Cher Maître et si je mordillais ce fauteuil …

#MYQUEENBOUQUINE

Un quotidien poétiquement revisité

« La poésie introduit juste ce qu’il faut de silence pour troubler le vacarme« 

A. Veinstein

Un recueil de poèmes pour humains, rédigés avec une narration en « Je » donnant la parole aux poilus, revisite des situations de notre quotidien avec eux…

Tantôt drôle, cocasse, parfaitement inspiré par un vécu dans lequel nous nous reconnaissons tous, mais aussi, triste, amère, pointant subtilement du doigt des problématiques telles que l’anxiété, l’abandon…

Un recueil fort, réaliste, poétiquement accessible, une déclaration d’amour à tous les poilus qui partagent nos vies… et une invitation aux humains qui partagent la leur de tenter l’aventure de se mettre à leur place, le temps d’un doux silence, l’espace d’une romance dans ce monde où le vacarme règne en maître !

01
Francesco Marciuliano (Auteur) Christiane Courbey (Traduction), « Cher maître, et si je mordillais ce fauteuil…« , janvier 2014 , ed.Chiflet Et Cie, 110p. (12.50euros)

Ce qui nous a plu ?

Le réalisme des thématiques abordées, il ne s’agit pas pour l’auteur de pondre une succession de phrases poétiques dénuées de sens pour NOUS, poilus ADDICTS, mais bien de relater le quotidien que pour nous partageons avec Poilu en le positionnant de SON point de vue.

Un recueil, qui parvient à faire rire, en quelques phrases savamment élaborées, car elle met en avant des situations dérisoires, cocasses, voire parfois, ahurissantes, que nous avons tous déjà connu avec notre poilu, ou auxquelles nous avons pu assister en ce vaste monde ! Un recueil, qui parvient à émouvoir, qui soulève des questions plus profondes quant au bien-être de poilu, à ses états d’âme, à ses peines, à ses frustrations et de fait, à NOS INCOMPRÉHENSIONS MUTUELLES…

Un voyage de l’autre côté de la truffe, du côté de celle qui mordille, qui mâchouille, qui vous rend dingue parfois, mais que vous aimez si fort… ENCORE et Toujours malgré cela !

Les poèmes sont accompagnés de photographies conformes à la thématique de celui-ci, l’ensemble est harmonieux, …

Parmi nos poèmes favoris:

« La danse de la joie« , qui fait également partie de mon quotidien à chaque fois que je passe la porte, et ce, même après une absence de 5 minutes pour me rende à la boîte aux lettres…

« T’es où« , qui relate avec humour; l’angoisse de notre poilu lorsqu’il nous perd de vue…

« Réaction en chaîne« , qui dépeint le mouvement vocal collectif des Poilus de votre quartier, telle une OLA, digne des plus grands Matchs, … l’un lance le départ et tous les autres suivent, une cacophonie que vous payerez le lendemain matin si ce premier, était le vôtre…

« Plus jamais ensemble« , Met en scène les interrogations de Poilu lorsqu’il se trouve confronté à la séparation de ses maîtres, une approche très semblable à celle qu’on pourrait appréhender pour un enfant lors d’un divorce.

« Tête-à-tête« , judicieuse mise en avant du côté gourmand chez le chien, et de son aptitude parfois limitée à partager .. par les commentaires d’un poilu qui visionne « la fameuse scène » des spaghettis dans la belle et le clochard.

02

Bémol: Il s’agit d’un recueil, il se lit très rapidement , cela étant, il donne envie d’être relu par la suite, on accroche rapidement avec le style de l’auteur et les situations sont tellement « parlantes » que l’on se prend fréquemment à les revisiter, le temps de deux-trois pages, pour banaliser, la mort de la télécommande que vous aviez laissé traîner ?

My Queen,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s