de coalitions n’étaient qu’une idéologie désuète qu’on ne frôlait du bout des doigts que dans ses rêves les plus fous ?

L’humaine ironise… Clairement qu’à la révolution industrielle, on n’avait guère le temps de se demander si notre transit défaillant était lié à un mal-être profondément ancré, conséquence directe d’un manque de communication et de prise en considération de notre réelle valeur sur le marché du travail … BORDEL, je suis sous-payé ? FIEL, je n’ai pas de congé ? Morbleu… Mon fils bossera jusqu’à ce que mort s’en suive ?

Le psy pour qui, pour quoi? Ironie mise à part, les professionnels de la santé et du bien-être mental, psychologique et relationnel soulage les maux invisibles de l’âme, les maux insoupçonnés ou encore les maux « paralysants », de ceux qui parviennent à suivre le cheminement ardu qu’est l’ouverture de soi à UN autre. De la patience, du temps, de l’écoute… nous y sommes de l’écoute… durant ses séances, le psy et le patient échange, (temps de parole largement dominé par le patient, et ce, à juste titre, le psy n’apporte pas de réponses directes à vos interrogations, il vous aide à prendre conscience des clés nécessaires, extérioriser les solutions que vous détenez ou réprimez faute de considération pour votre jugement ou vous-même.) Bien que dans ces séances le langage corporel ou les actions sont des indicateurs que votre psy devra décrypter, il n’en reste pas moins que l’échange verbal est la « pépite » de toute communication, celle qui vous permet de vous exprimer sur des points précis, des ressentis, des doutes, un mal-être, des appréhensions, …un vécu difficile, une angoisse, … Bref, le langage, dans la communication verbale est un solide atout. (La communication non verbale quant à elle, nécessite davantage de remue-méninges)

Langage … Parole… mais comment POILU peut-il exprimer son mal-être ? 

« Syllogisme douteux », le mal-être ne s’exprime que par la parole, Poilu ne parle pas, poilu n’exprime pas son mal-être…

Et bien NON, comme quoi, Poilu est plus proche de nous que certains ne le pensent… Tout comme les humains dans l’incapacité d’exprimer leur mal-être par la parole, poilu a recours à d’autres modes de communications. Cet ouvrage nous apprend que les troubles de Poilu ne sont finalement pas si lointain que cela des nôtres. Anorexie, boulimie, fugue, cleptomanie, crise de nerfs, … bref, Poilu c’est NOUS mais avec des poils !

02

C’est grave docteur ? Non, ce livre peut vous aider !

À qui s’adresse l’ouvrage ?

Tout le monde, on peut tous s’y intéresser à un moment ou un autre… nos poilus sont tous susceptibles d’avoir ou de développer des troubles, minimes, temporaires, persistants, liés à un changement d’environnement, de structure familiale, d’organisation de votre propre vie, … Bref, ce livre ne servira peut être pas tous les jours, mais il peut-être amené à vous servir un jour… qui sait peut-être déjà ce jour ? Poilu n’est pas « déglingué » pour autant, souvenez-vous de ce que nous en disions … Le psy c’est MODE… !

Ce qui nous a plu dans cet ouvrage:

Les problématiques sont traitées avec humour, ce n’est pas l’humain qui s’exprime mais bien le poilu, « je suis un Malinois, …j’ai besoin de… »par une narration à la première personne . Autre point fort de l’ouvrage, son approche quasi systémique des problématiques exposées, ce qui nous permet de prendre connaissance de la situation, de la gravité de celle-ci, des solutions envisageables et des astuces pouvant être appliquées, chaque situation propose également un encart informatif lié à la problématique initiale.

Les guides de comportement et d’éducation ne manquent pas, mais celui-ci est différent, de par son approche d’une part accessible à tous dans la compréhension de son contenu, et d’autre part, l’ouvrage se veut littéralement dédramatisant, il favorise l’objectivité, l’approche des problématiques avec davantage de sérénité.

Il aborde les troubles et les tocs de nos poilus de manière sérieuse, rigoureuse, technique, scientifique mais avec une telle dose d’humour, que la situation nous semble d’un coup … moins dramatique ! Un contenu professionnel présenté une légèreté rassurante.

Décomposons l’ouvrage

Il comporte trois parties et un index de clôture.

Première partie de la page 6 à la page 28  » Un chien, comment ça marche«  (Sur le coup, j’ai envie de répondre… sur ses pattes ?)

Dans cette partie sont abordées les questions liées à la présence d’un poilu dans votre vie, on peut les envisager avant l’arrivée d’un poilu, il s’agit des questions de base: Avoir un chien, le chien et la personnalité du maître, le chien et les enfants, prendre un chiot ou un chien adulte, adopter un chien plus vieux, gérer une famille canine, l’accueil du chien, avec les règles de base, l’éducation en priorité, la récompense avant la punition, l’art de se faire obéir, sont soulevées ensuite les questions directement liées au choix de votre futur compagnon, très sommairement mais efficacement, chien de race ou non, les chiens ayant des particularités comportementales ou des prédispositions à certaines aptitudes (exemple: chien secouriste, d’assistance, la zoothérapie, …)Mâle ou femelle, incluant les avantages et inconvénients, avec cependant, la notion de point commun et l’avertissement anti-généralisation qui considère la personnalité du poilu quel que soit son sexe, pour terminer avec la stérilisation et la castration.

Des conseils, des astuces mais surtout, beaucoup d’informations très judicieusement sélectionnées pour ceux qui souhaitent agrandir la famille, avec l’arrivée d’un poilu dans leur vie, qu’il s’agisse d’un premier ou d’un nouvel arrivant dans un foyer qui comporte déjà une boule de poils.

Le plus: Un vocabulaire simple, des situations réelles, un discours responsabilisant et une ouverture d’esprit qui suggère de voir au-delà du moment présent, un coup d’œil vers les alternatives, … un discours raisonné et rationalisant pour ceux qui prennent le temps de réfléchir avant d’agir. Nous ne le dirons jamais suffisamment, on ne se lève pas un matin en se disant « Bon, j’irai bien m’acheter un chien, … » l’arrivée d’un poilu, c’est comme l’arrivée d’un « enfant » ça se pense, ça se prépare, ça doit s’intellectualiser… cette introduction permet d’effectuer ce travail de réflexion, étape par étape selon une logique correspondant parfaitement aux questions que l’humain se pose à ce moment précis.

Deuxième partie de la page 30 à la page 112 « Paroles de chien« (La partie par laquelle, nous entrons dans le vif du sujet, à savoir,  le traitement des problématiques).

Chaque problème est traité comme un « cas », il y a 17 cas exposés, les cas les plus fréquents, avec des variantes intégrées dans le décryptage au moment de l’analyse.

Pour chaque cas, la structure est la suivante :

Présentation du cas, narration du poilu « Je ».. vous expose mon problème (entendons, celui de ses humains), s’en suit, la question « c’est grave docteur? » décryptage, le vétérinaire « explique » le problème en traduisant le comportement, la problématique, en utilisant des exemples clairs, simples, précis que l’humain pourra aisément comprendre. Le plus: Pour certains problèmes, plusieurs explications sont proposées, à vous, qui partagez le quotidien de Poilu d’identifier celle qui le concerne. On termine par le « comment faire? » dans lequel sont proposées des solutions et astuces, le contenu est, à nouveau, étoffé d’exemples variés. Bonus,  des encarts spécifiques tantôt « ce qu’il ne faut pas faire « , tantôt « quand faut-il le faire ? », ..conseils … avertissements, … informations complémentaires en tout genre qui constituent le plus de cette seconde partie.

Parmi les cas traités, à titre d’exemple; Le chien qui aboie, le pipi partout, le bagarreur, le voleur, le fugueur, le pot de colle, le peureux, la déprime, l’amoureux compulsif, le chasseur, le trop malin, le ronchon, la fine bouche, …

Troisième partie, de la page 116 à 142 « Le chien mode d’emploi« (trucs et astuces pour un quotidien serein avec Poilu, mais aussi informations facilitant la compréhension de ces comportements, attitudes et selon le cas, mauvaises habitudes).

Dans cette dernière partie, 7 points sont abordés:

Tout commence dans la nichée (qui concerne davantage les humains sur le point d’accueillir un chiot, ou les personnes qui soupçonnent que l’origine des troubles actuels de Poilu remonteraient initialement à l’avant EUX. Lors des premières semaines de vie, dans son foyer de naissance).

Les sens du chien, qui permet à l’humain de prendre conscience de la perception des choses par Poilu et ainsi, de mieux comprendre certaines de ses habitudes quotidiennes, mais aussi d’être attentif à son environnement de vie en prenant des précautions élémentaires.

Comprendre son chien, qui aborde justement les points de communication non verbale de nos poilus, les modes de communication que nous pouvons privilégier, a contrario, ceux que nous devons éviter.

L’art des caresses, allant du sens caché, entendons, la signification de ce que nous qualifiions de « papouilles » du point de vue de Poilu, en passant par la nécessité du contact et les types de contact à favoriser.

Jouer et cultiver sa forme, les bienfaits, les types de jeux, les mesures de sécurité relatives à une activité distrayante, se déroulant dans de bonnes conditions tant pour vous, que pour Poilu.

Petites manies et rituels, les grands classiques, ceux qui nous font rire ou grincer les dents, … ceux que poilu a déjà au moins expérimenté à une reprise… exemple: tourner en rond pour s’attraper la queue, se rouler dans la boue, cacher ses friandises ou croquettes, faire son lit, … (Perso, j’en ai relevé 4 sur la liste complète qui en comporte 8 !)

L’éducation par les pros, qui vous présente les professionnels de l’éducation en clarifiant leur domaine de compétences,cette dernière sous-rubrique peut être utile lorsqu’on ne parvient pas à régler un trouble par soi-même, qu’on ne sait pas vers quel professionnel s’orienter pour obtenir de l’aide. (Comportementaliste, vétérinaire psy, éducateur canin, dresseur, …)

L’ouvrage se clôture par l’index qui en deux pages vous permet de cibler le contenu escompté par une série de mots clés pertinemment sélectionnés.

♦ Notre avis

Génial, instructif et en prime, divertissant, pour être honnête, j’ai énormément ri durant la lecture de cet ouvrage, les situations (cas) présentés sont simples à visualiser car très bien détaillés, le regard humain posé sur les situations est relativement objectif, il n’y a pas de banalisation ni d’exagération, le contenu est décidément subtil et judicieux.

Gros plus : Son prix, 6.95 euros … ce sont les soldes? Les illustrations sont également drôles, pas trop envahissantes par rapport au contenu textuel, le jeu des couleurs pour la mise en évidence des informations importantes et encarts en bleu facilite la transition entre le « contenu » abordé avec humour de la présentation, et le « contenu » plus rigoureux et théorique du comportementaliste lors du décryptage des cas.

Bémol: Son format (16x12cm), certes fonctionnel pour être emporté partout avec soi, mais les caractères sont petits, niveau lecture, je préfère les ouvrages de plus grandes dimensions.

Sur ce… My Queen m’attend pour sa première séance… sur le DIVAN !

03
Un chien sur MON Divan? … Keep calm and listen your poilu …

My Queen;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s